jujitsu brésilien

« Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? » 1. Corinthiens 6 :19

Le corps qui nous a été donné à la naissance est la forteresse dans laquelle réside l’âme, en temps que le temple du Saint-Esprit, il doit être respecté et entretenu. Dans L’Exposition de la morale Chrétienne ou suite Du Manuel du Catholique, composé par ordre du prince archevêque de Salzbourg et publié en 1817, il est écrit : « Nous devons donc selon les circonstances et autant qu’il est en nous, non par motif de vanité, mais par le principe de l’amour et de l’obéissance que Dieu attend de nous, nous efforcer d’acquérir les talents du corps, l’adresse, la souplesse, la force et la grâce qui conviennent à notre état. » . Aussi bien sur le plan du bien être physique que sur celui du bien être psychologique, les bienfaits de la pratique régulière d’une activité sportive ne sont plus à démontrer. Que ce soit pour travailler son endurance, sa coordination, pour garder une bonne santé ou prévenir la dépression, l’homme moderne en raison de son manque d’exercice quotidien semble de plus en plus contraint d’exercer une activité extraprofessionnelle ou extrascolaire. La société poussant de plus en plus la jeunesse à l’oisiveté par la prolifération des jeux vidéo et l’addiction organisée aux nouvelles technologies, il est indispensable de s’opposer à la zombification programmée de la chrétienté par la pratique régulière d’une activité physique.

De l’ensemble des activités sportives qu’il est possible de pratiquer aujourd’hui, il convient de s’intéresser aux sports de combat qui sont – pour les raisons qui seront exposées ci après – une catégorie d’élite. Avant d’entrer dans le corpus du sujet, une précision doit être apportée. L’objectif de cet article n’est pas de rechercher qui du judoka où du nageur est le meilleur sportif. Il ne sera pas question de montrer pourquoi les sports de combat sont les seuls sports viables pour les jeunes car le fait de pratiquer une activité sportive, quelle qu’elle soit, est indiscutablement bénéfique pour le développement personnel. Cet article vise à faire considérer aux parents, étudiants et travailleurs, les sports de combat comme une option à retenir pour le choix de l’activité sportive de leurs enfants ou pour eux même.

Les arts martiaux se démarquent des autres sports sur deux grands points : la gestion de la souffrance physique et l’opposition.

  • La gestion de la souffrance physique : Toutes les activités sportives entrainent un essoufflement et une souffrance musculaire dont le degré est proportionnel à l’intensité de l’effort. Il n’est pas question de remettre en cause la difficulté des sports autres que les arts martiaux, mais il convient néanmoins de rappeler que dans les disciplines martiales, à la douleur découlant de l’épuisement s’ajoute celle provoquée et voulue par l’adversaire. Que ce soit par des coups, des projections ou des immobilisations, les arts martiaux enseignent comment prendre le dessus sur un adversaire en le surpassant physiquement. Cela amène à considérer le point suivant.

  • L’opposition : Tous les sports sont des activités où deux camps s’opposent. La particularité notable des sports de combat est que l’opposition est plus intense dans ces disciplines. Prenons l’exemple d’un match de tennis qui voit s’affronter deux pratiquants, lorsque l’un de ces pratiquants commence à fatiguer, il laisse passer plus de balles et devient moins précis sur ses remises. La sanction la plus grave qu’il peut subir sera la défaite lors de la rencontre. Or si l’on compare une situation dans laquelle un boxeur fatigue, la sanction à laquelle il s’expose est nettement plus dommageable. Moins il sera lucide et plus son adversaire pourra le toucher et plus les lésions qu’il subira seront importantes. Dans un sport de combat deux alternatives sont offertes à celui qui ne veut pas être blessé: le surpassement de soi ou l’abandon.

