Lebranchu_réforme-état-mpi

Manuel Valls vous l’a dit, il dirige un gouvernement « de combat ». Entre le gouvernement Ayrault et gouvernement Valls, il y a des différences qui sautent aux yeux.

Prenez le cas de Marylise Lebranchu.

Sous Jean-Marc Ayrault, elle était ministre de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique.

Ministere-de-la-Reforme-de-l-Etat-de-la-decentralisation-et-de-la-Fonction-publique_mpi

Avec Manuel Valls, elle est devenue… ministre de la Décentralisation, de la Réforme de l’Etat et de la Fonction publique.

ministère-de-la-décentralisation-reforme-Etat-fonction-publique-mpi

La nuance vous échappe ? Elle permet pourtant de faire vivre les imprimeurs puisqu’il a été nécessaire de changer papier à en-tête, cartes de visite et autres documents et supports frappés du nom du ministère…

Et on vous parle d’économies…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

Un commentaire

  1. Vous rappelez-vous la tante Aillagon – celle qui privatisait le château de Versailles pour profit glorieux barbouilleurs japonais dont, par ailleurs et par hasard, ses employeurs étaient de gros investisseurs… –, se dandinant du fion – les chéries, quand elles sont contrariées, ont leur orifice favori qui les démangent, « C’est intolérable, je te dis pas, Chérie » – devant les caméras de TV, parce que nommée ministre à la Prévarication – pardon ! la Culture et la Communication… – le week-end du 8 mai, et succédant à une femme – beûrque ! –, Catherine Tasca, un esprit supérieur comme on les aime, qui avait fait faire tous les papiers officiels du ministère avec la mention « “la” ministre », la pauvre chérie Aillagon ne pouvait rien écrire sur ces papiers – « Une horreur, je te raconte pas, ma Chérie ! » – avant la reprise du travail des imprimeries (« Qu’ils sont beaux, ces ouvriers, tout musclés !)…

Envoyer une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com