Moi y’en a vouloir des sous est une comédie satirique réalisée par Jean Yanne en 1972.

Avec un humour décapant, ce film se moque du patronat capitaliste, du syndicalisme, de l’extrême gauche révolutionnaire, des écologistes et de l’Eglise conciliaire.

Pour présenter l’histoire en quelques mots, après son licenciement, un conseiller financier parvient à convaincre son oncle, leader syndicaliste, d’investir l’argent du syndicat selon le modèle capitaliste.

moi y en a vouloir des sous

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

19 commentaires

  1. avec que de bons acteurs.

  2. MCF68 says:

    Excellent film avec le toujours excellent Jean Yanne. Que je vais me permettre de citer :

    « Ponce Pilate n’avait pas le sens de l’économie. On aurait pu très bien en effet crucifier les gens à cinquante centimètres du sol. Ce qui aurait été aussi efficace qu’à quatre mètres et aurait permis de ne pas gaspiller du bois. »

    Jean Yanne. Je suis un être exquis

    • " Pour le coup " says:

      Ce raisonnement dont je laisse le poids de la responsabilité à qui il appartient et à qui y souscrit fait abstraction de la codification de ce supplice par les Romains .
      La hauteur du support est proportionnelle à la gravité de la faute augmentant ainsi la visibilité du crucifié .
      Le lieu de l’exécution , toujours hors de la ville , est situé généralement sur un promontoire ou à la croisée des chemins .
       » De Dieu on ne se moque pas « 

      • MCF68 says:

        En France on peut le délit de blasphème n’existe pas. Et heureusement.

        Une autre citation pour la route tiré du m^me livre

        « Heureusement que Jésus-Christ n’est pas mort dans son lit. Sinon, en Bretagne, il y aurait un sommier en granit à chaque carrefour. »

        • Philibert says:

          Ah oui, en France, le délit de blasphème n’existe pas. En effet, celle-là est très bonne. En France…

          MDR

      • " Pour le coup " says:

        La Loi de Dieu n’est pas la loi des hommes …

        Les mauvaises lectures empoisonnent l’esprit .
        Poison subtil et silencieux qui tue l’âme à petit feu …
        A vous de voir , pour ne pas choir …

        • MCF68 says:

          Je suis bien d’accord. Seule compte la loi des hommes.
          Les « mauvaises lectures » n’empoisonnent pas l’esprit. Elles le libère.

          Pour ne pas rester sur Jean Yanne je vous recommande la « mauvaise » lecture suivante :

          « Jean-Louis Schlegel, La Loi de Dieu contre la liberté des hommes. Intégrismes et fondamentalismes ». Seuil 2003

          • " Pour le coup " says:

            Seule , compte la Loi de Dieu …
            Pour moi , la  » Liberté  » actuelle est pour les libertins…et liberticide pour les hommes libres !

            • MCF68 says:

              La nature n’a créé ni titres, ni religions, ni Églises, ni censure, ni propriété. L’Humanité est devenue elle-même en sortant de la préhistoire dans un long combat contre les terribles épreuves de la planète qu’elle ne connaissait ni ne comprenait.

              Échappant peu à peu aux contraintes et aux entraves, y compris aux entraves et contraintes que l’Humanité avait créées, celle-ci dut, pour elle-même, affirmer ses droits.

              Les droits de l’Humanité ne se sont ni affirmés ni arrachés contre d’autres prétendus « droits », d’origine inconnue.

              Ils existent parce que l’Humanité existe.

              Les droits de l’Humanité sont des « vérités évidentes en elles -mêmes »

              Le premier de ces droits, la première de ces libertés est le droit de penser librement.

              Cette liberté première et fondamentale s’appelle la liberté de conscience.

              En effet, avant les Églises, il y a l’Humanité.
              En effet, au dessus des Églises, il y a l’Humanité.

