dominicaine_fanjeauxRupture ou Fidélité -1948-1975 : Une congrégation religieuse dans l’Eglise ébranlée. (à commander ici)

Ce nouvel ouvrage de Sœur Alice-Marie, dominicaine enseignante, fait suite à son Histoire de la Congrégation du Saint-Nom-de-Jésus de Toulouse, de 1800 (son origine) à 1953, issue de sa thèse de doctorat soutenue avec succès en Sorbonne en 2004.

Comme l’indiquent ses titres et sous-titres, il traite de la période cruciale et dramatique qui suivit et qui aboutit aux départs successifs de deux communautés, devenues aujourd’hui deux congrégations religieuses florissantes.

L’auteur décrit, comme cela n’a jamais été fait jusque-là, l’histoire exemplaire de la persécution d’une institution en plein essor, prise dans les ravages qui ont précédé, accompagné, et surtout suivi le Concile Vatican II. Pour ce faire, elle s’appuie sur une documentation sans faille et des textes incontestables. Elle le fait, enfin, sans pathos ni effets de manches, fussent-elles religieuses, dans une expression parfaite, avec une mesure, une rigueur, une précision, et une clarté qui n’excluent pas l’agrément.

Cette époque est présentée en trois temps : « les nouvelles Constitutions » de 1953, « La Congrégation de 1954 à 1971 : dans la tourmente conciliaire » et « Des tensions à la rupture » (1971-1974).

La réforme des Constitutions, nullement révolutionnaire, correspondait à un besoin formulé, notamment par Pie XII (1), et fut menée par la Supérieure générale d’alors, mère Hélène Jamet, conseillée par le très thomiste père Calmel. La lecture des textes choisis ici permet de découvrir ou de reconnaître l’inspiration de ces modifications, ainsi que l’esprit, les règles, et la vocation de la Congrégation.

Rome les approuva, et elles furent adoptées, mais, première alerte, une petite minorité d’opposantes fit recours à Rome. Sans leur donner raison, une visite apostolique est décidée. Quelques modifications, sans gravité ni véritable lien avec la contestation, sont imposées, ainsi que le report du Chapitre général prévu pour 1954, et, surtout, pour seul motif d’apaisement, le départ du père Calmel.

Le second temps commence par le Chapitre général d’élection de novembre 1954 convoqué par la supérieure générale qui annonce qu’elle refusera une éventuelle réélection, pourtant souhaitée par la plupart des sœurs, « pour servir plus efficacement dans l’obéissance ».

Mère Marie-Angélique Lescouzère qui, dans sa droite ligne, lui succède, est durant son généralat, occupée par la question scolaire (2) et, sereinement, par l’application des « nouvelles Constitutions » .

Pourtant les prémices de « la tourmente conciliaire » sont déjà là, quand, en 1961, expire son mandat. La plupart des soeurs souhaite sa réélection, mais Monseigneur Garrone, alors archevêque de Toulouse et délégué du Saint Siège, impose, par une manipulation éhontée que nous laissons au lecteur le soin de découvrir, « l’élection » improbable d’une mère Marie-Rose Tassy, à sa dévotion et soumise aux idées nouvelles pleines d’exaltation (3). Autorisation des offices en français, de la télévision, et acceptation des demandes ministérielles de carte scolaire, se succèdent.

En 1965 et 1966, deux décrets de Paul VI (4) amenèrent cette supérieure, en dépit de la réforme toute récente de 1953, à présenter à chaque sœur un questionnaire sur des modifications possibles, ce qui ne manqua pas de rencontrer des réponses ironiques . Elles méritent d’être lues, et cet ouvrage en rapporte quelques-unes.

En 1967, l’élection surprise de mère Anne-Marie Simoulin, personnalité forte, combative, et disciple de mère Hélène fut, pour la plupart des sœurs, un « miracle de la Providence ».

