Un enfant à côté de ses parents, deux animaux tout proches, un astre dans le ciel : cela pourrait être la plus ancienne « Nativité » avant la lettre jamais découverte jusqu’à aujourd’hui. Selon l’ANSA (Agence nationale de presse italienne) qui rapporte cette découverte, le géologue Marco Morelli, directeur du Musée des Sciences planétaires du Prato en est convaincu. Cette peinture rupestre a été dessinée il y a 5000 ans dans une petite grotte du Sahara égyptien, rebaptisée « Grotte des parents ».

La grotte a été découverte durant une expédition dans le désert organisé avec l’Institut National d’Astrophysique d’Italie et l’Université de Florence.

La découverte remonte à 2005 mais les chercheurs ont décidé de ne l’annoncer que maintenant après avoir effectué d’ultérieurs inspections et approfondissements.

« Notre expédition géo-archéologique était née avec l’objectif d’explorer certains sites entre la vallée du Nil et le Gilf el-Kébir. A la recherche de structures géologiques semblables à des cratères d’impact, de peintures rupestres déjà connues et de certaines caves d’ocre utilisées par les Égyptiens » raconte Morelli. « Après 20 jours dans le désert j’avais fini mon travail de géologue. Et ainsi, par curiosité, je me suis aventuré tout seul le long d’un canal qui se ramifiait au fond de la vallée principale. »

Quand il a rejoint une zone isolée, le chercheur a buté sur une petite cavité semblable à une grotte, creusée par l’eau dans la roche.

« Une fois rentré, j’ai levé les yeux au plafond et j’ai vu cette représentation surprenante, qui m’a tout de suite rappelé la Nativité de la tradition chrétienne. »

Le dessin, l’unique de la grotte, a été réalisé en ocre rouge-brun, probablement par des tribus nomades de chasseurs et cultivateurs du Néolithique. Au centre, trois figures humaines : un homme à droite, une femme à gauche et entre eux un enfant, positionné un peu plus haut par rapport aux parents, avec une forme presque en étoile, probablement pour représenter l’augure pour une naissance ou une grossesse. Sur les jambes et les bras des trois, on perçoit des signes pareils à des tatouages et des bracelets. Plus loin, sont visibles deux animaux d’interprétation difficile. Peut-être un mythique «  lion des cavernes » et un singe genre babouin.

Sur la droite enfin, est visible une petite figure circulaire qui pourrait symboliser une étoile à l’horizon.

« Il est probable que la peinture rupestre représente une figuration « classique » pour cette période de la naissance d’un enfant et de la formation d’un noyau familial, ou alors un rituel de souhait pour la naissance d’un garçon » souligne le chercheur. « Dans nos recherches nous n’avons pas trouvé d’autres Nativités comparables aussi anciennes. Il existe beaucoup de scènes familiales mais dans des contextes et positions très différentes, parties de chasse, danses, personnes qui marchent. Tandis qu’ici, nous trouvons une famille isolée. Avec deux animaux proches qui paraissent participer à l’événement de la naissance et sous ce qui ressemble à un astre. Nous n’avons pas trouvé de scènes comparables avant l’ère paléochrétienne. »

Se pourrait-il que ce dessin rupestre représente la « Nativité »  du Sauveur ante-litteram ? Si l’on lit Mgr Gaume, la croyance d’un Sauveur pour l’humanité remontait aux « antiques traditions venues des révélations primitives. La mieux conservée était celle qui annonçait la venue d’un Dieu, roi, législateur et libérateur du monde. » (in Biographies évangéliques)

Dans le dictionnaire de Théologie de l’abbé Berger, éditée en 1844, au mot Réparateur, on lit :

« il demeure bien établi que le fait de la chute première est au fond des croyances et des cultes de tous les peuples connus. » Il en est de même de l’attente d’un Réparateur : « L’attente du Réparateur se trouve au fond des croyances et des cultes de tous les peuples connus » De nombreux auteurs, continue le dictionnaire « avouent formellement que tout l’ancien monde a attendu un libérateur. A ces traditions s’en joignent d’autres également frappantes sur la Vierge Mère. »

Cette croyance primitive en l’attente d’un Réparateur ou Sauveur pourrait donc être l’inspiratrice de cette « Nativité » vieille de 5000 ans ! Qui conte  3000 ans à l’avance, l’événement d’un Dieu qui s’est fait petit enfant, à Bethléem,  il y a deux mille ans, pour sauver toute l’humanité.

