euthanasie-NON-MPIUne nouvelle choc fait le tour du monde et la une des journaux : le premier cas d’euthanasie sur un enfant, à sa demande et avec le consentement de ses parents, a eu lieu en Belgique ! C’est le seul pays au monde à avoir approuvé la loi, en 2014, qui autorise sans limite d’âge des mineurs « en capacité de discernement » et atteints d’une maladie incurable à choisir le « suicide assisté ».

Le quotidien flamand Het Neuwsblad rapporte : « En silence et dans la discrétion la plus totale, pour la première fois dans notre pays un mineur est mort par euthanasie. » Aucune information en revanche sur l’âge, la maladie.

Le professeur Wim Distelmans, président de la commission fédérale de contrôle et d’évaluation de l’euthanasie a confirmé le cas de façon fort inappropriée :

« Il n’y a heureusement que très peu d’enfants qui entrent en considération, mais cela ne signifie pas que nous devrions leur refuser le droit à une mort digne. »

Heureusement ? Mort digne ?

Notre monde contemporain est-il devenu si fou que la mise à mort de ses propres enfants, quand ils sont une charge pour leurs parents, la société, eux-même, est qualifié de « mort digne » ?

Notre Temps où la culture de mort triomphe impunément est, sans contexte, le règne de la non-civilisation par excellence. Retour aux temps barbares avec toutes sa suite logique d’abîmes : invasion migratoire, mœurs perverses érigées en valeurs positives, dictature de la pensée, et bientôt des corps, perte du sens du sacré accouplé avec une recrudescence de la sorcellerie et des superstitions païennes… Voilà où nous conduisent les décideurs mondiaux et leurs chimères d’un monde meilleur !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

81 commentaires

  1. Selak Saspas says:

    Réponse à Francesca! L’Islam est radicalement opposé à à toutes ces dérives sociales que vous avez cité.

  2. Selak Saspas says:

    Le Christianisme et le Judaïsme aussi d’ailleur.

    • Par ailleurs; Saint Etienne (le premier martyr chrétien) n’a-t-il pas été lapidé par les juifs ?

      • Jesus n’y a pas participé mais Jésus était juif alors ne l’insultez pas. u_u

        • Jésus avait du sang juif, mais il était catholique (= Il a fondé l’Eglise catholique avec Pierre comme Chef de son Eglise).

        • Bonjour Eliott,
          Qu’est-ce qui vous chagrine ?
          Jésus était à moitié juif (son Père n’est pas humain)
          Saint Etienne était juif,
          Les lapidateurs étaient juifs,
          Celui qui est devenu Saint Paul y participait, il était juif.
          Ce n’est pas ici une question de race !

          Les juifs qui ont condamné Jésus ont aussi condamné Saint Etienne et beaucoup d’autres chrétiens, ensuite, dont Saint Jacques, entre autres.
          Ce ne sont pas les juifs chrétiens qui posent problème; ce sont les juifs qui ont refusé de devenir chrétiens. Ils ont refusé de reconnaître en Jésus le Messie que le peuple juif attendait et que le petit peuple a accueilli fournissant les premiers chrétiens.
          Les chefs religieux ont mis au point le Talmud, base de la nouvelle religion juive qui n’a plus rien à voir avec ce qu’elle était avant Jésus Christ. Leur messianisme a été transplanté chez leurs cousins où il est devenu l’islam, deuxième religion anti-Christ.
          Dans les deux cas,Jésus est toujours l’ennemi à abattre dans ses disciples.
          Les juifs rabbiniques ou talmudistes attendent toujours le Messie qui doit établir son règne sur le monde.
          Ce Messie sera celui qu’on désigne du nom de l’Antéchrist.
          Il arrive; il sera donné au monde par les élites du N.O.M. (illuminatis et franc-maçons de tous poils) dont l’essentiel est juif. Les musulmans sont leurs idiots utiles, le bras armé qui exécute les basses œuvres.
          ça va mieux, comme çà ?

          Un détail, que signifie u_u ?

          • Les personnes que vous avez cités sont juives et ça m’en égal : je me fiche de la religion d’une personne tant qu’elle n’empiète pas sur moi.
            Les juifs qui n’ont pas voulu devenir chrétiens sont morts et enterrés depuis bien des siècles alors ne nous préoccupons pas d’eux.

            L’islam et le judaïsme ne veulent pas croire au Christ pour la simple raison que l’un à Allah (qui est le synonyme de notre « Dieu ») et l’autre à Dieu (le père s’entend). A noter qu les juifs de l’ancien temps croyaient en Dieu et en Uzayr qu’ils associaient au Tout-Puissant.

            Par la suite, ils ont reformé leurs croyances, comme vous l’avez dit, en adorant un seul Dieu, lequel, selon leurs dires, a fait d’eux un « peuple élu » (une race « spéciale ») supérieur à tous les autres peuples de la planète. Le concept de la « race élue » est aussi bien implantée dans la religion musulmane et chrétienne que dans le judaïsme !

            Leurs livres sont nombreux : la Bible, la Torah et le Zohar… à chacun de choisir son Livre. Les Juifs suivent principalement la Torah au sens large (c’est à dire tous les Livres allant de la Genèse à Chroniques) ainsi que le Talmud qui contient la loi orale reçue par Moïse (la Michna) et les commentaires de rabbins (la Guemara), et les écrits de mystique tel que le Zohar et encore d’autres écrits comme les Midrash…

            Après, vous parlez les Francs-maçons et les Illuminatis, c’est une autre paire de manche : les gens adorent les choses secrètes et les complots => ont est en plein dedans ! Les Francs-maçons se veulent progressistes, philosophes, ect… car elle est l’association de personnes de toutes confessions (sauf certaines qui veulent seulement des membres chrétiens), ethnies et j’en passe, basée sur la fraternité ; elle cherche aussi à faire sortir les hommes et les femmes à de la caverne platonique pour aller vers la lumière et la vérité.
            Ensuite, les Illuminatis sont aussi confondus avec les complotistes sionistes ; la théorie du complot Illuminati provient principalement des milieux catholiques intégristes et de la contre-révolution, ce qui fait qu’ils ne doivent pas exister sous forme concrète.

