Leçon de catéchisme en vidéo par M. l’abbé Billecocq pour LPL et MPI TV.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Saint-Plaix says:

    Un commentaire très brillant certes, et très clair, mais qui demande à mes yeux une explication sur le qualificatif de « juste » et sa négation « injuste », au cœur de l’exposé de l’abbé Billebocq.
    Autrement dit qu’est ce qui est qualifié théologiquement de « juste ».?.. Et il ne s’agit pas évidemment d’argumenter en l’opposant à « injuste » – sinon on finit avec « l’ordre juste » de Ségolène Royale – mais bien de définir les critères objectifs qui conduisent à la qualification de « juste »
    Je crois que ce n’est pas évident et ce serait très utile à connaître…

    • la pensée du juste est d’abord d’ordre naturel: le quique suum tribuere, rendre a chacun le sien (je prends votre livre, il est juste que je vous le rende), c’est la justice particulière.
      un degré plus avant: la justice distributive veut que l’on reçoive ce qui permet la dignité humaine
      un degré de plus et nous rencontrons la deuxième espèce de la justice particulière: la solidarité
      un saut pour entrer dans la grâce: le juste est ce qui permet de réaliser le bien propre qui est ma configuration a Dieu. (le bon existe en soi, le juste pour moi: ex l’homme meurtrier n’est pas bon mais s’il m’aide a rester vertueux en s’abstenant de pécher il est juste pour moi)
      on le sait depuis longtemps: ens (le bien propre) est quod habens (est cela qui est)
      pour St Thomas: ens esse habens: l’être (bien propre particulier) est ce qui est (configuré a l’être premier, dieu)
      la justice n’est pas une vertu théologale, elle peut être naturelle infuse si le vivre ensemble est la recherche de l’accomplissement du bien propre de chacun.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com