Malgré six greffes du cœur, deux greffes de reins, David Rockefeller, un des hommes les plus influents du monde, a dû se rendre à l’évidence : quelle que fut sa fortune, ses réseaux et son pouvoir, l’heure du jugement était arrivée pour lui. Il est mort, aujourd’hui lundi, à 101 ans.

Héritier d’une des plus grandes fortunes du monde, bâtie dans le secteur de l’industrie pétrolière au début du XXe siècle, David Rockefeller était Président du Council on Foreign Relations, Le CFR, surnommé le « ministère Rockefeller des Affaires étrangères ». Cette organisation à moitié secrète, dont les membres sont citoyens des Etats-Unis, exerce un contrôle étroit sur les nations occidentales, par l’intermédiaire d’institutions, telles que la « Banque mondiale » que David présidait. Tous les présidents des Etats-Unis, sauf Ronald Reagan, y étaient déjà membres avant leur élection. George Bush, vice-président de Reagan, en était membre, et même directeur, en 1977. Le CFR met en place le Gouvernement mondial. Le cercle le plus initié du CFR est le groupe des « Skull & Bones ».

David Rockfeller était également président honoraire de la Commission Trilatérale et avait cofondé le groupe de Bilderberg. La Commission Trilatérale, organisation privée, créée en 1973 par David Rockefeller, Henry Kissinger et Zbigniew Brzezinski regroupe 300 à 400 personnalités influentes – hommes d’affaires, hommes politiques, décideurs, « intellectuels » – de l’Europe occidentale, de l’Amérique du Nord et de l’Asie Pacifique. Le but est de construire une coopération politique et économique entre ces trois zones clés du monde.
À l’instar du groupe Bilderberg, la Trilatérale orchestre la mondialisation. Dans l’ouvrage, paru à l’occasion des 25 ans de l’organisation, on peut voir la Trilatérale reçue par Juan Carlos d’Espagne, Jean-Paul II, Margaret Thatcher, Mikhaïl Gorbatchev, François Mitterrand, Yitzhak Shamir…

Pour mieux apprécier la mentalité et les méthodes de feu M. Rockfeller, citons-le, lors d’une récente réception à la presse : 

« Nous sommes reconnaissants au Washington Post, au New York Times, Time Magazine et aux autres grandes publications, dont les directeurs ont assisté à nos réunions et respecté leur promesse de discrétion depuis 40 ans. Il nous aurait été impossible de développer nos plans pour le monde si nous avions été assujettis à l’exposition publique durant toutes ces années. Mais le monde est maintenant plus sophistiqué et préparé à entrer dans un gouvernement mondial. La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés. »

Vous avez dit complotiste ?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

3 commentaires

  1. daflon says:

    « La souveraineté supranationale d’une élite intellectuelle et de banquiers mondiaux est assurément préférable à l’autodétermination nationale pratiquée dans les siècles passés. »
    On voie tout de suite que celui qui a écrit ces lignes est un grand démocrate !
    Voici une phrase à méditer par ceux qui ne sont pas encore convaincu du gouvernement tyrannique et impitoyable que serait le gouvernement mondial d’une clique de financiers sans foi ni loi, mis à part les leurs, bien entendu. C’est ça le mondialisme qu’ils veulent nous imposer grâce à la propagande et à la désinformation d’une presse et de médias à leur botte. La quasi totalité des groupes de presse et de télévision sont en leurs mains où dans celles de leurs vassaux, donc ils pensent qu’ils peuvent infester l’humanité de leur idéologie qui va asservir tous les peuples. Les pires scénario de science fiction deviennent réalisables. Tous ceux qui veulent vivre libres doivent continuer à s’organiser et lutter contre la tyrannie du grand capital et de la finance pour, finalement, écraser l’hydre démoniaque.
    Malgré tout son fric et tous les efforts de sommités médicales, la mort a fini par avoir raison de David Rockfeller et donc de ses actions nauséabondes. Il est des jours comme celui ci où j’aime la Mort : Aujourd’hui je la voie plus comme une amie qui nous délivre du mal, que comme une ennemie qui fini toujours par avoir raison de nous. Serait ce le prix à payer pour vivre libre ? C’est au moins la garantie qu’un tyran ne peut nous tourmenter éternellement.

  2. Jeff de Nice says:

    Merci William pour cette bonne nouvelle. Pour éviter que l’on ne continue dans la même direction, TOUT SAUF MACRON qui est lui aussi pieds et poings lié à cette même famille de banquiers.

  3. brunehalde says:

    Une pensée pour Macrounet et pour françois l’argentin qui doivent être effondrés par ce décès…

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

25,40 % récoltés 31.330 € manquants

10670 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 31.330 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com