carrier-terreur-nantaise

Jean-Joël Brégeon, historien, est l’auteur de plusieurs ouvrages consacrés à des études portant sur la Révolution française et le Premier Empire.

Pendant cent jours, Nantes connut la Terreur révolutionnaire portée à l’incandescence par Jean-Baptiste Carrier. Les horreurs commises sous ses ordres l’ont fait passer à la postérité.

Ce personnage malfaisant et sanguinaire fut au départ un homme quelconque, un député comme il y en eut beaucoup. Ce livre nous montre comment Jean-Baptiste Carrier, amateur de cérémonies en l’honneur de la Déclaration des Droits de l’Homme, est devenu un technicien cyclothymique de l’extermination. Il est l’organisateur des milliers de noyades de Nantes et en fut fier, proclamant à la barre de la Convention : « Quel torrent révolutionnaire que la Loire !« . On commença par les prêtres réfractaires pour finir par les enfants

Mais Jean-Joël Brégeon souligne que Carrier n’aurait pu éliminer physiquement autant de Vendéens s’il n’avait trouvé sur place une aide dans la sans-culotterie nantaise, chez les hommes du Comité révolutionnaire et dans la société de Vincent-la-Montagne. Ainsi que parmi des sadiques de la localité transformés en bourreaux par des idéologues.

C’est une extermination qu’ont pratiquée Carrier, Turreau et les colonnes infernales en 1793. Carrier, Barère, et bien d’autres, ont démendé l’élimination totale des populations de l’Ouest. Lequinio regrettait de ne pouvoir faire égorger tous les Vendéens. Le décret du 1er août 1793 a programmé la destruction systématique de la Vendée.

Carrier et la Terreur nantaise, Jean-Joël Brégeon, éditions Perrin, collection Tempus, 354 pages, 9 euros

A commander en ligne sur le site de l’éditeur

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

36 commentaires

  1. gillic says:

    Dommage que la république Française ne se souvienne pas de ses propres génocides ! Certains même se réclame de cette république, ils ne manquent pas d’air !!

  2. Aliénor says:

    les droits -de-l’hommisme ont TOUJOURS fini génocideurs à toutes les époques et sur tous les continents

  3. Aliénor says:

    et ces braves garçons ont leur nom gravé sur l’arc de triomphe à paris ….

  4. MDC68 says:

    La période post révolutionnaire n’a pas grand chose a leur envier. Du temps de la royauté, on savait aussi se massacrer joyeusement.

    • Manso says:

      Il n’y a jamais eu de massacres à cette échelle avant la révolution française. Il ne faut jamais oublier que cette période et la suivante (Empire qui en est directement issu) ont provoqué la mort de 2 millions de français par guillotine, fusillades, noyades et guerres…

      • MDC68 says:

        Si le but est de savoir qui en a tué le plus, je ne tiens pas ce genre de comptabilité.
        Pour les historiens l’Empire n’est pas la Révolution.

        • Tchetnik says:

          Il se trouve que la comptabilité est tenue.

          Inquisition Espagnole: moins de 10 000 morts en 350 ans.
          Révolution « française »: 300 000 morts en 6 ans.

          Idem pour les points noirs de la royauté. Ils n’égalent pas en qualité comme en quantité la violence systématique, transformé mode de gouvernement, généralisée des révolutionnaires (ce que le chiffre montre en partie).

          • MDC68 says:

            Si on a droit à l’international, que dire du génocide des indiens d’Amérique latine par les conquistadors espagnols. On doit a être à quelques millions de morts je crois.

            • elbatlebeur says:

              MDC 68
              Le sujet est la révolution française .
              Si j’avais l’esprit scientifique , je m’emploierais à tenter de comprendre pourquoi l’homme peut-il être un phénomène de barbarie autant sur ces congénères que sur son environnement .

              • MDC68 says:

                Je soulignai le fait que de montrer que la Révolution a commis des horreurs (ce qui est vrai) et laisser penser qu’avant la Révolution c’était une période « heureuse » est une tromperie.

