pape_francois_gayAu cours d’une émission à Radio Padania, Matteo Salvini, le charismatique chef de la Ligue du Nord, parti identitaire italien, très critique depuis des nombreux mois par rapport aux différentes prises de positions sociétales de l’hôte du Vatican, s’en prend aujourd’hui aux nouvelles dispositions bergogliennes concernant le péché d’avortement.  Il attaque vertement et simultanément le « pardon » du pape François aux femmes et aux médecins qui pratiquent l’avortement et une nouvelle comptine pour enfants chantée dans une école maternelle de Padanie dans laquelle le Père Noël apporte « un sac plein de permis de séjour » :

« C’est une civilisation qui est en train de mourir : elle [cette comptine] fait la paire avec le pape et ses réflexions sur l’avortement. »

Dans la logique de sa nouvelle Lettre apostolique « Miséricorde et pauvreté«  dans laquelle il autorise tous les prêtres à absoudre le péché d’avortement, le pape François a en effet décidé « l’aggiornamento » du code de droit canonique concernant l’absolution du « grave péché d’avortement ». Cette absolution était jusqu’à maintenant réservée aux seuls évêques qui pouvaient donner la faculté d’absoudre ce péché, qui comporte en soi l’excommunication latae sententiae, à certains prêtres de leur propre diocèse.

Au cours de l’année jubilaire, François avait concédé cette faculté à tous les prêtres du monde entier. Par sa Lettre apostolique, il la maintient en établissant que ce droit d’absoudre l’avortement est, dorénavant, octroyé à tous les prêtres. L’excommunication n’a donc plus lieu d’être : même si elle reste en vigueur pour l’instant, elle n’a plus d’effets pratiques dans la mesure où il suffit de se confesser dans une quelconque paroisse pour qu’elle soit levée. Le code de droit canonique va donc être amendé pour qu’elle soit supprimée.

Mgr Fisichella, président du Conseil pontifical pour la Nouvelle Évangélisation, lors de la présentation de la Lettre à la presse, avait expliqué que le droit canonique étant « un ensemble de lois » « dès l’instant où le Pape prend une décision qui modifie les termes de la loi, on doit nécessairement changer l’article relatif à telle disposition ». En particulier, avait souligné Mgr Fisichella, avec cette absolution, « l’excommunication laetae sententiae n’a plus lieu d’être ». Cette nouvelle disposition, avait-t-il aussi précisé, concerne la femme mais « également les médecins, infirmiers, qui soutiennent l’avortement », et qui se repentent. Dans le sillage des discours du pape François, Mgr Fisichella avait conclut en pontifiant : « Le péché concerne tout le monde, donc le pardon aussi, il est global, tous ceux qui sont impliqués sont concernés ».

Or en supprimant la sentence d’excommunication, le pape François ouvre grande la porte à la relativisation du « grave péché d’avortement », en avalise sa pratique même si en théorie il est toujours condamné.  MPI, à juste titre et face à d’autres actions déplorables de la Rome actuelle sur cette même question de l’avortement, se pose la question : Le pape renonce-t-il à la défense de la vie ?

En tout cas, si pour l’instant les milieux ecclésiastiques restent silencieux devant ce nouveau dérapage du pape François, l’ouverture envers l’avortement de Jorge Maria Bergoglio a déclenché des réactions au sein du monde politique : tandis qu’Emma Bonino, le leader des Radicaux, avorteuse et fière de l’être, grande personnalité italienne pour le pape argentin, parle de « geste courageux », Matteo Salvini accuse, quant à lui, le pape François de contribuer à la mort de la civilisation ! Nous ne pouvons que lui donner raison, malheureusement.

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

14 commentaires

  1. jeannine vaxelaire says:

    il doit avoir une tumeur aux cerveau ,il est complètement déconnecté ,je ne le reconnait pas en tant que pape ,le diable a pris possession de son corps ou quoi

  2. Beccé-bobo et le mal mortel s’en va ?????

    Ceux qui vont se confesser mais qui ne renoncent pas à continuer d’être impliqués dans les pratiques d’avortement ne peuvent recevoir l’absolution et communier, qu’il s’agisse d’un prêtre ou d’un évêque.

    La majorité des gens penseront que c’est sans importance et n’iront pas se mettre à genoux devant un prêtre, comme ils n’allaient pas se mettre à genoux devant un évêque …..

    L’homme en blanc, dont il est question, est le spécialiste du « dire une chose et son contraire » quelques fois dans la même phrase ………. Par conséquent devrions-nous être de son église tout en n’en faisans pas partie …….