Elle engagea, sans jamais se laisser impressionner, le combat contre le nouveau catéchisme obligatoire et la carte scolaire, ainsi que pour conserver la messe dite de saint Pie V (4) et les constitutions de 53. Là encore, des épisodes savoureux sont à découvrir …

La dernière étape montre qu’elle aura tout tenté avant de se résoudre à la rupture : elle réclame une visite apostolique, mais le visiteur affichera des exigences et un comportement inacceptables sobrement évoqués. Elle fait appel, en dernier recours, à la Signature apostolique pour obtenir justice. Elle est désavouée et même déposée par décret, et une administratrice est nommée qui n’est autre que mère Marie-Rose Tassy. En se soumettant, mère Anne-Marie Simoulin réclame encore la possibilité, suggérée par le même décret, de constituer, en restant dans la Congrégation, une « communauté  homogène » fidèle à ce qu’elle avait défendu.

Peu de temps auparavant, elle avait accepté la même chose pour un groupe de sœurs qui ont été alors installées à Brignoles, entraînant la fermeture du cours Saint-Dominique de Toulon.

Cette demande, est refusée et cette décision remise en question.

Brignoles ne se soumit pas. De son côté, la supérieure injustement destituée finit, avec d’autres sœurs qui ne voulaient pas accepter cette désastreuse forfaiture et cette trahison essentielle, par se réfugier, pour une fondation nouvelle, tout d’abord pauvrement dans un petit immeuble de Fanjeaux, avant de s’installer au Cammazou.   

Au passage, une question importante est ici réglée. Les évêques n’hésitèrent pas à affirmer que, relevées de leurs voeux, les partantes n’étaient plus des religieuses, mais comme le déclara le chanoine Cloupet (6) des « demoiselles déguisées ».

De l’avis de tous les canonistes, l’indult de sécularisation utilisé alors comme sanction est sans valeur, tout simplement  parce que contrairement à ce qui le définit, les intéressées ne l’ont pas pas demandé ! L’étude strictement canonique est ajoutée en annexe.

L’obéissance avait été tentée, au delà même de toute justice, mais les Constitutions, les lois de l’Eglise, et même les vocations et la Foi incontestablement Catholique n’étant, à l’évidence, plus respectées, la Fidélité imposait la rupture.

Si l’on juge l’arbre à ses fruits, de deux communautés de 26 et 20 religieuses héroïquement parties, sont issues deux branches qui comptent aujourd’hui à elles deux, dans de nombreuses écoles en France et à l’étranger, deux fois plus de sœurs que ne réunissait, avant la séparation, le tronc dont elles se sont éloignées et dont nous préférons ignorer l’état actuel.

Livre à commander ici.

(1) Lettre liminaire du congrès des états de perfection novembre 1950

(2) La loi Debré de 1959 fut entourée de réflexions, négociations et tractations  impliquant les supérieures majeures des religieuses enseignantes.

(3) terme employé par monseigneur Garrone en 1964 pour inciter les supérieures  majeures de France à « être dans le mouvement du Concile ».

(4) Perfectae Caritatis, et Ecclesiae Sanctae. Le premier imposait l’ « aggiornamento » à toute l’Eglise, et le second demandait aux congrégations de modifier leurs constitutions dans cet esprit.

(5) Le Cardinal Gut, préfet de la congrégation pour le culte divin, lui accorda un indult pour conserver l’usage de cette messe, de toutes façons toujours valide, mais dès sa mort, Monseigneur Bugnini, de sinistre mémoire, s’empressa d’en nier la valeur par des arguments spécieux.

(6) Célèbre secrétaire général de l’enseignement catholique, signataire des accords dits « Cloupet-Lang » pour une formation et une titularisation des maîtres du « privé sous contrat » identiques à celles du « public ».

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

10 commentaires

  1. Cela me paraît passionnant. Je l’achète. J’ai déjà le livre sur le père Calmel du père Jean-Dominique Fabre, qui est lui aussi passionnant. Il faudrait qu’un Capucin se dévoue pour écrire l’histoire des Capucins dans la tourmente de la crise de l’Eglise, tant que l’histoire est encore bien fraîche. Même chose pour les bénédictins de France. La branche des bénédictins du Brésil issue des bénédictins de Provence qui se sont ralliés serait aussi intéressante, même s’il existe de bons articles pour cette branche américaine.