            Alors « u_u » est un smiley qui signifie « être lassé » ; regardez sur le net. 😉

            • Dieu, Bouddha et Allah says:

              Lassé ou sérieux pour le « u_u »

            • @Eliott,
              Vous vous permettez de dire : « Le concept de la « race élue » est aussi bien implantée dans la religion musulmane et chrétienne que dans le judaïsme !  »

              Si les chrétiens (qui ne constituent pas un peuple d’une seule race ou d’une ethnie particulière) peuvent penser qu’ils ont une vocation singulière, c’est celle de servir d’exutoire à tous les damnés (au sens propre) de la terre.

              Ils n’ont de prétention que celle de collaborer à la rédemption du plus grand nombre de leurs frères humains possible.

              Et depuis le début, cela ne convient pas aux inféodés à Satan.

              Jésus n’a été que le premier à y laisser la vie, volontairement, pour montrer la voie de l’abandon à l’amour infini (Dieu Trinitaire), ses disciples n’ont reçu de lui qu’un commandement : le suivre sur le chemin qu’il a tracé (celui de l’amour vrai qui passe forcément par la mort à soi-même).
              Sans leur sacrifice et celui de Jésus qu’ils perpétuent, le monde est perdu.
              Les chrétiens ont la vocation du martyr, pour le salut du monde entier, point final.
              Voulez-vous prendre leur place ? Allez-y, ne vous retenez pas.

              Pour poursuivre, lisez ce que j’en dis ici, (commentez, si le cœur vous en dit) :
              https://asasuite.wordpress.com/2015/03/31/si-on-se-decidait-a-ouvrir-les-yeux/
              A mon humble avis cela devrait vous aider à vous remettre les yeux en face des trous.
              u_u

  3. Il faut bien voir que nous sommes là dans des situations désespérées. Elles touchent des personnes, parents et enfants qui ne sont plus que souffrances. Souffrances des corps qui n’en peuvent plus de se tordre de douleur, souffrance des parents qui n’en peuvent plus de voir souffrir leur enfant. Qui n’a accompagné une famille dans ces terribles souffrance ne peut comprendre.
    La mort devient alors une double délivrance, celle de l’enfant qui abandonne ses souffrances pour s’y réfugier, celle des parents qui n’ont plus à subir ces souffrances.

    La perte d’un enfant est une épreuve terrible. Sa déchéance dans des douleurs insupportables durant des mois, sachant qu’il va mourir, qu’il va mourir étouffé par ces poumons, noyé dans ces sécrétions, tué par la douleur, c’est une épreuve terrible.

    • Allez, voici de quoi vous révolter :
      1 Cor, 10-13 « Dieu est fidèle et ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces, mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. »

      Jésus-Christ nous a d’ailleurs appris comment prier dans le Notre Père : « ne nous laissez pas succomber à la tentation ».
      En lisant Job, vous comprendrez que la tentation ou le mal vient du démon. Dieu autorise la tentation et la souffrance (parce qu’il peut en sortir un bénéfice pour nous), mais celui qui la soumet est le diable. C’est pourquoi nous demandons à Dieu de nous aider à ne pas succomber au péché (par exemple à l’euthanasie). Et ne pas succomber est notre victoire. Succomber, jusqu’à ôter la vie, est une grande défaite (mais une victoire pour le mal, c’est-à-dire le diable).
      Peu de personnes comprennent cela, et celles qui prônent la mort sont celles qui parlent de dignité humaine en se laissant aller jusqu’à montrer l’avilissement de cette même dignité humaine !

      • @Efgy
        Pourquoi voudriez vous que çà me révolte ?

        Si je me réfère à leurs théories, la mort c’est le passage à la vie et la félicité éternelle, voire la parousie. Donc il devrait y avoir tout lieu de se réjouir au contraire du départ d’une personne que l’on aime ou que l’on apprécie, surtout si elle souffre, vers un monde que certains imaginent justement meilleur. Paradoxalement, les croyants sont le plus souvent opposés à l’euthanasie, qui permettrait d’abréger les souffrances d’un mourant et lui permettrait de gagner plus vite la félicité promise.

        Cette attitude est vraiment contradictoire et irrationnelle (une fois de plus…) alors que les incroyants, qui pensent qu’à leur mort ils seront engloutis dans le néant ont souvent une attitude plus détachée : profitons avec mesure de notre existence et si possible avec joie, nous savons que ça ne durera pas.

        • @ MCF68 « la mort c’est le passage à la vie et la félicité éternelle, voire la parousie. Donc il devrait y avoir tout lieu de se réjouir au contraire du départ d’une personne que l’on aime ou que l’on apprécie, surtout si elle souffre »

          Vous avez entièrement raison.
          Mais l’euthanasie est un assassinat. La mort n’est donc plus passage à la félicité éternelle, mais à l’enfer éternel. Comment se réjouir dans ces conditions ?
          Vous vous en doutez, il ne faut pas vouloir mourir (ou faire mourir) pour soi (pour échapper à la souffrance par exemple). Vouloir mourir pour soi est un comportement purement égoïste, qui ne donne pas paix et joie. On en voit un exemple avec cet enfant euthanasié. C’est pour échapper à la souffrance passagère qu’il est mort (car qu’est-ce que la vie terrestre par rapport à l’éternité ?). Ils ne récolteront que souffrance éternelle… (bien sûr le repentir est toujours possible, mais ça va leur être difficile de regretter leur geste à tous…).
          S’abandonner à la volonté de Dieu donne paix et joie, même dans la souffrance, car nous savons que cette souffrance ne durera pas toujours.

          • A titre personnel, je préfererais toutefois me faire euthanasier en toute connaissance de cause, quitte à passer après par un état de purgatoire pour accèder à la félécité éternelle… au moins mes proches souffriraient moins sur terre de ma propre souffrance terrestre, et quand à moi j’aurais enfin la pleine certitude de dieu… et si en fin de compte tout cela n’était qu’une arnaque, hé bien c’était quitte ou double et je n’aurais rien perdu.

            • @ Riss
              Vous vous trompez, vous aurez tout perdu, car Dieu voit le fond de votre coeur malicieux…
              Le purgatoire n’est pas pour les assassins volontaires, ceux-là vont en enfer. Là-ba, vous y découvrirez tout autant si Dieu est une arnaque ou non.

