Début juin, une décision du Conseil constitutionnel a validé la loi Claes-Léonetti sur la « sédation finale » qui était contestée par l’Union nationale de familles des traumatisés crâniens et de cérébro-lésés.

En résumé, l’obstination thérapeutique est déraisonnable ; ce qui a toujours été considéré par le corps médical de cette manière dans le passé. Il est légitime de mettre sous sédation une personne agonisante qui souffre. De fait les médecins ne sont pas des sadiques et leur rôle est de soulager dans ce cas. Mais ce qui semble tout à fait anormal est que le mourant soit privé d’hydratation et d’alimentation par voie parentérale (perfusions) pour accélérer la mort. Or même sous sédation ou dans le coma, il est probable que la déshydratation même dans l’inconscience peut entraîner la souffrance selon des IRM pratiquées dans ces cas. Il y a là une forme d’assassinat dissimulé car le but délibéré est bien de mettre ainsi fin à une vie humaine. C’est de l’euthanasie passive. De plus la décision revient au médecin quand le malade n’a pas donné d’instruction particulière. C’est le cas de Vincent Lambert condamné à mort par le Dr Kariger qui s’en occupait au CHU de Reims alors qu’il était dans un « état pauci-relationnel » donc pas mort cliniquement. De plus plusieurs institutions pour handicapés graves avaient donné leur accord pour le prendre en charge.

Mais il y a pire

En effet une dérive s’est installée. Celle d’accélérer le décès pour aller plus vite. Nous sommes alors dans le cas d’une euthanasie active. Celle-ci peut avoir plusieurs motivations : faire des économies, disposer d’une place d’hospitalisation. Mais il en est une particulièrement répugnante. Celle du prélèvement d’organe. Le principe est simple. Plus tôt le prélèvement est effectué, meilleures sont les chances de succès de l’implantation. Il doit être fait dans les trois heures suivant la constatation du décès. Supposons qu’un malade décède à 19 heures, le prélèvement d’organe n’est plus envisageable que le lendemain matin ; en effet il est difficile de mobiliser une équipe chirurgicale en pleine nuit. La solution est donc de tuer le malade à heure fixe. Cela évite une agonie qui aurait pu altérer la qualité des organes. C’est une véritable technicisation de la mort. Tuer à heure fixe permet ainsi de coordonner les équipes médicales. C’est ce qui se nomme le protocole dit de Maastricht III. Depuis 2014, l’Agence de la Biomédecine (ABM) autorisait le prélèvement « à cœur arrêté ». Il précisait que « la décision d’arrêt ou de limitation des traitements doit être indépendante de la possibilité du don d’organes » et « les filières doivent être étanches entre les équipes de réanimation et de prélèvement ». Voilà qui est clair. Mais cette affirmation est contournée par une astuce : celle de dire que le mourant avait donné son « autorisation implicite » faute de ne pas s’être inscrit sur le registre national de refus de prélèvement.

En pratique voilà comment cela se passe : il suffit d’augmenter brutalement les doses des produits sédatifs, ce qui permet d’accélérer la mort pour qu’elle survienne au moment où tout est près dans la salle d’opération à côté. Bref, du producteur au consommateur. Un tel geste euthanasique n’est ni plus moins qu’un assassinat légal, c’est-à-dire un meurtre prémédité.

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

19 commentaires

  1. Soupape says:

    Euthanasie et suicide collectif POUR TOUS, dès la naissance,
    (ou « dès la première maladie », serait capable de proposer Marine le Pen !).

    Comme cela, il n’y a aura plus de genre humain sur la Terre,
    et tous les problèmes politiques seront résolus.