  2. « C’est à leurs fruits que vous les reconnaîtrez » (Matthieu 7:16)

  3. balaninu says:

    Je vais l’acheter aussi, connaissant cette congrégation par l’intermédiaire de certaines religieuses. De plus, je connais Fanjeaux.

  4. DUFIT THIERRY says:

    C’est vraiment une Grâce immense qu’au milieu de ce concile Vatican II dominé par le modernisme maçonnique qui dévastait tout sur son passage –la doctrine, la liturgie, la morale …- pour créer une religion maçonnique et ce avant même la naissance de la Fraternité St Pie X, des prêtres –Mgr Ducaud-Bourget, l’Abbé Coache, le Père André, l’Abbé Dulac et bien d’autres – des congrégations religieuses telles les dominicaines enseignantes se soient levées pour maintenir la Tradition Catholique. Ces héroïques prêtres et religieuses ont sauvé la Foi. Ils ont tracé la voie à la Fraternité St Pie X. Sans eux et leur refus du terrorisme conciliaire la Foi Catholique aurait disparu. DEO GRATIAS.

  5. Patricia says:

    Un témoignage personnel : C’est ce que m’inspire cet article très éclairant.

    Je ne savais pas tout çà! J’apprends beaucoup de choses depuis que j’ai retrouvé « ma religion d’enfance » à 65 ans. Je peux vous dire que je suis plus heureuse maintenant. Ma vie fait sens dans La Vraie Vie recouvrée.
    Après bien des années de tâtonnements, d’épreuves et souvent de solitude devant ce que je ne comprenais pas, je me suis décidée à franchir le pas. C’est en effet, suite à quelques recherches et lectures que j’ai bravé, en quelque sorte, les interdits de la bien-pensance « religieuse. » De la bien-pensance, en général.
    J’ai écouté enfin mon cœur et mon intelligence. Je suis sortie d’une prison intérieure, d’un enfermement idéologique. J’ai compris que l’on m’avait imposé une nouvelle religion dans laquelle je n’y étais pas heureuse et que je ne comprenais pas vraiment.
    – Je suis en paix maintenant.

    Vraiment, je souhaite à beaucoup de personnes de prendre conscience que nous avons été abusés… Toutes ces réformes modernes, sous prétexte de considérations « pastorales, » nous ont amené à des voies sans issue et à beaucoup de doutes et de souffrances, chez bien des personnes. Je peux en témoigner.

    Pourquoi tout çà?
    Je me suis posée bien des questions et j’ai trouvé quelques réponses vérifiables et objectives…
    Parce que la foi n’est plus enseignée par les prêtres, la plupart du temps. Ils sont eux-mêmes mal formés, même s’ils sont de bonne volonté. Et ils sont de moins en moins nombreux.
    Il y a aussi le fait que le nouveau catéchisme n’est pas le vrai catéchisme traditionnel de notre enfance et mis en forme définitivement par Le Concile de Trente. Confirmé par St-Pie X.
    Et aussi parce que nous avons rompu, sous prétexte d’adaptabilité au monde, le fil qui nous reliait à La Tradition ; à notre Tradition Spirituelle et Religieuse.
    * – Ce qui veut dire concrètement que l’Enseignement de N.S.J.C. a été frelaté et édulcoré pour convenir à l’esprit du temps ; à l’esprit et aux pressions du monde et à ses puissants.
    En vérité, il s’agit d’une autre religion, d’une nouvelle religion et elle ne me convient pas.
    Or, à titre personnel et pour le salut de mon âme, ce n’est pas cela que j’attends de ma religion…
    J’ai besoin de points de repères stables et fiables, pérennes ; validés par le temps ainsi que par Le Magistère, et de même par la vie et les témoignages de tous ceux qui nous ont précédé dans le temps : tous les saints d’antan, le clergé traditionnel, les docteurs et les sages érudits, etc.
    Il y a aussi comme repères fiables et vérifiables : la vraie mémoire et la vraie Histoire des Peuples chrétiens ainsi que la vraie Histoire de L’Eglise catholique universelle.
    Je sais maintenant qu’il y a beaucoup de mensonges et d’interprétations dans ce qui est manifestement une réalité :
    – Il a été fait table rase du passé, de Notre Histoire et de toutes nos Traditions, spirituelles y compris.

