Les conséquences de l’usage du cannabis sont actuellement de mieux en mieux documentées. On sait qu’il peut entraîner des cancers du poumon, des psychoses, de la schizophrénie et des problèmes de fertilité. Comment les expliquer ?  Il est facile de retrouver l’étude des Dr Reece et Hulse de l’Université de l’Australie de l’Ouest, publiée le 24 mai dernier. Dans la lettre XCIV du Centre National de Prévention, d’Etudes et de Recherches sur les Toxicomanies (CNPERT) il est fait référence à ce texte paru en juillet 2016 dans la revue de génétique Mutation Research,.

Des explications sont données concernant les conséquences de l’usage du cannabis sur la santé. Ceci explique l’augmentation de la fréquence de certains cancers, sa génotoxicité (toxicité sur les gènes), sa tératogénicité (apparition de malformations fœtales de la descendance).

« La consommation de cannabinoïdes chez l’Homme produit : une dispersion du matériel génétique cellulaire en plusieurs micronoyaux ; d’importantes modifications morphologiques des chromosomes= « effet clastogène » ; des erreurs de répartition du matériel génétique entre les cellules filles au cours de la division cellulaire ; un arrêt de croissance de certains tissus. »

Apparemment, parmi les effets du cannabis, on constate donc une « pulvérisation » des chromosomes qui ensuite se reconstituent plus ou moins bien. Il en découle l’apparition de centres diffus d’informations appelés épigénétiques. Le plus grave est que ces mutations génétiques sont transmissibles à la descendance puis aux générations suivantes. En pratique, il s’agit d’anomalies de la division cellulaire et du fonctionnement de la cellule. En clair des maladies comme le cancer peuvent être induites chez les fumeurs de cannabis mais aussi chez ses enfants  et petits- enfants etc. Il n’existe pas à ce jour de moyens de contrer cette explosion des chromosomes et encore moins d’y pallier de quelque manière.

Les consommateurs et ceux qui souhaitent la légalisation du cannabis feraient bien de prendre connaissance de ces données.

Jean-Pierre Dickès

A lire aussi :

Cannabis, danger pour le cœur

Cannabis : un danger supplémentaire

Le cannabis est-il dangereux ?

La preuve des dangers du cannabis est désormais établie

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

60 commentaires

  1. MCF68 says:

    Le cannabis est dangereux. C’est certain. Quel est sont degré de dangerosité vis à vis d’autres addictions comme l’alcoolisme, je ne saurai répondre
    Dans certains particuliers il peut être utilisé comme médication pour le soulagement de la douleur. Mais à confirmer.

    Au niveau mondial je sais que certains pays envisagent ( ou ont ?) déjà libéraliser la consommation de cannabis. Ainsi que certains états américains.

    Ce qui à mon sens est une erreur

    • Jean-Pierre Dickes says:

      MCF 68
      Bien sûr si le cannabis fait preucve de son efficacité dans les douleurs, il est légitime de l’employer. Il en est de même de la morphine.

  2. Azerty says:

    Un bel article moyenâgeux sur le cannabis.
    Pourquoi ne parlez vous pas de l’alcool qui est mortel contrairement au cannabis ? Pourquoi ne pas parler du danger avec l’alcool au volant qui est bien plus puissant ?
    Moi même je connais bien plus de gens mort à cause d’une bonne cuite que du cannabis. Mais chut, « la drogue cé pa bien » !!! (l’alcool en est une, hein)

    Encore une belle propagande par des gens déconnectés des réalités.
    La légalisation du cannabis au Etats-unis sera bientôt totale et les petits moutons des états-unis suivront bientôt. En attendant les dealers nous rient bien au nez avec nos lois prohibitionnistes qui leurs permettent de ramasser les millions, et les lobbys pharmaceutiques / Alcool sont là pour continuer la propagande pour ne pas que leurs bénéfices s’effondrent.

