Dans un article paru sur Boulevard Voltaire et intitulé « Migrants : réfugiés à l’est du Rhin, envahisseurs à l’ouest ? », le professeur Henri Clamence livre une analyse pertinente sur la différence de perception de la vague actuelle de colonisation, en France comme en Allemagne.

Pour lui :

« L’expulsion des Allemands d’Europe de l’Est par le communisme entre 1944 et le début des années 1950, qui a concerné plus de douze millions d’Allemands, constitue en effet une blessure encore très vive, bien que secrète, dans la mémoire allemande actuelle. Cette migration massive, principalement depuis la Pologne et la Tchécoslovaquie vers l’Allemagne et l’Autriche, a conduit tous ces expulsés, voire fugitifs, à abandonner tous leurs biens et à repartir de zéro. De nombreux Allemands ont donc un aïeul ayant vécu cette migration et le dénuement absolu. De ce fait, ils manifestent une plus grande empathie envers les migrants d’Afrique et du Proche-Orient actuels, dont le statut (souvent frauduleux) de réfugié de guerre fait résonner leur histoire familiale et nationale. Cette disposition psychologique s’ajoute à la mauvaise conscience européenne qui interdit de gérer rationnellement l’immigration extra-européenne et à leur sentiment de culpabilité spécifique comme nation génocidaire et pays en excellente santé économique. En France, pays désindustrialisé, déficitaire et déjà saturé par les problèmes posés par sa population immigrée, l’origine majoritairement africaine des migrants traversant actuellement la Méditerranée reste en travers de la gorge des Français qui ne considèrent pas la colonisation européenne comme la pire des choses qui soit arrivée à l’Afrique et qui n’ont pas oublié les circonstances de la décolonisation. De nombreux Français ont, dans leur mémoire familiale, l’abandon forcé de territoires français mis en valeur par les colons, et pour les neuf cent mille pieds-noirs rapatriés, les expulsions, la fuite pour échapper aux égorgements et le dénuement à l’arrivée en métropole. Cette arrivée, en France, de populations d’un continent ayant chassé les Français leur paraît insolente et leur fait craindre une invasion aux accents revanchards et animée par des complexes de supériorité associés à l’échec global de leur indépendance. L’hystérie des Indigènes de la République, racialistes, et décolonialistes de toutes origines semble confirmer cette crainte ».

Cette analyse est très intéressante et mérite d’être enrichie. Il est intéressant de voir que ceux qui accusent la France de « mal accueillir » les colons sont ceux qui, en 1962, ont le plus mal accueillis les rapatriés d’Algérie, notamment les staliniens et les cathos de gauche, à commencer par le sinistre cardinal Marty.  Mention spéciale à L’Humanité qui refusait la moindre fraternité aux Pieds-Noirs alors que ce « journal » appelait en 1940 à la fraternisation avec les soldats du Reich… Rappelons également que des milliers de pieds-noirs ont été spoliés du peu de bien qui leurs restaient par la vermine cégétiste. La France recevant mal ses propres compatriotes, il est intéressant de voir que dans les faits, elle accueille mieux les étrangers que ses propres enfants, république oblige. En ce qui concerne l’Allemagne, notons que les réfugiés ne sont pas restés en RDA et ont préféré se mettre sous le parapluie de l’occupant américain, moins criminel que l’occupant soviétique. Ceci explique aussi – sur un autre plan – la difficulté dans les milieux patriotes allemands d’accepter une alliance avec Moscou. Les plaies sont encore vives, d’autant plus qu’en Allemagne – à contrario de la France – elles n’ont jamais été cicatrisées.

Dans une optique mémorielle, il serait intéressant de faire se rencontrer les deux mémoires, la française et l’allemande, pour un enrichissement commun.  Moi qui ait longtemps souffert de ne me sentir chez moi nulle part parce que mes ancêtres venaient de partout, j’ai fait miennes toutes les mémoires de l’Europe et l’exercice est instructif : qui comprend le Vendéen, comprendra l’Irlandais, l’Ukrainien, le Silésien, le Hongrois, le Pied-noir, le Chypriote et le Serbe. Nous fils et filles de Japhet, nous somme tous frères et sœurs, et si – comme dans toutes les familles – il y a des litiges, cela se règle en famille. Surtout dans la situation actuelle. Quand la maison est en feu, le moment est malvenu d’organiser une dispute avec sa sœur pour une histoire de doudou perdu 30 ans plus tôt…  (et ce, même si c’est déchirant pour un enfant de perdre son doudou). Tour à tour dans notre histoire, les peuples d’Europe ont été victimes, ont été bourreaux. La position suicidaire de l’Allemagne au sujet des colons ne sera possible que quand celle-ci aura retrouvée sa mémoire. De même, la position raisonnable de la Pologne ne doit pas dispenser Varsovie de faire une critique introspective de son attitude, parfois à la limite de l’arrogance, vis-à-vis de ses voisins si elle ne veut pas revivre les désagréments connus en 1939…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

