Chronique de la désinformation médiatique quotidienne.

La journée d’hier lundi 19 juin a été marquée par deux faits similaires dans leur mode opératoire : des conducteurs foncent avec leur voitures sur des obstacles. L’un a eu lieu à Londres contre des passants devant la mosquée de Finsbury Park , l’un à Paris contre un camion de gendarmerie posté sur les Champs-Élysées.

Ce matin on pouvait écouter en boucle sur les radios du système ou lire à la Une des médias obèses deux descriptions sensiblement différentes de ces deux événements : l’attaque de Finsburg Park contre des musulmans sortant de leur lieu de culte est caractérisée péremptoirement d’attentat terroriste et islamophobe et le suspect numéro 1, Darren Osborne, est détenu pour terrorisme et pour une fois personne n’envisage qu’il puisse s’agir d’un déséquilibré ; l’attaque de Paris est, elle, qualifiée par certains journalistes « d’incident », qui dit mieux ?, ou de « tentative d’attentat », avec cette précision affectée qu’il s’agirait « à priori » « d’un acte volontaire », mais bon on n’en est pas sûr, hein ! Le responsable Djaziri Adam L. est quant à lui décédé au cours de l’impact.

L’un des drames est minimisé, celui de Paris, l’autre exagéré, celui de Londres. Et si la vérité était diamétralement inverse ?

 

Londres : Darren Osborne, le suspect de l’attaque londonienne, Gallois de 47 ans, sans précédent judiciaire, est décrit, par ses connaissances, comme une homme complexé et troublé, qui pète un plomb quand il a trop bu. Sa mère a déclaré que son fils « n’est pas un terroriste et n’a jamais montré de haine envers les musulmans. Mon fils n’est pas un terroriste, c’est juste un homme avec des problèmes. » Sa femme venait de le quitter quelques semaines auparavant. Il était sous médicaments. Les médias britanniques confessent d’ailleurs qu’il criait « Tuez-moi ! » à la foule en colère après son méfait. Sa sœur avoue de son côté que Darren ne doit même pas savoir qui est le premier ministre actuel et qu’elle ne l’a jamais entendu dire quoi que ce soit contre les musulmans. En revanche, depuis le récent attentat islamiste sur le London Bridge, Darren Osborne a admis aux policiers qui l’interrogeaient avoir eu des positions plus hostiles envers les musulmans, ce qui peut expliquer ce choix de la mosquée de Finsbury Park. Celle-ci n’est-elle pas une des plus célèbres du Royaume-Uni ayant été par le passé un terreau pour de nombreux djihadistes, dont certains ont participé à des attentats, comme ceux de 1995 en France ou ceux du 11 septembre ? Il est donc tout-à-fait vraisemblable que l’on soit là face non à un acte terroriste comme le clament les médias et le pouvoir politique mais le geste fou et intempestif d’un homme instable qui ne tient pas l’alcool, –il venait de se soûler au pub avant de percuter la foule-,  et qui en a assez des attentats islamistes qui ensanglantent son pays. On pourrait le qualifier raisonnablement comme un acte violent et individuel non pas terroriste mais destiné à combattre, de façon déraisonnable il est vrai, le terrorisme.

Paris : Djaziri Adam L., l’homme au volant de la Renault Mégane qui a percuté un fourgon de gendarmerie sur les Champs-Élysées et est mort dans l’explosion de sa voiture, est né en 1985, est fiché S depuis 2015 pour ses liens avec la mouvance radicale islamiste et est connu de la Direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI). Dans sa voiture, les forces de l’ordre ont retrouvé deux bouteilles de gaz, deux pistolets automatiques Glock, un fusil d’assaut de type kalachnikov et des munitions. Voilà un profil hautement dangereux. La piste terroriste islamiste est incontestable pour tout journaliste honnête et il est fort probable qu’il s’agissait là d’une action kamikaze et préméditée.

Alors, l’attaque de Londres : terrorisme ou incident ? L’attaque de Paris : incident ou terrorisme ?

Les médias du système, source de désinformation, en minimisant l’un et en accentuant l’autre, contrairement à la vérité, instrumentalisent ces drames pour répandre la fable d’un terrorisme islamophobe pendant du véritable terrorisme islamiste. Fable larmoyante qui servira les intérêts des immigrationnistes et des islamophiles, et bien entendu victimisera les communautés musulmanes occidentales.

La vérité c’est le mensonge, le mensonge c’est la vérité…

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

3 commentaires

  1. pamino says:

    Vous risquez d’avoir raison. Du moins, je vois que vous avez pu vous bien informer dans le cas de Londres et je suppose donc que les média là-bas n’aient pas tous été si tendancieux qu’en France.

  2. Да здравствует Путина says:

    Bien vu! A vrai dire je n’avais même pas écouté le récit de l’attentat de Londres, je pensais qu’il s’agissait encore d’un acte islamiste… Il faut avouer que si certains autochtones finissent par « péter » les plombs, ils ont des excuses. Vous allez voir qu’on n’a pas fini de nous la ressortir cette attaque d’un « chrétien » contre des musulmans… Et si, comme au Liban, cela venait à se généraliser ? Car la guerre du Liban est partie comme ça. Lire à ce sujet: « victime et bourreau » un excellent livre qui explique bien comment les choses ont démarré. Un jour les victimes chrétiennes ont décidé de devenir des bourreaux.

  3. verdier says:

    D’après le site internet du POINT, l’auteur de l’attentat contre la mosquée est un musulman lui-même, son nom y est cité, j’aurais du le noter pour le montrer. Mais on n’en a plus parlé !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com