Déclaration du XXIVe Chapitre Général

Ordre des chevaliers de Notre-Dame, Observance des Saints Cœurs de Jésus et Marie

Le 23 juillet 2017

La défense de la Foi

Quelles qu’aient pu être les péripéties, il est incontestable que l’idée d’une reconnaissance romaine de la Fraternité Saint-Pie X a fait du chemin ces derniers temps : pourparlers, déclarations, confessions, mariages, d’où notamment la récente réaction des doyens et des supérieurs religieux.

1°- Etat de nécessité : Il reste en tout cas bien clair, que, Rome étant sous la coupe des néo modernistes, la défense de la Foi et de la Tradition n’est aujourd’hui possible qu’en s’appuyant sur « l’état de nécessité » créé par les graves fautes doctrinales et pastorales de la hiérarchie et des papes conciliaires et post-conciliaires. il serait en effet impossible de continuer à les défendre si l’on ne pouvait plus combattre les erreurs de l’Église conciliaire. En d’autres termes, si l’on cessait d’avoir recours à la « juridiction de suppléance », que confère au cas par cas le Droit canon dans « l’état de nécessité » pour s’en remettre à la juridiction concédée par Rome, on se trouverait dans un état de dépendance de la hiérarchie conciliaire tel que cela rendrait, en pratique, impossible de continuer de mener contre elle le combat de la Foi, ce qui serait contraire à la Règle des chevaliers de Notre-Dame, « gardiens de la Tradition » (I, 12 ; III, 8), qui leur impose de « défendre la Foi » (XVIII, 1 & 3, etc.)

2°- Refus du ralliement : Dans le cas des confessions puis des mariages, il y a eu, ceci avant même une reconnaissance canonique formelle de la Fraternité Saint-Pie X, un abandon partiel et progressif de la notion d’état de nécessité, sur lequel a pourtant reposé tout le combat de la Foi de Mgr Lefebvre. Le fait que la Fraternité Saint-Pie X accepterait une prélature personnelle ou une reconnaissance canonique, manifesterait publiquement qu’elle se soumet à la hiérarchie néo moderniste, consent à être dite « en pleine communion » avec elle, cautionne son nouveau magistère, son nouveau catéchisme, son nouveau droit canon, et s’en remet à la « juridiction ordinaire » concédée par le Saint-Siège. Dans son Itinéraire spirituel, Mgr Lefebvre dit bien : « C’est donc un devoir strict pour tout prêtre voulant demeurer catholique de se séparer de cette église conciliaire, tant qu’elle ne retrouvera pas la tradition du Magistère de l’Église et de la foi catholique ». Pourquoi refuser cette exhortation ? D’ailleurs, quand bien même la Fraternité Saint-Pie X serait assurée d’une relative autonomie et d’éventuelles garanties, très incertaines, elle entrerait ainsi dans le pluralisme conciliaire, la Tradition devenant une « option » parmi les autres. Elle franchirait alors un seuil de rupture que les chevaliers de Notre-Dame refuseront de franchir avec elle, devant défendre la Sainte Église catholique contre toutes les sectes, hérésies et erreurs dénoncées par les papes, en particulier contre la secte moderniste qui occupe Rome actuellement (cf. Règle I, 4 ; III, 8).

3°- Recours à des « évêques pleinement catholiques » : Puisqu’il est nécessaire pour tout chrétien de vivre sous la houlette d’un évêque pour « faire œuvre d’Église » en général — y compris pour les confirmations, ordinations et sacres —, nous gardons pleine confiance dans la Providence qui, parmi tous les évêques issus de Mgr Lefebvre, nous conservera toujours des pasteurs incapables de trahir leur vocation, de se « rallier » à la Rome conciliaire et de remettre la grâce de leur épiscopat en les mains d’un successeur de Pierre bien loin d’être « parfaitement catholique ». Ainsi, les chevaliers de Notre-Dame continueront-ils, selon leurs Constitutions (préambule § 5), à faire « appel au ministère du clergé resté fidèle », c’est-à-dire non rallié officiellement à la hiérarchie néo-moderniste, avec des « évêques pleinement catholiques, sans aucune compromission avec l’erreur ». Dans son Itinéraire spirituel, Mgr Lefebvre rappelle ce principe dans toute sa simplicité : « Une seule chose est nécessaire pour la continuation de l’Église catholique : des évêques pleinement catholiques, sans aucune compromission avec l’erreur, qui fondent des séminaires catholiques […] ». Il ne précise pas des « évêques de la Fraternité Saint-Pie X » : il dit en termes généraux des « évêques pleinement catholiques », comme il a dit « un successeur de Pierre parfaitement catholique » (29 août 1987).

Notre Dame, gardez-nous du parjure !

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

58 commentaires

  1. patate says:

    voilà qui est clair, net et précis.
    Puissent cette clarté gagner les cœurs comme les esprits de ceux qui sont en plein délire romain.
    Durant ces congés, je conseille de lire ou relire: »C’est moi l’accusé qui devrais vous juger! » de Monseigneur

  2. DUFIT THIERRY says:

    On voit tout de suite d’où vient cet article : M Lassale. Dès qu’il s’agit de vomir de haine contre la Fraternité St Pie X M Lassale ne rate pas une occasion et répond présent.
    Comment expliquez-vous que les articles de Madame Francesca de Villasmundo soientt toujours très pertinents, analysant très bien la situation de l’Eglise et les articles de M Lassale pleins de venin et de méchanceté ?

    • pamino says:

      Mais d’abord ce n’est pas M. Lassale qui parle lui-même, mais M. Lassale qui cite les chevaliers; ensuite, ce que disent ceux-ci est tout clair, fait du bon sens et continue dans la droite ligne de Mgr Lefebvre, ce qui est nécessaire puisque la situation ne s’est pas améliorée depuis son époque, mais tout au contraire s’est empirée. Je ne vos comprends pas.

      • pamino says:

        vos : vous. Moi écrire ancien français.