                • Tchetnik says:

                  Laisser penser qu’avant la révolution c’était une période plus noire, est une tromperie.

                  • MDC68 says:

                    Je n’ai pas dit plus noire.

                    Je n’aurai pas aimé être protestant un certain 24 août 1572 :« Eh bien ! par la mort Dieu, soit ! mais qu’on les tue tous, qu’il n’en reste pas un pour me le reprocher après ! »

                    Tout comme je n’aurai pas aimé être vendéen pendant les colonnes infernales du générales Turreau
                     » Vous devez également prononcer d’avance sur le sort des femmes et des enfants que je rencontrerai dans ce pays révolté. S’il faut les passer tous au fil de l’épée, je ne puis exécuter une pareille mesure sans un arrêté qui mette à couvert ma responsabilité.

                    • Tchetnik says:

                      « Je n’aurai pas aimé être protestant un certain 24 août 1572 »

                      -En l’occurrence, la Saint Bart’ a été un évènement d’une guerre civile où les coups étaient donnés des deux côtés, pour des raisons autant politique que religieuses.

                      Il y eut des « milliers de morts » (Saint Barthélémy le 24 Août 1572, pour une fois, votre imprécision ne peut être reprochée, car les Protestants eux-mêmes ne sont pas d’accord sur le bilan à en tirer.

                      Il faut faire la distinction entre la volonté royale de liquider les chefs protestants comme Gaspard II de Coligny (1519-1572, qui eut sa part de massacres aussi, notamment à Angoulême en 1568), et les massacres populaires incontrôlés du reste.).

                      On peut aussi évoquer les Michelades du Baron des Adrets et des atrocités commises par un Amiral de Coligny que les protestants s’évertuent à faire passer pour une victime. Ces massacres ne sont pas mentionnés dans les manuels scolaires, ils n’en ont pas moins existé. Vous pouvez par exemple lire l’ouvrage de LOUIS RÉAU « Histoire du Vandalisme », dans lequel il reprend bien des faits de guerre commis par les Protestants.

                      Et si vous me sortez (car je la vois venir aussi grosse que le Bismark) que Louis Réau n’est « pas objectif », il n’est effectivement pas objectif. Il est Protestant. Ce qui ne l’a pas empêché de dénoncer avec une certaine honnêteté les atrocités de son camp.
                      Les chiffres concernant les guerres de religion vont de 700 000 morts à 3000 000, ce dernier chiffre étant donné par des officines anticléricales, sans aucune étude derrière.

                      Les études les plus sérieuses font état d’un peu plus d’un million de morts, en tenant compte et des faits de guerre (batailles, pillages), et de toutes les catastrophes annexes (mauvaises récoltes, disettes, destructions des infrastructures sanitaires…).
                      Ce entre 1560 (1er Mars 1562, massacre de Wassy) et 1598 (Edit de Nantes d’Henri IV, édit de simple égalité civile et de coexistence pacifique limitée en Avril 1598.

              • MDC68 says:

                je ne suis pas sûr que çà relève de la science. De la philosophie peut être.

                Mais c’est vrai, l’Homme capable de tant de grandeur et de tellement d’horreur il y a là un mystère.

                • Efgy says:

                  le « mystère » du bien et du mal. Pourquoi l’homme créé par et pour le Souverain Bien préfère-t-il le mal ? Ce peut être un mystère, mais ce peut ne pas l’être…

            • Tchetnik says:

              Bin justement, non.

              Tout d’abord parce qu’on ne peut pas dire combien étaient les Indiens avant les Espagnols (Borah et Cook les autorités en la matière évoquent des chiffres allant de 9 110 millions…), ensuite parce qu’il n’y eut jamais de « plan » d’extermination es Indiens.

              Il y eut – comme dans toute conquête – des violences commises (mais pas plus que de la part des indiens sur les indiens) avec ensuite un roi et une Eglise qui ont établi une législation qui protégeait les Indiens, justement, bien plus que ne le faisaient les sacrifices humains et l’esclavage des autres Indiens…

              La majorité des victimes ont surtout succombé aux différentes maladies importées.