    • " Pour le coup " says:

      La recherche de la dėfonce ne donne pas à la majorité un comportement raisonnable …
      Ne vous déplaise Azerty , la mortalité Induite par l’addiction souvent polytoxicomanique n’est pas confidentielle , loin de là .
      L’effet de la drogue sur le comportement n’est pas anodin , irascibilitė, incapacité à raisonner et à réagir , …
      Incapacité à gérer ses émotions et à l’autorité , etc…
      Développements de sentiments paranoïaques, la liste est encore longue …
      Point commun : le chichon !
      Quand on sait que le THC reste dans l’organisme pendant 2 à 3 mois, c’est quand même révélateur d’un produit qui n’est pas anodin …!
      J’ai omis volontairement les dérives induites par la nécessité économique pour payer le produit que sont la prostitution , le vol , etc..
      Pour l’alcool ,les individus ne sont pas à égalité devant cette molécule , les recherches sont menées pour savoir pourquoi certaines personnes deviennent dépendantes très rapidement et d’autres pas …

      • Pierre says:

        Que le cannabis soit néfaste pour la santé, il n’y a pas de doute. En réalité, la question à se poser est la suivante : Est-il plus dangereux pour notre nation en étant licite ou en étant illicite ?
        La situation actuelle est catastrophique. Les dealers sont aux portes de nos établissements scolaires et ils ne proposent pas seulement du cannabis…
        Pour eux le cannabis c’est le produit d’appel.
        Le garder illicite, c’est donner à nos adversaires une arme extraordinaire pour pervertir notre jeunesse et l’éloigner de nos valeurs chrétiennes.
        C’est fournir aux ennemis de la nation de formidables moyens financiers et des raisons pour s’armer (en armes de guerre) au sein même de notre pays.
        Oui, le cannabis est dangereux. Mais il ne l’est pas suffisament pour que le MESSAGE
        DE L’INTERDICTION PASSE AUPRES DE LA MOITIE de notre jeunesse, Française de souche.
        Ce qui n’est pas le cas pour les autres drogues dont le nombre de consommateurs reste marginal.

        Du coup c’est notre message chrétien qui en subit les conséquences et la permissivité maçonique qui en profite. (le message ne passe pas)

        L’islamisme radical profite aussi de ce vecteur.
        La plupart des terroristes étaient trempés dans du traffic de cannabis. La cannabis n’est pas satanique, mais son interdiction en fait une arme dans les mains de satan. Ne nous trompons pas d’adversire, tous les moyens doivent être mises en place pour lutter contre l’islamisation de notre société.
        Je n’ai jamais fumé mais je peste de voir que l’on donne des verges pour se faire battre.

        • Azerty says:

          Merci Pierre enfin un point de vue réaliste de la chose ! si seulement plus de gens arrivaient à se rendre compte que l’interdiction , aujourd’hui, pose bien plus de problèmes en France que le cannabis en lui même… Mais ils ne veulent pas la voir la réalité : ils sont bornés et remplis de préjugés…

          • " Pour le coup " says:

            Posez – vous les bonnes questions ?
            Est-ce que le fait d’avoir légalisé l’alcool et le tabac a t’il fait baisser le nombre de consommateurs ?
            Les consommateurs sont – ils vraiment conscients de la réalité des problèmes de santé auxquels ils s’exposent ?
            Quel est le degré de responsabilité de l’Etat français dans la mollesse des spots d’information pour la jeunesse ?

            Bien plus actif sur les cours d’éducation sexuelle et campagnes proLGBT y compris pour les petits de mat sup !

            Drogues douces , drogues dures , elles sont toutes dangereuses et doivent être bannies définitivement . La came vous désocialise complètement .

            • L’ alcool, qui est une drogue au même titre que les autres et dont la dangerosité est définie comme bien supérieure au cannabis par la quasi totalité des experts, a toujours été légal en France, difficile donc de comparer l’impact d’une légalisation dans ce cas. Ce qui est sur, c’est qu’on incite les gens à en consommer, avec modération certes, mais les différentes publicités qu’on voit fleurir un peu partout sont bel et bien une incitation. Quand je dis que la vraie question est de savoir comment légaliser, c’est bien parce que je pense qu’un tel système pour le cannabis irait à l’encontre des objectifs de santé publique. Néanmoins, on ne voit plus aujourd’hui d’alcool dans la plupart des entreprises ou des réunions comme autrefois et l’image culturel qu’il renvoie se ternie de plus en plus. Avez-vous déjà vu une intoxication à l’alcool frelaté? Des taux d’alcool supérieurs à la limite autorisée dans les produits? Avez-vous déjà vu des règlements de compte et des vies détruites pour le contrôle du marché de l’alcool? Le tabac est encore différent car son pouvoir addictif est très fort, aussi fort que les drogues les plus dures. Beaucoup de fumeurs sont en réalité dégoûtés par la cigarette et n’en éprouvent aucun plaisir. Ils ne peuvent juste pas s’en passer. Je rajouterai que la prohibition du cannabis, incite les gens à le consommer avec du tabac alors que des alternatives pourraient être possibles.Quand vous parlez de drogue, merci donc de toutes les inclure dans le panier et de ne pas vous limiter à l’aspect légal qui va à l’encontre du pragmatisme. Vous avancerez alors sur le sujet.

