Ignace naquit à Loyola dans l’Espagne du Nord, en 1491. Huitième fils d’une famille de treize enfants, le jeune seigneur de Loyola entra comme page à la cour du roi Ferdinand V. Nature ardente et belliqueuse, la carrière des armes le séduisit. Gravement blessé à la jambe au siège de Pampelune, pendant sa longue convalescence, on lui donna à lire, à défaut de livres de chevalerie pour lesquels il était passionné, la vie de Jésus-Christ et celle des Saints. Cette lecture fut pour lui une révélation. Il comprit que l’Église avait aussi sa milice, qui, sous les ordres du représentant du Christ, lutte pour défendre sur terre les intérêts sacrés du Dieu des armées. Il déposa alors son épée aux pieds de la Vierge, dans la célèbre abbaye des Bénédictins du Montserrat, et son âme généreuse, autrefois éprise de gloire mondaine, n’aspira plus qu’à la plus grande gloire du Roi qu’il allait désormais servir.
Dans la nuit du 25 mars, où l’on célébrait le mystère de l’Annonciation et de l’Incarnation du Verbe, après la confession de ses fautes, il fit sa veillée d’armes et la Mère de Dieu le créa chevalier du Christ et de l’Église militante, son épouse. Bientôt, il sera le Général de cette admirable Compagnie de Jésus, suscitée par la Providence pour combattre le protestantisme, le jansénisme et le paganisme renaissant.
Sur la montagne les fils de Benoît, préludant à la liturgie céleste, continueront à célébrer solennellement les offices divins qu’Ignace recommandera aux fidèles et dont on n’entendait jamais les mélodies sacrées sans pleurer; et lui, se sacrifiant à sa mission, descendra dans la plaine pour faire face, avec ses vaillants soldats, aux attaques de l’armée ennemie dont son Institut est toujours le premier à recevoir les rudes chocs.
Pour maintenir en ses fils cette vie intérieure intense que suppose l’activité militante à laquelle il voulait les vouer, saint Ignace leur donna une forte hiérarchie et leur enseigna, dans un traité magistral hautement approuvé par l’Église, ses Exercices spirituels qui ont sanctifié des milliers d’âmes. On a affirmé que c’est la pratique de l’Exercitatorium de l’Abbé Bénédictin Cisneros au Montserrat (année 1500) qui lui en fit concevoir l’idée. Guidé par la grâce, il le réalisa, du reste, d’une façon différente et très personnelle à Manrèse. Saint Ignace arme ses fils en leur donnant pour bouclier le nom de Jésus, pour cuirasse l’amour de Dieu que le Sauveur est venu allumer sur terre et dont ils portent glorieusement le symbole, qui est le Sacré-Cœur, dans les plis de leur drapeau, et pour épée la parole et la plume, l’enseignement et l’apostolat sous toutes les formes.
C’est dans la chapelle de la Vierge à l’abbaye bénédictine de Montserrat que, le jour de l’Annonciation, saint Ignace avait fait ses premières armes; c’est en la chapelle Saint-Denys des Bénédictines de Montmartre qu’en la fête de l’Assomption de l’an 1534, et plus tard à l’autel de la Vierge de la basilique de Saint-Paul-hors-les-Murs, desservie par les fils de saint Benoit, que naquit la Compagnie de Jésus, cette noble chevalerie du Christ, et c’est enfin le Pape bénédictin Pie VII, moine de l’abbaye Notre-Dame de Céséna, qui, en 1814, la rétablit dans tous ses droits. 
C’est Saint Ignace qui est à l’origine de la conversion de Saint François-Xavier : alors qu’ils étaient ensemble étudiants à la Sorbonne, dans la même chambre, et que Saint François-Xavier faisait part de ses ambitions matériels et pleine d’orgueil, Ignace lui répondit : « a quoi te sert-il de conquérir le monde si tu perds ton âme ». Ce fut une douche froide pour François-Xavier qui ne renonça pas à conquérir la monde, mais le conquit au Christ. Saint François-Xavier baptisa de ses mains plus d’un million de personne.
Du Montserrat partent avec Christophe Colomb, pour le Continent nouveau, le Père Bernard Boël et douze compagnons d’apostolat. De Lisbonne part François-Xavier qui le premier évangélisa le Japon.
C’est le même arbre de l’amour de Dieu qui, sur des branches différentes, porte les mêmes fruits. Quand saint Ignace mourut, le 31 julllet 1556, sa Compagnie, répandue dans le monde entier, comptait déjà douze provinces et cent collèges.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

