Le prix Charlemagne est indubitablement un bon thermomètre pour juger des penchants européistes, ce qui est synonyme de mondialistes, de nos dirigeants contemporains. Depuis sa création en 1950, il récompense toujours des hommes politiques ou de l’intelligentzia bien correcte hostiles aux nationalismes, aux identités, aux frontières, à la civilisation européenne et chrétienne, et promouvant un utopique et idéologique « village global ».

Dis-moi si tu le reçois et je te dirai qui tu es…

Après Simone Veil, au palmarès mortel, après Jean Monnet, Winston Churchill, Konrad Adenauer, Angela Merkel ou encore Bill Clinton, François Mitterrand, ou Jean-Paul II, c’est au tour d’Emmanuel Macron de recevoir le fameux sésame.

En 2016, ce fameux prix international avait été remis, en grande pompe, par les apôtres du mondialisme, du multi-culturalisme et du syncrétisme religieux, de la destruction des Nations, au pape François pour son action en faveur d’une Europe de l’accueil et multi-ethnique, et du dialogue interreligieux. Ils s’étaient tous donné rendez-vous au Vatican, le 7 mai 2017, pour discerner cette médaille de la bien-pensance politique à leur allié romain, Merkel, la chancelière des migrants, Juncker le président de la commission européenne, Tusk pour le Conseil de l’Europe et Schulz, pour le Parlement européen, Vallaud-Belkacem, la franco-marocaine, de religion musulmane et grande prêtresse du genre à l’école laïque de la République française, Renzi, le chef du gouvernement italien en pleine tourmente, le roi Felipe d’Espagne, Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne qui asphyxie les pays européens pour le plus grand profit des financiers apatrides et vagabonds et le chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini qui pleure un coup sur les attentats de Bruxelles tout en collaborant activement aux guerres et à la déstabilisation du Proche-Orient,.

Cette année, cette même caste mondialiste européenne a choisi comme lauréat le président de la République française, Emmanuel Macron, pour « sa vision forte pour une nouvelle Europe » en faveur d’une « nouvelle Europe et [de] la refondation du projet européen », « d’une nouvelle souveraineté européenne et d’une restructuration de la coopération des peuples et des nations », pour sa volonté de « ré-ancrer l’Europe et l’idée européenne au cœur des sociétés, des populations avec notamment le lancement des consultations citoyennes ». Et aussi pour son initiative « Make our planet great again », destinée à préserver l’accord de Paris sur le climat. Le Directoire de la Société pour la remise du Prix International Charlemagne de la ville d’Aix-la-Chapelle indique également dans ses motivations avoir voulu honorer « un précurseur courageux du renouvellement du rêve européen ». On croirait lire du pape François…

D’ailleurs Macron a tenu sensiblement un discours équivalent en recevant le prix, hier jeudi 10 mai, à Aix-la-Chapelle en Allemagne, ancienne capitale de l’empire carolingien : « N’attendons pas. Agissons maintenant ! » a-t-il clamé en tonnant contre la « tentation du nationalisme, du replis sur soi, en pensant pouvoir mieux contrôler les choses sur une échelle nationale ; cette sonnette d’alarme nous l’avons eu avec le Brexit, nous l’entendons avec les élections italiennes, en Hongrie, jusqu’en Pologne. » « Partout en Europe résonne cette musique du nationalisme, cette fascination » a-t-il continué en précisant que cela « réduirait encore notre varie souveraineté », la souveraineté omnipotente des technocrates bruxellois et des banquiers apatrides…

Le prix Charlemagne lui a été remis par l’indéboulonnable ange noir de l’Allemagne, Angela Merkel, qui a prononcé l‘éloge européen.

Tout un symbole : celui du visage multiple et pourtant identique de la destruction de la vraie Europe des Nations par des élites mondialisées…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

12 commentaires

  1. Hugues says:

    Que va peser sa nouvelle breloque face à la cruelle réalité ?

