soldats-centrafrique

L’information a été révélée par le quotidien britannique «  The Guardian » ce mercredi 29 avril 2015. En effet, ce quotidien cite un rapport interne des Nations unies qui mentionne des abus sexuels supposés commis par des militaires français de l’opération Sangaris en République centrafricaine sur des mineurs en 2014. Selon le ministère français de la Défense, l’affaire d’abus sexuels sur mineurs concerne « des faits qui auraient été commis sur une dizaine d’enfants, sur le site de l’aéroport de M’Poko (à Bangui), entre décembre 2013 et juin 2014 ». La Défense ajoute qu’elle a «  pris et prendra toutes les mesures nécessaires pour permettre la manifestation de la vérité ».

Selon Paula Donovan co-directrice de l’ONG américaine Aids-Free World qui a communiqué le rapport au Guardian, le document rassemble les témoignages de six enfants âgés de 8 à 15 ans et implique une quinzaine de soldats français. Ceux-ci auraient échangé de la nourriture, et parfois de petites sommes d’argent, contre des faveurs sexuelles, ajoute t-elle à l’AFP.

Elle ajoute : « Les enfants ont témoigné qu’ils avaient faim et qu’ils pensaient pouvoir se procurer de la nourriture auprès des soldats ». La réponse des soldats était « si tu fais ça, alors je te donnerai à manger », précise la même source.

Des affirmations gérées par les Nations unies puisque l’UNICEF avait pris part à l’enquête onusienne menée au printemps 2014 et a interrogé les enfants qui s’étaient plaints d’abus sexuels. Cette organisation onusienne les a ensuite « confiés à des ONG partenaires présentes sur le terrain pour qu’ils puissent recevoir un soutien psychologique », selon le porte-parole de l’Unicef basé à Dakar, Thierry Delvigne rapporte la même source.

La justice française a ouvert à Paris le même mois une enquête pour viols sur mineurs de moins de 15 ans, selon une source judiciaire, sur la base d’un rapport transmis par le ministère de la Défense. Ce dernier a reconnu avoir été saisi à cette date « de témoignages d’enfants centrafricains accusant d’agressions sexuelles des militaires français de l’opération Sangaris ».
Anders Kompass, directeur des opérations de terrain au Haut-commissariat de l’ONU pour les droits de l’Homme, basé à Genève, a été mis à pied par l’ONU après avoir fait fuiter ce rapport confidentiel.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

14 commentaires

  1. Jaguar says:

    Si cela est vrai, il est rassurant de constater que nos soldats ne sont pas racistes.

  2. gillic says:

    Très bien dit !!!!!!!!

  3. Dorien says:

    Selon un article dans Le Point : « un des enfants cité dans ce rapport interne de l’ONU « a témoigné avoir vu son ami être sodomisé par deux soldats tchadiens pendant qu’un troisième faisait le guet », un autre enfant interrogé par les enquêteurs de l’ONU a déclaré avoir vu son copain, âgé de 9 ou 10 ans, en compagnie de deux soldats de Guinée équatoriale. « Son ami a fait une fellation et a été sodomisé par un des soldats tandis que le second faisait le guet, puis les deux militaires ont échangé leurs places », a indiqué Mme Donovan.
    Ce serait donc sur des garçons et et ce serait du costaud.
    Pour les quatorze soldats français de cette opération Sangaris qui seraient mis en cause par les gosses, je n’ai pas trouvé de détails aussi précis.
    Tout ce qu’on sait c’est qu’ils ont été «très peu » identifiés.
    J’aime bien l’humour de Jaguar.

  4. Tchetnik says:

    Dans quelle mesure cette affaire n’est-elle pas monté d toutes pièces par des officines de com’ US pour prendre la place des Français en Afrique, comme l’affaire de Erevan il y a quelques mois…

  5. charles martel says:

    Tout les moyens sont bons pour salir la France et ce qui reste de son armée..

    Bien sur les médias de masse ne parlent jamais des hauts faits d’armes de nos soldats pouvant accentuer la Fierté Nationale et favoriser le patriotisme.. mais seulement des quelques brebis galeuses qui peuvent aider les traîtres qui gouvernent la France, à « justifier » la constante baisse des effectifs de notre Armée.

  6. Jaguar says:

    Le « gros » problème, c’est qu’il n’y a plus de chèvres comme mascote de régiment, alors faut comprendre…

    • Tchetnik says:

      Alors les poches latérales du treillis, conçues pour mettre les pattes arrière de l’animal, ne servent plus à rien…

      • Jaguar says:

        Tout fout le camp mon bon Monsieur, même Lili Marleen y connaissent pas les paroles et pensent que c’est une marque de whisky, alors vous pensez, une jolie chèvre…

        • Dorien says:

          Du temps de « Lili Marleen », à partir de 1938, le jeune soldat (et la jeune sentinelle !) avait aussi à sa disposition (pas besoin de chèvres !!! ou d’autre chose) des bordels contrôlés par les autorités militaires (je parle ici de la Wehrmacht). Tout était fait pour que le soldat, et l’officier, puissent aller tirer leur coup. Les filles étaient même contrôlées d’un point de vue sanitaire.
          L’armée française prévoit-elle des bordels pour son armée? Vu l’hypocrisie qu’on a dans ce pays sur le sexe et la prostitution… ça m’étonnerez. Pourtant, ça fait sens, non ? !
          Sinon, dans les pays chauds il y a aussi, en plus des chèvres (et d’autres choses), le figuier de Barbarie. C’est Marcel Jouhandeau qui évoquait ça dans un livre. L’intérieur juteux de la feuille, d’un ou deux centimètres d’épaisseur, est un vrai régal, disait-il, pour le soldat solitaire qui la pénètre… Mais il y a les picots qu’il faut enlever avant.

          • Tchetnik says:

            Il existait autrefois les BMC (Bordels militaires en Campagne).

            Mais c’était avant.

            • Dorien says:

              C’est et ça reste ça la solution, qu’on le veuille ou non. A moins d’émasculer les mecs ! Un homme ça bande, non des dieux !
              Les bordels militaires de campagne, j’en ai entendu parler pour les soldats français pendant le guerre en Algérie. J’ai vu des photos où les militaires font la queue (MDR) à l’entrée des tentes (tentes, pas tantes).

        • Dorien says:

          En décembre 2013 il y avait 5 000 soldats français déployés dans l’opération Sangaris en Centrafrique.
          Ça en ferait des chèvres !
          En ce printemps 2015 ils sont 1 700, aux côtés des 9 500 militaires de la Minusca (force de maintien de la paix créée le 10 avril 2014).
          On dépasse les dix mille soldats…
          Sinon, j’ai cherché des infos : ce serait arrivé dans un camp de réfugiés installé à l’aéroport M’Poko (à Bangui). J’ai aussi cherché des photos et on voit des gosses et des ados mendier de la nourriture devant les militaires. Nos soldats (dont pas mal sont de couleur) donnent aussi des soins infirmiers ou des premiers soins à des civils blessés, dont des gamins. Nos militaires sont toujours trois ou quatre sur les photos avec un gamin… + les photographes…
          http://fr.canoe.ca/infos/galeries_photos/20131209154919_centreafrique/#1

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com