13 commentaires

  1. BONNE FETE à la « Maison Saint-Ignace » de Lourdes!
    (obédience des Petites Servantes de St-Jean-Baptiste du Rafflay)

  2. konigsberg says:

    http://www.arcturius.org/chroniques/le-secret-kabbalistique-de-mozart-cache-dans-sa-musique/

    Ignace etait un juif marrane… la convertion, il n y a que les catho pour y croire…

    • @ konigsberg,
      Vos références sont assez fantaisistes, mon ami!
      Je n’ajouterai rien car ce serait entrer dans un long débat, et je n’en ai pas le temps.
      Mais juste un mot à propos de Mozart (que l’on trouve dans le lien que vous donnez) : ce qui est écrit sur Mozart et le Requiem » est une légende que l’histoire a démentie. En revanche, s’il est vrai que Mozart est entré dans la franc-maçonnerie, c’est pour une histoire d’argent, et non pour des convictions personnelles. Mozart dépensait tout ce qu’il gagnait en quantités de divertissements, ce qui le faisait vivre, lui et sa famille, dans une pauvreté continuelle.
      Mais la franc-maçonnerie, il s’en moquait complètement; sa vie, c’était la musique!

      • konigsberg says:

        Pas si sure…

        http://www.michelledastier.com/la-face-cachee-des-jesuites-le-pape-francois-et-le-nouvel-ordre-mondial-1ere-partie-par-michel-andre/

        Mais vous faites l effort de lire… donc donc nous avons au moins un point en commun. Ce n est pas negligeable.

        • konigsberg says:

          Je n ai rien enregistré et je suis obligé d aller rechercher un lien a chaque fois… et faut bien reconnaitre que celui la est une belle merde.

          Mais excuses pour le premier lien.

          L impatience est un vilain defaut.

      • J’avais déjà le projet de lire sa référence fantaisiste, mais avant ça :
        1. Les divertissements : il les aimait bien, mais rentré à la maison il passait plusieurs heures à composer (au clavichorde, pour ne pas déranger le sommeil des autres habitants de la maison), avant de se coucher pour se lever de bon matin ; et n’oublions pas qu’en tant de compositeur de cour et de chambre de l’Empereur il était obligé d’écrire beaucoup de musique de danse pour les bals de la Redoute.
        2. Les franc-maçons et l’argent, c’est un autre ragot basé sur le fait qu’à un moment donné il a emprunté à plusieurs reprises de l’argent à un frère de loge.
        3. Sa dernière sortie fut pour aller à sa loge afin d’y diriger une cantate de son cru.
        4. J’ai suivi à la radio en directe les funérailles du pape Pie XII. Avant, la radio avait diffusé la ‹ Musique funèbre maçonnique › de Mozart sans qu’il y eût des objections du côté catholique.
        5. Son père, catholique très correcte (« tu n’as pas oublié de te confesser, j’espère ? » écrit-il), était lui aussi franc-maçon.
        6. L’éternelle rengaine de la « pauvreté continuelle » : parfois il était riche, parfois pauvre, dans le dernier cas avant tout à cause des maladies de sa femme (médecins, médicaments, stations balnéaires etc.). À l’époque où son frère de loge Puchberg lui prêtait de l’argent (qui a été remboursé !), il vivait avec sa famille dans un très grand appartement à Hernals (extra muros) et venait à Vienne en fiacre quand il ne s’occupait pas de ses trois dernières symphonies.
        7. Sa vie était bien la musique, mais il ne se moquait pas par autant de la franc-maçonnerie, voir son avant-dernière grande œuvre ‹ La flûte enchantée [aussi : enchanteresse] › ; la toute dernière fut le ‹ Requiem › que la mort l’a empêché de terminer.

        • @ pamino

          Oui, « La Flûte enchantée » est en rapport direct avec la franc-maçonnerie, mais s’il s’est attaché à cette secte, c’est comme vous dites, parce qu’elle l’aidait à vivre. Le respect plein de vénération et de crainte qu’il avait envers son père, franc-maçon, l’a certainement aussi poussé à se diriger vers cette secte lorsqu’il eut des difficultés pécuniaires.
          Mozart était un bourreau de travail, mais aussi un panier percé. Ce n’est pas parce qu’on est un génie, que l’on n’a que des qualités. Reconnaissez pourtant que sa sympathie envers les francs-maçons n’était pas dû à leurs idées anti-chrétiennes, Mozart ayant composé plus d’une vingtaine de messes ! Pourtant, il a aussi bien composé des messes que des opéras comme « Don Juan » dont les livrets ne sont pas ce que l’on peut appeler « catholiques »… C’est pourquoi j’ai écrit dans mon commentaire du 31 juillet 2015 que, pour Mozart, sa vie, c’était avant tout la musique, c’est certain !

