Pour sa première visite internationale, Emmanuel Macron a couru, lundi 15 mai, à la cour de Berlin pour y rencontrer Angela Merkel, la chancelière officieuse de l’Union Européenne. Leur objectif commun : relancer l’action européenne. En clair accorder toujours plus de pouvoirs aux technocrates bruxellois.

Rapatriement, demandes d’asile et réciprocité dans les rapports commerciaux furent au centre de cette première rencontre.

Le projet macronien de « refondation de l’Europe » en crise plaît à la dame allemande : « Nous sommes à un moment historique de l’Europe. (…) Nous avons besoin d’un temps historique qui soit un temps de refondation » avec « la montée des populismes » et le risque de « délitement » de l’Union a clamé le nouveau président de la République française.

« La modification des traité est un tabou français. Pour moi, non. Du point de vue allemand, il est possible de changer les traités si cela fait sens » a expliqué Merkel, jusque là réticente sur cette question, en surenchérissant : « L’Allemagne ne se porte bien que quand l’Europe se porte bien. Et l’Europe ne se porte bien que si la France est forte en Europe. (…) Nous voulons créer une nouvelle dynamique», avant d’annoncer la tenue, en juillet, d’un « conseil des ministres franco-allemand pour présenter des projets communs et relancer notre coopération ».

Le nouveau chef de l’État a promis quant à lui de « conduire des réformes en profondeur pour restaurer la confiance » avec l’Allemagne. Et il s’est incliné devant les desiderata de la chancelière allemande concernant la question des «eurobonds » qui déplaisent tant aux Germains d’Outre-Rhin. «Je ne suis pas un promoteur de la mutualisation des dettes passées », a assuré Emmanuel Macron.

L’axe Paris-Berlin mis en place par le tandem Macron-Merkel, c’est toujours plus d’union européenne, de libre-échange et toujours moins de souveraineté nationale.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. jeannine vaxelaire says:

    En même temps ,il ne fallait pas s ‘attendre a autre chose ,les populistes les déranges ,ils vont les abattes ,les populistes pour eux ,c ‘est pire que la gangrène,,non mais qu ‘elle idée de vouloir défendre notre civilisation ,nos traditions ,coutumes ,racines etc etc ,et bien dsl ,je suis populiste et fière d ‘y être

  2. Soupape says:

    Sur la photo … les attitudes parlent d’elles mêmes :

    c’est l’élève qui ânonne, … sous le regard vigilant de la maîtresse d’école (encore une !).

    Pauvre macrHONTE, qui est-ce qui va le prendre au sérieux ?

    Il lit un texte … et a le nez dans ses chaussures …

    S’il faisait pareil chez Rothschild, pas étonnant qu’il ait été viré.

    Un président comme ça, on n’en veut pas ! …

  3. A propos de l’Europe, de Macron et de l’occultisme : http://queteverite.blogspot.com/2017/05/lode-la-joie-une-oeuvre-inspiree-par-la.html

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com