              • " Pour le coup " says:

                Comment faites – vous pour croire à la Préhistoire ?
                Comment faites – vous pour croire à la Nature sortie d’un chapeau ?
                Comment faites – vous pour croire à un ordre sans hiérarchie ?
                Comment faites – vous pour croire aux droits de l’homme lorsque la sacralité de la Vie des sa conception est rejetée ?
                Comment faites – vous pour croire à une liberté de conscience partagée et universelle quand tous les gouvernements politiques condamnent le droit d’expression ?
                Comment faites – vous pour croire en l’homme quand celui-ci a passé son temps à s’armer jusqu’à acquérir une telle force de frappe qu’il peut réduire en poussière la Terre ?
                Sans Dieu , le Dieu des chrétiens , l’humanité est condamnée à disparaître dans d’atroces souffrances …

                • MCF68 says:

                  La démarche scientifique n’utilise pas le verbe croire.
                  la science se contente de proposer des modèles explicatifs provisoires de la réalité; et elle est prête à les modifier dès qu’une information nouvelle apporte une contradiction. Pourquoi les religions n’en feraient-elles pas autant ?

                  J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer sur ce sujet au demeurant très intéressant.

                  1-L’homme n’est pas le résultat d’une création mais d’une évolution.

                  2-La nature n’est pas sortie d’un chapeau mais de complexes phénomènes physiques et chimiques.

                  3-Choisir ou non de donner la vie n’appartient qu’à la mère ou à la future mère. Ce n’est ni au médecin ni à une quelconque institution de décider à sa place.

                  Des millions de morts, des millions de morts sur tous les continents, pendant des siècles, au nom de Dieu, la bible dans une main, le glaive dans l’autre : l’Inquisition, la torture, la question; les croisades, les massacres, les pillages, les viols, les pendaisons, les exterminations, les bûchers; la traite des noirs, l’humiliation, l’exploitation, le servage, le commerce des hommes, des femmes et des enfants; les génocides , les ethnocides des conquistadores très chrétiens, certes, mais aussi, récemment, du clergé rwandais aux côtés des exterminateurs hutus; le compagnonnage de route avec tous les fascismes du XXième siècle, Mussolini, Pétain, Hitler, Pinochet, Salazar, les colonels de la Grèce, les dictateurs d’Amérique du Sud; etc… Des millions de morts pour l’amour du prochain.

                  Avec le Dieu des chrétiens (mais pas seulement)nous avons déjà connu d’atroces souffrances.

                  • @ MCF68 « 1-L’homme n’est pas le résultat d’une création mais d’une évolution. »
                    Pour une évolution, il faut un départ et une arrivée. Ou vous tournez en rond.

                    @ « Avec le Dieu des chrétiens (mais pas seulement)nous avons déjà connu d’atroces souffrances. »
                    Mais puisque Dieu n’existe pas. Sans Dieu, les souffrances sont toujours là, et même pire. Pourquoi ?

                    • MCF68 says:

                      Ce n’est pas trop ma partie mais Miller (1953) a montré qu’avec du gaz, de l’eau et des éclairs, il avait reconstitué les premières briques élémentaires de la vie sur Terre.

                      Pire ? Il faut savoir raison garder. Si la situation actuelle est
                      difficile elle est tout de même plus enviable que par le passé.

                    • @ Miller (1953) a montré qu’avec du gaz, de l’eau et des éclairs, il avait reconstitué les premières briques élémentaires de la vie sur Terre. »

                      Il a donc fallu une « main » intelligente.

                      « La situation actuelle plus enviable que par le passé », ça dépendra toujours de votre situation actuelle…

                    • MCF68 says:

                      Non justement. En recréant en laboratoire les conditions de l’époque il a montré que la vie pouvait apparaître sans intervention de nature humaine ou divine.
                      Evidemment si vous préférez la servitude du moyen-âge ou les privilèges d’avant la révolution, je comprends. L’important étant d’être du bon coté du manche.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com