Francis Mutsuo Fukushima est mon correspondant au Japon ; c’est un journaliste catholique – d’où son prénom- qui travaille à la Japan’s Kyodo News l’équivalent de l’AFP ou de Reuter dans ce pays. C’est l’agence de nouvelles la plus importante et connue au Pays du Soleil Levant. Il me communique le dossier d’une affaire qui fait grand bruit dans le pays.

Yui Ito est une jeune fille qui a eu 18 ans le 11 janvier dernier. Elle est surdouée. Elle pratique le violon dans le cadre de la prestigieuse Toho Gakuen Music High School d’où est issu le chef d’orchestre de renommée internationale Seiji Ozawa fondateur du  Nouvel orchestre philharmonique du Japon, et de l’Orchestre International Saito Kinen. Pour ceux qui croient encore à cette médaille galvaudée par la présence des Giscard, Halimi, Veil, ce musicien est officier de la Légion d’Honneur.

Les talents de Yui Ito lui permettront de jouer le 26 mai prochain le 3ème concerto pour violon et orchestre de Camille Saint Saens accompagnée par le Grand Orchestre du Japon ,au  Bunkyo Civic Hall de Tokyo. Cette jeune musicienne espérait pouvoir jouer à Paris dans le cadre de cet orchestre. En réalité les mélomanes connaissent tous les qualités d’interprétation des Japonais en matière de musique classique européenne. 

Un jeune talent littéralement détruit

Le 31 juillet 2010 Yui Ito se fait vacciner contre le papillome virus nommé HPV. Le vaccin est commercialisé sous deux noms de spécialités : Gardasil et Cervarix. Le virus concerné est responsable du cancer du col de l’utérus qui survient à l’âge adulte et se transmet par les relations sexuelles. Or à partir de 2011, elle subit des paralysies partielles itératives avec des souffrances atroces appelées « tempêtes de cytokines » documentées biologiquement. Elle a l’impression d’être piquée de l’intérieur par une multitude d’aiguilles. Lors de ses épisodes elle hurle de douleur. Elle ne peut plus tenir debout et doit désormais avoir un fauteuil roulant qui la suit.

Masayuki, directeur du département de neurologie infantile du National Center of  Neurology  and Psychiatry l’a examinée quatre fois. Son diagnostic est formel. « Il y a une relation causale entre cette douleur intense et la vaccination Cervarix ». De son côté, Harumi Sakai un chercheur en immunologie de la branche médicale de l’Université du Texas affirme : « Yui a passablement de chance : cela aurait pu être pire. Son cerveau aurait pu être endommagé et dans ce cas elle ne serait plus capable de jouer du violon ».

vaccin-japon-2-MPI

Un vaccin dangereux

Apparemment 3 millions 380.000 jeunes Japonaises ont reçu ce vaccin depuis octobre 2009. Au Japon, 1.968 cas de ce genre ont été diagnostiqués et notifiés aux laboratoires GlaxoSmitKline et Merck, auteurs des vaccins.

Aux Etats-Unis selon l’office gouvernemental chargé de surveiller les incidents liés aux vaccins (Vaccine Adverse Event Reporting System), il faut rattacher à ceux-ci 149 décès de filles ou de garçons l’ayant reçu et 11.054 cas d’hospitalisations en services d’urgence.

Il y a une centaine de virus HPV. Seule une quinzaine d’entre eux sont pathogènes. Deux (HPV 16 et 18) ont été retenus pour servir de base d’étude concernant un éventuel vaccin. C’est dire que seulement 17 % des cancers du col de l’utérus peut être évité par la vaccination. Le jeu en vaut-il la chandelle ? Apparemment selon le chercheur de la Tohoku University, la vaccination déclenche des maladies auto-immunes ; l’organisme en quelque sorte se détruit lui-même. Sont atteints notamment le cerveau sous forme d’encéphalites, mais aussi la substance des nerfs et de la moelle épinière.

Reste à savoir pourquoi et comment le processus d’élaboration du vaccin peut rendre celui-ci toxique ? Est mis en question un adjuvant qui accroît la réponse immunitaire contre le virus, ou bien l’antigène, c’est-à-dire le virus atténué qui doit aboutir à une réaction de l’organisme.

vaccin-japon-MPI

La réponse du gouvernement face à cette question a été d’interdire la vaccination chez les jeunes filles. Or en France il est demandé de l’effectuer entre 11 et 14 ans, précisément au moment où se mettent en action les mécanismes hormonaux dépendant des gènes. Plus grave est l’impression de fausse sécurité donnée par le vaccin et facilitant les relations sexuelles précoces avec la kyrielle de maladies qui leur sont liées comme la syphilis et le sida. C’est une décision grave prise au nom de la liberté sexuelle. Or si Dieu pardonne toujours, l’homme parfois, la nature, elle, se venge toujours.