Les arts martiaux étant pour ces deux raisons des sports plus éprouvants que les autres, ils développent inévitablement chez les pratiquants le courage et l’estime personnelle. Une précision s’impose ici pour les parents qui n’ont jamais fréquenté ces milieux et qui pourrait être rebutés par les arguments développés plus haut. Bien que les sports de combat soient des disciplines qui enseignent l’affrontement, il ne faut pas croire que vos enfants seront plongés dans un univers de violence absolu dans lequel règne la loi du plus fort. Bien au contraire, les clubs qui enseignent ces disciplines sont des lieux où le sentiment de camaraderie et d’entraide est ostensiblement présent. En plus d’enseigner l’humilité, la souffrance vécue en commun par les sportifs entraine une complicité entre les pratiquants qui se traduit par le respect mutuel des combattants. Aussi intenses que puissent être certaines compétitions, il suffit de voir avec quel enthousiasme les adversaires s’enlacent à la fin de la rencontre et se félicitent mutuellement pour observer cet état de fait.

Pour conclure, rappelons-nous cette phrase issue de l’allocution Vi son grato, Ven. Fratello de Saint Pie X du 13 décembre 1908 :« La force principale des mauvais c’est la lâcheté et la faiblesse des bons et tout le nerf du règne de Satan réside dans la mollesse des chrétiens. » A une époque où les violences à la personne sont en hausses constantes en France, il devient presque indispensable de pratiquer un sport de combat pour se protéger ou protéger ses proches. Moins les chrétiens seront prêt à agir pour se défendre, plus nous subirons la violence que nous méritons par notre pusillanimité. Si comme le disait Saint Pie X, le nerf du règne de Satan réside dans notre mollesse c’est en nous endurcissant et en endurcissant nos enfants que nous nous y opposerons.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

10 commentaires

  1. Est-ce que MPI peut recommander des camps de vacances pour les enfants, ados… genre scoutisme ou autre ?
    Merci de votre considération.

  2. Modestes conseils pour sports de combat;) says:

    Je suis un catholique antilibéral (catholique, quoi;) français, contrerévolutionnaire. J’ai pratiqué, et je pratique toujours, dans une ville un peu « mouvementée »;), plusieurs sports de combat/arts martiaux et techniques dites d’autodéfense.

    La grande priorité à l’heure actuelle est, j’en suis absolument convaincu, – et comme la plupart des pratiquants de sports de combat mais aussi de vigiles et autres professionnels de la sécurité -, essentiellement à la maîtrise des techniques (plus que des « sports » et des « arts ») adaptées à ce que l’on appelle le combat de rue, le combat à mains nues, le combat rapproché.

    Ce sont les plus efficaces, si l’on cherche surtout, en nos jours sombres – et qui s’annoncent de plus en plus sombres et violents : répression, agressions, règlements de compte, violences venant d’adversaires politico-religieux, violences envers les femmes ou les hommes moins costauds ou pas expérimentés et aguerris face à la peur, communautarisme, milices, « libanisation » de la France, insécurité peut-être un jour paroxystique (guerre civile par ex) avec démission ou incapacité de la police, circulation généralisée des armes blanches et à feu, etc. etc. – si l’on cherche surtout, donc, la survie et la protection de son intégrité physique et celles de nos proches lors d’une attaque de rue, de sa maison, en voiture, et un peu partout en ville.

    J’en retiens notamment quelques-unes :

    1) Le SYSTEMA (« Système » : technique élaborée par les Russes, longtemps conservée secrète, maitrisée par les gardes du corps des chefs soviétiques par ex puis adoptée notamment par les Spetsnaz (forces spéciales russes). Le Systema apporte en plus bien plus que des techniques : Apprentissage d’une bonne respiration, souplesse, endurcissement avec « encaissement » volontaire des coups, davantage de place à l’improvisation (donc moins à retenir de techniques enseignées), confiance en soi, calme, maitrise du combat au sol, techniques en cas d’attaques au couteau, au bâton ou la barre de fer, à l’arme à feu proche distance, par plusieurs agresseurs…
    Toutes les infos sont sur internet.

    2) Le KRAV-MAGA (en hébreu : « Combat rapproché », de « krav » (combat) et « maga » (main). Plus connu que le Systema, mais je préfère personnellement le Systema pour plusieurs raisons.

    3) Le CLOSE-COMBAT (« combat rapproché ») : Technique d’autodéfense et d’attaque à l’intention au départ des militaires, pour la guerre, lors de poursuite du combat au corps à corps. Technique de défense ET d’attaque. Meilleur encore que le Systema.

