« Le dernier souhait des parents de Charlie Gard est de pourvoir l’emmener à la maison » pour passer les derniers moments ensemble et lui dire au revoir, après la décision de renoncer à la bataille pour qu’il puisse bénéficier d’une thérapie aux Etats-Unis, a expliqué l’avocat de la famille devant la Haute Cour : « Quelques jours de tranquillité en dehors de l’hôpital.»

Les médias britanniques rapportent que la confrontation devant la justice entre les parents et le Great Ormond Street Hospital de Londres continue au sujet de comment et quand procédé au débranchement des supports vitaux. Il semble que la structure hospitalière s’oppose au transfert de l’enfant chez lui à cause de problèmes pratiques telles que les dimensions de la porte de l’appartement qui empêcheraient le passage des machines pour l’assistance mais également pour des raisons de sécurité et de l’intérêt supérieur du bébé ! En outre l’hôpital durant l’audience en cours aujourd’hui a ajouté que les parents demandent plus de jours à la maison avec Charlie avec l’aide de la ventilation assistée.

Le juge a espéré que les deux parties puissent trouver un accord et a évoqué la possibilité d’un centre médicalisé.

Cette opposition au dernier désir de parents éprouvés de la part de l’hôpital qui a pourtant condamné Charlie Gard à être «euthanasié», au nom de la dignité humaine, laisse perplexe. Puisque l’enfant va mourir en quoi ces problèmes techniques ont-ils plus d’importance que la souffrance des parents. L’hôpital se comporte comme s’il était le propriétaire de Charlie qui se retrouve bien prisonnier, et ses parents avec, de l’administration hospitalière.

« Charlie Gard est encore un enfant à aider et non un cas médiatique » a déclaré Adriano Pessina, directeur de Centro de la faculté di Bioéthique de l’université Catholique de Milano. « La difficile décision des parents de Charlie de ne pas tenter un traitement expérimental à cause de la détérioration de la santé clinique de l’enfant mérite le respect. » « Il y a des limites qui doivent être accueillies et acceptées, explique l’expert. Face à la promesse de vie qui va de pair avec les nouveau-nés il est extrêmement difficile d’accepter la maladie et la mort au point que chaque action technique et scientifique semble donc nécessaire et obligatoire. »

Francesca de Villasmundo

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

6 commentaires

  1. balaninu says:

    Quel cynisme de la part de cet hôpital et de ces « médecins » (je parlerai plutôt de futurs assassins), mais bon… prions encore pour que le Saint Esprit éclaire ces gens à la nuque raide !

  2. Non, ils ne sont pas diaboliques, c’est simplement qu’ils n’arrivent pas à admettre qu’ils sont devenus superflus.

    • Ma contribution a été écrit en réponse à balaninu. MCF68 a évidemment écrit en même temps.

  3. Luxettenebrae says:

    Attendez, une minute, vous savez au moins ce que sait l’euthanasie ? C’est quand on injecte un produit pour tuer quelqu’un. C’est donc un meurtre. Ici il s’agit de « débrancher quelqu’un » donc l’état est par ailleurs irréversible : il s’agit donc de ne pas effectuer d’acharnement thérapeutique, ce qui serait contraire à la vision de l’Eglise (traditionaliste compris) sur le sujet.
    Vous seriez pas en train de faire de la désinformation sur ce point précis ?
    J’espère que les parents et les hospitaliers trouveront une solution satisfaisante pour tout le monde. Toutes les maisons ne sont malheureusement pas adaptés à des traitements palliatifs.
    J’espère aussi que le cas de Charlie cessera d’être instrumentalisé par des gens qui au fond n’ont pas d’autre intérêt d’être au courant de cette histoire que celui de s’indigner et de s’en servir pour leur propre idéologie (probablement très éloignée de celles de leurs parents). Ce dernier point risque malheureusement de causer bien des soucis aux parents.

    • Helianthus says:

      @ Luxettenebrae

      En plein dans le mille.
      Charlie est tué à petit feu par son propre corps. Il est à un stade où il peut pas respirer par lui-même, sans machine. D’autres organes, comme ses reins, ne sont pas en bon état non plus.
      Pour ce qu’on en sait, il suffit d’un cahot de l’ambulance qui l’embarquerait à la maison pour déplacer un tube et le tuer. Ou peut-être que les médecins sont en hyper-mode « protège tes arrières » – si un patient meurt pendant une opération autorisée par les médecins, y compris un déplacement, les médecins sont légalement responsables.
      Ou peut-être qu’après 9 mois à se cogner la tête les uns contre les autres, parents et médecins ont besoin d’un peu de temps pour ré-apprendre à dialoguer. L’auteur de cet article n’aide pas.

  4. Le Sommelier says:

    @MCF68, Minable Caporal Führer, tu bafouilles nerveusement et MPI est encore obligé de te censurer . A la niche .

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com