Sur la scène médiatique, la bataille des primaires a bel et bien commencé. En fanfare ! C’est à qui fera son petit buzz sur le thème : « plus cynique que moi, tu meurs !« . Chacun à sa manière – pas toujours très élégante – fait le maximum pour démolir l’adversaire, pourtant militant du même parti, mais qui, on feint de le découvrir, n’a plus rien en commun. Fatalement, la guerre d’ego prend le dessus sur la bataille des idées, puisqu’il n’y a plus d’idées et que les postulants ne sont d’accord sur rien. Cela prouve, surtout, la dégénérescence de ces partis, organisateurs de la foire d’empoigne. N’ayant plus d’idéal en commun, les désaccords s’étalent au grand jour et l’imposture de l’union partisane devient flagrante. Ce qui, normalement, devrait rebattre les cartes de ces formations politiques, afin de dispatcher tous les prétendants, s’ils avaient la moindre cohérence, vers des entités à réinventer, plus conformes à leur sensibilité… S’ils en ont encore !  

Il y a souvent eu, dans tous les partis politiques, au moment des congrès, des votes militants contradictoires pour désigner le président et les responsables d’un mouvement. Il est parfaitement normal qu’un parti donne, régulièrement, la parole à ses militants pour qu’ils élisent leurs instances dirigeantes. Ils connaissent, mieux que quiconque, les enjeux à l’intérieur de leur parti. C’est le fonctionnement logique de toute organisation démocratique. Mais porter le débat sur la place publique et demander à des citoyens, qui devraient se sentir concernés, de voter avant une élection nationale, est un contre-sens. Et une double peine, pour les votants comme pour les prétendants. D’autant que le jugement ne se concentre plus que sur l’image personnelle de chaque candidat et fait oublier les orientations du camp qu’il représente. Une élection intermédiaire n’ajoute rien et, tout au contraire, crée une confusion, car celui qui a été désigné par une fraction de population mal définie ou indéfinie, n’est pas, nécessairement, le plus représentatif d’un mouvement de pensée. Il n’est, le plus souvent, que le résultat édulcoré de valeurs approximatives passées à la moulinette du médiatiquement et politiquement correct.

Des primaires ne pourraient avoir d’utilité que quand un parti se fissure profondément et que les militants se déchirent sur les fondamentaux, laissant leur mouvement au bord de la rupture. Là, l’ultime recours aux sympathisants pourrait se justifier pour sauver ce qu’il reste à préserver. Mais, même dans cette hypothèse, la refondation, par les militants eux-mêmes, est vraisemblablement préférable à une élection ouverte à la société civile. Le problème des partis organisateurs de primaires n’est-il pas, justement, qu’ils soient incapables de départager leurs partisans sur le choix d’un leader digne de ce nom et qu’ils soient au bord de l’implosion ? Quand on voit l’état de délabrement idéologique des « Républicains » et du Parti socialiste, sans parler de la gauche en général, la réponse semble évidente. Non seulement, en perdant au fil des décennies tout ancrage populaire, ces partis n’ont plus grand intérêt, mais ils pourraient fusionner tant leurs idéaux se confondent. Dans les faits, tous sont des européistes et des mondialistes convaincus. Et, loin des rodomontades sarkozystes, ils sont tout aussi pro immigration : soit, chez certains, pour faire baisser les salaires, soit, chez d’autres, par « charité »… Leurs politiques interchangeables ont produit les mêmes effets : immigration massive, effondrement de l’école, déliquescence de l’État, chômage de masse, insécurité grandissante et laïcité en berne. La faillite est totale et sans appel ! Et ils osent encore nous jouer les matamores : « si je suis élu, je ferai ceci et je ferai cela« . Pourquoi feraient-ils demain ce qu’ils n’ont pas fait hier ? On nous prend pour des billes !

Il nous faut, d’urgence, arrêter la mascarade, et envoyer tout ce petit monde en maison de retraite. Définitivement ! Et place aux patriotes – particulièrement les plus jeunes – qui sont en parfaite adéquation avec leur époque et les aspirations du peuple.

Claude PICARD

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

3 commentaires

  1. « L’Église orthodoxe de Géorgie est historiquement la plus méfiante envers le Vatican. »

    Tant mieux.

  2. Boutté says:

    Comme nous l’avons constaté il y a 5 ans la « primaire » est hautement primaire : Elle conduit à faire consensus autour du plus falot des candidats, le plus accommodant avec tous les courants . Du reste les éléphants du P.S. n’avaient pas manqué de nous avertir et la suite a prouvé qu’ils avaient raison et que ce genre d’opération conduit à nommer comme héros du parti le plus « fraise des bois » que l’on peut trouver .
    A droite, il s’agit de Juppé à n’en pas douter !

    • C’est assez relatif. Il y a des élections primaires également aux États Unis. Et je ne crois pas que Trump ou Clinton soient des candidats falots.
      Si je m’abuse les primaires qui vont arriver sont ouvertes. Donc si vous souhaitez voter pour un candidat moins « falot » vous pouvez le faire. Ils sont assez nombreux à mon avis.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com