expo-mujeres-pétition-mpi

Colombie – Des milliers de Colombiens exigent du ministère de la Culture la suspension d’une exposition d’art jugée blasphématoire et intitulée initialement «Mujeres en Custodia ». Le 8 Août, l’intitulé a été changé pour  « Mujeres Ocultas » (Femmes cachées). Dans cette exposition, on détourne des objets liturgiques et on montre des vagins en lieu et place des hosties dans divers ostensoirs.

expo-mujeres-2-mpi

Une organisation catholique colombienne a lancé une pétition contre cette exposition blasphématoire et explique que cette exposition constitue « une attaque directe contre la foi catholique, et contre tous les catholiques du pays. Elle viole l’article 19 de la Constitution qui prévoit la liberté religieuse, et la loi 133 de 1994 en son article 2 qui stipule que «le pouvoir public protégera les personnes dans leurs croyances, ainsi que les églises et les confessions religieuses » ». L’exposition équivaut à une conduite criminelle, selon l’article 203 du code pénal colombien.

Les initiateurs de la pétition, « Votez catholique », exhortent à écrire au directeur du Musée de Santa Clara pour exiger le respect dû aux fidèles catholiques. Le musée de Santa Clara est situé dans l’ancienne église de Santa Clara à Bogotá, et est affecté spécifiquement à l’art religieux.

expo-mujeres-3-mpi

Dans une lettre ouverte sur ses expositions, les gestionnaires du musée justifient l’exposition en précisant qu’elle prétend « sanctifier le corps de la femme pour prévenir les abus » .

Pour prévenir l’abus des femmes,  est-il nécessaire d’attaquer les croyants?

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

12 commentaires

  1. Thérèse says:

    Je ne vois pas en quoi pervertir des objets de culte ca aider a lutter contre les abus fait aux femmes.

    L’objetisation des femmes… L’obligation pour elles dans notre monde d’être sexy etc. Tout cela favorise bien plus les abus que la religion catholique qui au contraire nous protègent.

  2. Curieuse prévention des abus.
    À quand une exposition de sculptures de femmes nues assises sur des modèles réduits de mosquées pour militer contre l’absence d’égalité femme-homme en terres d’islam?

    • Thérèse says:

      La comparaison n’est pas heureuse.
      Les femmes dans le catholicisme sont vues comme des humains a part entière. Comme les compagnes égales en dignité et complémentaires des hommes.

      Rien a voir avec l’islam ou les femmes ne sont que des utilités.

      • Je voulais simplement souligner que cette exposition ne s’attaque qu’aux symboles religieux qu’une seule religion (et pas n’importe laquelle), et qu’il serait peut-être d’un grand intérêt artistique de s’attaquer aux symboles religieux d’une autre religion, quitte à changer de « thématique de prévention », puisque le concept artistique prétend s’ériger en prévention des abus.

        • Thérèse says:

          Mais voyons c’est impossible.
          Ne connaissez vous pas les évangiles de la pensée unique en vigueur ? S’attaquer au christianisme ( surtout au catholicisme ) c’est de l’art. De la liberté d’expression.
          Oser seulement parler autrement que en laudatif des autres religions c’est du « racisme » et cela mérite une mise au ban d’infamie.

          • J’aime beaucoup être idéologiquement non-conforme.
            Et avoir le grand tort d’avoir raison beaucoup trop tôt.
            Curieusement, le vent tourne, depuis déjà plusieurs mois. On ose enfin dire ce qu’il aurait été impensable d’entendre naguère.
            C’est le moment d’enfoncer le coin.

          • Thérèse says:

            @CB je ne peux que vous approuver.
            Je suis pareil.
            Mais il est nécessaire de connaître les codes de la pensée unique pour les décrypter et les combattre

  3. Pingback: L'observatoire de la Christianophobie | Colombie : une exposition blasphématoire contestée

  4. Thérèse says:

    Femmes et hommes ne peuvent ni ne doivent être égaux. Nous sommes égaux en dignité bien sur. Mais sinon nous sommes complémentaires.

    • Indispensable de préciser ce qu’on met derrière les mots. Or actuellement, cette « égalité femmes-hommes » (qui n’est jamais égalité hommes-femmes, curieux, car en mathématiques l’égalité est une relation symétrique, et si a = b alors b = a) est tantôt
      -parité d’effectifs
      -identité
      -interchangeabilité.
      Bien d’accord avec vous sur la complémentarité et l’égale dignité des hommes et des femmes. (avec peut-être une petite prime pour les femmes dans la religion catholique, qui parle des « saintes femmes » -mais jamais des saints hommes-, qui rend témoignage que les femmes restent présentes jusqu’au bout, même quand les hommes se retirent prudemment, qui reconnaît la sainteté aussi bien dans d’obscures servantes -Germaine de Pibrac, Zita, …- que dans les têtes couronnées -Elisabeth de Hongrie, …-)

      • Thérèse says:

        En effet. Sans oublier la très sainte vierge. Née sans péché.

        Comme je suis d’accord avec vous.

  5. Hilarion says:

    Tout le monde n’est pas Michel Ange. Les merveilles de la Chapelle Sixtine nécessitent un talent non renouvelable sur des siècles. Mais il faut bien bouf…, en fin je veux dire manger. Alors dénué de talent on fabrique des objets pornographiques, là pas besoin non plus d’admirateurs éclairés, n’importe quel « mateur » fera l’affaire. Y ajouter une pincée de dérision et de provocation à l’égard de la foi chrétienne, c’est sans risque et même plutôt conseillé dans les milieux
    « artistiques contemporains », on ne risque ni procès ni fatwa et l’on a ainsi un chef d’œuvre dont c’est bien le diable si on arrive pas à le refiler à prix d’or à une collectivité « progressiste » au grand bonheur du contribuable.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com