              • Sauf qu’assassins et autres salauds peuvent toujours se repentir ou choisir l’enfer… après tout c’est bien l’homme qui choisit l’enfer ou qui choisit dieu, non ?

                • @ Riss
                  Oui, c’est l’homme qui choisit Dieu. Mais s’il choisit l’enfer en se disant qu’ensuite, il pourra toujours choisir Dieu, c’est mal parti.
                  Un repentir n’est pas si facile, surtout lorsqu’on a calculé tous ses gestes et que l’on compte pouvoir s’en tirer à peu de frais. Dieu n’est pas un distributeur de miséricorde.

            • Trouvez l’expression purgatoire dans la bible… Si j’étais vous je profiterais de ce moment pour tout mettre en ordre avec les vôtres et avec D.ieu et surtout je ne me croyais rien acquis d’avance car :17 Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes; je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. 18 Car je vous le dis en vérité, jusqu’à ce que le ciel et la terre aient passé, il ne passera pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre que tout ne soit accompli. 19 Celui donc qui aura violé l’un de ces plus petits commandements, et qui aura ainsi enseigné les hommes, sera estimé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les aura observés et enseignés, celui-là sera estimé grand dans le royaume des cieux. matt 5-17. La loi n’est pas aboli et il n’y a pas de sauf conduit. Lorsque l’on pèche sans être conscient que l’on pèche c’est la repentance sincère au nom de Jésus/Yeshoua qui sauve.Lisez votre bible!!!

              • @ me

                Comment ne pas être d’accord avec la Bible ?
                Mais vous oubliez un détail : nul n’est censé ignoré la Loi (de Dieu).
                Si l’on n’est pas conscient que l’on pèche, alors qu’au 21e siècle, tout le monde a accès à la Bible, aux commandements de Dieu, etc., on se rend soi-même coupable.
                Et , de plus, rester sciemment dans son ignorance pour faire croire que l »‘on ne savait pas », part d’une intention mauvaise du coeur, d’une intention désordonnée, coupable, et sujet à la condamnation.
                Il faut vouloir sincèrement connaître et plaire à Dieu (et non aux hommes) pour être vraiment innocent et mériter la clémence de Dieu, qui ne la refuse jamais aux « hommes de bonne volonté ».
                Le bon larron a obtenu miséricorde sur la Croix, donc la repentance sincère est possible pour tous. Mais il a payé en acceptant de mourir sur la croix (cf « pour nous, c’est justice, mais lui qu’a-t-il fait ? »)…
                C’est donc clair : il faut accepter la croix. L’euthanasie (= mourir pour ne pas souffrir) refuse la croix, donc le salut.

          • @ Efgy

            Dans le cadre de la Belgique ce n’est en aucune façon un assassinat. De plus la Belgique n’est pas non plus une théocratie. Donc les concepts d’Enfer et de Paradis ne sont donc pas juridiquement valables.

            • @ MCF68
              Un assassinat est un meurtre commis avec préméditation.
              Une euthanasie est un assassinat, elle est pensée bien avant l’acte.

              • Le principe est qu’il est interdit à quiconque d’ôter la vie à autrui, volontairement ou non. Par non volontairement, je pense au conducteur qui roule imprudemment mais n’a pas la moindre intention de faire du mal à qui que ce soit et qui provoque un accident mortel. Il n’avait pas la volonté de tuer, ce qui ne signifie pas qu’il n’est pas fautif. Il sera donc pénalement condamné pour homicide involontaire si une faute quelconque de sa part est avérée.
                Le suicide n’est pas un délit en France.
                Mais Il y a des exceptions à cette interdiction absolue. La principale d’entre elles a disparu un beau jour d’automne 1981 : c’était la peine de mort. Il demeure quelques exceptions, comme la légitime défense.
                Mais la loi belge est différente.Et dans son cadre ce n’est pas un assassinat.
                Là ou je peux vous rejoindre c’est qu’en France vu le statut juridique actuel un cas semblable serait effectivement un assassinat. Puisque l’euthanasie est interdite.

          • « […] l’euthanasie est un assassinat. La mort n’est donc plus passage à la félicité éternelle, mais à l’enfer éternel. »
            Mais dans les cas d’assassinat c’est l’assassin et non l’assassiné qui passe à l’enfer éternel, non ?

    • La morale catholique permet le soulagement de la douleur même dans les cas où ce soulagement peut mener à la mort du souffrant. Elle exige pourtant qu’on ne tue pas quelqu’un pour soulager sa douleur. À première vue cette distinction peut sembler artificielle, mais elle existe et possède une importance centrale : dans l’un cas on se prend pour Dieu, dans l’autre on sait qu’on n’est qu’un homme. La tendance moderne est de se prendre pour Dieu ; il faut s’y opposer.

  4. cloclo54 says:

    Et si chacun se mêlait de ses affaires, ça ne serait pas mieux ? Personne n’oblige personne à demander à être euthanasié. Point, ça s’arrête là, il n’y a pas à discuter les croyances des uns et des autres et je ne vois pas en quoi ça dérange ceux qui ne veulent pas de cette solution ? Ils n’auront qu’à ne rien demander pour eux et subir leur souffrance rédemptrice jusqu’au bout du bout puisque c’est ce qu’ils veulent, mais qu’ils n’empêchent pas les autres d’avoir un avis différent du leur.
    C’est un pêché d’orgueil que de croire que seul son propre avis est le bon.
    Chacun doit décider pour soi sans avoir à obtenir l’autorisation de ceux qui croient détenir la vérité universelle.
    Donc ma conclusion rejoint ma première phrase : que chacun se mêle de ses affaires et tout ira bien pour tout le monde !

    • Merci de votre lucidité. Je me permet de rajouter tout de même qu’il faut coopérer entre nous, nous unir, quoiqu’il puisse se passer des fois.