      • Jean-Pierre Dickes says:

        Tout le monde sauf Azertu sait que la toxicomanie au cannabis mène tôt ou tard à l’usage de drogues dures. Il en apparaît de plus en plus sur le marché « parallèle »

        • C’est faux, la théorie de l’escalade a été réfutée depuis longtemps. Par contre, là où le consommateur a le plus de risque de se voir proposer des drogues dures, c’est lorsqu’il est en contact avec des dealers. Un système légal permettrait de rompre ce contact et pourrait au contraire donner des conseils de bon usage voir même diriger les consommateurs à risque vers des structures sanitaires. Le tout en ayant un contrôle des produits et en générant de l’argent qui pourrait alimenter la prévention. Ca c’est une vraie politique de santé publique.

    • Jean-Pierre Dickes says:

      Azerty,
      Des scintifiques exposent des faits scientifiques. Ce sont des lanceurs d’alerte. Maintenant vous niez leurs recherches. En faisant ce post, je comprend que j’appuie où cela fait mal. Vous pouvez toujours nier la réalité en affirmant la votre. Si vous renversez quelqu’un sous l’influene du cannabis, vous irez raconter votre « réalité » » à la police puis au juge. Puis vous irez faire un tour à la prison de la Santé pour votre santé et pour celle de vos contemporains.

      • Azerty says:

        Pourquoi lorsque vous me répondez vous commencez à m’inventer une vie sans me connaître ?
        Je ne conduis quasiment jamais après avoir fumé ou alors j’attend quelques heures. Oui vous appuyez là ou ça fait mal, là ou la France est en retard de 30 ans par rapport à tout le monde, et ça me met les nerfs que des vieux comme vous défendent une prohibition qui finance le terrorisme, encore en 2016.

      • Les faits scientifiques que vous présentez sont intéressants mais on ne peut que déplorer l’absence de liens qui pourraient nous permettre d’approfondir un peu cette question. Maintenant, des études scientifiques qui montrent les intérêts entre autre thérapeutique du cannabis sont légion: http://lesmoutonsenrages.fr/2014/08/06/68-etudes-scientifiques-sur-lefficacite-des-cannabinoides-et-du-cannabis-contre-le-cancer/
        Dommage également que la prohibition empêche la recherche sur ces sujets.
        Le cannabis n’est pas une substance anodine et ses dangers en cas d’abus ou de mésusage sont réels, or, comme le disait très justement « pierre », la question principale est de savoir si la prohibition ou la légalisation augmente ou diminue ces risques. Pour moi, la réponse est claire!
        Enfin, personne ne parle de légaliser la conduite sous cannabis et la prison n’a jamais aidée les toxicomanes. N’êtes-vous pas censé être medecin?
        https://www.ted.com/talks/johann_hari_everything_you_think_you_know_about_addiction_is_wrong?language=fr

        • Jean-Pierre Dickes says:

          J’ai déjà répondu à cette question. Il est évident que si le cannabis est utile pour calmer les douleurs du cancer, il est tout à fait légitime de l’utiliser dans cette indication.

        • Jean-Pierre Dickes says:

          A Tom,
          Mon bon ami, il faut savoir apprendre à lire. Le cannabis n’a jamais soigné le cancer. Il aide essentiellement à le supporter et à supporter les effets secondaires des traitements de chiniothérapie. Il agit un peu comme la morphine.

