agender-mpi

La théorie du genre n’existe pas”, Najat Vallaud-Belkacem vous l’a dit et répété. Et pourtant, pas moyen d’échapper aux campagnes destinées à “créer de l’empathie pour les transgenres”.  L’exemple du jour ? La photographe Chloe Aftel se fait connaître un peu partout, des Etats-Unis à l’Allemagne, du Pérou à l’Italie, sans oublier la France, en raison de son intérêt particulier pour les portraits d’individus « agenres » ou « genderqueer ».

Chloe Aftel voit – comme par hasard – son projet de portraits intitulé « Agender » bénéficier depuis quelques semaines d’articles enthousiastes. Son geste est militant. « J’ai trouvé cela fascinant que ce groupe de gens galvanise le débat autour de ce qu’est le genre« , affirme Chloe Aftel à Vocativ qui parle de “genderqueer nation”. Tous ses modèles ont la particularité de ne s’identifier ni au genre masculin, ni au genre féminin. Quand ils parlent d’eux, ces individus préfèrent employer le pronom indéfini « they”. 

« Ce n’est pas adhérer aux deux genres, ni à l’un des deux, c’est n’adhérer à aucun des genres. Ce n’est pas l’absence de genre, et ce n’est pas ne pas me soucier de mon genre. En fait, c’est plutôt le contraire – je m’en soucie énormément. Tout comme mon expression de genre, et ma perception de genre. J’ai un genre, et il est neutre. », raconte l’un des modèles de Chloe Aftel.

On attend avec impatience l’individu qui va nous raconter qu’il a la perception d’être un poisson ou une chèvre…

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

2 commentaires

  1. Philippe B. says:

    « On attend avec impatience l’individu qui va nous raconter qu’il a la perception d’être un poisson ou une chèvre… »

    Si un jour un homme se dit qu’il est un poisson rouge, il pourra demander à ce que la loi reconnaisse la possibilité pour un être humain de se comporter comme tel et ceux qui s’y opposeront seront condamnés au nom de la lutte contre la discrimination.

    Nous arriverons bientôt dans un monde où les plus givrés ne seront plus ceux qui seront entre 4 murs ; nous aurons de véritables asiles psychiatriques dans nos rues et les plus sains seront ceux qui resteront cloitrés chez eux.

  2. Ian Allan says:

    ‹ « Ce n’est pas adhérer aux deux genres, ni à l’un des deux, […] », raconte l’un des modèles de Chloe Aftel. ›

    Mais il y a trois ‹genders›, fait que les francophones et après eux les anglophones, assassins du neutre comme il le sont, ont largement réussi à oublier. Ce troisième genre, le neutre, ne signifie pas cependant ‘tous les deux’, mais ‘ni l’un ni l’autre’. En anglais les personnes de sexe masculin sont des ‹he›, celles de sexe féminin des ‹she› et – à part certaines assimilations d’animaux ou de choses à des personnes – tout le reste est un ‹it›. ‹They› se dit pour toute pluralité et ne peut jamais signifier ni une seule personne (comme en allemand formel) ni une seule chose. Ce que veut dire alors le modèle de Chloe Aftel, c’est le sexe, mais là elle n’entend évidemment que le ‹sexual intercourse›. Il faut lui donc intenter un procès pour meutre linguistique. En plus, elle spécule sur les corps célestes, elle fait paraître meilleure la chose pire, elle corrompt la jeunesse, etc., et n’est même pas Socrate.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com