    • @Cloclo54 et MCF68, (on dirait des matricules !)
      Je m’oblige, et uniquement par amour, croyez-le bien, malgré le peu de sympathie que votre discours m’inspire; car il signifie clairement que vous divaguez. Pardonnez la sévérité de mon propos ; votre prise de position m’y contraint.
      Dieu le Fils (La deuxième personne constituant Dieu, avec le Père et le Saint-Esprit), ne s’est pas fait homme pour « des prunes ».
      Ça, ce serait le message du concile vatican II, que proclame à son tour, de manière éhontée François-Bergoglio. La Miséricorde de Dieu ne peut rendre équivalents les choix fondamentaux que vous présentez comme devant aboutir à la même situation finale : « Ceux qui ne veulent pas de cette solution » dites-vous, sous entendant qu’ils en ont tout à fait le droit, que personne ne peut leur contester. Solution à quoi, ? Vous vous gardez bien de le préciser.
      Mourir n’est pas l’objectif « solution en soi» pour parvenir au cœur de Dieu.
      Ceux qui refusent la Solution de la Croix refusent la solution de l’Esprit-Saint qui dit la Vérité de l’Amour comme Jésus. (« Je suis venu pour rendre témoignage à la Vérité »).
      Vous savez que le péché contre l’Esprit-Saint est le seul qui ne sera pas pardonné.
      Le voilà ce péché : C’est le refus de l’unique chemin, celui que vous déclarez refuser. Suivre Jésus sur sa croix, est le seul chemin de salut (vous dites solution) ; le fuir, le refuser, c’est pécher contre l’Esprit-Saint, l’Esprit du Christ.
      C’est faire délibérément le choix du refus de Dieu. C’est cela, l’Enfer : Vie sans et malgré Dieu.
      Aimer Dieu est le premier commandement. Aimer son prochain ne lui est semblable que si le premier est respecté.
      Pourquoi Jésus s’est-il incarné ? « Pour nous tourmenter avant l’heure » ? C’est ce que disaient les démons dont Jésus libérait les possédés.
      Votre discours est le leur. Auriez-vous le démon en vous ?
      Oui, vous êtes libre de vous perdre ; n’incitez pas tout le monde à en faire autant.
      Taisez-vous ! Vous vous adressez, aussi, à des chrétiens qui savent de qui il faut se méfier.
      Non ; tout le monde n’est pas beau, tout le monde n’est pas gentil, tout le monde n’ira pas au paradis ; même si l’ange Polnareff l’a chanté. C’est un menteur. Jésus a dit tout le contraire ; n’en déplaise à François et aux autres apostats qui s’en réclament. La Miséricorde est tout sauf inconditionnelle.
      Le péché d’orgueil dont vous parlez, où est-il ? Vous ne savez plus ce qu’est le péché. N’en parlez plus, hormis en privé, pour vous.

      • Cher Bourgeois,

        J’avoue ne pas très bien vous suivre dans vos circonvolutions. Mais je suis un être doué de raison. Par les incohérences qu’elle révèle et le scepticisme qu’elle génère, la raison conduit à ne pas croire à des phénomènes supranaturels. Elle contribue certainement pour une grande part à l’imperméabilité au concept de Dieu. Pour elle, Dieu n’est qu’un constat d’ignorance. Comment ce qui est incompréhensible, inexplicable (Dieu), pourrait-il expliquer ce que nous ne connaissons pas ou qui se trouve au-delà de notre perception du réel ? Les dogmes religieux sont en contradiction avec le réel, avec ce que l’on constate tous les jours (les miracles, la mort, inefficacité des prières…)

        Nous sommes des êtres libres. Libre de croire ou de ne pas croire. Certains hommes croient en un dieu. D’autres en plusieurs. D’autres se tiennent pour agnostiques et refusent de se prononcer. D’autres enfin sont athées. Tous ont à vivre ensemble. Et cette vie commune, depuis la première Déclaration des droits de l’homme, doit assurer à tous à la fois la liberté de conscience et l’égalité de droits.

        Dans nos sociétés (Belgique + France) nous avons décidés que la loi des hommes étaient au dessus de celle de Dieu. Les débats de société (avortement + euthanasie + mariage pour tous) ne peuvent se juger qu’à l’aulne de nos lois.
        Cela ne vous convient pas ? vous choque ? vous avez le droit de le dire, vous avez le droit de lutter, de militer pour que cela change. Mais en attendant, je m’estime libre d’en parler à qui je veux et comme je veux. Liberté que je vous reconnais également.Je vous demande juste de faire de même.

        • @MCF68,
          Je ne serais pas étonné que vous soyez franc-maçon ; vous avez le discours formaté de cette religion laïque infernale »
          D’habitude, je ne discute pas avec les brouettes ; je les pousse. Je vais faire une exception ; mais je crains que cela ne soit en pure perte.
          Vous dites « Mais je suis un être doué de raison »
          Laissez-moi en douter ! Une raison qui nie la réalité parce qu’elle ne lui convient pas est stupide.
          Les miracles existent (votre seule vie est en elle-même un miracle), la mort vous attend, les prières sauvent le monde qui sans elles serait fini depuis belle lurette. « Je suis venu dans le monde, non pas pour juger le monde ; mais pour que le monde soit sauvé » a dit Jésus. Sans lui, le monde serait devenu infernal et Dieu l’aurait arrêté depuis longtemps. Peut-être en prendrez-vous conscience un jour !
          « Nous sommes des êtres libres. Libre de croire ou de ne pas croire » dites-vous !
          Mais qu’est donc pour vous la liberté ?
          Vous n’avez de liberté que celle d’aimer ou de ne pas aimer ; parce que c’est la liberté qui fonde l’amour. Tout le reste vous échappe. La moindre virgule de votre vie, intérieure ou extérieure, s’impose à vous. Vous n’avez la liberté que d’adhérer ou non à la vie qui vous est donnée. Le reste est illusion, mensonge. Si vous n’en êtes pas convaincu, vous êtes dans la main de Satan, le menteur par excellence, qui veut votre perte. Et là, bizarrement, cela ne gène pas votre liberté !
          Stupide, vous dis-je la raison sans autre fondement qu’elle-même.
          Sans Dieu, le seul fondement, vous n’êtes plus qu’une proie pour l’anti-Dieu. Oui, vous avez le choix, réfléchissez y bien, avec toutes vos facultés.
          Rassurez-vous ; Dieu est plus grand que votre sottise. Si vous aimez vraiment, comme Jésus, le seul critère solide de la vérité de l’amour, il vous reconnaîtra, lui, comme son enfant.
          Sinon, il vous constatera enfant du diable, condamné par votre entêtement à vivre avec lui une éternité d’horreur.