  3. DUFIT THIERRY says:

    Pourquoi choisir de manière partiale les écrits hostiles à la FSSPX. De plus ces chevaliers emploient le conditionnel : « la Fraternité Saint-Pie X accepterait une prélature personnelle ou une reconnaissance canonique, manifesterait publiquement etc ». S’ils ne sont pas sûrs autant ne rien dire.
    Pourquoi passer sous silence le texte de Mgr Schneider du 26/07 (voir Forum catholique).
    Enfin il est vrai que la situation s’aggrave et à cet égard les excellents articles de Madame de Villasmundo sont très instructifs.
    .

    • pamino says:

      Je ne suis pas du tout contre « la FSSPX », chez laquelle depuis des années j’aide à chanter le Propre de la messe dominicale. Je ne suis pas contre la FSSP non plus, où j’allais avant et où je vais encore s’il y a des lacunes dans la musique d’église de mon priorat. Ma simple règle est la suivante : quand la messe est bonne (le sermon ne fait pas partie de la messe), on peut y aller, cf. le maxime catholique anglophone « It’s the Mass that matters ». Il faut aussi distinguer entre la FSSPX de Menzingen d’un côté et celle de Suresnes ou de Bonn de l’autre. Pour plusieurs raisons je ne vais pas au pèlerinage annuel de Fulda, avant tout parce que c’est une fonction dirigée non pas par Stuttgart (= Suresnes) mais par Menzingen. Si j’étais dans le voisinage de Mgr Williamson j’irais sans hésiter à sa messe aussi. Quant aux chevaliers, ils ne sont pas bêtes. Le passage incriminé par vous me semble dirigé contre ce que j’appelle Menzingen, et le conditionnel est bien indiqué, parce qu’on ne sait pas ce qui se passera si Menzingen accepte une prélature personnel sans soumettre l’offre à tous les frères de la fraternité pour leur validation. Il ne faut pas oublier que la FSSPX n’est pas un ordre mais simplement une association démocratique de prêtres, et ce parce que Mgr Lefebvre l’a voulu ainsi, de mon point de vue à raison.

      • Serviteur says:

        Permettez-moi de rectifier ce que vous dites, Pamino.

        « Il ne faut pas oublier que la FSSPX n’est pas un ordre mais simplement une association démocratique de prêtres, et ce parce que Mgr Lefebvre l’a voulu ainsi, de mon point de vue à raison. »

        EN AUCUN CAS ! Ce n’est pas une association démocratique, mais bien une société de vie sacerdotale dirigée par un supérieur général.

        Cela parce que la FSSPX a été canoniquement érigée à Fribourg par Mgr Charrières, dans les formes, et acceptée comme telle par le diocèse du lieu.

        Mgr Lefebvre n’aurait JAMAIS voulu une vie démocratique, il était monarchiste avant tout, comme tout prélat catholique sait devoir l’être puisque l’Église est une monarchie de droit et de nature divine.

        • pamino says:

          Il s’agit d’une chose intermédiaire, Serviteur, mais plus proche de mon interprétation que de la vôtre. Je sais bien que Mgr Lefebvre n’était pas plus démocratique que les autres clercs de sa génération ; à vrai dire, j’ai fait ma première expérience directe de la FSSPX à Lyon de son vivant, où un vieux frère FSSPX canadien m’a giflé de derrière dans la sacristie comme je me redressais après avoir fait avec les autres ma révérence au crucifix après une grand-messe. Mais Mgr Lefebvre, dont d’ailleurs j’aurais fait la connaissance personnelle, sans cet assaut de sacristie après lequel j’ai terminé mes relations avec la FSSPX de Lyon, était lui-même prêtre régulier et aurait facilement pu faire ériger son entreprise en ordre canonique par Mgr Charrière, s’il l’avait voulu ; mais il ne le voulait évidemment pas, et le seul membre de sa Fraternité qui de ma connaissance ait jamais prononcé de vœux canoniques, à part lui-même après son ordination comme prêtre séculier, est le P. Joseph, O.F.M. Cap., ci-devant abbé de Cacqueray de Valménier. À part cela, il se passe toutes sortes de choses dans les monarchies de droit et de nature divine, comme l’histoire nous enseigne.
          « Ce n’est pas une association démocratique, mais bien une société de vie sacerdotale dirigée par un supérieur général. » Toute société, ici une qui réunit prêtres, frères, sœurs, oblates, etc., est dirigée par un supérieur, général ou non. Même dans les ordres les plus strictes les supérieurs sont élus par tous les membres (c’est-à-dire démocratiquement, si vous aimez le mot ou non), et dans le cas de la FSSPX les droits et devoirs des membres, y compris des supérieurs, sont réglés par des statuts démocratiquement modifiables ; il me semble pourtant que dans le cas de la FSSPX les supérieurs n’ont pas toujours procédé conformément aux statuts. Je modifie donc vos paroles comme suit: « C’est une association démocratique dont le noyau est une société de vie sacerdotale administrée conformément à ses statuts par un supérieur général élu indirectement par ses membres. »

      • Geneviève says:

        « quand la messe est bonne »
        Une messe UNA CUM PAPA fRANCESCO peut-elle être bonne ?

        • Serviteur says:

          Ça m’arrache un peu de dire cela, mais on va de moins en moins pouvoir ignorer cette fameuse bulle…

          Elle est très claire, et ne nécessite pas d’être confirmée par un autre pape, comme tout acte du magistère…

  4. J’irai, comme d’habitude, droit au but.

    1 / La Rome conciliaire est
    ==> hérétique (voire, entre mille autres exemples, berguignol installant la statue de l’ivrogne Luther au Vatican, un 13 octobre, jour anniversaire du miracle du soleil à Fatima !!!),
    ==> et schismatique (puisque s’étant séparée de 2 000 ans d’Eglise catholique);
    2 / qu’avons-nous besoin d’un « cachet d’authenticité » (reconnaissance canonique) venant d’hérétiques et de schismatiques ??? Autant demander à une pute un certificat de virginité.
    3 / Tout est pourtant prévu depuis 2 000 ans: saint jean, l’apôtre de l’amour, nous dit: « Ceux qui ne professent pas la vraie doctrine du Christ, ne les recevez pas chez vous, ne les saluez même pas ».
    NE LES SALUEZ MEME PAS !!! Saint jean, « l’apôtre de l’amour »!

