chirurgie-gène-mpi

C’est sans doute la plus importante découverte de la génétique depuis son origine. Les conséquences en sont à la fois exaltantes et inquiétantes pour l’espèce humaine. C’est la fameuse chirurgie du gène.

L’idée de base est simple. Un gène anormal est susceptible d’entraîner une information fausse, donc une maladie. C’est par exemple celui de la myopathie. D’où l’idée de le remplacer comme on le ferait d’une pièce déficiente de moteur automobile. C’était le calcul qu’avait fait l’AFM du Téléthon en fondant le Généthon en 1990. Or à part cinq cas d’enfants dits « bébés bulles » ressassés chaque année par le Téléthon, quoiqu’on vous en dise, ce fut l’échec quasi complet car les moyens connus de faire un tel travail étaient très onéreux et complexes à mettre en oeuvre.

Cependant dès 1987 avait été repéré les CRIPS (Clustered regularity interspaced short palindromicregions). Il s’agit en réalité de séquences identiques régulières qui avaient été repérées dans le génome. Comme on ne savait pas à quoi elles servaient il fut conclu qu’elles ne servaient à rien. D’autant que 97 % du génome avaient été établis comme inutiles. Il a fallu 2007 pour comprendre que les CRIPS étaient de véritables porteurs de couteau permettant de sectionner des chaines de gènes. Le couteau étant lui-même un enzyme connu par ailleurs.

Prenons une comparaison. Imaginons un collier de perles. Les CRIPS mènent un couteau qui le coupera afin d’extraire une perle de mauvaise qualité pour la remplacer ou simplement s’en débarrasser. Il va de soi que celle-ci ayant été évacuée, il y a un trou dans le collier. Le but est de combler ce trou par une autre perle qui elle-même est de bonne qualité.

Dans le cas précis, il s’agit tout simplement de combler le trou par un gène qui est sain. L’organisme qui en profitera se trouvera génétiquement modifié. Si c’est un homme, il correspondra à la définition du « mutant » de la science- fiction. Mais bien évidemment des essais sont effectués sur des animaux : la souris, la mouche drosophile et surtout le vers Caenorhabbditiselegans dont le génome est proche de l’homme, et aussi sur des mammifères.  Une équipe chinoise a réussi à appliquer cette technique sur le singe en 2014.

Ainsi les CRIPS peuvent évacuer un gène, le remplacer et même le corriger. Extraordinaire comme perspective.

Il va de soi que le champ d’expérimentation sur l’homme est grandiose. Deux laboratoires internationaux viennent de se créer pour faire des recherches dans ce sens. La modification du génome se portera bien sûr vers le traitement des maladies génétiques. Mais le revers de la médaille : cette technique très simple et rapide selon les chercheurs peut aussi aboutir à modifier  l’espèce humaine si des garde-fous ne sont pas préparés par les législateurs.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Dominique says:

    I n’y aura pas de gardes-fous,hélas et nous vivrons avec de mutants et des robots.

  2. chambssy says:

    Je me demande si malgré tout la démographie « débridée » de ceux qui se reproduisent « normalement » ne va pas balayer tout cela…. et j’en suis à mettre des guillemets à tout ce qui se conçoit bien et, donc, devrait se dire aisément ! madre mia..

  3. Il y a toujours un moment où la nature se révolte !

    Dans son dernier livre, « L’ultime transgression », le docteur Dickes sonne l’alarme, pose la question de l’avenir de l’homme. Quelle sera la transgression suprême qui fera disparaître l’espèce humaine elle-même ?

    Tout concourt à la réalisation d’un projet fou : » remodeler l’homme, le refaire en quelque sorte à sa propre image, à sa volonté de puissance et de rupture avec l’ordre naturel des choses. »

    Ce livre de J.P. Dickés sonne comme un clairon, il sonne le réveil pour que n’advienne pas cette dictature, cette tyrannie de la science sans conscience qui rêve le « transhumain » et la maîtrise absolue de la vie.

    A lire ! en diffusion sur Livres en Famille : http://www.livresenfamille.fr/p7107-jean_pierre_dickes_ultime_transgression.html

  4. Exquisiteur says:

    « maitrise absolue de la vie » qu’un monseigneur Ebola peut avec son collègue tsunami, tourner en ridicule en quelques instants. D’où la recherche de planéte terre bis.

    Il faudrait aussi supposé que l’ingénierie génétique soit capable de produire des systèmes génétiques supérieurs et inaltérables par l’ingénierie du système des vivants.

    N’est pas archange terrasseur qui veut.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com