    J’en conclue à mon tour et à titre personnel qu’il n’y a pas de fatalité. J’en suis une preuve vivante et consciente. Je rejoins dans mon témoignage, de nombreux êtres lucides et éveillés.

    Nous sommes en droit de vouloir protéger La Tradition qui nous a été transmise par nos Anciens car c’est aussi notre Héritage légitime, sur le plan personnel et aussi collectif. Un Héritage culturel et spirituel que personne au monde n’est autorisé ni en droit de nous ravir, de modifier et de transformer sous quelques prétextes que ce soient… « Nous voulons Dieu » dit le cantique.
    Nous avons un besoin vital de nos racines terrestres et spirituelles. Nous ne sommes pas des errants sur La Terre. Nous sommes des Pèlerins ; des Pèlerins entre Terre et Ciel sur Le Chemin, La Voie du Christ. Nous sommes en route, je suis en route pour Le Salut de mon âme et aussi pour atteindre le Royaume des Cieux qui nous a été promis par notre doux Seigneur.
    Notre Seigneur, qui du fait de son Enseignement, de Sa Passion de Sa Résurrection d’entre les morts… nous a tracé un chemin sûr et c’est Lui que nous suivons et non pas un nouveau système de pensées et quelques invectives et réformes issues des égos enfiévrés et démesurés de quelques clercs… Ou autres personnes farfelus ou malfaisantes.
    Et pour ma part, c’est mon droit le plus absolu que de le vouloir et de le dire clairement. Je cherche La Vérité et Dieu est Amour et Vérité… ainsi que notre Seigneur qui est en Dieu.
    Je veux Dieu et rien ni personne au monde ne pourra plus y faire obstacle, à l’automne de ma vie.

    Je dis aussi, car je l’ai bien intégré :
    – l’Eglise ne doit pas s’adapter au monde qui par définition baigne dans la dualité…
    Ce sont aux personnes qui sont dans le monde d’entendre La Bonne Nouvelle et en conscience de décider de venir ou non se réfugier et se nourrir dans la matrice protectrice qu’est l’Eglise du Christ ; l’Eglise Universelle de Toujours.
    Après tout, ceux qui ne sont pas contents que certaines personnes désirent vivre en paix et dans la sécurité de La Tradition, car réelle continuité… et bien qu’ils restent là où ils sont.
    C’est leur choix.
    Quoique certains en disent et souvent de manière brutale et agressive… si l’Eglise officielle est mal perçue et désertée de nos jours et depuis un certain temps déjà… ce n’est pas par hasard.
    NON, c’est évident qu’elle n’inspire plus les personnes en recherche du Bon-Dieu avec tout le galimatias que l’on peut y entendre, sans parler des pratiques nouvelles qui favorisent les mélanges, le bruits et les confusions… Tout çà, afin de convenir aux autres dans le monde!!!
    Je ne comprends pas cette posture de soumission aux attentes des autres hommes dans d’autres systèmes religieux… ceux-ci ne s’embarrassent pas à vouloir nous convenir, bien au contraire. Ils défendent leurs croyances et leurs pratiques et souvent avec force et violence verbales ou physiques. Nous le voyons bien par les temps actuels. Ce qui veut dire aussi qu’ils ne nous respectent pas car nous ne défendons pas la foi, notre foi. Nous sommes mou et confus, sous prétexte d’humanisme et de tolérance. Ce qui est stupide et est un non sens.
    C’est-on réellement posée la question pourquoi il y a eu tant de jeunes qui sont allés en Inde et ailleurs pour chercher une Sagesse et une voie possible vers le Ciel?!
    Je les ai rencontré et je peux en témoigner à titre personnel car moi aussi j’ai cherché une tradition de sagesse afin d’émerger de ce chaos, de cet enfer sur la Terre. Je peux dire que beaucoup d’entre eux étaient sincères et en réelle demande et recherche de l’absolu… du Bon-Dieu.
    Mais voilà, il n’y avait plus rien ou plus grand chose à leur proposer pour vivre une vie intérieure et spirituelle digne de ce nom!
    Aussi, il n’est pas permis de les juger car eux cherchaient cette dimension transcendante qui n’existait plus depuis longtemps chez nous. Et dont certains que l’on peut nommer maintenant avaient barré les accès, dans notre Occident désacralisé.
    Le Bon-Dieu les reconnaître, c’est certain, comme étant aussi de vrais pèlerins en quête d’absolu. Tous orphelins de leurs traditions et en mal de leur tradition spirituelle occidentale.