              • MDC68 says:

                La population de Mexico est quand même passé de :

                1519 : 25 200 000
                1532 : 16 800 000

                Willian Denevane : The Native Population of the Americas in 1492.

                • Tchetnik says:

                  …et on n’en sait rien, vu qu’il n’existe aucune source capable de le déterminer avec précision (un tel « recensement » nécessite une administration qui en 1519 comme en 1532 n’existait pas encore aux Amériques).

                  De plus, les travaux de Borah et Cooke, entre autres, ont depuis longtemps déterminé les causes sanitaires de la mortalité Indienne au Xvème siècle. Comme ils avaient aussi déterminé une échelle de sacrifices humains avant le XVIème siècle…

                  Entre 60 et 90 pour cent de la population des nations Sud- et Central Américaines sont d’origne Indienne ou métisse. On est loin des 2-3 pour 100 d’Indiens aux USA…

                  • MDC68 says:

                    Les chiffres données 1519 – 1532 sont justement ceux de Borah et Cook.

                    • Tchetnik says:

                      …et ce ne sont que des estimations, justement, comme ils l’avaient précisé.

                    • Tchetnik says:

                      Estimations qui en plus, ne prouvent aucun « génocide », mais simplement une baisse de population identifiée comme étant due à une épidémie de Variole.

  5. MDC68 says:

    Période pré-révolutionnaire…

  6. Il ne faut pas oublier les sacrifices d’ humains chez les incas,aussi le genocide indiens par les anglos americains!Aujourd’hui l’ avortement.

  7. MDC68 says:

    D’accord avec vous pour le génocide indien. Pas d’accord pour l’avortement. Mais c’est un autre débat.

  8. MDC68 says:

    Tchetnik : Par moment j’ai du mal à vous suivre :

    « votre imprécision ne peut être reprochée » => Je n’a pas cité de nombre de victimes; Et la date est exacte, j’avoue que je vois pas ou est l’imprécision.

    « les coups étaient donnés des deux côtés » C’est certainement vrai. Même si au final la balance a quand même penché plus d’un coté que de l’autre. J

    Je suppose que c’est valable pour les guerres de Vendée également. Dans ce type de conflit aucun coté n’a l’apanage d’être tout blanc ou tout noir.

  9. MDC68 says:

    Je ne connaissais pas Louis Réau. J’avais lu « Les guerres de religion » de Pierre Miquel.

  10. Tchetnik says:

    « les coups étaient donnés des deux côtés » C’est certainement vrai. Même si au final la balance a quand même penché plus d’un coté que de l’autre.  »

    -En l’occurrence d manière assez égale dans cette guerre, comme je l’ai démontré, chiffres et exemples à l’appui. Mais ce n’est pas valable pour toutes les guerres.

    « Je suppose que c’est valable pour les guerres de Vendée également. Dans ce type de conflit aucun coté n’a l’apanage d’être tout blanc ou tout noir. »

    -Justement, certains côtés sont quand même plus noirs que d’autres et se livrent bien plus systématiquement à la violence sur des innocents que d’autres. Ce ne sont pas les Vendéens qui ont génocidé dans les 170 000 civils républicains, mais bel et bien l’inverse.

    On peut mettre en parallèle le Pater de D’Elbée ou le geste de Bonchamps avec la cruauté de Turreau, justement.

    Aucun camp n’est jamais à 100 pour 100 propre, cependant et les motifs et l’application de la violence n’ont la même légitimité ni la même intensité.

  11. MDC68 says:

    -En l’occurrence de manière assez égale dans cette guerre Pierre Miquel ne serait pas d’accord.

    – cependant et les motifs et l’application de la violence n’ont la même légitimité ni la même intensité => Oui, pour les victimes çà doit faire une grande différence

    • Efgy says:

      Oui, exact, c’est surtout pour les victimes que ça fait une différence ! sinon la cause de ces violences n’auraient pas leur raison d’être.