    A notre époque de confusion totale des esprits,
    AUCUN COMPROMIS n’est possible, AUCUN COMPROMIS.
    M. Lassale a, à mon sens, parfaitement raison de « surveiller » la FSSPX, qui a une très fâcheuse tendance à glisser dans le libéralisme.

    Je ne prendrai qu’un exemple, la tenue dans nos chapelles:
    nombreux sont les prêtres de la FSSPX qui déplorent l’immodestie (féminine comme masculine) qui se répand dans nos chapelles, contrairement au Droit canon (1917) et, plus spécifiquement, à l’injonction du grand saint Paul (« Quand elle prie, que la femme couvre sa tête, sinon qu’elle soit TONDUE. »)
    Mais aucun prêtre (et j’en ai connu beaucoup) n’a le courage de le rappeler: il y a un vrai problème avec cette FSSPX … et notamment avec sa tête, Mgr Fellay …

    • tuustotusegosum says:

      La FSSPX glisse certainement au niveau de sa tête, mais de là à dire qu’aucun prêtre n’a le courage de rappeler les fidèles au port d’une tenue modeste… Vous n’avez pas eu de chance, Rémi! Je pense notamment à un abbé en particulier (actuellement en France et ayant officié notamment en Amérique Centrale et au Zimbabwe) qui ne rate aucune occasion, avec ses yeux perçants et son dynamisme apostolique, de l’effectuer, ce rappel à l’ordre, croyez-moi sur parole! Sans compter notre prieur, qui dans ses sermons, en parle régulièrement…

      • Merci pour votre réponse,
        que je prends comme une excellente nouvelle.
        J’aimerais connaitre ces prêtres dont vous parlez, car il me faut des soutiens à l’action que je compte mener prochainement, de façon officielle, vis-à-vis de la FSSPX (dont j’abrite une chapelle dans mes locaux), pour l’honneur de Dieu lors de la Messe.
        Pourriez-vous demander à la rédaction de MPI (ou plus particulièrement à M. Pierre-Alain Depaw, qui me connait), de me communiquer votre adresse mèl, afin que nous entrions en correspondance constructive?
        A bientôt, j’espère,
        R. de V.

    • pamino says:

      Dans mon priorat seules les très vieilles femmes portent un chapeau dans l’église, mais toujours plus de jeunes se couvrent d’un voile, et les familles nombreuses en font porter un aux petites qui marchent déjà. (Je vois tout cela depuis la tribune d’orgue depuis laquelle nous chantons, ceci parce que le sanctuaire est trop petit pour accommoder des stalles et parce qu’il y a beaucoup d’enfants de chœur.) À en juger des résultats, je crois que le prieur fait bien en n’en parlant pas publiquement ; peut-être qu’il en dit quelque chose aux pénitentes.

      • @ Pamino, bonsoir à vous et à votre Ange gardien!
        « toujours plus de jeunes se couvrent d’un voile »: excellente nouvelle, que j’ai pu constater aussi en Lorraine: ce sont les nouveaux convertis qui donnent l’exemple aux « vieux résistants » contre le concile V II, et qui, petit à petit, semblent se laisser aller, y compris des « multirécidivistes » de retraites de saint Ignace …

        « À en juger des résultats, je crois que le prieur fait bien en n’en parlant pas publiquement ; peut-être qu’il en dit quelque chose aux pénitentes. »
        C’est ce que faisait Padre Pio vis-à-vis de ses pénitentes (cf. cette femme qui portait des mini-jupes chez elle)..
        Bien, c’est le résultat qui compte, l’honneur de Dieu dans Sa maison.

        MAIS,
        un jeune homme en bermuda, un homme en tille-cheurte ou poule-ovaire sur les épaules ou chemise à carreaux ouverte, en bloue-de gîne, … tenues qu’ils ne porteraient jamais lors d’un mariage ou de leur réception par un des pontes de la ripoublique laïcarde, cela est un SCANDALE PUBLIC, qui mérite, par charité fraternelle, une REPRIMANDE PUBLIQUE.

        A la Messe, nous sommes au Golgotha, au pied de la Croix;
        comment, d’ailleurs, des femmes osent-elles porter un chapeau? Notre-Dame portait-elle un chapeau?

        • Serviteur says:

          Bravo ! Encore !

        • pamino says:

          « tille-cheurte, poule-ovaire, bloue-de gîne » ; quelle excellente ouïe, quelle juste orthographe, Rémi, il faut en faire un petit manuel scolaire. Seulement, s’il s’agit de la Lorraine tudesque, je suis un peu surpris qu’ils ne disent pas ploue-tchînece. À une époque je faisais assez souvent le trajet Lyon-Bonn/Cologne en train avec une heure d’attente à Metz. Si je venais de Lyon, évidemment en mode français, et allais dans la poste, bâtiment aux allures allemandes impériales, j’étais très distrait par tous ces Français qui me parlaient à l’accent allemand, et dans l’autre sens, évidemment en mode allemand, par tous ces Allemands qui me parlaient à l’accent français. Mais à l’époque on ne voyait à la poste ni tille-cheurte ni poule-ovaire ni bloue-de gîne, ça a dû être chtraingue faire beau tenne.

        • Humour? says:

          « comment, d’ailleurs, des femmes osent-elles porter un chapeau? Notre-Dame portait-elle un chapeau? »

          Saint Joseph portait donc costume et cravate?

          • Serviteur says:

            Bien vu Humour ? !

            Mais ne soyez pas primaire, pas comme celui que vous critiquez…

    • Serviteur says:

      Merci Rémi !

    • Geneviève says:

      « NE LES SALUEZ MEME PAS !!! Saint jean »

      « AUCUN COMPROMIS n’est possible, AUCUN COMPROMIS »

      Et dans vos chapelles cependant, les prêtres de la FSSPX continuent à dire des messes UNA CUM PAPA FRANÇOIS et aussi UNA CUM l’évêque du diocèse. ESt-ce vraiment la meilleure manière d’offrir des messes à Dieu ? Ne croyez-vous pas qu’ainsi les prêtres et les fidèles participants offensent Notre Seigneur ?
      Aucun compromis, c’est vraiment aucun compromis, et surtout lors du Canon de la très sainte Messe, qui en est le coeur !