    « Alors que les USA se sont retirés de l’accord sur le programme nucléaire iranien, Airbus s’est retrouvé face à une décision difficile: que faire avec l’accord avec Iran Air pour la vente d’une centaine d’avions pour un montant de 17,5 milliards d’euros? »

    • Lionel says:

      exacte!

    • LANKOU RU says:

      Heureusement qu’il ne reçoit pas la médaille « CHARLES MARTEL »

  2. On y va says:

    Brochette de dirigeants à l’image du balcon .
    Splendeur et décadence de personnages creux et vides , dont un singe son Maître sur toutes les vidéos .
    L’emmanuel de la Pyramide et il est chez nous le Pharaon de la finance .

    • Comme je l’écrivais dans la Huitième Plaie en annonçant (six mois avant la presse) la nomination du pape François, le premier récipiendaire de cette distinction, en 1950, fut Richard von Coudenhove-Kalergi…

  3. marcoa says:

    le ruban jaune des venerables Freres Moloch ,,d habitude on a droit a la cravate ,foulard ,robe bleu ,,,des freres et soeurs ,,,bleu et jaune ,, entre eux se designent et mr popu regarde
    ce train passer ,,,

  4. Daniel Daflon says:

    On dirait des gamins qui s’echangent des bons points dans une cour de recreation. Ils se felicitent mutuellement les uns les autres. Il est vrai que s’ils attendent les felicitations des peuples, ils peuvent attendre longtemps. Curieuse idée d’avoir appelé ce prix du nom de l’Empereur franc du St Empire romain germanique alors que les lauréats collaborent intensément à la destruction du christianisme et des peuples européens. Le Grand Prix pour la Bougnoulisation de l’Europe aurait été beaucoup plus approprié. Si Charlemagne pouvait se relever, je ne doute pas un instant qu’il s’empresserait de décapiter scéance tenante ce ramassis de cloportes.
    Cela me rappelle des souvenirs de ma petite enfance. Je savais à peine lire que mon père m’avait offert un livre fabuleux : La Chanson de Roland. Chaque soir, dans mon lit, j’en lisais quelques paragraphes, et je m’endormais en rêvant que j’étais au côté du neveu de Charlemagne, Roland, son épée Durandal en mains, et qui tranchait de haut en bas les cavaliers arabes, y compris leurs chevaux, tandis que je maniais le terrible fléau d’arme, un manche court prolongé d’une chaîne terminée par une boule d’acier érissée de pointes, et que, chaque fois que je l’abbatais sur la tête d’un crouillat, je criais : « Met toi bien ça dans la tête ».
    Hélas, mon rêve ne s’est pas concrétisé, et je n’ai pas encore pu participer à la St Barthémy des ennemis de la France. J’espère encore car c’est la seule chose qui pourrait m’apaiser avant la mort.

  5. Lionel says:

    Ces mégalomanes s’auto-congratulent et ne se rendent mêlme pas compte à quel point ils sont ridicules…

    • Cadoudal says:

      méthode efficace pour intimider le populo et nous mettre sous la coupe de tyrans imposteurs

  6. Lionel says:

    Pour couronner le tout, je propose qu’on le canonise avec Romero et Paul VI plus Benoît XVI, quant à faire!!!

  7. Cadoudal says:

    à quand le Grand Prix de la Licra , avec ascension en montgolfière ?

    • Lionel says:

      J’avais oublié la « légion d’honneur » qu’on distribue et parfois retire à tort et à travers: « excusez, Monsieur Assad, mon prédécesseur s’est trompé, rendez-moi la « prestigieuse breloque » qu’il vous a accordée par erreur! » sans parler des « va-t-en-guerres » et des « criminels » à qui l’on accorde le « prix Nobel de la paix », ben voyons!…
      Après tout, pourquoi pas un « prix de la Licra » ou du « Crif » etc…? il y en a certainement à qui ça plairait!

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com