    – Que de confusions et de temps perdu pour le salut des âmes des fidèles de l’Eglise de N.S.J.C.! –

    Pour ma part, je ne veux plus être la victime d’un monde si ignorant des choses de l’esprit et de la dimension transcendante de La Vie ; un monde qui viole sans cesse La Loi Naturelle. Un monde injuste et cruel qui favorise la désespérance, l’ignorance et la révolte contre le Ciel et Le Bon-Dieu.
    Un monde qui favorise l’exclusion de l’intelligence de La Vraie Vie.
    Je ne veux plus subir la tourmente et les différents scandales qui sont induits par les errances de ce Concile que l’on m’a imposé, sans que je le sache et sans me demander mon avis. Il ne m’a pas été donné non plus « les nouvelles règles du jeu… » mais au fil du temps, des directives fluctuantes et culpabilisantes. Tout çà pour aboutir à ce constat objectif que l’Eglise dite officielle et actuelle est en train de couler.
    Je vois bien aussi qu’Elle est investie dans sa hiérarchie et ses structures par des gens de peu de conscience et de respect du Salut des âmes et de l’Enseignement du Christ.
    J’ai été formée pour vivre de « ma religion d’enfance. » Ma religion d’enfance qui m’était tellement précieuse, mais je n’ai pas pu le formuler, à ce moment là, car j’avais 10 ans et demi en 1961 lorsque j’ai fait ma Communion Solennelle.
    Je le dis maintenant avec conscience et à l’âge de la maturité. C’est bien ainsi! Puisque je suis capable de la formuler avec distance, avec objectivité.
    En 1961, j’ai fait ma Communion Solennelle, en aube… et c’était la première année que l’on nous imposait cet habit. Je me faisais une fête de revêtir une jolie petite robe blanche en organdi avec une couronne de fleurs dans les cheveux, pour aller le cœur plein d’amour et de confiance vers le Seigneur.
    Oui, j’ai souffert de cela! Mais je ne savais pas le dire, même si je savais intuitivement que quelque chose était en train de se passer, quelque chose qui échappait à ma compréhension et qui me laissait dans le trouble.

    Quoique certains en disent, si l’Eglise est mal perçue et désertée, ce n’est pas le fait du hasard… NON, c’est évident qu’il s’agit ici des conséquences de Vatican2 et donc de la pensée moderne qui est idéologies humaines. On juge un arbre à ses fruits… et les fruits ici sont amères et douteux. C’est un constat objectif ; c’est mon constat.
    C’est la voix du Bon-Dieu que je veux entendre! C’est sur la Voie de Notre-Seigneur Jésus-Christ que je veux aller vers le Salut de mon âme.
    J’ai bien compris, pour ma part, qu’un peu de rigueur et de sobriété dans sa pratique religieuse et spirituelle ne sont pas des obstacles à une vie intérieure et spirituelle épanouie, bien au contraire.
    La Tradition est le garant d’une vie bonne et saine, vécue en conscience et avec intelligence, et dirigée vers la Recherche du Bon-Dieu. Nous avons besoin d’une continuité pour une bonne pratique et une bonne compréhension de la vie intérieure.
    Nous avons besoin et j’ai besoin à titre personnelle du garant et de la protection de La Tradition.
    Si le tamis du temps à préserver le maintien de La Tradition Catholique et à permis qu’Elle viennent intacte jusqu’à Nous, et jusqu’à ma petite personne… ce n’est sûrement pas par hasard, mais c’est bien le fait du soutien réel de La divine Providence.
    C’est une grande grâce qui nous ai donné par Notre Papa du Ciel via Notre Seigneur Jésus Christ et L’Esprit-Saint du Bon Dieu.
    Que La Très Sainte-Vierge notre Maman si douce et si puissante nous protège!

