oeuvre-française-jn

Le Conseil d’État a rejeté aujourd’hui les recours déposés par  « L’œuvre française » et les « Jeunesses nationalistes », contre leur dissolution par deux décrets du 25 juillet 2013 dans la foulée de la mort à Paris du militant d’extrême gauche Clément Méric.

JEUNE-NATION-JN-logo

Le site Jeune Nation, proche des deux mouvements nationalistes concernés, réagit :

Le Conseil d’État « chambre d’enregistrement des forfaitures » comme l’a indiqué Yvan Benedetti, a confirmé ce mardi la dissolution de l’Œuvre française et des Jeunesses nationalistes (JN). Agissant après une visite du président du Congrès juif mondial – qui avait ensuite exigé l’interdiction de l’Aube dorée (XA, Χρυσή Αυγή) grecque et du JOBBIK hongrois – Manuel Valls avait pris pour prétexte la mort d’une racaille dans les rues de Paris en juin 2013 pour « dissoudre » les deux mouvements nationalistes. Ni ceux-ci ni aucun de leur membre n’avaient pourtant le moindre lien avec l’agression commise par le gang extrémiste de Clément Méric, ni avec la mort consécutive de ce dernier.

« Il n’y a pas de place dans notre pays pour la haine, la xénophobie, l’antisémitisme ou des actes anti-musulmans » avait alors déclaré Manuel Valls. À l’inverse, il n’avait évoqué ni le racisme antiblanc ni l’anticatholicisme, qui fondent leur République, ni la dissolution des milices d’extrême gauche, qui ont commis depuis des dizaines d’émeutes à travers le pays, et qu’il continue à protéger. Il avait alors qualifié l’Œuvre française de « matrice de l’extrême droite ».

Les employés de leur République ont validé les conclusions du rapporteur public qui avait évoqué de prétendues « provocations à la haine » et une prétendue « constitution de milice privée », qui avaient conduit, avec quelques autres mensonges, à la « dissolution ».

La duplicité de la décision du Conseil d’État apparaît clairement dans le communiqué publié après le jugement. Ainsi, ce sont des accusations aussi vagues que d’avoir « participé à des commémorations de la mort de Philippe Pétain, a choisi des emblèmes rappelant ceux du régime de Vichy et a commémoré ou fait référence dans ses publications à des personnalités favorables à la collaboration avec l’ennemi pendant la Seconde Guerre mondiale » alors même que la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) avait condamné la France sur un sujet proche. À l’époque, concernant le maréchal Pétain, l’un des juges avait expliqué :

« La liberté d’expression implique tout autant le droit de présenter un personnage public sous un jour favorable que celui de le présenter sous un jour défavorable. De même, elle implique tout aussi bien le droit de désapprouver une décision judiciaire le concernant que celui de l’approuver.
En particulier, il ne peut être interdit à ceux qui veulent servir la mémoire d’un tel personnage et promouvoir sa réhabilitation de s’exprimer librement et publiquement en ce sens.
Il est normal que ceux qui souhaitent faire part d’idées de ce genre mettent en lumière les mérites de l’intéressé ou ce qu’ils pensent être ses mérites. On n’est pas en droit d’exiger qu’ils évoquent aussi ses torts, réels ou supposés, ou certains d’entre eux. »

Enfin, les juges ont estimé que l’Œuvre française pouvait être assimilée à une « milice privée », parce que les camps-école de Jeune nation étaient des « camps de formation avec des exercices d’entraînement à l’action de force », sans jamais démontrer – et pour cause – la réalité de cette assertion.

Concernant la dissolution des Jeunesses nationalistes, le procédé arbitraire est encore plus gros puisque, alors même qu’aucun tribunal n’a jamais condamné ni les JN ni aucun membre des JN, les employés de Manuel Valls prétendent que les communiqués, déclarations et actions ont incité « à la haine, la discrimination et la violence envers des personnes en raison de leur nationalité étrangère, de leur origine ou de leur confession musulmane ou juive ».