  3. Padamalgam says:

    « en supprimant la sentence d’excommunication, le pape François ouvre grande la porte à la relativisation du « grave péché d’avortement », en avalise sa pratique même si en théorie il est toujours condamné. »

    Z’êtes tout de même un peu rapides non?
    Et d’une, la sentence d’excommunication n’est pas encore supprimée. Quand bien même elle le serait, ce ne serait qu’une mesure disciplinaire qui n’empêche pas la nécessité de la contrition et du ferme propos pour que l’absolution puisse être donnée.
    Et de deux, attention aux concentrés de raccourcis, de la suppression à la relativisation à l’avalisation!! Où sont l’espérance et la prière pour le pape là-dedans?

  4. Et je cite : « …le droit canonique étant « un ensemble de lois » « dès l’instant où le pape prend une décision qui modifie les termes de la loi, on doit nécessairement changer l’article relatif à telle disposition. »

    Faisons un parallèle avec cette autre déclaration de François en juin dernier : « J’ai vu tellement de fidélité dans ces concubinages, tant de fidélité ; et je suis sûr que ce sont des mariages vrais, qu’ils ont la grâce du sacrement, parce qu’ils sont fidèles. »

    Voici donc la logique : « …le mariage sacramentel faisant partie d’ « un ensemble de lois » « dès l’instant où le pape prend une décision qui modifie les termes de la loi, on doit nécessairement changer l’article relatif à telle disposition. » C’est logique… non ? Mais le hic ici c’est que cet « ensemble de lois » sont les Commandements de Dieu, dont le 4e oblige au mariage sacramentel pour faire œuvre de chair.

    Est-ce que Dieu « …doit nécessairement changer l’article relatif à telle disposition. » Interrogeons son Vicaire-tout-puissant… « Bien sur…! »

    Je crois que nous sommes arrivés à l’heure de la responsabilité des consciences personnelles, car les déclarations urbi et orbi de notre pape ne passent pas le test de la foi. La Barque de Pierre prend l’eau… son Vicaire se prend pour Dieu… et Dieu prend le bord !

    • Je crois que nous sommes arrivés à l’heure de la responsabilité des consciences personnelles, car les déclarations urbi et orbi de notre pape ne passent pas le test de la foi. La Barque de Pierre prend l’eau… son Vicaire se prend pour Dieu… et Dieu prend le bord !

      La responsabilité à laquelle vous faites allusion est en contradiction avec l’usage de pseudonymes et d’identités cachées comme vous le faites.

      Quant à moi, je crois que l’avenir de l’Église fondée par le Christ est dans les petites assemblées locales libérées de la main de fer de Rome et soumises, en tous points, à l’Esprit Saint promis.

      • Je demande bien volontier au responsable de ce site de modifier mes informations pour bien m’identifier à l’avenir comme Jean-Pierre Dodge. Ce choix fut bien involontaire car j’ai du utiliser un identifiant de blogue de voyage pour valider mon accès à ce site. J’étais un peu perdu dans ces détails car je ne suis pas un habitué. Et c’est nouveau d’aujourd’hui.

        Je fus éditeur catholique durant plus de 35 ans, je me suis retiré il y a plusieurs années pour voyager, mais sans perdre de vue le but de cette vie.

        Mille excuses Pierre.

        Pour ce qui est de votre dernière remarque concernant « les petites assemblées » … « soumises à l’Esprit Saint », je crois que le plus bel exemple en la matière, considéré à l’époque comme un « fruit de l’esprit de ce damné concile », mais un bel emprise de Satan sur l’Église (puisque venant du protestantisme), fut le « mouvement » charismatique. Ce fut rien de moins que des sectaires, et justement, mille et une « petites assemblées soumises à LEUR Esprit Saint » qui voulait nous hypnotiser (dans un soit disant repos dans l’esprit – de soumission). Je m’en veut aujourd’hui d’être tombé dans ce gros piège à ours… former de ces petits groupuscules paroissiaux… en dehors de l’Église.

        Comme pour les premiers martyres, il nous faut demeuré unis au sein de l’Église du Christ qu’il a voulut UNE, tout en la défendant autant de l’intérieur que de l’extérieur. C’est notre seul devoir de baptisé.

        Je voudrais faire une confidence: il y a quelques années, lorsque j’ai appris que l’on avait canonisé Jean XXIII et Jean-Paul II, j’ai quitté l’Église pour de bon. Encore aujourd’hui je ressens de la rage dans mon cœur, et j’ai de la grosse difficulté à y demeurer. Avec le temps j’ai compris que hors de l’Église il n’y a pas de salut. Que je devais cesser de m’entêter.