    – Voilà tout est dit, pour ce qui me concerne et à ce propos, suite à cet article!

    • Patricia says:

      Dans ma description, je n’ai pas fait mention au fait que j’ai côtoyé pendant plus de 20 ans, par la force des choses et le moins possible un groupe de catholiques militants de Vaticans2… du fait de ma belle-famille.
      Je ne vais pas entrer dans les détails, par respect pour les personnes et du fait aussi et surtout par respect pour mon défunt époux.
      Ce que je peux dire, pour résumer : je ne fus pas heureuse parmi ces gens-là. Du reste, sur les quelques photos prisent en commun, l’on peut voir bien des points d’interrogation dans mes yeux. J’étais jeune mais suffisamment éveillée pour m’étonner de ce qu’il m’était donné de voir et d’entendre lorsque j’étais dans la compagnie de ce groupe de cathos. On peut les qualifier de gauche… mais je dirais de libéral, maintenant : pour moi, il n’y a plus de doute.
      Si j’ai reçu juste une formation « de base » chez mes parents… et en dépit de tout le reste, je peux dire que c’était mieux ainsi D’ailleurs, Maman qui est une très vieille dame m’a dit : ces gens étaient méchants… et cela venait d’elle-même car nous parlons peu de tout çà maintenant puisque la page est tournée et aussi parce que ce ne sont pas des souvenirs très réjouissant à l’âme. Maintenant je les prends comme des faits passés et révolus qui m’ont enseignés pas grand chose sur le moment! Et maintenant, le fait que je ne suis pas comme eux et je ne l’ai jamais été. Je remercie Dieu d’avoir conservé dans mon cœur « ma religion d’enfance » que je n’ai pas reconnu chez tous ces gens-là et ils étaient très nombreux ; très étouffants. Je n’ai pas reconnu des vrais chrétiens dans tous çà… mais des militants d’une idéologie ; une forme de MATERIALISME RELIGIEUX, en vérité.
      Pourquoi? Parce que je ne comprenait rien aux comportements de ces gens pourtant soit disant très pratiquant (il y avait un curé dans l’entourage proche, pourtant. j¨’y ai même croisé un évêque… c’est tout dire!)
      J’y ai vu beaucoup d’intolérance et de méchancetés. De plus il n’était pas vraiment « permis » d’être soi et à l’aise ou simple, si vous voulez… car je me savais observée et bien sûr cataloguée et critiquée car je ne suivais pas le mouvement! Donc, impossible d’échanger vraiment et de conserver la paix de l’esprit.
      Ce qui était « normal » car je n’avais pas été élevée par ces gens-là… et je n’avais pas l’intention d’être un clone à 27 ans passés et de leur convenir. D’autant que eux mêmes ne me respectaient pas et ne voyaient pas en moi un être en quête d’absolu et une personne à part entière.
      Tout ce que je voyais me semblait être une pièce de théâtre, interprétée par de mauvais acteurs et un très mauvais scénario, avec des dialogues affligeants. Pour résumer les choses.
      D’ailleurs, 3 jours avant de mourir d’un AVC mon cher époux m’a dit dans un élan de conscience et sans aucune rancœur ; dans un simple constat ces mots lucides qui sont importants pour ce qui me concerne et pour le reste de ma vie sur cette terre :
      – « J’étais de l’eau vive et ils m’ont brisé. »

      Vatican2 ?!
      Non merci! C’est fini, pour ce qui me concerne.
      Peut-être faudrait-il un Vatican3 de La Tradition pour tout rétablir et tout restaurer en Christ?

