La Conférence Épiscopal de Colombie a annoncé que le président Juan Manuel Santos et Rodrigo Longoño, le principal chef de la guérilla révolutionnaire et bien sûr communiste (FARC, forces armées révolutionnaires de Colombie), vont se réunir très prochainement en vue de signer enfin un accord de paix.

En effet, après tant d’années de violence, de terreur, de souffrances et de pertes de vies humaines, un accord  sera signé et mettra fin aux décennies les plus obscures de la Colombie. Il faut rappeler que les FARC se sont constituées dans les années 30 tout d’abord comme étant un mouvement paysan visant à l’obtention d’une réforme agraire.

Cependant avec l’arrivée du communisme dans ce pays d’Amérique du Sud, les ravages dans la population colombienne ont été considérables. En effet, le groupement a pris de l’ampleur parce que financé par le parti communiste du pays et les pays limitrophes. Prenant une partie du territoire colombien, les FARC ont commencé à obtenir des fonds par le biais de la violence, l’intimidation, le narcotrafic, les enlèvements d’hommes politiques ou influents en vue de déclarer finalement la guerre au gouvernement et prendre le pouvoir par tout moyen.

Lors de son passage au pays de Fidel Castro, à Cuba, le pape François a annoncé que c’était dans son souhait que « les négociations pour arriver aux accords se déroulent dans une ambiance de paix ». Et il a demandé aux évêques de bien veiller à ce que les éléments de son pontificat se suivent à la ligne : le pardon, la réconciliation et la paix.

Les autorités romaines font bien de veiller à ce qu’il y ait un accord de paix. Mais nous souhaitons aussi que ces prélats utilisent des discours catholiques concernant des sujets si importants.

Par exemple, on aurait bien aimé qu’ils rappellent la position de l’Église Catholique sur le communisme, tel qu’elle est enseignée dans l’encyclique du Pape Pie XI, Divini Redemptoris — en latin le Divin Rédempteur, publiée le 19 mars 1937, portant sur le « communisme athée » et déclarant qu’il est « intrinsèquement pervers » et que « l’on ne peut admettre sur aucun terrain la collaboration avec lui de la part de quiconque veut sauver la civilisation chrétienne ».

Malheureusement, beaucoup de prêtres et des évêques d’Amérique du Sud se sont laissés entraîner par la vague communiste de la « théologie » de la libération et ont soutenu ( y compris l’ancien archevêque de Buenos Aires) ces groupements révolutionnaires marxistes.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Un commentaire

  1. Cet article honteux relève de la désinformation. Les FARC luttent au contraire courageusement depuis soixante ans contre un Etat colombien sanguinaire qui s’appuie sur les paramilitaires, les narcotrafiquants et la CIA et qui a assassiné des dizaines de milliers de civils innocents..

    Pour connaître la vérité sur la Colombie, lisez les articles du site Investig’Action.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com