          • Cher Bourgeois,

            Au risque de vous décevoir, je ne suis pas franc-maçon. Cependant vous n’êtes pas obliger de me croire. Mais il y a quelque chose qui devrait vous interpeller.
            Il a existé et il existe depuis l’origine de l’homme des centaines, des milliers de religions. Pourquoi telle religion serait-elle davantage dans le vrai que telle autre ?
            L’histoire nous montre que l’Église s’est souvent trompée, d’ailleurs il suffit de voir tous les discours actuels qui contredisent des encycliques écrites par des papes réputés infaillibles.
            Je crois plus volontiers que c’est l’homme qui créa Dieu que le contraire.

            • @MCF68,
              En effet, posons-nous la question :
              « Pourquoi telle religion serait-elle davantage dans le vrai que telle autre ? »

              La religion Catholique n’est pas le fruit de l’Eglise; c’est l’Eglise qui est le fruit de la religion Catholique.
              Et c’est quoi la religion Catholique ? c’est la religion fondée par Jésus-Christ, par toute sa vie, toutes ses paroles, tous ses actes dont le dernier résume tout. La rédemption de l’homme par le sacrifice de l’homme-Dieu jusqu’à la mort sur la croix. La résurrection ne fait qu’apporter la preuve, pour ceux qui le veulent bien, de la divinité du fils de l’homme (car tout est toujours contestable). Seul le salut apporté par Jésus sauve : l’amour comme lui.

              Jésus est Dieu. Il est le fondateur de la religion qui mène à Dieu, à lui-même et aux autres personnes de la Trinité. Il sait de quoi il parle, il a fait ce que seul Dieu pouvait faire pour l’homme, se sacrifier pour l’appeler à l’amour-vrai qui rend la vie.
              Laissez l’Eglise actuelle. Elle est humaine et n’est qu’un pâle reflet de ce que Jésus a fondé et fonde toujours.
              Quelle autre religion repose sur un fond divin de par la divinité de celui qui est son fondement éternel et permanent ?

              Divagations ? Non. Réalité merveilleuse.

              L’islam et la franc-maçonnerie peuvent bien chercher à nous éliminer. L’Eglise renaîtra toujours de ses cendres; car elle est essentiellement divine par son chef de file qui est le Dieu unique tout-aimant et tout-puissant. Avec lui, Satan est vaincu et l’homme libéré, s’il ne renonce pas au bénéfice de la rédemption qui lui est offerte.

              • @Bourgeois.
                Je reconnais bien volontiers être beaucoup moins calé en théologie qu’en science. Mais pour le peu que je sais, et en me limitant aux 3 grandes religions monothéiste on retrouve une part de divin dans chacune d’elle;

                Judaisme : Yahvé qui conclut l’alliance avec Abraham
                Islam : Révélation de l’ange Gabriel à Mahomet.

                Elles ont d’ailleurs pour le profane que je suis beaucoup de points communs :

                1-Croyance en un Dieu unique
                2- Religion basé sur le Livre (bible coran torah)
                3- Les croyants de chacune de ces religions sont persuadés d’être dans le vrai
                4-Les autres sont dans l’erreur

                Est ce à dire que ce serait le même Dieu ? Je ne saurai répondre.

                • @MCF68,
                  Vous avez tout faux.

                  Le dieu des juifs talmudistes (les juifs depuis le Christ) et celui des mahométans ne peuvent être Dieu puisque Jésus est Dieu et qu’ils en nient la divinité.
                  Vous pouvoir comprendre ?

                  N’écoutez pas les Papes conciliaires et surtout pas François-Bergoglio; c’est le roi de l’entourloupe.

                  • C’est quand même difficile à suivre. Si vous avez raison alors pourquoi la religion catholique ne s’est pas imposée ? Si c’est tellement évident qu’elle détient la vérité tout le monde devrait y souscrire. (Cette remarque est parfaitement valable pour les autres religions)
                    Et en interne c’est encore plus compliqué. En histoire j’ai étudié il y a longtemps qu’il y a eu un schisme qui a donné l’Eglise orthodoxe. Puis la séparation avec les Protestants, sans parler de l’Eglise anglicane. Tous persuadés j’imagine qu’ils détiennent la vérité.
                    Et maintenant il a les tenants d’une thèse (peut être valable) comme quoi depuis Vatican II tous les papes sont illégitimes.
                    Comment voulez-vous qu’on s’y retrouve ?

                • @ MCF68 « Judaisme : Yahvé qui conclut l’alliance avec Abraham »

                  Non pas judaïsme, mais catholicisme. Abraham est saint, il est au ciel aux côtés de Jésus-Christ, car l’alliance faite à Abraham concerne la venue du Christ, en qui les Juifs ne croient pas.

                • @ MCF68
                  – « 1-Croyance en un Dieu unique »
                  Non. Pour les musulmans, nous adorons 3 dieux (à cause de la Sainte Trinité).

                  – « Est ce à dire que ce serait le même Dieu ?  »
                  Non (à cause de la Sainte Trinité).

  5. La loi des hommes est absurde. On se demande à quoi sert cette notion de « majeur » ou de « mineur », puisque les mineurs peuvent décider de leur mort avec l’approbation des adultes. N’importe quel mineur est donc potentiellement majeur. Supprimons cette notion discriminatoire et inutile. Il y a fort à parier que tout le monde sera d’accord.

  6. Vous vous dispersez, MCF68. Il ne s’agit pas d’un accident de voiture où l’on ne sait pas si on va avoir un accident mortel ou non. Il s’agit d’une mort donnée intentionnellement. Une mort donnée intentionnellement est un assassinat. Que ce soit en France ou ailleurs, les mots gardent le même sens. Mais, en effet il est toujours possible que chaque pays ait son propre dictionnaire.

