femme-problèmes-santé-mpi

Une nouvelle étude vient de paraître à propos de la relation qui existe entre le cancer du sein et l’avortement. Question qui a déjà été présentée par Médias Presse Info.

Cette étude a été diligentée sur 220 femmes aux Indes, à Aurangabad, dans l’Etat très touristique du Maharashtra, par un chercheur de la célèbre John Hopkins University du Maryland aux Etats-Unis. Il établit que les femmes qui ont eu un avortement ont 280 % plus de risques de faire un cancer du sein que celles qui n’en ont pas fait. Ce chiffre est une moyenne. Plus le nombre d’avortement est élevé, plus le risque augmente. (ref : www.ibimapublishing.com/journals/ENDO/endo.html )

Le Dr Unmesh Takalkar, directeur en chef de l’Hôpital d’Etat CIIGMA affirme de plus qu’une autre étude permet de dire que la prise de pilule régulière s’additionnant à un avortement est un facteur aggravant le risque de cancer du sein. Cette étude a été publiée dans le Revue de recherche en Endocrinologie. (même référence).

Une autre étude publiée en janvier dernier dans le Indian Journal of Cancer montré que l’avortement et la pilule conduisent à une augmentation de 626 pour cent du risque de cancer du sein ; une autre étude menée l’été dernier arrivait aux mêmes conclusions. La discordance des chiffres s’explique par les modes de vie variant d’un Etat à un autre sur le plan de l’alimentation et de l’écologie.

Dr Joel Brind, professeur d’endocrinologie au Baruch College de la City University de New York, a déclaré en janvier : « Il y a plus d’un milliard de femmes en Inde et en Chine. Si la moitié d’entre elles font un avortement et que le risque de cancer du sein augmente d’un modeste deux pour cent, au total ce seront dix millions de femmes qui seront atteintes ». Il explique qu’une méta-analyse de 36 études chinoises montre une augmentation de 44 pour cent du cancer du sein chez les femmes s’étant fait avorter.

Karen Malec, femme de gauche et féministe, présidente de l’Association coalition cancer/avortement Coalition of Abortion/Breast Cancer cite près d’une douzaine d’études de l’Inde, du Sri Lanka et du Bangladesh reliant l’avortement à une hausse des taux de cancer du sein.

Finalement Brindt explique qu’il est toujours possible de contester la méthode de telle ou telle étude. La progression du cancer du sein est suivie depuis 1957. Force est de retenir que sur le plan mondial l’avortement a littéralement fait exploser le nombre de ces cancers qui tue toujours une femme sur deux. Ce dont les politiciens se moquent éperdument au nom de l’idéologie.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

4 commentaires

  1. Elieja says:

    Si on ne peut plus tuer les bébés sans retour de manivelle… Où allons-nous, le monde est vraiment mal foutu…

  2. samovar says:

    Les politiciens s’en foutent d’une part et d’autre part, ils verront d’un bon oeil les femmes ne pas vivre jusqu’à 90 ans …

  3. Pingback: L'avortement multiplie les cancers du sein | Paroles de Dieu

  4. Bonjour,
    Deux points qui me paraissent importants.
    Tout d’abord, l’étude ne constate pas une augmentation de 280% du nombre de cancers du sein, mais de 180% (c’est à dire que le risque est multiplié par 2,8, et que là où il y aurait eu 100 malades sans avortement, il y en a 280 avec avortement).
    Ensuite, « par un chercheur de la célèbre John Hopkins University du Maryland aux Etats-Unis » peut prêter à confusion : le chercheur en question a bien été « fellow » à la très prestigieuse John Hopkins University (l’une des deux facultés de médecines les plus réputées des États-Unis avec Harvard), c’est l’équivalent d’un clinicat, cette admission à y être « fellow » montre qu’il s’agit de quelqu’un de très brillant et on peut penser qu’il y a participé à des recherches; néanmoins le Dr Unmesh Takalkar n’en fait plus partie depuis longtemps, il dirige en Inde un hôpital spécialisé en cancérologie, et cette étude n’émane pas de la John Hopkins University.
    Son étude ne portant que sur 220 femmes, elle ne peut être considérée comme « probante » (au-delà du fait qu’on ne sait pas si elle tient compte du fait qu’une femme qui avorte jeune perd une occasion d’allaiter jeune, or on sait qu’allaiter jeune a un effet protecteur contre le cancer du sein, ce n’est sans doute pas un hasard si Anne d’Autriche est morte d’un cancer du sein, elle qui a eu plusieurs fausses couches avant d’avoir son premier-né à 37 ans); elle s’ajoute aux nombreuses études indiennes et chinoises (cf la méta-analyse publiée par Yubei Huang dans la revue Cancer Causes & Control, facteur d’impact 3,2) en ce sens, qui mériteraient confirmation (ou infirmation) par une étude rigoureuse de grande ampleur.
    Etrangement, il n’y a jamais eu une telle étude.
    Cancer.org botte en touche en précisant qu’une étude de chohorte entraînerait des biais (c’est vrai mais cela n’infirmerait la conclusion que s’il n’y a pas une grande différence entre le groupe témoin et le groupe avorté) et qu’il n’est pas possible de pratiquer une étude randomisée; moi j’affirme que si, dans un pays qui autorise (et favorise) l’avortement, même si ce serait coûteux (plus de 10.000$ par an et par femme étudiée en plus des frais de l’étude elle-même) et si les conclusions ne pourraient pas être rapides. Mais le budget annuel, rien qu’en recherche sur le cancer du sein, et rien que pour le National Cancer Institute américain, dépasse les 600 millions de dollars. Ah oui, j’oubliais : les « féministes » hurleraient…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com