      • Geneviève says:

        Suite:
        L’abbé Roy, alors prêtre de la FSSPX mais exclu depuis (2016), dans un sermon courageux, concluait avec bon sens, que le combat de la foi réclame que nous déclarions François pour ce qu’il est : un ennemis de Notre-Seigneur Jésus-Christ :

        « La question que nous devons nous poser c’est : “est-ce que ces gens sont catholiques ? Est-ce qu’ils enseignent l’Evangile de Notre-Seigneur Jésus-Christ ou est-ce qu’ils enseignent un autre évangile ?” Je crois que si nous nous établissions sur cette vérité, il n’y aurait pas toutes ces divisions que nous trouvons au milieu de nous… Je vous demande de prier qu’on sorte de cette illusion, qu’on revienne à la vérité de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qu’on anathématise ces gens, qu’on montre ces gens qui prêchent un autre évangile que celui de Notre-Seigneur Jésus-Christ, comme étant des ennemis de Notre-Seigneur Jésus-Christ…. Que Notre-Seigneur Jésus-Christ ne nous donne pas d’accepter ce mensonge, de nous établir dans la communion des hérétiques, la communion de ceux qui ont abandonné la foi de Notre-Seigneur Jésus-Christ. »

    • DUFIT THIERRY says:

      On voit en lisant des commentaires que certains se targuent d’être plus durs que les durs, plus intégristes que les intégristes. Non la FSSPX n’est pas libérale. Non Chiré qui fait depuis de nombreuse années un excellent travail de diffusion des bons livres n’est ni libéral ni moderniste. Pour les tenues vestimentaires venez à St Nicolas du Chardonnet – et pourtant on est à Paris, ville ou parfois on voit des tenues inconvenantes- et vous verrez que celles-ci sont très convenables. La majorité des femmes ont la tête couverte.
      La méthode qui consiste à dénoncer en public les prêtres (tel prêtres est libéral) est abjecte.
      Enfin pour autant que je sache ce ne sont pas ni les laïcs, ni les journalistes (qu’ils soient de droite ou de gauche) qui dirigent la Fraternité St Pie X.

      • Serviteur says:

        Bonjour Thierry.

        Je comprends votre réaction, parfaitement. Personne ne dit que la FSSPX est libérale. Cela reviendrait à dire que TOUS LES PRÊTRES de la FSSPX le sont, puisque la FSSPX, ce sont Mgr Fellay ET tous les prêtres qui la composent.

        Dire que la FSSPX est libérale est donc non-conforme au réel.

        En revanche, affirmer que la tête de la FSSPX recherche activement un accord, plus précisément une prélature personnelle, cela revient à répéter ce que Mgr Fellay dit lui-même mon ami.

        Pour les tenues vestimentaires, je suis allé à saint Nicolas du Chardonnet il y a quelques mois ; j’ai été outré de la tenue générale des femmes. Porter un voile ne remplace pas non-plus une jupe ou une robe conforme aux enseignements de PIE XII, et encore moins des décolletés ou des épaules ou des dos-nus.

        Alors ne venez pas faire l’apologie d’un lieu de culte qui est comme tous les autres. Aucune paroisse n’est épargnée. Peut-être celle de saint Germain de Prinçay en Vendée est-elle plus correcte, pour ce qui j’y ai vu en passant.

        Saint Nicolas du Chardonnet priez pour nous. Cela suffit.

        La méthode qui consiste à dénoncer des prêtres en public est abjecte dites-vous ? Alors relisez Don Sarda y Salvani « Le libéralisme est un péché », puis lisez avant ou après, le commentaire, l’histoire de ce livre ou comment des gens comme vous ont justement tenté de l’empêcher de paraître, et comment le pape les a déboutés, puis a encouragé au développement de ce livre.

        Dénoncer un prêtre comme libéral ne revient pas à dire que c’est facile à faire. Croyez-moi !

        Si cela le devenait, il faudrait alors se taire. Mais cela n’a rien d’agréable, surtout quand on sait que des gens comme vous vont réagir très précisément comme vous le faites.

        Quelle que soit la cause de votre réaction, elle traduit, me semble t’il, une méconnaissance totale de l’action catholique en cas de danger.

        Aujourd’hui, vous ne pouvez plus FAIRE CONFIANCE D’OFFICE. C’est fini ! Terminé. Il va falloir apprendre à réfléchir, à faire la part des choses, à fuir et à contredire certains prêtres, à les brusquer un peu même par les propos, pour leur salut, et sans orgueil, mais par amour.

        Incompréhensible me direz-vous ? Alors c’est que nous avons les prêtres que nous méritons. Ne pleurons pas.

        En attendant, votre naïveté me semble dangereuse vraiment, car vous vous formalisez sur quelque-chose qui n’est que la conséquence d’un plan de Menzingen, d’actions de Menzingen qui elles, sont incroyablement plus graves et surtout, sont LA CAUSE de tout cela.

        Dieu se moque de ceux qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes…

      • DUFIT THIERRY says:

        Vous évidemment vous n’êtes pas membre de la FSSPX et n’avez aucun pouvoir. Des gens qui ont essayé de détruire la FSSPX il y en a eu depuis plus de 40 ans : en 1975 et 76 , les persécutions et sanctions injustes du Vatican, le départ du directeur d’Econe en 1977, les sédévacantistes dans les années 80, les trahisons et la prétendue excommunication lors des sacres de 88, les vols d’argent commis par le juif Lustiger avec la complicité de ses amis socialistes franc-maçons, l’affaire Laguérie en 2004, l’affaire Williamson en 2009. Toutes ces tentatives ont échoué.

        • Serviteur says:

          Il est clair que les crises ont secoué la FSSPX depuis sa création, je ne le nie pas.

          Souvent des affaires de personnes, de mœurs, rarement des problèmes de doctrine ou alors à la charge des exclus. Normal.

          En revanche, résumer toutes ces crises par une seule explication, c’est enfantin, puéril.

          Dire que cette crise a pour but de la détruire, et que ceux qui s’opposent au ralliement (déjà consommé) dans les faits ont pour objectif la destruction de la FSSPX, c’est HONTEUSEMENT COUPABLE DE LÉGÈRETÉ !

          Chaque crise avait ses origines. Celle-ci aussi. Sauf que celle-ci concerne directement les statuts de la FSSPX.

