pape-francois-MPI

En ce premier jour de l’année 2016, qui coïncide avec la 49e Journée mondiale de la Paix instituée par le Vatican sous Paul VI, et avec l’ouverture de la Porte Sainte de la quatrième et dernière basilique romaine Sainte-Marie-Majeure, le pape François s’est exprimé plusieurs fois publiquement.

Comme cela arrive souvent au cours des célébrations qu’il préside, le pape a insisté, dans ces homélies du jour et l’Angélus, sur les thèmes qui lui tiennent à cœur : la Miséricorde de Dieu pour tous, l’indifférence et les guerres ennemies de la Paix, la multitude des migrants qui mettent en danger leur vie pour que soient respectés leurs droits fondamentaux…

Durant la Messe du matin à Saint-Pierre, dédiée à la Journée mondiale de la Paix, François a évoqué la lutte contre le mal, qu’il identifie aux guerres, à l’indifférence envers le prochain, à l’injustice  :

«Chaque jour, tandis que nous voudrions être soutenus par des signes de la présence de Dieu, nous devons rencontrer des signes opposés, négatifs, qui le font plutôt sentir comme absent. La plénitude des temps semble s’effriter devant les multiples formes d’injustice et de violence qui blessent chaque jour l’humanité. Parfois nous nous demandons : comment est-il possible que perdure le mépris de l’homme par l’homme ?, que l’arrogance du plus fort continue à humilier le plus faible, le reléguant aux marges les plus sordides de notre monde ? Jusqu’à quand la méchanceté humaine sèmera sur la terre violence et haine, provoquant d’innocentes victimes ? Comment ce peut être le temps de la plénitude, ce que nous donnent à voir des multitudes d’hommes, de femmes et d’enfants qui fuient la guerre, la faim, la persécution, disposés à risquer leur vie pour voir respectés leurs droits fondamentaux ? Un fleuve de misère, alimenté par le péché, semble contredire la plénitude des temps réalisée par le Christ.»

A ces maux dont le pape ne veut voir les causes dans le péché originel, l’apostasie des nations chrétiennes et la perte de sens moral qui s’ensuit, l’absence de propagation de la seule, unique et vraie Foi au monde infidèle et athée, il donne comme remède, pour construire, la miséricorde de Dieu mais déconnectée de sa justice, donc sans appel à la conversion, à la pénitence et à la prière :

« Pourtant, ce fleuve en crue ne peut rien contre l’océan de miséricorde qui inonde notre monde. Nous sommes tous appelés à nous immerger dans cet océan, à nous laisser régénérer, pour vaincre l’indifférence qui empêche la solidarité, et sortir de la fausse neutralité qui empêche le partage. La grâce du Christ, qui porte l’attente du salut à son accomplissement, nous pousse à devenir ses coopérateurs dans la construction d’un monde plus juste et fraternel, où chaque personne et chaque créature puisse vivre en paix, dans l’harmonie de la création originaire de Dieu.»

C’est toujours le même vœux pieux et illusoire, auquel on veut soumettre Dieu et l’humanité, d’un monde du « vivre-ensemble », basé sur des idéaux humanitaristes et mondialistes, qui serait par là-même un monde plus juste, un monde de paix et de fraternité, sans frontières ni identité !

Dans l’Angélus de midi, François est revenu sur le thème des conflits et des crises qui nécessitent que tous les hommes s’attellent à construire la paix en fuyant l’indifférence envers le prochain :

«Aujourd’hui, a rappelé François, nous célébrons la Journée mondiale de la Pais, dont le thème est «Gagne sur l’indifférence et remporte la paix! » La paix que Dieu le Père désire semer dans le monde, doit être cultivée par nous. Pas seulement: elle doit être “conquise”. Cela comporte une vraie et authentique lutte, un combat spirituel qui a lieu dans notre cœur. Parce que l’ennemie de la paix, ce n’est pas seulement la guerre, mais aussi l’indifférence, qui ne fait penser qu’à soi-même, et crée des barrières, des soupçons, des peurs, des fermetures. Nous avons, grâce à Dieu, tant d’informations. Mais nous sommes parfois tellement submergés de nouvelles que nous en sommes distraits de la réalité, du frère et de la sœur qui ont besoin de nous. Commençons à ouvrir notre cœur, en réveillant notre attention envers le prochain. C’est la voie de la conquête de la paix.»