      Merci pour votre attention.
      Je peux dire que je suis dégagée de tout çà. J’espère que mon témoignage peut-être utile à d’autres personnes… En tous cas, c’est ce que j’ai vécu et maintenant, grâce au Seigneur, j’en tire bien des leçons de vie! Je n’en suis pas amère. Je suis lucide et éveillée à la Vraie Vie.
      J’ai retrouvé « la religion de mon enfance » dans La Tradition. Je sais aussi par expériences, que les lois du Seigneur sont intemporelles et éternelles. Le mythe du progrès et du changement nécessaire, voire de l’évolution obligatoire du fait du changement de la Société… est un leurre, une vaste tromperie, une manipulation massive des esprits et des cœurs.
      La Vérité est UNE et les erreurs sont multiples. Nous savons bien qui se cache derrière tout çà : Le Menteur, autrement dit « le Mauvais-sans-amour » comme disait La Grande Thérèse… et bien sûr, j’ai compris un peu tard mais tout de même que Le Menteur agit à travers des organisations bien terrestres qui constituent « un état dans l’Etat » chez nous. J’ai nommé, bien évidemment la FM… vous savez ces grands humanistes qui aiment tellement l’Humanité et l’Homme Nouveau qui veut mettre le Bon-Dieu au rencard!!! Au placard.
      Bref, tout cela travaille à notre mort spirituelle! A la création par l’homme et derrière Lucifer, d’un Nouvel Ordre Mondial où nous serions réduit à des sous-être sans conscience, sans âme et sans Dieu. Le cauchemard dont nous allons sortir car nous n’avons pas le choix et avec l’aide du Bon-Dieu.
      Haut les Cœurs! Que Le Cœur Sacré de Jésus sauve La France, notre cher vieux Pays bien en peine et occupé à tous les étages par des responsables souvent nuisibles et sans Dieu.
      « Seule la Vérité rend Libre. St-Jean. »

      • Patricia. says:

        J’en termine ici.
        Pour ce qui me concerne, Vatican2 n’est pas l’expression de l’Eglise Catholique traditionnelle, de toujours…
        Du fait de mon expérience, dont j’ai fait le récit, ci-dessus : je peux dire maintenant avec distance, que ce « Concile » n’est pas catholique. Il nous a induit et maintenu dans l’erreur et aussi dans l’errance spirituelle.
        Il est l’œuvre de satan.
        La nouvelle église catholique officielle depuis 1962/1965 est une secte qui a favorisé la mort de l’intelligence et la mort de la foi… et a fait beaucoup de victimes innocentes à qui l’on a barré volontairement l’accès à la transcendance ; à Dieu.
        C’est un crime qui a fait obstacle au salut de l’âme de beaucoup de personnes qui se sont retrouvées, de fait en très grande souffrance, car égarée et sans point de repère fiable pour leur vie sur La Terre et leur chemin vers Le Ciel.
        Le Bon-Dieu m’a fait la grâce de comprendre ce qu’il m’est arrivé pendant plus de 54 ans. Je peux dire que je suis sortie du trou où j’étais tombée, bien malgré moi, sous la pression de l’environnement, de l’Eglise officiel et de ses serviteurs zélés ou devenus ignorants.
        Merci Seigneur Jésus d’être venue me chercher là où je tâtonnais dans le noir!
        Ce fut un long chemin, mais maintenant, je suis en paix et en sécurité.
        Voilà tout est dit!

  6. Merci de ce récit.
    « Le mythe du progrès et du changement nécessaire, voire de l’évolution obligatoire du fait du changement de la Société… est un leurre, une vaste tromperie, une manipulation massive des esprits et des cœurs.
    Je commence à me demander si MPI n’a pas été soudainement infecté par ce virus.