  7. Non, leur propre dictionnaire où les mots auront des significations différentes suivant les pays.

  8. cloclo54 says:

    Je répondrai juste en répétant ce que j’ai déjà dit dans mon précédent commentaire : que chacun s’occupe de ses affaires ! Vous croyez en un Dieu, en Dix, en Cent, c’est votre droit et personne ne vous dira que vous divaguez alors arrêtez de dire aux autres ce qu’ils doivent penser, ce qu’ils doivent croire et ce qu’ils doivent faire,
    Que j’aille en enfer n’est, et ne sera JAMAIS votre problème et ça m’est bien égal aussi de savoir où vous irez. La seule chose qui m’importe, c’est le droit au respect du choix de chacun, au mien, au vôtre et je ne veux pas qu’on m’impose quoi que ce soit au nom de vos croyances, pas plus que je vous imposerai les miennes.
    De toute façon, le droit à la mort douce et choisie deviendra un jour une loi, C’est certain et c’est ce qui se passe actuellement dans les pays, comme le Canada, qui vient de légiférer dans ce sens, le jour où l’élaboration de ladite loi ne sera pas confiée à un député catholique (Jean Léonetti) dont on connaissait à l’avance les idées conformes à celles de l’Église et donc opposées au choix des individus.

    • @ cloclo54 « Que j’aille en enfer n’est, et ne sera JAMAIS votre problème et ça m’est bien égal aussi de savoir où vous irez. »

      C’est là où on se rend compte de ce que veut dire le mot « charité » pour certain(e)s.

      • cloclo54 says:

        Vous pouvez parler de charité VOUS ça vous va bien ! Puisque c’est votre volonté de supporter une fin de vie que vous ne choisirez pas, je suis très charitable envers vous parce que je vous laisse le choix, MOI ! contrairement à vous qui voulez imposer votre choix aux autres !

        • Pourquoi voulez-vous absolument atténuer la rigueur de la mort que Dieu vous imposerait si vous le laissiez faire ? Etes-vous incapable de concevoir un Dieu non sadique ?
          Et si Dieu ne cherchait que votre bien, à travers la souffrance et la mort ?
          Et s’il ne suffisait pas de mourir pour « mériter » une suite heureuse ?
          Et si cette souffrance que vous voulez vous épargner était indispensable à votre salut (ou à celui de quelqu’un d’autre) ?
          En l’évitant, vous provoqueriez quoi ?
          N’est-ce pas pour ne pas avoir à répondre à ces questions que vous niez l’existence de Dieu ?
          Et si la Miséricorde de Dieu n’allait pas jusqu’à vous pardonner cet affront à la sainteté de son Esprit ?
          Non, vous n’avez pas vraiment le choix. C’est Oui ou c’est Non ; ce n’est pas Oui ou Non !
          Désolé !

  9. Sancenay says:

    A Efgy

    le futur Pape Benoît XVI, alors évêque, disait; « on ne discute pas avec un idéologue, on attend qu’il meure  »
    C’est de sage conseil surtout lorsque l’idéologue se figure que le fait d’administrer la mort à son enfant vous libérera de la la souffrance ! C’est non seulement irrationnel pour le coup, mais totalement a-naturel.
    Ce sera à l’évidence une toute autre souffrance morale, indélébile ,décuplée le cas échéant, lorsque le parent concerné aura connaissance d’une rémission constatée sur un cas comparable.
    « Tu ne tueras point » est la réponse suffisante.Après le gens sont libres de croire en effet que plus on tue , mieux ça va. C’est une théorie très tendance en effet.
    Au train où vont les choses ces aimables penseurs rationnels ne vont nécessairement pas tarder à trembler dans leur froc face à la réalité crée par ce type absurde de « raisonnement ».

  10. cloclo54 says:

    Impossible de discuter avec quelqu’un qui ne veut pas remettre ses belles certitudes en question ! j’abandonne cette discussion stérile !

  11. Amarillys Taylor says:

    Entièrement d’accord avec les belges , l’enfant et les parents. comment peut t on croire a des telles sornettes religieuses.? Bien sur que c’est l’homme qui a inventé les religions et dieu et tutti quanti pour aservir les gents qui ont peur de la mort et en mème temps prendre le pouvoir!

    • @ « pour aservir les gents qui ont peur de la mort »

      Ce que vous dites ne tient pas debout. Pourquoi les gens auraient-ils peur de la mort ? S’il n’y a plus rien, il n’y a plus rien. Point. C’est plutôt rassurant , non ?
      Ils auraient donc tout à perdre à croire en Dieu. inventer un Dieu tel que vous l’imaginez n’est pas la meilleure chose à faire pour prendre le pouvoir !

  12. MCF68,
    Vous dites :
    « Si vous avez raison alors pourquoi la religion catholique ne s’est pas imposée ? Si c’est tellement évident qu’elle détient la vérité tout le monde devrait y souscrire. »

    La réussite n’est pas un critère de vérité. ça c’est une partie du message pervers musulman qui va de paire, chez eux avec la proposition complémentaire : La fin justifie les moyens.

    Non; ça n’est pas comme cela que fonctionne Dieu. Dieu, Jésus (Homme et Dieu) est mort sur une croix après une passion infernale due au rejet de leur messie par les juifs qui n’imaginaient pas justement être sauvés sans gagner (On appelle ça le messianisme, qui est partagé par les juifs talmudiques et les musulmans). ça n’est pas par l’intimidation du Dieu tout puissant que Jésus veut ramener à lui ses créatures tombées sous l’emprise de Satan. Il veut les reconquérir par le bout du cœur. Le message que toute sa vie proclame c’est : Seul l’amour vous sauvera; pas n’importe quel amour, l’amour « comme moi » en mourant à soi-même. Il invite ses disciples à porter leur croix à sa suite. C’est le seul moyen de parvenir à Dieu. Jésus est venu montrer et inaugurer le chemin qui mène au cœur de Dieu.
    Il a quitté le monde visible après sa résurrection qui, sinon en aurait fait le Maître incontesté du monde.
    Il ne veut pas régner par la force (ce n’est pas un islamiste; il ne veut pas la soumission des hommes; il veut qu’ils aiment); il veut régner sur les cœurs par l’amour qu’il est venu libérer en l’homme.
    Un chrétien est donc par définition un looser (les saints ont en commun d’être des sacrifiés de Dieu). Et Jésus, parfaitement conscient de cette réalité a même émis la pensée définitive de Dieu. « Quand je reviendrai, trouverai-je la foi sur la terre ? »
    Il a annoncé la fin des temps qui coïncidera avec son retour, cette fois-ci dans toute sa gloire de Dieu jugeant pour l’éternité les vivants et les morts. Pourquoi voulez-vous qu’il y ait une fin des temps qui mettra fin à sa création de l’homme? Il n’y a aucune autre raison que la mise en échec désastreuse de l’Eglise qui a pour mission de perpétuer l’amour dans le monde pour que celui-ci puisse continuer à être vivable.
    Non l’Eglise n’a pas comme destin de réussir et de l’emporter sur les autres religions.
    Vous ajoutez :
    « maintenant il y a les tenants d’une thèse (peut être valable) comme quoi depuis Vatican II tous les papes sont illégitimes.
    Comment voulez-vous qu’on s’y retrouve ?  »

