Nous avions évoqué sur MPI l’agression du député FN de Béthune, Ludovic Pajot, qui lui avait valu une blessure à la mâchoire et 5 jours d’ITT. Le second agresseur a lui aussi bénéficié de la clémence de la justice régimiste. Le 24 octobre, il a été condamné à la peine dérisoire de 6 mois de prison avec sursis, et ce alors qu’il avait attaqué un parlementaire en parfaite connaissance de cause. Preuve que les antifas sont une milice auxiliaire du régime, l’agresseur n’a été condamné qu’à 6 mois de prison avec sursis, sans révocation de son premier sursis qu’il avait eu lors de sa condamnation en 2010. Il devra en outre verser à sa victime 1400 euros de dommages et intérêts.

L’élu patriote est choqué par le verdict : « Alors que mon agresseur était déjà sous le coup du sursis, la justice laxiste lui inflige encore du sursis comme une incitation à récidiver ». Notons qu’il avait échappé au premier procès car selon son avocate, Me Mauro, il y avait eu « une atteinte aux libertés de (son) client, déféré entravé sans aucun titre », menotté et retenu en dehors du cadre légal de la garde à vue.

Le parquet avait requis 4 mois fermes, mais un élu patriote n’est qu’un élu de seconde catégorie aux yeux de la justice. « Vous croyez qu’on combat des idées à coups de poing ? » avait demandé le Président à l’antifa., alors que Me Moulin, l’avocat du député, précisait que son client a été frappé en raison de sa fonction et de ses idées, sans oublier les insultes (« Sale facho ! Fils de p…  »). Condamnant, « au-delà des convictions politiques », le recours à la violence pour régler ses comptes, le procureur rappelle que la victime « a été marquée par les faits subis  ». L’homme, mais aussi la personne chargée d’une mission de service public, du fait de sa fonction de député, ce qui aggrave les choses aux yeux de la justice. Il a requis la même peine que lors du premier procès : quatre mois de prison.

C’était sans compter le contexte politique et la dialectique de Me Mauro : « Il n’est pas chargé d’une mission de service public, mais investi d’un mandat public électif ». Mon instinct me dit que si un skinhead (enfin, s’ils existaient ailleurs que dans les films) frappait – au hasard – Monsieur Mélenchon en le traitant de « Sale rouge ! Vipère lubrique ! », je doute que le Président fasse une subtile nuance entre les deux.

Tous les élus de la République sont égaux. Certains sont plus égaux que d’autres. Ludovic Pajot montre que certains ne sont pas égaux du tout…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

6 commentaires

  1. cadoudal says:

    la Justice maçonnique :

    un Mur de cons

    qui haïssent les Gaulois.

    et aiment les bolcheviques.

    une tradition aussi vieille que la République ..

    • Guy HUGUEL says:

      Juges gauchistes dont le cerveau est complètement inféodé aux pensées marxistes ce qui les empêche de faire une justice au nom du peuple français.A limoger tous vces détraqués.

  2. Paul-Emic says:

    La vermine, antifas en tête, est l’auxiliaire du pouvoir qui favorise son existence et la laisse prospérer pour renforcer son propre pouvoir contre les citoyens ordinaires.
    C’est un phénomène vieux comme la démocratie – cf les dérives de la démocratie athénienne au IVème siècle av JC) – parfaitement bien décrit dans « L’Avant Guerre Civile » d’Eric Werner.
    L’aboutissement de tout cela est d’après Platon un régime tyrannique dont on voit déjà poindre le nez à l’horizon.

  3. Boutté says:

    Pour se convaincre de la partialité des gauchistes en toges il suffit de comparer les traitements infligés aux manifestants de la Manif pour Tous et des casseurs dits Antifas .

  4. Tant que le syndicat de la majistrature ne sera pas purje de ses éléments gauchistes et de ses francs maçon il n’y aura pas de justice impartial .Rappelez vous le jugement rendu à la suite de la mort accidentelle de ce jeune après une risque qu’il avait lui-même provoqué et qui avait valu la dissolution d’organisme de droite .Nous avons en France une justice parfois partiale quant il s’agit de juger un faire d’origine politique.

  5. Cadoudal says:

    nos pires ennemis ne sont pas les djihadistes qui tirent au Bataclan;

    ce sont les politiciens , les journalistes, les magistrats , les clercs, qui organisent l ‘invasion de la France par les djihadistes pour obéir aux consignes révolutionnaires et nihilistes des Loges.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com