          • Je n’ai jamais dit que le cannabis soignait le cancer même s’il existe des pistes de recherches sur l’aspect anti-tumoral des cannabinoïdes, cela reste encore à confirmer: http://www.francetvinfo.fr/sante/medicament/le-cannabis-a-t-il-un-effet-anti-cancer_1054903.html
            Il existe de nombreuses pathologies pour lesquelles le cannabis à un cependant un intérêt. L’épilepsie par exemple: http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/01/08/24471-cannabis-epilepsie-lespoir-petits-pas
            Même s’il s’agit d’un traitement symptomatique, il est également utile pour les maladies neurodégénératives entre autre. Juste pour ceux qui disent que le cannabis détruit les neurones: http://blog-cannabis.com/2016/08/25/le-cannabis-provoque-la-neurogenese/
            Bref, je ne vais pas vous énumérer les nombreuses indications possible de cette plante d’autant plus que vous semblez ouvert à ses aspect thérapeutiques et je vous en remercie. Les liens que je vous donne ne sont pas des publications scientifiques, certes. Mais force est de constater que cette plante peut apporter de nombreux bénéfices. Le témoignage de nombreux patients en atteste. Ce que j’affirme, par contre, c’est que l’industrie pharmaceutique fait tout pour empêcher l’accès aux patients à cette plante qui est susceptible de rentrer en compétition avec un certain nombre de molécules. Les seuls patients qui pourraient en bénéficier en France, les personnes souffrant de sclérose en plaque, attendent toujours leur traitement malgré une AMM datant de Janvier 2015. C’est purement et simplement scandaleux! D’autant plus scandaleux qu’éclatent aujourd’hui les problèmes sanitaires liés à la dépakine. Sur ces questions, j’ai honte de mon pays! Voilà où nous a mené la prohibition: un accès facile pour les personnes les plus vulnérables avec un maximum de risque et un accès beaucoup plus difficile et une criminalisation pour les malades susceptibles d’être soulagés (lisez bien vous aussi, je n’ai pas dit guérit) par cette plante. Cordialement.

          • " Pour le coup " says:

            @Tom
            Vous voulez avoir raison à tout prix je vous laisse vos illusions et votre obstination
            On ne combat pas le mal(maladie souffrance ) par le mal ( drogue dure )

            • A partir du moment où vous limitez à dire que le cannabis c’est « le mal », vous vous positionnez dans une posture idéologique et moralisatrice qui, lorsque les faits ne la réfutent pas, est on ne peut plus discutable. Mais je ne vous en veux pas, nous avons probablement le même but finalement et après tout, défendre la prohibition est une position de plus en plus difficile à tenir.

    • Philibert says:

      Allons; Azerty, cet article ne s’adressait surtout pas aux spécialistes comme vous mais à tous les autres non-spécialistes catholiques.

      Personnellement, je suis pour que vous continuiez à consommer autant de cannabis que vous souhaitez et je défendrai votre droit du moment que de tels articles puissent encore être écrits.

    • @ « Pourquoi ne parlez vous pas de l’alcool qui est mortel contrairement au cannabis ? »

      Parce que le sujet de l’article, c’est le cannabis et pas l’alcool.

      • Azerty says:

        Efgy, comme d’habitude qui fait bien avancer le débat.
        Je ne vous dit pas merci.

        • C’est vous qui voulez un débat là où il ne doit pas en avoir.
          Je suis bien aise que vous ne me disiez pas merci. En échange, je vous demande de remplacer votre « t » par un « s » au verbe de votre dernière phrase, merci.

          • Comparer avec l’alcool et en effet aussi stupide que de parler de « drogue »de manière générale sur un sujet qui traite uniquement du cannabis. Si on vous en parle néanmoins, c’est parce qu’un interdit doit être justifié, or l’alcool est reconnu aujourd’hui comme étant bien plus néfaste que le cannabis ( à dose égale évidemment) et il est parfaitement légal. Pire, on en fait de la publicité partout. Ce traitement à deux vitesse décrédibilise totalement non seulement tous les discours diabolisateurs envers le cannabis, mais aussi toute la prévention faite autour de l’alcoolisme.

            • Il n’y a pas besoin de débat pour dire que le cannabis est une drogue. Car s’il ne l’était pas, on ne se demanderait pas s’il faut le légaliser ou non.

