Sermon de M. l’abbé Xavier Beauvais prononcé dimanche dernier, avant l’entrée en Carême.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. « A l’exemple des saints, faisons souffrir notre corps lorsqu’il voudrait se révolter, affaiblissons-le par la peine et la pénitence, afin d’en être maître… On a vu des saints verser des larmes lorsqu’ils étaient obligés de manger ; ils auraient préféré consacrer ce temps à la prière… »

    Michel de Saint Pierre, « La vie prodigieuse du Curé d’Ars » (Bonne Presse, 1959).

  2. Patricia Fossat says:

    Pour ma part,Carême c’est toute l’année mais sans souffrances. j’ai fait le choix d’une belle liberté procurée par une vie simple et dépouillée du superflu, s’enrichissant chaque jour de la puissance de la modération. Ce principe philosophique est enseigné depuis l’antiquité par de nombreux philosophes dont les chefs de file pourraient être Épicure ou le Christ…Actualisé aujourd’hui sous la forme modernisée de « sobriété heureuse », il donne des sueurs froides à nos élites du monde économique ou politique. Il est pourtant adopté aujourd’hui par un nombre croissant de nos contemporains avec bonheur. Loin d’être une douce utopie, cet art de vivre n’a pas la prétention de sauver la planète et l’humanité, mais il y contribue modestement. Basé sur le principe de l’ascèse prônée par le chef de file du mouvement « Colibris », Pierre Rabhi, cette philosophie libère du temps pour un art de vivre dans la beauté, l’harmonie, la connaissance et la simplicité heureuse. Le travail devient alors un labeur constructeur de sens et de bien être physique et moral, le ciment de la citoyenneté et de l’amitié.
    Et puisque, désormais libre, je ne veux posséder que le nécessaire, tout m’appartient et ma richesse intérieure est immense.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com