          Un supérieur général qui passe outre le chapitre, un procès qui était d’intention, comme l’a clairement démontré l’abbé Pivert, une exclusion de la FSSPX d’un évêque qui, de toutes façons, n’en avait jamais fait partie. La FSSPX avait dès le départ sa raison d’être, ses objectifs, un objet, une cause qui aujourd’hui, sont remises en question parce que, dixit encore Mgr Fellay, Rome a changé !!!

          Le plus drôle, Thierry, c’est que c’est du côté de cet évêque « nazi » comme vous dites (vous êtes lobotomisé de la callebasse ou quoi ?), que se sont ralliés Mgr TdM et de Gallareta pour écrire à Mgr Fellay en 2012 : surtout, pas d’accord pratique avant un accord doctrinal !

          Aïe, là, ça grince sec…

          Et voici que Mgr Fellay agit déjà comme si la FSSPX était ralliée, comme s’il pouvait passer outre les décisions du chapitre de 2012, déjà pâle reflet de celui de 2006.

          Le supérieur général EST EN-DESSOUS DU CHAPITRE !!! Pas l’inverse !

          Voici que cet évêque suit des directivesromaines qui mènent objectivement à l’incohérence au sein de la FSSPX puisque les fondements juridiques de l’existence même de la FSSPX ont été remis en question avec l’affaire des mariages.

          Je ne suis pas membre de la FSSPX, puisque je suis laïc. Je sais aussi que les prêtres de la FSSPX ne font pas de vœux d’obéissance. Sauf s’ils le désirent et c’est TRÈS RARE !

          Ils ont donc deux fois moins d’excuses qu’un religieux de se taire quand l’honneur du Christ, notre sauveur, est bafoué par un prélat.

          Maintenant, et retenez bien ce que je vous dit :

          je ne veux pas, ni n’ai jamais voulu la destruction de la FSSPX. Ce que je veux, c’est son retour à la ligne doctrinale, historique et morale de la FSSPX.

          Mais quand on a trahi les principes, c’est humainement quasiment toujours insoluble.

          En attendant, des gens comme vous nécessitent que des gens comme moi osent lever la voix ! Vous êtes ce que l’on appelle un LÉGALISTE, un LOYALISTE.

          Vous faites (apparemment) de la loyauté et de la légalité, des buts en soi ! Non des gardes-fous dans un contexte de bon droit.

        • DUFIT THIERRY says:

          Précision historique concernant les crises qui ont secoué la FSSPX. Le chanoine Berthod était le directeur d’Econe qui partit en 1977 (avec des professeurs) à la suite d’un désaccord avec Mgr Lefebvre. Par la suite il se réconcilia avec Mgr Lefebvre et revint assister aux cérémonies d’ordinations à Econe. Il fut même reçu à la table de Mgr Lefebvre. Mgr Lefebvre ne garda aucune rancune contre lui. ( témoignage de l’Abbé Aulagnier)

          • Serviteur says:

            C’est aussi ce que j’ai entendu. C’est très bien. C’est même souhaitable que les prêtres de la FSSPX qui l’ont quittée y reviennent.

            Et je sais que nombre d’entre eux le ferait volontiers, si les choses s’éclaircissent dans le bons sens. J’en connais quelques-uns, je les vois régulièrement, et je sais leur pensée.

            Je pense même que, si toute cette histoire finissait et que le ralliement devenait un échec, alors le futur supérieur de la FSSPX pourrait tout à fait collaborer avec le séminaire d’Avrillé et les prêtres de la SAJM.

            Tous ne pourraient que se réjouir de ce que des évêques pleinement catholiques aient été consacrés par Mgr Williamson, cela allègerait le travail des 4 premiers.

            Non, vraiment, il ne faut pas regretter que certains prêtres soient partis. Ils l’ont fait pour de bonnes raisons, car voyez-vous, quand on s’engage dans une institution quelconque, on se soumets à une hiérarchie elle-même soumise à des statuts (ou à une règle, pour des religieux).

            Le pire drame qui puisse arriver, soit que le supérieur cesse de respecter les statuts, mais en plus, concernant la FSSPX, c’est qu’il n’a jamais publié aucun démenti à l’époque où on le soupçonnait déjà d’envisager une prélature personnelle.

            Nous étions en 2012… Or aujourd’hui, c’est Mgr Fellay lui-même qui en parle librement, et nous affirme des choses au sujet de François que d’aucun ne sauraient considérer comme vraies. Par exemple, que la FSSPX serait protégée par une prélature personnelle, et indépendante.

            Quant on se penche sur le texte de Vatican II qui est à l’origine de la conceptualisation de la prélature personnelle, on s’aperçoit que cette dernière a un fondement juridique, avec un but.

            Elle n’a été crée QUE POUR VENIR RENFORCER LES DIOCÈSES et pas pour autre chose.

            Dans une conjoncture tout à fait catholique, pourquoi pas ? Ce serait normal.

            Mais actuellement, cela signifie donc que, bien qu’ayant Mgr Fellay comme supérieur, ses prêtres, en local, seraient pris entre deux feux ; la hiérarchie proche (le diocèse) et la hiérarchie originelle et lointaine, Mgr Fellay.

            Et ceci, dans un contexte d’apostasie globale. C’est une incitation à une collaboration entre la Tradition et la révolution.

            Thierry, je me suis montré dur, mais vraiment, ne pourriez-vous considérer la réalité telle qu’elle est ? C’est-à-dire chronologiquement, observant causes et conséquences depuis 6 années ?

            Je me souviens qu’en 2001 déjà, les cadres du MJCF parlaient déjà de la tempête qui nous secoue : ils avaient déjà vu que le ralliement arrivait. Deo gratias, ils ont eu le temps de se former et aujourd’hui, ils ne soutiennent pas du tout leurs aumôniers qui brandissent l’obéissance comme une vertu en soi.

            • pamino says:

              Vous avez tout à fait raison ; laissons l’obéissance aveugle à ceux qui l’ont choisie et scellée avec un vœu canonique.