                                                                             Jean-Pierre Dickès

Note : Les photos jointes m’ont été envoyées personnellement par Francis Mutsuo Fukushima

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Mots clefs , ,

6 commentaires

  1. Pingback: Ce vaccin qui tue | raimanet

  2. champar says:

    Ce qui est inquiétant c’est qu’à l’avenir il va falloir se méfier très sérieusement des médecins « politiquement corrects » qui sous prétexte de « protéger » ou « d’aider » donnent la mort.

    Comment pouvez-vous faire confiance à un « médecin » qui donne la mort (avortement ou euthanasie), il lui viendra peut-être l’idée que votre vie ne vaut plus la peine d’exister et discrètement le « soin » qui vous soulage définitivement.
    Ce n’est pas la première fois qu’il y a un scandale médical étouffé à propos de soit-disant soins, tout cela pour masquer l’influence de certaines minorités dont les orientations sexuelles posent question.

    pour n’en prendre que quelques unes :

    – La capote est fiable à 99% ! On comprend que les évêques africains aient remercié le Pape d’avoir rappelé qu’une vie sans désordre était une meilleure solution car comme par hasard ce sont les pays africains qui ne favorisent pas la capote et préconisent de ne pas faire de vagabondage sexuel qui ont le moins de sida.
    Si 99% cela peut paraître efficace, 1% de perte peut paraître faible mais il y a plus de 100 habitants en Afrique !

    – La pilule. Là c’est le bouquet car c’est le gouvernement actuel qui a retiré celle de 3° génération, sans oser parler de la nocivité des autres générations qui ont des conséquence nocives (stérilité notamment) et peuvent provoquer maladies et des décès, sans parler de la pollution mais heureusement les écologistes sont pour alors silence radio !

    – Le vaccin de l’hépatite B : Ce vaccin peut amener la sclérose en plaque. Ce vaccin concerne les personnes contaminées par le Sida mais il faut généraliser à tout le monde pour noyer le poisson, tant pis pour la plupart des gens qui n’en n’ont pas besoin alors silence radio !

    Votre article montre que la liste continue mais ce n’est pas politiquement correct.

  3. Darantière says:

    J’ai constaté depuis longtemps les méfaits de médicaments qui prétendent soigner, et je me suis tournée avec grand succès vers les médecines douces . Ceci n’est pas une publicité déguisée, mais une réalité vécue. Pauvre jeune artiste à la vie gâchée, il lui faudra temps et patience pour se reconstruire, mais sans chercher vers la médecine « officielle »….Aucun vaccin n’est innocent, ça commence à se savoir, et les derniers trouvés encore moins que les autres, il est temps de s’en apercevoir, c’est une question de « fric », des sommes énormes brassées par les laboratoires… et ce que j’écris n’est pas non plus politiquement correct.

  4. tristan says:

    c’est toujours une balance bénéfices/risques,mais elle est globale,statistique,au lieu d’etre individualisée

    on vaccine d’office des millions de jeunes gens,sans leur demander leur avis,ni surtout s’ils ont des conduites à risque comme on dit.
    à quoi bon vacciner des gens vierges et qui entendent le rester jusqu’au mariage,ça existe encore même si ça a l’air de déplaire au corps médical

  5. Collaud Françoise says:

    Mon père, décédé maintenant, était médecin de médecine interne et TRES MEFIANT à L’EGARD DES VACCINS. Aucun vaccin n’est innocent, et le fait qu’ils soient testés sur les animaux ne les rend pas plus fiables, bien au contraire. Les vaccinations, c’est un carnaval !!!

  6. J’ai travaillé 9 ans dans un labo. Ce que je peux vous dire, c’est depuis cette époque, maintenant plus de 20 ans, je ne prends plus de médicaments, même pour un simple mal de tête et je ne suis pas vacciné. Ces entreprises forment les médecins, interviennent dans l’industrie alimentaire, soutiennent l’agriculture et l’élevage, chercher l’erreur ! Comme disait Hippocrate, la meilleure médecine est une alimentation saine. Maintenant, il y aura toujours l’exception qui confirme la règle. A chacun de voir.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com