Debbie Reynolds, l’actrice principale du film musical « Singin ‘in the Rain », est morte mercredi, un jour après avoir perdu sa fille, Carrie Fisher, l’actrice principale du film Star Wars. Elle avait 84 ans. Un aperçu de sa « carrière » nous permet de constater à quel point Hollywood est un milieu toxique.

Reynolds a connu l’époque des fastes d’Hollywood. Le patron de la MGM, Louis B. Mayer, l’a imposée dans « Singin in the Rain », malgré les objections de Gene Kelly. À tout juste 19 ans, et peu d’expérience de danse, elle apparaît avec deux des plus grands danseurs de l’écran, Donald O’Connor et Gene Kelly.

La comédie musicale de 1964 « The Unsinkable Molly Brown » a apporté à Reynolds sa seule nomination aux Oscars. Elle est devenue populaire auprès des adolescentes, en particulier en 1955, quand elle a épousé le chanteur Eddie Fisher. Le couple a fait un film ensemble, « Bundle of Joy », qui semblait évoquer la naissance, en 1956, de leur fille Carrie.
Sa carrière cinématographique a compris des rôles aux côtés de Glenn Ford dans « The Gazebo », de Tony Curtis dans « The Rat Race », de Fred Astaire dans « Le Plaisir de sa Compagnie », d’Andy Griffith dans « The Second Time Around ».

Leur fils, Todd, a été nommé d’après le showman Mike Todd, ami proche d’Eddie et mari d’Elizabeth Taylor. Mike Todd est mort dans un accident d’avion de 1958. Fisher consola Elizabeth Taylor en quittant sa femme et ses deux enfants pour l’épouser… Debbie Reynolds et Elizabeth Taylor se sont, des années plus tard, retrouvées passagères d’une croisière sur le Queen Elizabeth. « Je lui ai envoyé une note et elle m’a répondu, puis nous avons dîné ensemble », a-t-elle dit au Huffington Post,quelques mois après la mort d’Elizabeth Taylor, en 2011.  » Nous avons passé une excellente soirée et nous sommes restées amis depuis.  »

En 1996, elle est acclamée par la critique dans le rôle-titre du film «Mother» d’Albert Brooks. Elle s’est associée à Elizabeth Taylor, Joan Collins et Shirley MacLaine dans la série TV «These Old Broads», co-écrite par sa fille, Carrie Fisher, en 2001. L’histoire parle du vieillissement des actrices qui se rassemblent à l’occasion d’un concert.

Reynolds et sa fille ont été l’objet d’un documentaire, « Bright Lights », qui devrait être diffusé sur la chaîne HBO en 2017.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

4 commentaires

  1. gabriel zallas says:

    Le sens de ce papier l’échappe un peu, qu’y a t-il de nocif de nocif de mourir à 84ans après avoir connu les feux d’Hollywood et un certaine notoriété. Le titre et l’article sont complètement insipides et aurait dû paraitre das « voici » !

    • Entièrement d ‘ accord avec vous , …………………………peut être parce que juive ? , si c ‘ est cela , c’ est « petit « 

  2. Bonjour monsieur,
    Je vais me permettre de vous éclairer un peu sur le sens du papier. Le fait d’avoir connu les « feux » d’Hollywood est, pour le coup, extrêmement nocif : Le fait de partir avec une autre femme quand on est marié avec un enfant ou de devenir très « copine » de celle qui vous a piqué votre époux et laissé votre fille sans père, c’est typiquement le mode de vie hollywoodien. Vous n’y voyez rien de « nocif », c’est votre problème. Pour moi, et d’autres ici certainement, c’est commettre un péché mortel, un acte moral grave, un truc profondément dégueulasse, sciemment banalisé par les personnes qui ont fabriqué Hollywood depuis des décennies pour corrompre nos sociétés d’abrutis aveuglés par son star-system. C’est certainement pas « Voici » qui vous en parlera en ces termes. J’espère, monsieur, vous avoir éclairé sur le sens et le titre de cette brève. Cordialement, William Kergroach

  3. CHEVALLIER says:

    Lire la Mafia Juive et vous aurez tout compris de ce milieu corrompu d’Hollywood.
    Hervé Ryssen Editions Baskerville.
    Bravo pour votre réponse Monsieur William Kergroach;
    Les gens sont bêtes et méchants ,plus de moralité ,plus d’humanité ,plus de solidarité ,plus de générosité .

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com