          • DUFIT THIERRY says:

            Je ne sais pas exactement pour quelles raison le chanoine Berthod était parti en 1977. Je crois avoir entendu dire qu’il était plus « libéral » que Mgr Lefebvre. En tout cas il avait publiquement condamné l’occupation de St Nicolas du Chardonnet et avait défendu aux séminaristes de s’y rendre. Mgr Lefebvre lui, envoya un message de soutien à Mgr Ducaud-Bourget.

            • Serviteur says:

              J’ignore aussi les raisons de son départ en 1977. En revanche, oui, il condamnait l’occupation de saint Nicolas du Chardonnet.

              Encore une œuvre de la Révolution qui est justifiée par un prêtre.

              Les biens du clergé sont devenus propriété de l’état, ce qui était un vol très certain et un acte de tyrannie et de félonie. Les français ont fini par oublier cela et le jour où un évêque a osé proclamer que de toutes façons, cette église était non pas « volée » ou « occupée illégalement », certains prêtres ont considéré que cela ne se faisait pas.

              Donc, en clair, Dieu n’a pas le droit d’être dans une de Ses églises ?!?!

              On touche là au cœur du combat de Mgr Lefebvre. La doctrine du Christ-Roi, celle qui, dans le fond, a le plus souffert de Vatican II et de la Révolution dite française.

              Alors oui, Mgr Lefebvre a envoyé effectivement un message de soutien, et il semble que Dieu se trouve bien à saint Nicolas, puisqu’il y est depuis plus de 25 ans je crois maintenant ?

              Aux fidèles de saint Nicolas d’être à la hauteur des combats qui ont permis de conserver cette petite place forte à Paris.

            • DUFIT THIERRY says:

              1977 soit 40 ans. Moi j’en suis un fidèle depuis 1980 (j’avais 14ans), j’ai donc connu les prêtres du début : Mgr Ducaud-Bourget, les abbés Juan , Emanuelli, Dinh Vinh Son, Mgr Gillet, (l’Abbé Serralda était à Wagram), j’en oublie. La première fois j’y suis allé par curiosité et depuis je n’ai plus quitté cette église.
              C’est grâce à eux que j’ai découvert la vraie Messe et la Foi catholique.

              • Serviteur says:

                Vous avez donc un attachement sentimental fondé et bien compréhensible.

                Je ne peux que vous plaindre devant la décrépitude actuelle.

                Malheureusement, la FSSPX ne se résume pas à saint Nic’.

            • DUFIT THIERRY says:

              Agresser physiquement un prêtre n’est pas une action glorieuse. Si ce n’est pas un excité c’est encore pire, il a agi consciemment. Ces gens- là font preuve de violence et de haine.

              • Serviteur says:

                Mais enfin ! Thierry ! Il n’a JAMAIS EU d’agression physique voyons !

                Où allez-vous là ?!?!?!

          • DUFIT THIERRY says:

            Non ce n’est pas un attachement sentimental. C’est pour la foi catholique et la Sainte Messe de toujours. J’étais encore très jeune à l’époque mais j’étais allergique à ce que je voyais chez les modernistes, notamment à l’aumônerie de mon lycée. Restons-en là pour mes souvenirs d’ancien combattant.
            Vous avez raison la FSSPX est présente dans le monde entier (prieurés, églises, écoles etc) , a des prêtres de nombreuses nationalités, des séminaires en Suisse, France, Allemagne, Australie, Argentine, USA et ne se résume pas à cette paroisse parisienne.

            • Serviteur says:

              Entendu. Mais, vous ne voyez pas ce qui se passe ? Où bien pensez-vous que cela ne relève pas des laïcs ?

            • DUFIT THIERRY says:

              A St Nicolas (puisque c’est ma paroisse) il n’y a aucun changement, ni dans la liturgie, ni dans les prédications. Et je ne vois pas pourquoi ce serait différent ailleurs.
              Au prieuré Ste Anne un excité a troublé un office et s’est attaqué violemment à M l’Abbé Bouchacourt : de telles actions sont inadmissibles.

              • Serviteur says:

                Je suis au courant de cette action depuis bien avant qu’elle n’arrive, sans toutefois en avoir fait partie de près ou de loin.

                Je peux vous assurer que la personne qui a fait cela est tout sauf un excité.

                De plus, il n’a pas troublé l’office, cela s’est fait entre les vêpres et la procession.

                Voyez comme vous y allez…

              • pamino says:

                Cela (pas les attaques physiques) arrive de temps en temps dans mon prieuré, qui a acheté la chapelle de l’ancien internat des fous ; celui-ci a construit de nouveaux locaux à côté, et quelquefois un des internés vient à la messe et parle tout haut pendant le Canon, mais personne n’intervient, puisque c’est évidemment admissible qu’un fou parle tout haut pendant le Canon, tout comme les bébés, qui trouvent souvent que le silence canonique est une belle occasion d’exercer sa voix ; cela s’appelle la sancta simplicitas.

                • pamino says:

                  (J’ai écrit cela sans avoir vu la réplique de Serviteur.)

                • Serviteur says:

                  Pamino… Ce n’est pas sérieux. Thierry a l’air sûr de lui et si il y avait eu attaque PHYSIQUE, ç’aurait été quelque-chose d’inadmissible en-effet.

                  La comparaison est amusante, mais malvenue.

                • Serviteur says:

                  Mais enfin ! Thierry ! Il n’a JAMAIS EU d’agression physique voyons !

                  Où allez-vous là ?!?!?!

    • DUFIT THIERRY says:

      Je suis fidèle de St Nicolas du Chardonnet depuis 1980. Je connais bien la Tradition. A l’entrée de l’église il y a un panneau qui rappelle qu’il faut avoir une tenue convenable pour entrer. Cette église est visitée par de nombreux touristes extérieurs à la Tradition. Mais je maintiens que la grande majorité des fidèles a une tenue très convenable même s’il peut y avoir des exceptions.
      Le livre de Don Sarda y Salvani a été diffusé par Chiré et est en vente chez les éditions Clovis.
      Il est clair que les ultra intégristes en se faisant passer pour les plus purs- essayent de déstabiliser la FSSPX.

      • Serviteur says:

        Vous m’accusez d’une intention que je n’ai pas. La FSSPX est DÉJÀ déstabilisée. Vous êtes aveugle ou quoi mon ami ?