Saint et joyeux Noël à tous.

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

29 commentaires

  1. La preuve que même les Justes d »avant Jésus-Christ étaient catholiques ! :)))

    • Pas forcément catholiques, sauf si vous utilisez le mot « catholique » par abus de langage pour parler des chrétiens en général. En tout cas, une scène qui rappelle la Nativité existait déjà. Et pour se rassurer des choses qui entourent leur société, les hommes et les femmes ont créés des dieux pour palier à leur ignorance, dont celle d’un Sauveur. 🙂

      • Non, je n’ai pas dit « catholiques » en pensant « chrétiens », car 5000 ans avant Jésus-Christ, Jésus-Christ n’existait pas encore… alors que Dieu a toujours existé. Et comme il n’y a qu’un Dieu, celui de l’Eglise catholique, les Justes d’avant Jésus-Christ ne pouvaient qu’être catholiques (et pas encore tout à fait chrétiens…). 🙂

        On ne dit pas « pallier à ». Le verbe « pallier » est un verbe transitif (directement suivi de son complément) : « pallier votre ignorance ».
        « Pallier » prend deux « l », et ne s’écrit pas comme le « palier » de votre voisin. 🙂

        • benorun974 says:

          Jésus Christ est de tout temps. Dieu étant trinitaire, Jésus existait depuis le commencement. Vous vouliez sûrement dire qu’il n’existait pas encore en chair.
          Quant à Elliott: « les hommes et les femmes ont créés des dieux pour palier à leur ignorance, dont celle d’un Sauveur ».
          La votre ne fait aucun doute.

          • @ « Vous vouliez sûrement dire qu’il n’existait pas encore en chair. »

            Oui. Il n’avait pas encore été crucifié.

          • Mon petit chaton, vous n’avancez aucun argument sur ce que je dis, si ce n’est que me dénigrer en me regardant de haut et en disant que je suis ignorant. C’est vous le plus ignorant de nous deux, puisque j’aurais argumenté. 😉

            • Et pour continuer sur l’ignorance, mon loulou, je sais que mon pseudo est écrit avec un seul « L ». ❤

              • benorun974 says:

                Je ne vous prends pas de haut, je vous reprends, parce que vous dîtes des bêtises. C’est par pure charité, monmon « loulou ».

        • Il n’était ni chrétiens, ni cathos puisque la religion n’existait pas encore.

          Merci pour l’orthographe, mon mignon. 😉

          • On voit que vous ne savez pas ce que veut dire le mot « religion »… Vous devriez vous taire, ou réfléchir avant de parler, car vous aggravez votre cas.
            La religion a toujours existé, puisque Dieu a toujours existé.

            • « Religion » est le terme que l’on utilise pour définir un ensemble des croyances et des pratiques rituelles d’un société envers quelque chose de sacré ; quant à « confession », il en découle deux sens : aveu de pêchés, ou proclamation d’une croyance, d’une appartenance à une religion : le protestantisme, le catholicisme, l’orthodoxie sont différentes confessions (sans parler des « sous-confessions »), et se réclament toutes de la religion chrétienne ; le chiisme, le sunnisme et le kharidjisme sont les confessions de la religion musulmane ; le vajrayana, le mahayana et le theravada sont les confessions de la religion bouddhiste ; l’orthodoxie, la réforme, le conservatisme, le reconstructionsme, l’humaniste, le sépharade et l’ashkénase, qui sont des confessions de la religion juive ; enfin, le vishnouisme, le shivisme et le shaktisme sont les confessions de la religion hindou.