    Non; malheureusement les papes d’après le concile Vatican II ne sont pas illégitimes; ils sont apostats, ce qui signifie qu’on arrive au bout qui implique l’échec de l’Eglise.
    Mais de l’Eglise on ne voit que la partie humaine, la partie invisible, c’est Dieu lui-même, qui lui, ne peut être défait. Le jour où Satan aura « apparemment gagné », sera le dernier jour de son règne. Tout cela est bien décrit dans l’Apocalypse de St Jean (pas forcément compréhensible à simple lecture).
    Si vous voulez mieux appréhender les choses et les enjeux actuels, lisez le document (et les textes mis en références) que vous trouverez sur le site :
    https://asasuite.wordpress.com/2015/03/31/si-on-se-decidait-a-ouvrir-les-yeux/
    Que l’Esprit-Saint vous rende sensible à la Vérité.

    • @ Bourgeois
      La réussite n’est pas un critère de vérité mis n’est t’il pas du devoir de tout bon catholique de porter la bonne parole ? : « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit « . Et le fait est que çà n’est pas le cas.

      A lire certains intervenants il semble que l’apostasie est commencé avant Vatican II. C’est juste ou pas ?

      Et si Satan est un ange déchu don crée par Dieu, ai je vraiment quelque chose à craindre de lui puisque Dieu lui ai finalement supérieur ?

      • Philibert says:

        Toi, tu n’as sans doute rien à craindre de Satan car tu es un de ses agents. Néanmoins, tu devrais te méfier à ta mort qui finira par arriver comme tout un chacun, tu pourrais avoir quelques surprises…

        • Comme disait Jean Yanne « Le jour du jugement dernier, Dieu comparaîtra devant moi »

          • @MCF68,
            Cette boutade est plaisante ; mais non dénuée de tout fondement.
            Lors de notre jugement « particulier », à notre mort, nous nous verrons à l’aulne de Dieu.
            Même les plus grands saints redoutaient ce moment car ils étaient tellement lucides sur leurs imperfections, que cela les amenait à douter de leur bonne volonté au moment fatidique.
            La perception de notre positionnement par rapport à l’amour et à la volonté de Dieu sur nous sera fort déplaisante. Nos manquements apparaîtront indubitablement. Et malheureusement, Satan sera présent, non pas comme défenseur ; mais comme accusateur implacable. Il nous mettra sous le nez tout ce qui mérite condamnation. Et ce sera d’autant plus atterrant que nous l’aurons suivi durant notre vie. Au point que notre humiliation sera énorme et notre résipiscence nous coûtera tellement que nous serons tentés de nier la justice de Dieu. Nous pourrons en arriver à estimer que Dieu nous en demande trop. Nous préfèrerons finir dans la dignité (un peu à l’image de l’euthanasie) et avoir le culot de juger Dieu comme responsable de notre éloignement de lui.
            Ce n’est pas la mort qui est redoutable ; c’est ce sur quoi elle débouchera.
            Si nous donnons raison au jugement de Dieu sur nous et si nous nous jetons dans ses bras, comme dans la parabole du fils prodigue en lui disant notre besoin infini de sa miséricorde. Tout ira bien.
            Par contre, si nous rendons Dieu coresponsable de notre culpabilité et si au lieu de nous amender, nous préférons rejoindre les anges et les hommes « debout » face à un Dieu qui attend que nous nous mettions à genoux, repentants et espérant tout de sa Miséricorde. Si la brulure de l’humiliation est trop forte pour nous et si courber l’échine nous parait insupportable. Nous sommes capables de choisir l’éloignement définitif de celui sans lequel nous ne pouvons vivre heureusement. On pourra dire alors que Dieu a comparu devant nous et que nous le condamnons à se passer de notre bonheur.

