epiphanieLa fête de l’épiphanie, qui a existé en Orient et dans certaines églises d’Occident avant de pénétrer à Rome, semble bien avoir été à l’origine une fête de la Nativité; le 6 janvier était donc à peu près équivalent, pour ces églises, de ce qu’était Noël, le 25 décembre, pour l’Église romaine.

Introduite à Rome dans la seconde moitié du IVe siècle, la fête de l’épiphanie y est devenue « le complément et comme le couronnement de celle de Noël ».

Ce que l’Église célèbre aujourd’hui, c’est la manifestation de Notre-Seigneur au monde entier et l’Immense rayonnement du mystère de l’Incarnation. Saint Léon, et avec lui toute la tradition chrétienne, a vu dans les Rois Mages qui accourent auprès du Christ les prémices de la gentilité: ils engagent l’avenir et entraînent à leur suite tous les peuples de l’univers, si bien que le mystère de l’épiphanie, manifestation du Christ au monde, embrasse toute l’histoire du monde: c’est un mystère dont les Mages ont marqué le commencement, mais qui ne cesse de se développer au fur et à mesure que l’Église s’étend. C’est tout le sens de la grandiose prophétie d’Isaïe que la liturgie nous donne en lecture à la fois comme épître de la messe et au 1er nocturne de Matines. Saint Léon ne manque pas d’y faire allusion.

Ce sont encore les fruits et conséquences du mystère de l’Incarnation, que chante l’Église dans l’antienne du Magnificat aux lies Vêpres, en ajoutant à la vocation des Rois Mages son union avec le Christ, figurée par les noces de Cana, et le baptême de ses enfants, annoncé par celui du Seigneur dans les eaux du Jourdain.

Les rois mages, riches et puissants, viennent adorer Dieu dans cet enfant humble et pauvre couché dans la paille d’une étable, entre un âne et un bœuf. Il lui offre de la myrrhe, le reconnaissant ainsi comme homme, de l’or, l’acceptant comme roi, et de l’encens, adorant ce Dieu.

C’est aussi cette réalité que nous rappelle la crèche : celle d’un enfant, homme parmi les hommes pour partager la condition humaine, celle d’un roi, appelé à régner sur le cœur de chacun d’entre nous mais également sur les nations, celle d’un Dieu, au dessus des créature que nous sommes. On comprend mieux la haine que soulève une simple crèche.

Xavier Celtillos

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. M. Xavier Celtillos, continuez à nous donner de bons articles que j’apprécie beaucoup.
    Que Dieu vous garde longtemps en vie !

    Athanase

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com