      • Efgy says:

        heu…pour qu’il n’y ait pas méprise, je parle des « victimes » aux yeux de Dieu et non aux yeux des hommes… (sans apologie de la violence, mais avec discernement d’esprit pour celui qui est dans la Vérité)

  12. Tchetnik says:

    « -En l’occurrence de manière assez égale dans cette guerre Pierre Miquel ne serait pas d’accord. »

    -Qu’il soit d’accord ou pas, c’est bien ce que prouve l’étude sérieuse et exhaustive des sources de l’époque.

    « Oui, pour les victimes çà doit faire une grande différence »

    -Ca en fait une pour ceux qui restent, et aussi pour une certaine idée de ce qui est juste. Pour les victimes ça en fait effectivement une car elles ne seront pas réparties également entre les protagonistes, comme je l’ai aussi prouvé. Un camp injuste fera – par essence – plus de victimes qu’un camp juste. logique.

    Ceci dit, je suis très content d’apprendre que pour vous, les bombardements US sur les enfants de Dresde ou de Hambourg sont aussi condamnables que les fusillades de civils de l’Est.

  13. MDC68 says:

    Pierre Miquel est un historien au moins aussi sérieux que vos sources.

    C’est quand même la première fois que j’entends qu’il y a aurait eu autant de catholiques que de protestants morts pendant la Saint Barthélemy.

    Sur Dresde et Hambourg oui je suis d’accord. Tout comme les bombardements US aux Vietnam, le massacre du peuple afghan pendant la guerre avec les Russes ou le génocide ukrainien de 1932.

    Je crois que nous sommes capables du pire comme du meilleur. Malheureusement c’est dans le pire que nous sommes les meilleurs.

  14. Tchetnik says:

    « Pierre Miquel est un historien au moins aussi sérieux que vos sources.  »

    -Hélas, il écrit à l chaine des tas de lis s très divers sans avoir réellement le temps de les étudier sérieusement. Un peu comme Michelet ou La Mothe Langeon autrefois.

    « C’est quand même la première fois que j’entends qu’il y a aurait eu autant de catholiques que de protestants morts pendant la Saint Barthélemy »

    -Si vous lisez bien, j’ai parlé de l’ensemble de la guerre civile. Et – en effet – le nombre de victimes de la saint Bart’ est plus qu’étique, vu que les « sources » exploitées par certains « historiens » datent du XIXème siècle…

    • MDC68 says:

      Si c’est parce qu’il ne va pas dans le sens de Louis Réau que je n’ai pas encore lu),l’argument est faible. C’est plutôt de la confrontation des points de vue que surgit la vérité.
      Et l’histoire de la Révolution Française de Jules Michelet est l’ouvrage la plus complet sur le sujet que j’ai lu. Mais c’est vrai que je n’ai pas lu de livre de lui sur la Saint Barthélemy.

      Maintenant sur l’ensemble des guerres de religion, il est fort possible que la balance soit beaucoup plus équilibrée que lors de la Saint Barthélemy.

  15. Tchetnik says:

    « Si c’est parce qu’il ne va pas dans le sens de Louis Réau que je n’ai pas encore lu),l’argument est faible. C’est plutôt de la confrontation des points de vue que surgit la vérité. »

    -La vérité jaillit surtout de l’étude sérieuse, rigoureuse, précise, honnête et exhaustive des sources, témoignages et documents. Ce que Miquel ne fait pas assez, justtement. Il écrit d’avantage des romans que des ouvrages de recherche du reste.

    « Et l’histoire de la Révolution Française de Jules Michelet est l’ouvrage la plus complet sur le sujet que j’ai lu.  »

    -C’est surtout un ouvrage sans aucune référence d’époque, sans aucune recherche historique derrière. Chose largement prouvée et établie depuis longtemps. Il a été prouvé que ses affirmations ne reposaient sur aucune source d’époque. Difficile de prêter la moindre crédibilité à un « historien » qui a été démonétisé depuis longtemps.

  16. MDC68 says:

    je comprends mieux vos réserves. Je viens de découvrir que Michelet était anticlérical.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com