    • Boutté says:

      Qu’Azerty se défonce(nous l’avions déjà remarqué!)n’est pas nôtre problème tant qu’il ne conduit pas sur la voie publique sa voiture . Le danger est identique à celui de l’alcool pour le consommateur comme pour sa progéniture. Disculper l’un n’améliore pas l’autre

  3. Jean-Pierre Dickes says:

    Azert,
    La réalité est ce qui vous a été expliqué ci-dessus. Maintenant, libre à vous de ne pas tenir compte de la réalité. Il y a deux drogues légales qui sont l’alcool et le tabac. Faut-il en ajouter d’autres ?
    Laissez les Américains assumer les conséquences de leurs dérives. Notre rôle est de dire : Danger. Maintenant vous faîtes ce que vous voulez. Libre à vous de vous détruire et de détruire votre descendance. Bonne chance.

    • RDichet says:

      La cannabis m’a permis d’arrêter entièrement l’alcool. J’ai 55 ans et je crois que sans lui je serais très certainement mort aujourd’hui. Attention aux préjugés, j’avais les mêmes il y a 15 ans.

      • " Pour le coup " says:

        L’inverse est vrai aussi .
        Certains arrêtent le Ganja et n’arrivent pas à se désintoxiquer de l’alcool …et pour le tabac ça peut être encore plus compliqué …
        Ne faites pas de cas d’exception une généralité …
        Les faits sont là , la dépendance des profils additifs est un parcours du combattant et leur famille subissent un véritable Calvaire en général …
        Les bienfaits des drogues sont largement inférieurs à leurs bienfaits !

      • " Pour le coup " says:

        Les bienfaits des drogues sont largement inférieurs à leurs méfaits !

    • On ajoute rien du tout, le cannabis est déjà là. Et la prévalence de la consommation n’a pas augmentée dans les pays qui ont légalisés, seuls les risques ont diminués;

  4. Yoann says:

    Mon Q10+ oui tabarnak ça c’est tellement pessimiste tu te trompe sur toute la Ligne, mon petit cul de bébé flamant rose Africain cassé de rire de lire ces absurdités, c’est hilarant en vérité faut Jeûner vous autres ça vous ferait beaucoup de bien; vous vous trompez tous comme des guedins en France, le cannabis Bousille le cancer en vrai c’est l’une des meilleures plantes sur la Planète pour des problèmes de tumeurs

  5. Jacques-Pierre Bernard says:

    Effectivement cette étude confirme d’autres études réalisées il y a au moins une dizaine d’années.
    Il est normal de la faire connaitre.
    Maintenant l’alcool et le tabac tuent beaucoup plus que le cannabis. Mais ce n’est pas pour cela qu’il faut s’adonner au cannabis.
    Maintenant l’interdiction est un point important à analyser. Pourquoi l’alcool qui est très nuisible (39 000 morts par an en France), le tabac (78 000 morts par an en France), sont-ils légalisés ? Leurs coût à la société est de plus de 100milliards par ans, bien supérieurs aux rentrées d’argent dans les caisses de l’ État.
    Bref la légalisation du cannabis n’amènera rien de bon.
    Cependant il existe un compromis : légaliser le fait de détenir un plant personnel, et continuer à interdire tout commerce.
    Et laisser les consommateurs de drogues et de tabac payer leurs frais médicaux de leurs poches.

    • Jean-Pierre Dickes says:

      A jean-Pierre Bernard,
      Merci de me venir en renfort. Toutefois penser que les drogué pourraient payer leurs frais, vous révez. Ils n’on pas un sou vaillant.
      J’ai été agresssé par un drogué qui voulait me couper la gorge avec un rasoir ; il m’a envoyé un coup de poig dans l’oeil et j’ai perdu une grande pertie de la vision de l’oeil gauche après deux décollements de la rétine. J’ai retrouvé mon agresseur. Il a été condamné à de la prison. Je n’ai pas payé de soins dans la mesure où mes confrères appitoyés ont estimé devoir m’aider. En revanche j’ai eu des frais de justice. L’intéressé ayant été condamné aux dépents il était sensé payer des dommages et intérêts et ce qui se nomme les dépents. Or il n’avait pas un sous. Il existe ce qui se nomme le Fonds de Garantie qui prend en charge ce type de dédomagements. Celui-ci a répondu que « le Dickès était en mesure de prendre les frais par lui-même ». J’ai donc faillé être assassiné ; j’ai perdu une partie de le vue ; en plus je dois payer l’ensemble des frais