    Plus besoin de se fatiguer à aller voter !
    Et puis, quelle économie d’énergie …

  2. Mika_bello says:

    Encore un « article » complètement pourri et à la ramasse ! Sans parler des mensonges l’euthanasie aussi bien passive que active n’est toujours pas autorisée en France. Il est plus que temps que l’on n’y remédie d’ailleurs
    Il est clair que l’obstination thérapeutique est déraisonnable ainsi que l’arrêt de l’hydratation et de l’alimentation. À quoi bon s’obstiner à garder les gens en vie quand il n’y a aucune autre option possible et ne te permet pas de parler de Vincent Lambert ce pauvre homme qui attend la mort depuis neuf ans maintenant et que sa mère par pur égoïsme et profond fanatisme religieux empêche de laisser partir

    • Jean-Pierre Dickes says:

      Vous cafouillez complètement et je me demande même si vous avez lu l’article. L’euthanaise passive existe puisque l’on admet de laisser mourir de faim et de soif les malade. L’euthanasie active existe puisque on fait une piqûre destinée à provoquer la mort prématurément. Ensuite vous déplorez l’arrêt de l’hydratation et de l’alimentation. Quand on fait mourir des gens de faim et de soif, c’est de l’euthanasie. De plus j’écris que l’acharnement thérapeutique n’est pas normal comme vous l’écrivez.
      Il a été possible d’entrer en contact par des gens comme Vincent Lambert même dans un état plus grace que lui car dans le coma. On a pu communiquer avec eux Jamais quand le contact a été établi ces personnes ont déclarer être malheureux. Ce sont des personnes vivantes. En les éliminant on fait ce qu’a fait Hitler qui a fait exécuter tous les handicapés cérébraux.
      Je vous propose de prendre la seringue qui va tuer Vincent Lambert. Le rôle de bourreau ne m’intéresse pas. Vous pouvez posez votre candidature.

      • MCF68 says:

        Ils ne sont pas tous heureux . Souvenez vous de l’affaire Vincent Humbert.

        • On y va says:

          Quelle sale idée , remplie d’arriéres pensées …
          Faire d’un cas une généralité et en tirer des conséquences funestes pour l’humanité !

          • MCF68 says:

            Je n’en fais pas une généralité. Je répondais au Dr Dickès. « Jamais quand le contact a été établi ces personnes ont déclarer être malheureux »
            Ce qui est faux.

            • On y va says:

              Quelle mauvaise foi !
              Vous répondez au Dr Dickès mais le fil est ouvert à tous !

              • MCF68 says:

                Vous êtes idiot ou vous le faîtes exprès ? Je ne vous reproche pas de me répondre. Je corrige une erreur du docteur Dickès. Vous avez un argument solide pour dire que je me trompe sur l’exemple que je cite pour faire avancer le débat ? Non. Alors prenez votre pelle et votre seau et retournez jouer dans votre bac à sable.

                • On y va says:

                  Il convient lorsqu’on est attaqué de la sorte de crier au populisme n’est-ce-pas ?

                  « Je corrige une erreur du Dr Dickès  »
                  Euh , vous êtes qui , au juste , planqué
                  derrière votre pseudo MouCham’Fichue .

                  Vous vous prenez pour un phare ?
                  Bien palôt de vérités …dans un brouillard de mensonges .

                  • MCF68 says:

                    Ma vérité sera toujours plus belle que les créations de votre imagination et les illusions de votre ignorance.

            • Jean-Pierre Dickes says:

              Sur quoi basez vous votre réponse. Sur votre esprit de contradiction ?

              • MCF68 says:

                Je me base sur la lettre de Vincent Humbert au président de la république de l’époque Jacques Chirac lui demandant de lui accorder le droit de mourir afin d’abréger ses souffrances.
                Ça vous suffit comme contradiction ?

    • Michelyne says:

      En pensant comme cela, faut pas s’étonner que les plus  »faibles » devront lever les pattes…..avec ou sans accord. C’est une question de temps.

      • On y va says:

        Et les plus nantis voire la Parabole du riche et de Lazare , continueront à profiter des meilleures avancées médicales …par la manne des cotisants euthanasiés …

  3. Registre national de refus de prélèvement : « 404 not found »

    Et vous ?

  4. MCF68 says:

    Ma vérité sera toujours plus belle que les créations de votre imagination et les illusions de votre ignorance.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com