        Vous êtes quand même culotté de juger du for interne. Même l’Église ne le fait aps, c’est une des règles du droit canon (Cf. Le Droit Canon est-il aimable, de monsieur l’abbé Coache).

        Ultra intégriste n’a aucun sens, ni grammatical, ni même dans le dictionnaire. C’est du vocabulaire de bas étage qui a des relents d’égouts pseudo-journalistiques.

        Je ne suis pas plus purs ou quoique ce soit, simplement je me suis formé pendant des années, j’ai comparé, analysé, compulsé etc… Et je sais parfaitement que vous ne lisez pas ce que j’écris.

        La FSSPX est DÉJÀ déstabilisée : elle l’est par son chef et ses assistants de Districts qui ont rompu la confiance nécessaire au fonctionnement de toute communauté. C’est déjà humainement grave. Ensuite, sur le plan religieux, elle a aussi perdu la confiance de ses subalternes.

        Alors ne vous contentez pas d’affirmer Thierry, prouvez ce que vous dites. Et je vous mets au défi de prouver que mon intention est de déstabiliser quoique ce soit.

        Vous ne le pouvez pas. Soyez honnête.

      • Serviteur says:

        Quant à Chiré, ils vendent de tout, et majoritairement pour des éditions ralliées !

        Le propre du libéralisme, c’est justement de mélanger le bon et le mauvais. Pas de ne relayer que le mauvais, sans quoi il aurait été facilement détruit. Or il suinte sa putréfaction depuis des lustres…

        Maintenez ce que vous voulez. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres. En attendant, la mentalité y est détestable.

        Quant je vois des petits péteux parisiens débarquer dans ma paroisse, habillés comme des tantes en pantalons roses, verts-rendu de crapaud, cheveux gominés à se demander si une vache ne leur a pas éternué dans les cheveux au réveil, faisant une pause cigarette en plein sermon sur des discussions totalement d’expérience, dirons-nous intime, excusez-moi, mais en bas, à Paris, ça craint.

        • DUFIT THIERRY says:

          Il est vrai que si même Chiré qui est une maison pionnière de la Tradition (elle existe depuis 1966) et qui a diffusé ou réédité de nombreux auteurs anti-libéraux, est pour vous libérale « à la mentalité détestable » alors où trouver le vrai anti-libéralisme ?

          • Serviteur says:

            Thierry, vous me poser une question, alors il faut accepter de recevoir une réponse.

            Il y a trois choses dans une entreprise comme DPF :

            le fait de rééditer ou de diffuser de nombreux auteurs antilibéraux.
            le fait de DEVOIR FAIRE DU CHIFFRE, comme toute entreprise qui doit faire vivre ses employés.
            la mentalité des acteurs de l’entreprise. Elle est NÉCESSAIREMENT DOUBLE.

            Chiré est pris à la gorge par ce dilemme depuis des années.

            J’ai conscience de cela.

            Vous pouvez donc acheter vos livres à Chiré, ou bien tout simplement les acheter directement auprès de la maison d’édition qui les édite, si elle n’est pas ralliée.

            C’est une question de cohérence en fait.

            Je ne suis pas sédévacantiste, mais les éditions saint Rémi me semblent plus aptes à recevoir mes deniers DIRECTEMENT, que la DPF qui diffuse de tout et n’importe quoi et en plus prélèvera une part sur ce que je paierai à saint Rémi, parce que le marché des conservateurs ne suffit pas à faire vivre une entreprise malheureusement.

            On peut parfaitement, et c’est ce qui se passe à Chiré, poser des actes antilibéraux et tenir des propos et faire des manifestations dans lesquelles des tradis n’ont pas à aller. Je pense à Renaissance catholique ou des associations comme celle-ci.

            Le propre du libéralisme, c’est l’incohérence entre la pensée exprimée et la raison d’un acte posé.

            Exemple :

            La direction :

            On doit aller à Renaissance Catholique, c’est incontournable !

            Un autre :

            Mais…ce sont des ralliés…

            Le direction :

            Écoute, il faut soutenir tout ce qui reste de catholique.

            L’autre :

            Je ne vois pas ce qu’il y a de catholique à fréquenter ces gens et vendre des livres de Mgr Gaume, de Mgr Delassus, de Mgr Freppel. Comment incarnons-nous une pensée que nous revendiquons ?!?! Quel exemple donnons-nous à ceux qui nous regardent, à-part une approbation pour ceux chez qui nous allons ?

            La direction :

            Fais ton job.

            Chiré parle toujours de « notre famille de pensée ». Elle n’existe pas !

            Depuis longtemps, je ne comprends pas le sens de cette expression quand je vois la réalité de cette expression se traduire par des invitations de personnes non-catholiques, des conciliaires (abbé Pagès), des ralliés (père Argoua’ch) , ou des « soft » comme l’abbé Cottard qui vit sur une réputation non usurpée de pénitent, mais me tenait encore il y a trois ans une discours sur la nécessité du ralliement… À Chiré.

            Pour information, Jean Auguy est un converti. Au départ, sa maison n’avait rien à voir avec la tradition. C’est un converti par la politique, donc un pragmatique.

            Si vous lui parlez des grands principes de l’agir catholique, il vous dira que cela le dépasse complètement, et avec une humilité qui sera déconcertante et édifiante.

            Cela ne dispense pourtant pas de mettre le nez dans des livres de doctrine, QUAND ON EN VEND TOUTE LA SAINTE JOURNÉE depuis 66 !

            Vous voulez trouver le vrai anti-libéralisme ? Parfait. Commandez, si vous en avez les moyens, les livres de Mgr Delassus, de Mgr Gaume, de saint Thomas etc. Et commandez-les directement auprès de maisons d’éditions qui gardent la cohérence de l’esprit catholique.

            Relisez souvent les actes du magistère du XIXème au sujet du libéralisme :

            sa définition.
            son « modus operandi »
            sa nature.
            ce vers quoi il mène.
            comment se traduit-il dans la pensée etc…

            Il vous faudra ensuite lire Don Sarda y Salvani, puis les Encycliques de Combat éditées par le MJCF.

            Ensuite ? Appliquez AVEC AMOUR ET conviction.

            Je crois que le libéralisme a été condamné, beaucoup discuté, très peu compris, et tout à fait sous-estimé.