      • Azerty says:

        Et dire que vous êtes le modérateur de ce site… ça fait peur ! Sortez de votre moyen-âge svp.
        Pourquoi ne pas s’en prendre plutôt à la justice qui n’a pas fait son travail plutôt qu’aux « drogués » dont vous faites des préjugés monstrueux ? Vous avez un problème, désolé de vous le dire.

        • Jean-Pierre Dickes says:

          Le Moyen Age a été une période étonnante de notre histoire. Il suffit de regarder les cathédrale. Ce sont une paire d’historien anti-cléricaux qui lui ont forgé une image de débilité. Huereusement les générations de jeunes historiens la redécouvre avec fascination.
          Je ne suis pas modérateur du site. Je connais un des modérateurs.

      • Pour info jacques pierre bernard est aux avant poste d’une secte bien connue. Sa propagande va dans ce sens et il ne va pas tarder à vous vanter les mérites de son gourou. Mais je vois que vous vous entendez bien!

      • Et donc, depuis ce jour-là, vous êtes persuadé que tous les consommateurs de cannabis sont des personnes misérables et violentes qui ne demandent qu’à vous agresser…..tout s’explique! La paranoïa c’est aussi une forme de psychose, comme quoi, même sans cannabis…

        • " Pour le coup " says:

          Indifférence et détachement vis à vis de l’environnement , Azerty dont vous témoignez sont les troubles psychotiques du point de vue psychiatrique du fumeur de cannabis …
          Tom , vous faites preuve de malhonnêteté intellectuelle …

  6. Jacques-Pierre Bernard says:

    Pourquoi comparer à pire ?
    Pourquoi être satisfait de se couper un doigt ( consommer du cannabis en excès) là où d’autres se coupent la jambe (consomment de l’alcool ou du tabac en excès) ?
    Mieux vaut préserver son corps intact et rester modéré, très modéré.
    Une information massive sur les dégâts de toutes les drogues est la clef.
    Un compromis de un plant évitera à des jeunes d’aller en prison.
    Parallèlement il faut une économie prospère pour offrir un avenir aux jeunes.

    Voici d’où je tire les informations sur les dégâts de l’alcool et du tabac

    Michèle Delaunay, rapporteur pour l’assurance-maladie du projet de loi de financement de la Sécurité sociale, le 20 octobre 2015 à l’Assemblée nationale, estime que la loi Evin doit être mieux appliquée pour lutter efficacement contre le tabagisme. «C’est un véritable fléau. Un fumeur sur deux meurt du tabac, 220 personnes en meurent chaque jour», a déclaré la députée socialiste, présidente de l’Alliance contre le tabac qui réunit une trentaine d’associations engagées, lors d’une conférence de presse. «C’est aussi un carnage financier», a-t-elle commenté, précisant que 25,9 milliards d’euros par an étaient affectés aux dépenses sanitaires liées au tabagisme, «trois fois le déficit de la sécurité sociale». Le coût annuel sanitaire et social, explique-t-elle, est estimé à 120 milliards d’euros, loin d’être compensé par les 14 milliards de rentrée fiscale (TVA incluse) générés par la vente de tabac.
    Quant à l’alcool :
    « L’ensemble de son coût sanitaire et social est de l’ordre de 20 milliards d’euros » par an, souligne le professeur François Paille du service d’addictologie du CHU de Nancy.

  7. Merci pour cet article, si vous voulez avoir plus d’informations sur le cannabis bio, je vous conseil de visiter ce blog http://www.cannabisbio.com/
    Bien à vous
    David

  8. ChampChamp says:

    Certes, il faut informer sur les dangers du cannabis, qui n’est en effet pas un produit anodin.