  13. @MCF68,
    Je ne peux pas faire autrement que de vous répondre, votre questionnement semble honnête et les questions sont sérieuses.
    Le problème est qu’on ne peut répondre à ces questions sans un minimum de développement. Ces commentaires ne sont pas le cadre approprié pour faire cela.
    Je vais néanmoins essayer des réponses synthétiques dont il faudra savoir qu’elles nécessitent des prolongements pour être véritablement significatives.
    Première question : Est-ce un devoir d’être missionnaire. Vous constatez que cela est de moins en moins le cas.
    L’ordre donné par Jésus d’évangéliser, que vous rappelez, indique qu’il est bon que les hommes le connaissent et le suivent sur le chemin de la croix, le chemin de l’amour-vrai. L’Amour (Jésus) commande d’aimer et le plus grand amour que l’on puisse avoir c’est de le faire connaître pour faire naître en autrui l’attitude salvatrice de l’amour à son modèle. L’amour de Jésus est comme un virus qu’il convient de diffuser le plus largement possible. L’Église l’a toujours fait. Cela a donné des peuples ardents dans l’amour du Christ. Singulièrement, l’Afrique a été longtemps l’objet de missions. Cela nous vaut maintenant de pouvoir compter sur des Chrétiens fidèles à Jésus tels que le cardinal Sarah, par exemple.
    Il apparait depuis Vatican II que cela n’apporte plus rien puisque toutes les religions contiennent un germe de salut, même quand elles sont anti-Christ. Par ailleurs, puisque tout le monde sera sauvé par l’acte rédempteur du Christ, inconditionnellement, pourquoi s’imposer et imposer aux autres ce qui semble superflu. Pourquoi imaginer une limite à la Miséricorde divine ?
    Les églises se vident de prêtres et de fidèles. C’est bon signe, cela indique que la perception de la Miséricorde divine inconditionnelle progresse. De moins en moins de gens perçoivent encore le besoin de gagner ou de préserver le salut apporté par l’Église par le baptême, puisqu’il est acquis de toutes manières (On ira tous au paradis).
    Deuxième question : L’apostasie est elle née avec le concile ?
    Elle s’impose progressivement depuis Vatican II ; mais effectivement les apostats qui ont manœuvré le concile pour que l’apostasie devienne la règle, pré-existaient. On peut dire, grosso modo, que les apostats sont présents dans l’Église depuis l’essor de la franc-maçonnerie. Par exemple, le secrétaire d’état du Pape Léon XIII le cardinal Rampolla était franc-maçon et il a initié une loge au Vatican (loge P2). Il a obtenu l’obligation du ralliement des Français à la république, imposée par le Pape qui fut pourtant le plus grand pourfendeur de la franc-maçonnerie.
    Depuis la fin du XIX ème siècle le ver est dans le fruit. A part Saint Pie X tous furent plus ou moins intoxiqués par le poison de la franc-maçonnerie d’Église. La pédophilie de membres du clergé en est le signe patent. Pie XI par exemple a laissé perpétrer le génocide des Cristéros par les franc-maçons mexicains assistés par leurs homologues américains, avec la complicité de l’Église mexicaine.
    Aucun Pape n’a répondu à la demande de Marie formulée à Fatima de consacrer la Russie à son cœur immaculé. Pie XII, parait-il avait la volonté de le faire. Sa mort l’en a empêché. Son successeur, Jean XXIII, l’initiateur du Concile a décrété que cela n’avait aucune utilité. Jean-Paul II a fait une démarche en ce sens ; l’avenir nous dira si elle a répondu vraiment à la demande de Marie ; car ce n’est malheureusement pas évident.
    Troisième question : Faut-il craindre Satan ?
    .Je vous répondrai en citant Jésus-Christ (qui est Dieu, je le rappelle) : (Luc, 12 : 4-5) : « Ne craignez pas ceux qui tuent le corps, et après cela ne peuvent rien faire de plus. Je vais vous montrer qui vous avez à craindre : craignez Celui qui après avoir ôté la vie, a le pouvoir de jeter en enfer ; oui, vous dis-je, celui-là, craignez-le »
    L’avertissement est clair : non contents de vous laisser berner par lui, à force de succomber à la tentation et de commettre le péché, vous pouvez en arriver à devenir complices de votre perte définitive.
    On est bien loin ici de la Miséricorde béate proclamée par le Pape François.

    • @ Bourgeois
      Tout d’abord je vous remercie d’avoir pris la peine de répondre. Et de discuter avec quelqu’un dont les connaissances théologiques sont très en dessous des vôtres. Et je suis d’accord avec vous, il est certainement difficile d’expliquer cela sous la forme de commentaires. Si vous me demandiez de vous expliquer la mécanique quantique, je ne pourrai pas le faire non plus.
      Mais j’avoue que je suis un peu surpris par votre remarque sur « Les églises qui se vident c’est bon signe »

      • @MCF68,
        C’est bien sûr de l’humour, au nième degré. Je me suis permis d’exprimer ce que peut avoir dans la tête un « apostat » moyen, moderniste et fan de François.

        Evidemment que c’est dramatique.

        Une nouvelle note humoristique. Notre François national se plaint que le chômage fasse perdre des recettes à l’état par défaut de cotisations sociales.
        Il doit en être de même pour les prélats apostats qui vident leurs églises et leur porte monnaie.
        Il faut savoir ce que l’on veut.

        • Je m’excuse de vos répondre avec retard. Mais je n’ai plus les réponses aux commentaires; Je suis obliger de retourner dans chaque sujet pour voir les réponses. Et quelque fois je passe à coté.
          Je n’avais pas compris votre trait d’humour. mais est ce que la baisse de fréquentation des Églises est t’elle du seul ressort de Vatican II. Car dans les années 1950, on ordonnait encore, chaque année, un millier de nouveaux prêtres. Les chiffres sont tombés à moins de 600 en 1960, à 285 en 1970, à 161 en 1975. Comment en est-on arrivé là? Comment expliquer que cette glissade n’ait jamais pu être stoppée depuis un demi-siècle?

          • MCF68,
            Je suis dans la même situation que vous et ne découvre qu’aujourd’hui votre réponse.
            Mieux vaut tard que jamais; je vous réponds donc.
            Comment vous répondre synthétiquement ?

            Je crois que vous avez ainsi défini le meilleur instrument de mesure de la progression de l’apostasie qui puisse être.
            Vous constatez qu’il indique que la baisse est antérieure au concile mais qu’à partir de lui elle s’accélère pour devenir vertigineuse.
            La fin n’est plus loin. L’Eglise apostate va mourir. Il n’y a aucun doute là dessus.

        • @ Bourgeois « Notre François national se plaint que le chômage fasse perdre des recettes à l’état par défaut de cotisations sociales. »

          Le pape se plaint de pertes d’argent de l’Etat ?…
          Dans le film « Le pape François », l’évêque Bergoglio reçoit la visite d’une femme catholique haut placée qui se plaint à l’évêque qu’il parle un peu trop de la corruption à Bueno Aires, parce que l’Etat argentin prend sa part de bénéf au passage, et que l’évêque avec ses discours anti-corruption va leur faire perdre de grosses entrées d’argent :
          (une partie de cette visite se trouve à 0, 48 sec)
          https://www.youtube.com/watch?v=27vl3VmnwJg

          • @Efgy,
            Vous êtes fatigué? Vous le faites exprès ?
            Depuis quand notre François national serait-il le Pape ?.
            Hollande suffit.

            • Ooofff… en effet, ça va pas. Il faut dire que je viens d’apprendre que Mgr Fellay avait été reçu à Rome le 13 octobre en même temps que le pape faisait ses courbettes à Luther… J’étais donc encore là-bas, à Rome, à me demander…

  14. Serment d’Hippocrate :
    « Je ne donnerai pas de poison, même si on m’en demande, ni ne prendrai l’initiative d’une pareille suggestion. »

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com