Les médias conservateurs se réjouissent, certains crient même victoire à l’avance. Le pape François a rappelé sans ambiguïté le caractère indissoluble du mariage lors de l’ouverture de cette deuxième partie du Synode qui se tient durant ce mois d’octobre 2015.

Certes on peut se réjouir de voir le pape défendre le mariage et son indissolubilité. Mais de quoi se réjouissent ces médias conservateurs ou dits traditionnels ? Ont-ils déjà vu le pape François remettre en cause publiquement l’indissolubilité du mariage ? Bien sûr que non. Et ces cris de victoire montrent qu’ils n’ont rien compris à ce qui se passe lors de ce Synode et à ce qui ravage l’Eglise depuis plus d’un siècle et qu’avait si fortement dénoncé Saint Pie X dans Pascendi Dominici Gragis en 1911.

Un moderniste peut dire la doctrine de l’Eglise de façon juste. Mais il peut la contredire tout autant après. C’est aussi le propre du libéral qui sait dire la doctrine mais qui par la praxis va la relativiser ou la combattre. C’est exactement ce que fait avec habileté le pape François.

Certes, le 4 octobre 2015 il a rappelé la doctrine sur le mariage, mais le 15 août 2015 il avait pourtant modifié le code de droit canon sur les reconnaissances de nullité de mariage qui était ni plus ni moins une sorte de divorce dans l’Eglise qui refuse de dire son nom. Dans son homélie du 4 octobre il a redit qu’il ne voulait pas des mariages express, insistant avec raison sur l’importance des fiançailles, pourtant, avec le Motu Proprio Mitis Iudex Dominus Iesus, il a institué le divorce express !

Même attitude sur l’homosexualité. Si le discours peut parfois être ferme, le pape n’a de cesse de mettre en avant des personnalités homosexuelles sans jamais leur reprocher leur état de vie. C’est ainsi, par exemple, que Mo Rocca, activiste homosexuel, a été choisi comme lecteur pour la messe du Pape François au Madison Square Garden.

Certes, si nous pouvons nous réjouir des propos en eux-même du pape sur le rappel de l’indissolubilité du mariage, nous ne pouvons que regretter et dénoncer la manipulation qui est derrière un tel rappel. Que les catholiques cessent d’être les idiots utiles d’une manipulation qui dure depuis le concile Vatican II, en refusant de s’accrocher au moindre signe de conservatisme et de rappels doctrinaux qui n’ont pour but que de mieux faire avaliser la révolution dans l’Eglise.

Le Synode sur la famille va être un bel exemple de cette manipulation.

C’est pour cette raison que la confession de la Foi s’appuie sur deux piliers : la proclamation de la doctrine et la condamnation de l’erreur. Si la première ne dérangent pas les libéraux, ils honnissent la deuxième. C’est pour cela que le concile Vatican II se voulait « pastoral », c’est à dire non contraignant. Et la fausse miséricorde promue par le pape François ne trouve pas son origine ailleurs que dans le concile Vatican II comme l’avait si bien exprimé lors de l’ouverture de ce concile le pape Jean XIII :

« L’Eglise n’a jamais cessé de s’opposer à ces erreurs. Elle les a même souvent condamnées, et très sévèrement. Mais aujourd’hui, l’Epouse du Christ préfère recourir au remède de la miséricorde, plutôt que de brandir les armes de la sévérité. Elle estime que, plutôt que de condamner, elle répond mieux aux besoins de notre époque en mettant davantage en valeur les richesses de sa doctrine. Certes, il ne manque pas de doctrines et d’opinions fausses, de dangers dont il faut se mettre en garde et que l’on doit écarter; mais tout cela est si manifestement opposé aux principes d’honnêteté et porte des fruits si amers, qu’aujourd’hui les hommes semblent commencer à les condamner d’eux-mêmes. »

Le Synode n’a rien inventé !

L’Eglise ne sortira pas de ce tourbillon infernal de la crise tant qu’elle ne recondamnera pas les erreurs. Et ceux qui ayant charge d’âmes, se refusent à condamner eux aussi les erreurs par crainte, calcul ou conviction, aident les ennemis de l’Eglise dans leur destruction.

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Sancenay says:

    Avant d’être pressés de pratiquer le sport gallican favori-dégommer les Papes quels qu’ils soient et qui ne sont jamais assez ceci ou cela pour autant d’éminents « papabiles »- essayons d’être au moins logiques:
    Si les « mariages express » ne sont pas valides en quoi les « divorces » qui y mettent fin pourraient-ils être répréhensibles ?
    L’erreur qui est à corriger- c’est plus fécond que de « condamner » de manière abrupte- c’est bien de mettre fin à la pratique des simulacres de mariage où l’intention chrétienne n’existe nullement.

    • Xavier Celtillos says:

      Je ne dis pas que le fait de vouloir mettre en valeur les fiançailles soient une mauvaise chose bien au contraire, mais ce n’est pas parce que beaucoup de mariages sont nuls de part le vice d’intention que les nouvelles dispositions qui permettent de reconnaître nul un mariage de façon express est bonne.
      Dire qu’on veut renforcer le mariage en instituant de fait un divorce dans l’Eglise est hypocrite.
      Encore une fois on mélange le bien et le mal, le vice et la vertu.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com