    Toutefois, vous allez un peu vite en besogne en concluant « ceux qui souhaitent la légalisation du cannabis feraient bien de prendre connaissance de ces données. »

    Déjà car beaucoup sont au courant des dangers du cannabis, ensuite car la question n’est pas là. En effet, il est légitime de se demander si la légalisation n’est pas une autre façon de régler le problème en responsabilisant le consommateur, en misant sur une politique de réduction des risques, et surtout en regardant ce qui ce fait à l’étranger.

    On pourrait ainsi inciter les consommateurs à abandonner le tabac, utiliser des filtres ou vaporisateurs, contrôler la qualité et le teneur en THC, se focaliser sur les consommations régulières etc

    Car le bilan de la France n’est pas très glorieux à ce niveau là, et combattre le fléau de la drogue par l’injustice de la répression uniquement dans le but de dissuader (comme donner des peines de prisons à de simples consommateurs non violent) ne correspond plus aux droits de l’homme.

    Soyons durs contre les comportements irresponsables dus à la drogue susceptibles de blesser autrui (pour alcool / ca..nnabis / autre), et justes en ce qui concerne la simple consommation.

    • " Pour le coup " says:

      Un champ de ruines que votre post …

      Le chichon d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celui d’il y a vingt ans .
      Avez-vous déjà travaillé avec des fumeurs Marie-Jeanne ?

      • Si les taux de THC sont plus forts aujourd’hui c’est aussi une conséquence de la prohibition qui ne fixe aucunes limites et incite les consommateurs à se procurer un produit plus fort. Il est tout à fait possible de travailler avec des consommateurs raisonnables et responsables qui ne consomment pas sur leur lieu de travail. J’ai un scoop pour vous, on peut être consommateur modéré, comme pour l’alcool. Et vous ne soupçonneriez pas le nombre de fumeurs autour de vous, vous seriez bien surpris!

        • " Pour le coup " says:

           » La volonté d’un homme est son paradis mais elle peut devenir son enfer « .

      • ChampChamp says:

        Il va falloir être un peu plus explicite avant de critiquer sans fondements…

        Oui je suis au courant que la teneur en THC aujourd’hui est sensiblement plus importante et oui j’en ai déjà côtoyé.

        Je ne vois pas en quoi cela décrédibilise mon post ? Déjà les consommateurs dosent de toute façon la quantité de cannabis dans leur joint selon les effets espérés, même si cela reste sans doute plus fort malgré tout.

        Et quand je disais de se passer du tabac, cela n’implique pas forcément d’augmenter la quantité de cannabis (avec un autre produit de coupe moins addictif par exemple)

    • Jean-Pierre Dickes says:

      A ChampChamp
      La simple question est qu’à moyen terme et à long terme les effets du cannabis en dehors de l’article de savants qui est contesté par Azerty (plus malin qu’eux) ; ceci même avec une consommation moyenne.
      La civilisation arabe a été une des plus grandes au monde. Dans domaine de la philo avec Averoes, dans le domaine de l’architecture comme à Tolède, Grenade, l’Alhambra, dans le domaine des sciences ( astrologie, les chiffres etc.
      Or quand la conquête de l’Algérie a été faite le monde arabe était fait de tribus plus ou moins nomades qui se faisaient la guerre. C’était quatre siècles plus tard.
      La raison de cela ? C’est l’apparition du kif qui est en fait du cannabis qui détruit le cerveau. Il a entraîné l’imposion de cette civilisation remarquable. Voilà ce qui nou guette. Mais allons expliquer cela à Azerty ?

      • " Pour le coup " says:

        Et à tous ceux qui appellent à la légalisation car consommateur ou à des fins électoralistes …

      • Toutes les civilisations finissent par péricliter et hélas, notre histoire n’est faite que de guerre, de conflits et d’atrocité. Le cannabis existe depuis la nuit des temps mais le rendre responsable de tous les maux du monde c’est aller un peu vite en besogne (un peu comme tirer des conclusions hâtive de l’étude que vous présentez et dont nous cherchons toujours les détails). Il s’agit plutôt, à mon sens, d’une drogue plutôt pacifique qui calme plus les ardeurs qu’autre chose. Napoléon l’avait même faite interdire car il trouvait que ça rendait ses soldats amorphe. Malheureusement c’est la folie des hommes qui est responsable de tout ça. Avec ou sans cannabis.