3 commentaires

  1. En effet il est temps que les nations européennes fassent bloc et s’unissent en passant sur les luttes sanguinaires du passé qui les ont divisées.
    Nous voyons l’émergence de super puissances industrielles et militaires, auparavant comme somnolentes, et il devient vital pour tous les Européens de s’unir fraternellement pour nous préserver de leur attitude qui pourrait devenir agressive à notre égard dans un avenir plus où moins lointain. Divisés comme nous le sommes actuellement, nous courons un danger mortel, car incapables d’opposer une résistance coordonnée, avec des chaînes de décisions désespérément trop longues et lentes.
    Bien sur, la première tâche que nous devons accomplir est le nettoyage de l’Europe et l’expulsion des populations étrangères qui l’ont envahie.

  2. « les réfugiés ne sont pas restés en RDA et ont préféré se mettre sous le parapluie de l’occupant américain, moins criminel que l’occupant soviétique. » N’oubliez pas une note comparative de criminalité des occupants anglais et français, s’il vous plaît.

  3. Cette « analyse » est déplorable par son manque de connaissance historique;par exemple les allemands « expulsés » étaient des colonisateurs violents depuis des siècles-jusqu’à la Volga- et en général pro-hitlériens ensuite;les pieds-noirs ont dans l’ensemble étaient bien accueillis,comme à Marseille à laquelle ils ont donné un coup de fouet économique par leur dynamisme,seule la « gauche defferriste » voulant « les rejeter à la mer » car ils votaient mal et aujourd’hui ils ont le courage de reconnaitre leur tort et d’avouer qu’ils étaient totalement indifférents aux arabes maintenus dans une misère noire-Voir les travaux de Germaine Tillon dès 1935-seuls les juifs grâce au décret Crémieux vers 1875 ayant la nationalité française et le droit de vote alors qu’ils n’étaient pas français, sauf quelques alsaciens venus après 1871, ignorant tout de la France car d’origine espagnol ou portugaise après leur départ de la péninsule plus ou moins volontaire,comme des camarades de ma classe, un certain Laskar,très sympathique d’ailleurs, mais aussi des Pinto,El Kaïm,Guedj,Allouche,etc,aux noms plus ou moins arabisés ou hispaniques,
    S’il fallait,en traits un peu forcés,définir toute colonisation-et décolonisation-il faudrait parler de violence, catastrophe,humiliation,ressentiment,blessure,rancune,vengeance et ce des deux côtés de la barricade.
    Seul à l’époque,qu’on le veille ou non,de Gaulle et une poignée des siens ont eu le courage de voir les choses en face et de séparer ceux qui ne peuvent être unis que temporairement et superficiellement,sauf à se faire une guérilla ou guerre permanente ou selon la comparaison du même de Gaulle-on peut « mélanger par la force l’huile et l’eau mais ensuite elles se séparent » ce que n’ont pas compris les jean-foutre en tout genre qui ont tout remélangé et en plus sur le territoire national,les suites de cette crétinerie étant écrites sur le mur comme on le voir 40 ans plus tard.
    S’il fallait,en traits un peu forcés,parler de colonisation-et décolonisation-les mots seraient violence, catastrophe,humiliation,ressentiment,blessure,rancoeur,vengeances,etc.
    Si des nostalgiques d’illusions sur ce site entrent en fureur en réponse à ce texte,cela montrera simplement « qu’ils n’ont rien appris et rien compris » malgré leur propre souffrance.
    Maintenant qu’il est en partie trop tard,la même question se pose aux gouvernants comme aux gouvernés: »Que faire » pour raccommoder le moins mal possible un vêtement bêtement déchiré car artificiellement cousu et la réponse est simple à donner mais difficile à exécuter:séparer à nouveau ceux que tout sépare depuis toujours,malgré les hypocrisies des deux côtés.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com