Cette indifférence fustigée par François : allusion à peine voilée aux dirigeants politiques et aux peuples qui refusent la submersion de l’Europe par les vagues migratoires ! D’ailleurs les journalistes du système l’ont bien compris ainsi : La Croix titrait «Les migrants au cœur des messages de paix du pape et de Mgr Welby »

Cette première journée de l’année, centrée sur ce message mondial de paix, s’est terminé par une autre messe à 17h00 à la basilique Sainte-Marie-Majeure et l’ouverture de la dernière Porte sainte de l’Année jubilaire de la Miséricorde. L’homélie pontificale a porté sur le pardon pour tous et au-dessus de la loi :

«La Porte Sainte que nous avons ouverte est de fait une Porte de la Miséricorde. Quiconque passe ce seuil est appelé à s’immerger dans l’amour miséricordieux du Père, avec une pleine confiance et sans aucune crainte; et il peut repartir de cette Basilique avec la certitude, avec la certitude, qu’il aura à ses côtés la compagnie de Marie (…) La Mère du pardon enseigne à l’Église que le pardon offert sur le Golgotha ne connaît pas de limites. La loi avec ses subtilités ne peut l’arrêter, ni la sagesse de ce monde avec ses distinctions. »

Pour François, la loi de l’Église qui régit la morale catholique, socle indispensable pour le bien commun d’une société, serait-elle trop subtile et obsolète face aux nouveaux « modes parentaux » reconnus et promus au Synode sur la Famille avec son aval, et pourtant si éloignés des préceptes évangéliques de pureté, fidélité, chasteté ? Ces sages distinctions préservaient pourtant la paix sociale et l’unité familiale et permettaient aux âmes de ne pas sombrer dans un relativisme moral destructeur qui éloigne du pardon divin offert sur le Golgotha.

Alors cette paix tant recherchée par l’être humain pourra-t-elle vraiment être le fruit d’un monde sans foi ni loi car multiculturel, droit-de-l-hommiste, interreligieux ? L’année 2016, l’année de tous les dangers, nous le dira.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. peulet says:

    Je n’ai pas confiance en ce pape ! soit il est sincère , auquel cas il est naïf , le ravis de la crèche , soit il marche dans le complot avec les mondialistes pour supprimer les identités et cultures ! Dans les 2 cas il est dangereux . Il est vendu aux mohamétans …!

  2. peulet says:

    Nos ressentis se rejoignent ….!!! En conclusion , on est dans la m…e et soumis aux malfaisants …! ! !

  3. Encore et toujours le même discours mille fois répété par ce pape comme par ses prédécesseurs et une bonne partie des évêques et des prêtres depuis Vatican II.
    Ce pape nous parle d’apostasie des peuples mais depuis cinquante ans l’Eglise Catholique nous bassine avec la nécessité du dialogue, de l’attention au monde au risque de s’y laisser pièger,ce n’est plus l’Eglise fondée sur les paroles de Notre-Seigneur Jésus-Christ,il s’agit d’une Eglise qui ne semble plus véritablement certaine de ce qu’elle devrait enseigner.
    Il ne s’agit plus de l’Eglise militante qui à le souci du salut des âmes mais d’une Eglise en recherche permanente,une Eglise oecuménique et non plus Catholique Romaine.
    Il me semble que ce pape est largement responsable de l’apostasie ambiante,regardons les nominations épiscopales,alors que nous semblions sortir de la crise grâce au pape Benoît XVI les nouveaux évêques semblent sortir tout droit des années 70.
    Bergoglio est le pur produit d’un concile qui a ruiné l’Eglise,nos églises sont vides,la pratique religieuse est pratiquement nul en France comme en Belgique,Pays-Bas,Canada etc…
    Les séminaires sont vides également, tout comme les noviciats,la moyenne d’âge des religieuses en France dépasse les 80 ans,celle des prêtres s’en approche,plusieurs abbayes passent la main à des communautés du « renouveau »charismatique,les communautés religieuses dans de nombreux cas fusionnent entre elles avant de disparaître totalement.
    L’enseignement diocésain n’a plus rien de catholique.
    Il nous faut nous accrocher à la Divine Providence mais pour des catholiques qui ne voient jamais un prêtre cela est TRES difficile et ce ne sont pas les évêques modernistes perdant leur temps en réunions stériles qui nous sortirons de cette situation!

    • Armand Hage says:

      Parfaitement d’accord avec l’article et les commentaires. Il s’agit de l’antéchrist et d’une église dévoyée qui a dénaturé la religion pour encenser les homosexuels, les musulmans, les juifs, etc. Elle propage un message totalement contraire à l’enseignement du Christ. Y aura-t-il assez de prélats pour former un groupe vraiment catholique qui puisse perpétuer la tradition apostolique?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com