        Même le fait de dénigrer François aujourd’hui, je sais que le Seigneur me le reprochera sévèrement un jour. Il est son Vicaire et son Juge. Il est dans l’erreur selon moi et selon un très grand nombre, il est donc permis de le critiquer avec charité (ce que je n’ai pas toujours fait) mais nous ne sommes pas son Juge. C’est peut-être justement là notre chemin de sanctification et de rédemption : prier et supporter. Point.

    • Je crois que vous venez de comprendre (mieux vaut tard que jamais) que l’ensemble de la doctrine catholique (mais c’est évidemment valable pour les doctrines de toutes les autres religions), y compris donc les Commandements de Dieu, a été écrit par des hommes, qui ont tous prétendu à un moment de leur existence avoir une connexion directe avec « Dieu », ou mieux savoir que les autres hommes ce que « Dieu » voulait. Sans que bien évidemment personne ne puisse vérifier quoi que ce soit – c’est bien pratique.
      Donc ce pape a bien le droit de réarranger ou réinterpréter cette doctrine comme ça l’arrange, ce n’est pas plus arbitraire qu’autre chose, et c’est du reste ce que tous les théologiens font.

  5. sententia lata ≠ forcément sententia læta.

  6. GUY DE LA CROIX says:

    Je crois comme allègre viajero44que nous sommes arrivés à l’heure de la responsabilité des consciences personnelles, car les déclarations urbi et orbi de cet intrus hérétique et possédé jusqu’à, la gauche qui occupe le siège de Pierre ne passent pas le test de la foi. La Barque de Pierre prend l’eau… son pseudo Vicaire se prend pour Dieu… et Dieu prend le bord !

  7. Jean-Yves says:

    Pardonnez ma méconnaissance, mais je ne retrouve pas ce 4ème commandement qui justifie le mariage sacramentel… pourriez vous me donner ce passage exact car je retrouve uniquement tu ne commettras pas d’adultère… si donc sont considérés adultères ces couples qui vivent le concubinages… et de parler sacrement… mais surement nous ne devons pas avoir la même définition de sacrement… Pour ma part voici celle que j’ai la joie de découvrir jour après jour: qui signifie et réalise ce qu’il dit… un Dieu d’amour alors si le couple même non marié sacramentellement n’est pas signe de ce Dieu d’amour… Dieu ne peut qu’accompagner l’amour et ses fruits qui sont don et gratuité accueillie et donnée… Peut être alors laissons au Christ et au Père de reconnaître ces signes et témoins de son amour… Et que l’Esprit saint qui nous fait comprendre, gémir et prier vienne animer notre être et l’Eglise. en union de prière fraternellement.

    • Mille excuses, c’est le 9e: Œuvre de chair ne fera qu’en mariage seulement
      Mais il faut vraiment faire l’autruche pour ne pas y voir l’erreur de numéro.

      Par contre, je comprends tous les couples qui ont découvert un grand amour après un premier échec, et leur frustration de se voir cloisonnés dans un petit coin par l’Église. Je suis bien placé pour en parler, parce que je vis cette difficulté depuis plus de 15 ans. Ma situation, en toute bonne conscience, aurait nettement justifié une nullité, mais pour bien des raisons je ne l’ai pas demandé. Et en plus, j’ai demandé une séparation, et non le divorce. De toute façon, c’est la même chose, car devant Dieu, dans les deux cas, on demeure marié, mari et femme. Pour Dieu le divorce n’est pas valide. Et c’est ce qui me guide, et non mes instincts (et je suis maintenant septuagénaire). La Bible est bourrée de référence à ce sujet. Voici quelques liens catholiques fiables qui en parlent :

      http://www.philo5.com/Textes-references/Decalogue_Catechisme_071012.htm

      https://magazinelavoixdedieu.wordpress.com/2015/09/12/oeuvre-de-chair-ne-fera-quen-mariage-seulement/

      https://www.topchretien.com/topmessages/texte/divorce-re-mariage/

      https://www.bible-center.ru/fr/topic/mariage

      Le vrai discours de l’Église est celui de la charité, de l’amour, de la compassion. Et non le verbiage de ceux qui veulent la détruite par le dedans, et surtout venant d’en Haut. On nous demande souvent de suivre notre propre conscience. C’est une façon pour nos bergers de se débarrasser de nous et de nos péchés. Ils ont oublié que c’est leur devoir justement de former les consciences pour les amener à la seule Vérité. Ils ont peur d’être jugés par les hommes… ils oublient combien terrible sera celui de Dieu pour ses bergers sans conscience et sans cœur.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com