              La religion a toujours existé, mais pas la religion chrétienne, c’est de ça dont je parlais ; avant, il y avait une prédominance polythéiste avant une diffusion massive du monothéisme.
              Et bien entendu, depuis toujours, chacun dit que sa religion/confession est meilleure que l’autre, tels des enfants en bas-âges, qui disent que la voiture de maman est meilleure que celle du camarades.

              Les premières traces de l’histoire de l’humanité indiquent que les hommes ont toujours, ou presque, honorés un (ou des) dieu(x). Un non-croyant et un croyant ne devrait pas vouloir prouver l'(in)existence des divinités et désigner les athées/croyants comme des attardés, et considérer les (autres) religions et leurs fidèles comme des personnes perdues et vouloir les (dé)convertir ! Ce qui, hélas, n’est pas toujours le cas. Trop souvent, il y a eut des guerres « à la gloire de », et la pauvre divinité doit bien endosser des ignominies dont seuls les fanatiques devraient êtres tenus pour responsables, que ce soit des fanatiques religieux ou autres !

              • @ « avant, il y avait une prédominance polythéiste avant une diffusion massive du monothéisme. »

                C’est faux, mon bonhomme. Adam et Eve ne croyaient qu’en un seul Dieu. Ce n’est justement pas avant mais après (eux) qu’il y a eu déviance et existence de plusieurs « religions ».
                Le peuple juif fut le peuple élu par Dieu, car seul ce peuple était resté monothéiste et fidèle à Dieu. C’est pourquoi le Rédempteur du monde, Jésus-Christ, devait sortir de ce peuple. C’est aujourd’hui son anniversaire : joyeux Noël !!!

                • Sauf que vous parlez d’Adam et Ève, qui, contrairement à Lucy, n’ont aucune preuve d’existence car ils sont issus d’un livre sacré.

                  • @ « n’ont aucune preuve d’existence car ils sont issus d’un livre sacré. »

                    Ce qui sort d’un livre sacré datant des premiers siècles est tout aussi historique que ce qui sort d’un os.

                  • Donc les textes sacrés qu’est l’Edda poétique est vrai, si je vous suit.

                  • @ Eliott

                    Je dis qu’ils sont des documents « historiques ».
                    Ensuite, chacun croit à son « Histoire ».

                  • Ce qui veux dire ?

                  • Rien de plus que ce que j’ai écrit.

                  • Qu’entendez vous par « faire sa propre histoire » ? Parce que si l’on fait chacun sa propre histoire, on n’est pas couché !

                  • En effet, c’est exactement ce que je veux dire, car, dans les faits, chacun croit en une version de l’Histoire.
                    Et comme chacun est libre, on n’est pas couché si on continue la discut. !

                    bonne journée !

                • Mais le problème, c’est que l’on fait sa propre histoire et qu’il n’y a plus d’Histoire.

                  • Eh oui, faut s’y habituer, (et alors ce n’est plus un problème !).
                    Cool la vie !
                    Bonne continuation.

                  • C’est complétement con. O_o

              • Eliott
                Vous dites « avant, il y avait une prédominance polythéiste ». Mais avant quoi ? Avant qui ? C’est pas clair.

  2. La formation de la famille, un thème universel depuis la nuit des temps.

  3. trop-bon says:

    La peinture d’un « mystique préhistorique  » .
    Il a buté …et il il bute encore …l’aventurier de l’arche perdue !
    Pour justifier leur salaire à la sueur de leur erreur , jusqu’où nous balladeront-ils?
    Un petit coup de carbone 14 , la croûte affiche 300 millions d’années lumière …
    Ils nous prennent vraiment pour des zozos .

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com