    4) et 5) : Quelques sports de combat/arts martiaux cependant également :

    – Les BOXES PIEDS-POINGS (boxe thai, kick-boxing)
    – Le MMA (« Mixed Martial Arts »), très critiqué cependant, à juste titre sur plusieurs points, notamment sa violence dans les coups et les blessures, sa « mentalité » proche de l’atmosphère « gladiateurs », et discipline proche d’autres sports « musclés » comme le Free-fight (combat libre) ou le grappling.

    Les autres sports de combat plus traditionnels, très réglementés, ne sont pas très adaptés au combat de rue, voire pas du tout (consulter les spécialistes, qui confirmeront) : boxe anglaise, karaté, judo etc.
    Certes ils apporteront toujours quelque chose, ils apportent également une certaine confiance en soi, une habitude à l’opposition physique, ils développent la condition physique (quoique mauvais pour les articulations au bout de plusieurs années). MAIS ils ne suffiront peut-être pas à vous sauver la mise lors d’une attaque de rue, et encore plus face à un adversaire armé, ou face à plusieurs agresseurs. Que fait un pratiquant de boxe anglaise acculé dans un coin face à un couteau ?

    Il est URGENT que tous les Français « de souche » et les catholiques reçoivent une formation régulière dans ces domaines, ceci afin que les techniques deviennent des réflexes, permettant d’éviter la « paralysie » due à la peur, la surprise, le manque de confiance en soi, le manque d’expérience. Par ailleurs, l’ambiance est en général excellente dans tous les clubs !! Et beaucoup plus que dans d’autres sports d’ailleurs. Beaucoup de femmes et de jeunes filles pratiquent. Ces techniques permettant de neutraliser l’adversaire – ou en tout cas de le contrer ou le dévier le temps de fuir – quelque soit son sexe, son poids, sa musculature (un développement musculaire, un « travail sur le physique » est néanmoins très appréciable).

    De plus, la pratique de ces techniques provoquent plutôt rarement des blessures importantes.

    Il convient malheureusement de faire le constat suivant: Si l’on parle sports de combat/arts martiaux/autodéfense-(attaque), toutes ces disciplines sont (bien) davantage pratiquées par les immigrés que par les Français de souche. Inquiétant.

    Sinon, retenir aussi : D’autres techniques plus générales comme différents cours d’autodéfense/self-défense classique plus ou moins différents selon les clubs et les instructeurs. Ou encore la « boxe de rue » (voir l’expert Robert Paturel, retiré du RAID après 20 ans de services).

    A bien noter : Il faut vraiment MAITRISER la technique choisie. Il faut qu’elle devienne comme un réflexe en cas de besoin. Quelques cours suivis de ci de là ne seront guère utiles.

    Petit conseil (vous en faites ce que vous voulez car il y a quelques risques judiciaires;) informez-vous sur la législation;) C’est classé comme une arme, anciennement dite de 6e catégorie) : En attendant que vous maitrisiez suffisamment une de ces techniques, équipez-vous d’une bombe lacrymo de poche. Le produit le plus efficace, le plus « incapacitant » pour l’agresseur étant selon moi le « pepper spray » : gaz poivre, comme le « KO Jet » (http://godefense.fr/products/pfeffer-ko-spray-de-defense-au-poivre-jet-40-ml). Attention au vent et aux espaces clos quand même;) Ca fait TRES mal;)) (pire que le gaz CS des CRS, bien plus « soft »;) S’entrainer à les manipuler avant, quelque part en plein air.
    Une simple petite bombe comme celle-là aurait sauvé des milliers de vies et évité des milliers de viols par ex.
    Et ne pas oublier peut-être l’adage : « Mieux vaut être jugé par 12 que porté par 6. » 😉

  3. En 1817 il n’y avait plus de prince-archevêque de Salzbourg …

  4. Constantin says:

    Catholique pratiquant, je suis également pratiquant…de plusieurs disciplines de combat, dont une discipline de tir. « Tendre la joue » et « aimer son prochain », ce n’est pas tout accepter, ni subir passivement toutes les offenses. Face à un malfaisant, il faut savoir sortit le fouet. Réveillez-vous, catholiques: les soirée de chant et de solfèges, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant. Ils arrivent par milliers: notre sécurité va s’en ressentir…

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com