    • Volodymyr Bellovak says:

      Si j’ai bien compris vous n’etes pas « catho »; d’ailleurs pour appuyer vos accusations anti-jésuites vous n’hésitez pas à utiliser de droles de références comme ce site ésotériste et new-age pour lequel on ne peut qu’avoir de la méfiances et de fortes réserves, au minimum, tant il mélange la calomnie à quelques vérités ( puisées chez un bon auteur; Barruel ); habile procédé de manipulation dans lequel vous tombez, volontairement ou non (?).
      Vous etes de ceux qui pensent que la Grace de Dieu ne serait pas assez puissante pour convertir toutes ames quelqu’elles fussent, dans tout homme, qu’il ait des ancetres vikings, pygmés, ou marranes…Vous etes peut-etre de ceux qui affirment ( prière de ne pas éclater de rire ! ) que Jésus était en fait un surhomme « aryen » nordique grand blond aux yeux bleus ( si, si, cette « théorie » a existé ! ) ?…
      Au passage je vous signale que la fausse théorie de la « prédestination » ( biologique ou raciale d’après vous ) n’est pas catholique mais protestante; libre à vous d’y adhérer mais ne répandez pas votre propagande calomniatrice s’il vous plait, l’intox ça suffit !

      • konigsberg says:

        Je me definis comme de race blanche et de forte culture catholique.

        Batise mais pietre pratiquant. Amoureux des eglises et des cathedrales.

        Quand a votre reference historique sur le point « goldwin », meme sos racisme n aurait pas fait mieux…

        Croyez bien que si tout les noirs, arabes et musulmans etaient batises d un coup, et faisaient un peuple de 65 millions d habitant en france… cela ne me sadisferait pas non plus. Car je crois que nos elites actuelles applaudiraient a deux bras…

        Oui je me definis de race blanche. Vous n aimez pas les blancs ??

        • Volodymyr Bellovak says:

          Ne nous énervons pas camarade !
          Concernant les jésuites nous parlons religion; Qui dit catholique, dit universel et salut éternel : pour les catholiques le Ciel et la Vision béatifique de Dieu éternellement ne sont pas « réservé » aux blancs…Que vous soyez blanc, jaune ou noir, ce n’est pas la question qui vous sera demandée par le « Grand Juge » pour accéder au Ciel !
          Jésus et les premiers apotres étaient sémites et sans eux la France et l’Europe n’auraient jamais été chrétiennes; il ne faut pas confondre race et religion. Le problème juif talmuduque moderne n’est pas racial mais historique, religieux et idéologique, avec toutes ses conséquences politiques, économiques, culturelles, civilisationnelles, etc…Ne faites pas l’erreur des strictes « racialistes » qui prennent les humains comme du bétail en les classifiant ( voire les hiérarchisant ) uniquement selon leurs critères extérieurs physiques ! L’homme n’est pas que chair mais aussi esprit; son ame est éternelle et elle est ce qui fait sa grandeur et sa noblesse, sa supériorité immense sur les animaux.
          Pour ce qui est de l’identité nationale française ( ou autre ) je n’ai jamais nié la part essentielle et primordiale de sa dimenssion ethnique au sens très large, qui outre les aspects historiques, géographiques, culturels, linguistiques, spirituels et religieux, comportent bien sur des aspects physiques ou raciaux : etre d’une Nation, c’est etre un « natif », partager un meme sang et de « memes » ancetres, c’est un héritage complet ( « nation » partage la meme racine éthymologique que « naitre »ou « naissance » )
          Je ne confond donc pas la Nation avec une religion, ni avec une race, ni avec une langue, ni avec un pays, ni avec un état; pour qu’il est une nation il faut au moins les quatre ou, au mieux, ces cinq éléments.

          • konigsberg says:

            Nous sommes d accord.

            • Jérôme says:

              @ konigsberg
              Tes sources douteuse vienne de ce blog du vil rusty james qui fait partie du maudit  » peuple élu » , on est pas dupe avec sa propagande judaïque loin de là…
              Depuis le début du Christianisme Satan dispose de nombreuses tactiques pour détourner les gens de Dieu qu’ils vomissent.
              « Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a PAS de VERITE en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est MENTEUR et le père du mensonge » (Jean 8 :44).

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com