      • MCF68 says:

        Bien que je ne sois pas favorable à une légalisation, je peux écouter les arguments de ceux qui ne sont pas de mon avis. Ce qui me gêne par exemple c’est que les derniers chiffres montrent que les affaires liées au cannabis saturent les tribunaux ou que l’immense majorité des interpellations concerne des consommateurs et non des trafiquants.
        D’un autre coté en appui du statu quo, il est toujours possible d’invoquer le fait qu’alcool et tabac font l’objet de politiques restrictives. Ils ne sont pas acceptés sans réserve. Plus que cela, la tendance actuelle est à un contrôle accru. La France et d’autres pays tendent plus vers une interdiction que vers un usage libre. Dans ce contexte, une légalisation du cannabis serait paradoxale

        • @ « les derniers chiffres montrent que les affaires liées au cannabis saturent les tribunaux ou que l’immense majorité des interpellations concerne des consommateurs et non des trafiquants. »

          Ouaip, mais si le cannabis est légalisé, les chiffres ne voudront plus rien dire. Car le nombre d’affaires portées aux tribunaux baisseront nécessairement puisqu’il n’y aura plus de poursuites. Les chiffres seront faussés.
          En fait, il y aura encore plus de trafic et d’adeptes du cannabis, mais en toute légalité.

          • On pourrait très bien imaginer qu’une fois légalisée, la consommation d’une substance puisse faire l’objet de restrictions qui en limitent les effets néfastes.

        • Jean-Pierre Dickes says:

          Cher MCF69
          Un membre de ma famille est dans la police. Quand on prend un fumeur de pétard, il se fait sermonner sur lace. S’il a été impoli ou agresif vis-à-vis de lui ou des memebres de sa patrouille, il envoie au juge ; lequel se borne à faire un simple rappel à l’ordre dela loi. Ce n’est queles dealeurs qui sont coincés qui ont des ennuis avec la justice.

          • ChampChamp says:

            Si votre parent est quelqu’un de juste, tant mieux. Encore que pour un fumeur de pétard qui est poli et qui n’est pas avachi sur la voie publique, le sermon moral est dispensable, un simple rappel de la loi et éventuellement des risques suffit.

            Seulement tous les policiers ne sont pas aussi magnanimes malheureusement, et il n’empêche qu’actuellement certains finissent avec de la prison ferme pour récidive, même sans suspicion de vente. Une minorité mais quelques centaines de personnes chaque année tout de même.

        • ChampChamp says:

          Justement, alcool et tabac sont extraordinairement bien acceptés dans la société quoiqu’on en dise, alors que ce sont bien des drogues. Il est même possible de faire de la publicité pour l’alcool, et on ne songerait jamais à une interdiction pure et simple de ce dernier.

          Si jamais le cannabis était un jour légalisé, je ne suis même pas sûr qu’il serait autorisé de le consommer sur la voie publique.

          Mais ce qui me gêne plus avec le cannabis (et autre drogues), c’est cette tendance à vouloir le sur-criminaliser le simple consommateur jusqu’à donner des peines de prisons fermes (le plus souvent théoriques certes, mais parfois appliquées). Si on appliquait le même régime pour les buveurs de pinards après quelques verres, on nagerait dans l’absurde.

  9. Azerty says:

    Moi j’aimerais bien voir les sources dont vous tenez cet articles ?
    Votre imagination ? 🙂

    • Jean-Pierre Dickes says:

      De la lettre XCIV du Centre National de Prévention, d’Etudes et de Recherches sur les Toxicomanies (CNPERT) il est fait référence à ce texte paru en juillet 2016 dans la revue de génétique Mutation Research.
      Il y avait toute une partie très longue concernant le mécanisme biologique qui ammenait à l’éclatement des chromosomes. C’est comme une assiette qui tombe à terre et qui est revollée. Il reste de petits morcaux qui ne sont pas recollés. Ce sont veux qui se trouvent dipersés dans la cellules et continue de donner des infos dites épigénétiques

    • Jean-Pierre Dickes says:

      Azerty,
      Vous vus moquez du monde. Les souces de cet article ont été données; je vous les redonne car apparemment vous ne savez oas mire l’artucle rédigé au début.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com