          • DUFIT THIERRY says:

            Chiré n’est peut-être pas parfait mais a fait beaucoup de bien en faisant connaitre des auteurs anti-libéraux tombés dans l’oubli et en assurant leur diffusion.
            Moi j’achète mes livres à la librairie Notre Dame de France 33 rue Galande 75005 Paris.

            • Serviteur says:

              Oui. Je ne peux qui répondre oui. Chiré fait beaucoup de bien en-effet par ce moyen. C’est indéniable.

              Simplement, la direction a une capacité, et une volonté réelle de ne pas froisser les convictions opposées à « la pensée de Chiré », qui elle n’existe pas.

              En fait, la « pensée de Chiré », aux dires de son directeur, est exprimée dans leur bulletin « Lecture et Tradition ».

              Mais alors en ce cas, il faut au-moins ne pas agir DANS LE BUT de ne pas froisser, mais tenter de « FROISSER LE MOINS POSSIBLE », la limite longue étant la proclamation, lors de tout évènement, de la pensée de Chiré qui se réclame « TRADIE ».

              Je me plais à penser que Chiré fait du bon travail dans l’ensemble. Mais je n’ai pas le droit, après avoir lu les livres qu’ils vendent et plébiscitent, de ne pas appliquer à Chiré le contenu de ces livres.

              Par exemple, une librairie qui ne vendrait pas que du VRAI CATHOLIQUE, devrait être fermée.

              Cependant, cette librairie, si elle est fermée, aura pour conséquence l’arrêt de diffusion de bons livres.

              En revanche, je sais parfaitement que les bons livres de doctrine ne partent que peu.

              C’est donc sur des livres d’apologétique, d’histoire de l’Église, sur des romans, des livres pour enfants que la chiffre se fait.

              Certainement pas sur des livres de doctrine, puisque ces derniers ne sont JAMAIS mis dans les publicités, « parce qu’ils ne partent pas ».

              Il y a donc la responsabilité de Chiré, mais aussi celle des catholiques pour qui la doctrine, c’est une affaire de prêtres, et qui du coup ne se forment pas…

              Et aujourd’hui, je suis en train de parler avec un monsieur DUFFIT à qui je me permets de poser la question suivante, mais en toute sympathie cependant :

              Monsieur, avez-vous continué de vous former à la doctrine de l’Église de toujours après vos années de catéchisme, conformément au devoir de tout catholique de connaître les vérités de sa Foi ?

          • DUFIT THIERRY says:

            Pour répondre à votre question oui à l’époque ou la librairie Notre dame de France n’existait pas encore –elle existe depuis 1993- j’allais au 27 avenue Duquesne (Duquesne diffusion) et c’est là que je me suis procuré les encycliques des papes, doctrine de l’Eglise catéchisme traditionnel, livres de Cretineau-Joly, sur la franc-maçonnerie, Mgr Lefebvre, guerres de Vendée etc. Ces livres étaient introuvables ailleurs sauf à la Maison Bleue (en face de ND des Victoires) qui n’existe plus.

            • Serviteur says:

              Alors en ce cas, ne me dites pas que vous ne voyer pas ce qui se passe dans la FSSPX et ce vers quoi elle va.

              Pitié.

  5. Serviteur says:

    Vive cet Ordre des Chevaliers. Ils ne parlent pas beaucoup, mais quand c’est le cas, c’est qu’ils sont directement touchés par la situation et très bien informés.

    Ils ont été bénis par Mgr Lefebvre (cf : Marcel Lefebvre, une vie de Mgr TdM), et je sais très bien que le conditionnel employé n’est qu’une mesure de prudence face au futur.

    En aucun cas la négation d’une réalité déjà présente. Ils ne mentent donc pas.

    Que les sentimentaux de la FSSPX s’abstiennent de condamner ceux qui TAPENT SUR CEUX QUI LA DÉTRUISENT !

    Un peu de cohérence, monsieur Thierry DUFIT.

    Bravo messieurs les Chevaliers ! On vous a destitués de Lourdes, privés du soutien des prieurés, renvoyés des pièces de paroisses où vous teniez vos chapitres, et voilà que vous restez debout malgré tout.

    Ad majorem Dei gloriam !

  6. Serviteur says:

    Par-contre, chevaliers, je vois que vous paraissez sur la liste des exposants présents aux Journées Chouannes de la Diffusion de la Pensée Française.

    C’est gravement coupable car vous plongez l’image et le fond antilibéraux que vous brandissez dans la fange d’un lieu tenu par des personnes arborant une pensée opportuniste et ralliée dans les faits ; ceux de la DPF.

    Vous devriez ne plus revenir. Vous retrouveriez alors la cohérence qui vous caractérise depuis tant d’années.

    Vous pourriez y être, si vous étiez les chefs de ces journées, mais vous n’en êtes que les invités et c’est un abbé Cottard, ténor du ralliement, que vous aurez pour la Messe. Sinon, inutile de se former sur l’action catholique si c’est pour oublier que toute collaboration ne se peux concevoir sans que ce soient des catholiques intègres et de doctrine qui commandent l’évènement.

    Ça craint vraiment là !

    • D’accord avec vous, Serviteur:
      Chiré, c’est bon-chic-bon-genre, se gargarisant de la formule « notre famille de pensée »,
      mais c’est rallié, i.e. crypto-moderniste.

  7. Serviteur says:

    Famille de pensée. Quelle bonne blague en-effet !!!

  8. Serviteur says:

    En tous cas, bravo à l’ordre des chevaliers de Notre-Dame.

    Ce document n’est pas insultant, il est carré, courtois, clair, et laisse très bien entendre que cet ordre ne s’interdit pas de fréquenter les prêtres fidèles extérieurs, et intérieurs (jusqu’à quelle mesure ?), ni de fréquenter le reste des évêques catholiques qui restent et ne se taisent pas.

    Deo gratias qu’une institution d’Église reste publiquement fidèle. Il n’y a qu’à prier pour que ce soit pareil en interne car si tel n’est pas le cas dans les actes, alors, comme pour la FSSPX, la pourriture deviendra impossible à cacher et elle commencera par transpirer, puis suinter, puis être bien visible.

    Personne n’est à l’abri de tomber. Veillez et priez.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com