avortement-MPI

Un des grands arguments des tenants de la culture de mort affirme qu’interdire l’avortement pousse à faire effectuer cet acte dans la clandestinité ; ceci aboutissant dans un certain nombre de cas au décès maternel.

La contre-preuve est donnée par un certain nombre d’études bien documentées. L’Institut MELISA vient de publier une étude parue dans le dernier numéro de la Revue officielle de la Société chilienne d’obstétrique et de gynécologie. Au Chili la loi du 19 décembre 1989 interdit toute forme d’avortement quel qu’en soit le motif. Paradoxalement cette interdiction totale a fait chuter radicalement la mortalité maternelle.

En effet le nombre de décès maternels est passé de 41,3 à 12,7 pour 100 000 femmes, soit une diminution de 69,2%. Pratiquement le taux le plus bas de toutes les Amériques après les Etats-Unis.

chili-avortement

Le professeur Elard Koch, épidémiologiste, auteur principal de l’étude, explique que l’éducation des femmes a renforcé leur capacité à accéder aux ressources de soins de santé. Il s’agit principalement de la qualification du personnel accoucheur. La grossesse et l’accouchement lui-même sont mieux suivies et encouragées.

Le Dr Koch explique qu’il y a là « une expérience naturelle unique menée dans un pays en développement. » Au cours de la période de cinquante ans couverte par l’étude, le taux global de mortalité maternelle a diminué de façon spectaculaire de 93,8% ; soit de 270,7 à 18,2 décès pour 100 000 naissances vivantes. Un exemple pour toute l’Amérique.

On pourrait penser que l’interdiction totale de l’avortement entraîne des décès liés à la clandestinité. Il n’en est rien, au contraire. Les hôpitaux reçoivent de plus en plus rarement des femmes présentant des complications d’avortements clandestins. En pratique, tout simplement les femmes souhaitent de moins en moins avorter. En revanche par comparaison, le taux de grossesses extra-utérines et d’avortements spontanés reste le même.

De plus il existe un véritable programme de dissuasion caractérisée par une aide massive aux femmes les plus vulnérables. Il arrive à dissuader plus des deux tiers des femmes dans le groupe le plus exposé (69 %) ; et 94 % dans le groupe le moins à risque.

Conjointement, ce n’est pas un hasard ou une coïncidence qu’à Malte, en République d’Irlande, et au Chili, qui ont tous interdit l’avortement, la mortalité maternelle toutes causes confondues est la plus faible au monde ; faisant mieux que les États-Unis.

En Afrique où l’avortement est globalement interdit, le taux de mortalité lié à l’avortement clandestin « à risque » est de moitié de ce qu’il est dans les pays européens dans le cadre de la légalité et de la sécurité des avortements officiels.

Le résultat de l’expérience du Chili est une mauvaise nouvelle pour le lobby pro-avortement. Mais il en est une excellente pour les enfants à naître.

Dr Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Monsieur T says:

    la Pologne aussi.

  2. Encore un mensonge du bon docteur Lyssenko… pardon, Dickes.

    Pour info, la mortalité maternelle nette est entre 1 sur 8 et 1 sur 55 sur toute l’Afrique. En France et aux Usa, elle oscille entre 1 sur 8000 et 1 sur 14000.

    Partant de là, il est tout bonnement impossible que « En Afrique où l’avortement est globalement interdit, le taux de mortalité lié à l’avortement clandestin « à risque » est de moitié de ce qu’il est dans les pays européens dans le cadre de la légalité et de la sécurité des avortements officiels. »

    De plus, et selon les services de l’OMS :

    L’avortement est 13 fois plus sûr que l’accouchement aux états-unis, car il y a 0.7 décès pour 100 000 cas pour le premier, et 8.8 pour 100 000 dans le deuxième.

    Cela dit, je salue la volonté du docteur de vouloir épargner des souffrances indues. Mais faut-il pour autant mentir si ouvertement ?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com