  7. Chère Patricia,
    Je suis très émue par votre beau, sincère et poignant témoignage.
    Certaines âmes trouvent le bon chemin, quelquefois à l’orée de la vie éternelle, j’ai eu connaissance d’un monsieur qui avait erré toute sa vie, devenu boudhiste, il avait vécu dans un monastère en Inde, eu 2 filles là-bas etc … par grâce, en France, il a pu avoir la visite d’un prêtre de la Fraternité St Pie X à l’hôpital, alors qu’il agonisait d’un cancer, il a pu bien se confesser, recevoir l’Extrême-Onction, et il a dit : « C’EST CE QUE J’ESPÉRAIS DEPUIS TOUJOURS ! »
    Pour ma part, si nous parlons de la Révolution opérée dans l’Eglise, je ne peux pas entrer dans la moindre de nos églises (ne parlons pas des grandes !) sans avoir le coeur serré à la vue de l’autel de la « nouvelle religion » qui tente de masquer l’ancien autel !

    • Patricia says:

      Merci Louise de votre commentaire. Il me touche au tréfonds de mon être.
      Je me suis demandée si je n’avais pas manqué un peu de retenu dans mon récit. Mais, en définitive, après réflexion, il me fallait raconter au moins une fois tout ce que j’avais sur le cœur et contenu durant toutes ces années.
      Je me demandais si je serais entendue par quelques personnes.
      Je comprends ce que vous dites à propos de cette table qui sert d’autel et qui masque le véritable autel où se renouvelle Le Saint Sacrifice de Notre Seigneur.
      Ce qui me chagrine aussi c’est le tabernacle qui contient les hosties consacrées… Je me demande maintenant si Elles sont vraiment consacrées… Qui pourrait me répondre?!
      Malgré tout durant toutes ces années passées dans des questionnements parfois douloureux, le Seigneur m’a permis de croiser quelques prêtres qui, ponctuellement, m’ont aidé par une attitude, une parole, une recommandation. Je pense que c’est le Seigneur qui se manifestait à travers eux pour m’encourager à ne pas tout rejeter en bloc, dans mes moments de grandes lassitudes et de solitude.
      Heureusement que j’ai toujours gardé au fond de mon cœur ce souvenir de « ma religion d’enfance. » C’est une grâce du Bon-Dieu, car j’étais trop jeune pour avoir vraiment tout intégré du véritable Enseignement du Seigneur. J’ai eu une belle expérience le Jour de ma Communion Solennelle ce qui m’a beaucoup encouragé à persévérer dans ma foi, malgré tout.
      C’était bien plus qu’un beau et innocent souvenir.

      Ce que vous me dites à propos de cet homme qui a cherché toute sa vie est bouleversant. Son désir de recherche d’absolu devait être immense et bien réel! Le Seigneur dans son infini bonté est venu à son secours. Il a pu partir en paix et réconcilié. C’est vraiment très beau.
      J’espère que d’autres pèlerins aussi ont reçu cette grâce… Il y avait tellement de personnes qui cherchaient à une certaine époque, et elles étaient vraiment sincère, bien qu’en errance!

      Le Seigneur est aussi venu à mon secours quand mon défunt époux est entré dans le coma, il y a 16 ans… Sans Lui, je n’aurais pas pu faire face complètement à la situation : je me suis sentie soudainement portée et je me suis trouvée dans un complet détachement pendant quelques jours… les choses se déroulaient à travers et hors de moi : j’étais dans la position de témoin et pourtant très efficace dans l’action. Je savais que c’était N.S.J.C. qui me portait. J’avais son portrait sous la forme du Sacré Cœur de Jésus dans ma chambre.
      De même, je n’ai pas pris de médicament, juste quelques plantes et préparations naturelles.

      Maintenant que j’ai enfin retrouvé ma religion d’enfance, et compris tout ce qui c’était passé dans notre religion avec Vatican2, je peux dire que je suis sauvée. Je suis sereine. C’est comme si j’étais sortie d’un trou. C’est comme si j’avais retrouvé Le Droit Chemin ; Le Chemin sécurisé du Seigneur.
      Bonne continuation.
      Que le Seigneur vous garde! Que La Très Sainte Vierge, notre Maman du Ciel, vous protège!

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com