Une bien étrange conception du droit, puisque plusieurs groupuscules et parti bien connus d’extrême droite ont vu ses communiqués, ses affiches, ses membres être condamnés pour de tels motifs sans jamais être dissous.

« À moins de nous dissoudre dans l’acide, Manuel Valls nous trouvera toujours en travers de sa route » avait déclaré Yvan Benedetti à l’époque des dissolutions. De fait, si le gouvernement Valls se dissout peu à peu dans les sondages d’opinion à mesure que l’invasion, le chômage et la criminalité augmentent, les nationalistes sont plus que jamais présents.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

9 commentaires

  1. Ce n’est pas plus mal que disparaissent ces groupuscules néo-fascistes qui nuisent à notre image de Droite Nationale, pour ma part, j’aurais assorti ces dissolutions de peines effectives de prison pour leurs dirigeants car la main de la Démocratie ne doit pas trembler face aux factieux.

    • De la prison pour des gens qui n’ont rien fait ?? à part de déplaire à l’hispano-suisse à menton carré qui se prend pour Benito Mussolini?

    • Par ailleurs, il y a trop de pédés de gauche au FN, pour parler de Droite Nationale. C’est plutôt le Parti de la France qui mérite ce genre de qualificatif.

    • Knightdevil64 says:

      Bonjour Olivier,
      Il y a 25 ans de ça je faisais partie du FNJ (vous connaissez???), à l’époque c’est nous au Front qui nous faisions traiter de nazi par tous les gauchos de la fac qui n’avaient jamais mis un pied à nos réunion! Et même Mitterrand n’a pas cherché à nous dissoudre.
      Je soutiens depuis toujours le FN et aujourd’hui Marion et Marine dans l’espoir qu’enfin l’an prochain la France change. Sinon que deviendra t’elle?
      Mais votre position me choque réellement, nos jeunes même plus extrémistes ont le droit d’expression. Ils ne sont pas des casseurs que je sache! Je me souviens de mon oncle disant à mes parents en parlant de moi : elle est jeune et un jeune se doit d’être extrème. Alors un peu de tolérance, ces jeunes ont la passion de notre patrie blanche et française, vous n’allez quand même pas les en blâmer.
      Si oui, c’est que vous n’est qu’un ersatz de FN… Ne signez pas FN65

  2. a.picadestats says:

    Olivier FN 65,vous êtes loin d’être rassembleur…Et vous n’êtes pas du tout dans la ligne du FN, qui ces derniers temps ratisse vraiment très large!A tel point que cela pose problème à des bons Français…je me demande sincèrement si je vais voter FN!Ces groupes que vous rejetez, ont une autre manière de défendre la France et méritent le respect.
    Avez vous eu au moins une conversation avec eux?
    Si oui, poursuivez la découverte , si non..et bien taisez vous!!!

  3. Les fachos rouges détruisent les centres villes sans être inquiétés et ce sont les groupes d’autodéfense de la vraie droite qui sont dissous !!!!!!! C’est Mussolini qui à créé le fascisme, et il était socialiste il me semble …… Il faut arrêter de stigmatiser les jeunes et bons français de ces groupes même si ils cassent un peu de gauchos de temps en temps !

  4. La prison, non seulement pour eux mais aussi pour ce petit paquet de rancis férocement anti-FN qui ne représente qu’une petite poignée d’incurables trisomiques, ceux-là même qui font régulièrement entre 0,5 et 1% à chaque élection sous les bannières de Lang et consorts. Nous FN, au pouvoir la main ne nous tremblera pas pour défendre la Démocratie je vous l’assure…

  5. Patricia says:

    Le FN va être de moins en moins représentatif des patriotes Français car c’est, maintenant, un parti du système ; tous les faits le démontre.
    Observons avec distance et détachement ce qui va se passer les mois à venir, pour confirmation.
    Perdre ses illusions, c’est gagner en liberté intérieure.

  6. Daniel Daflon says:

    Votre commentaire: »j’aurais assorti ces dissolutions de peines effectives de prison pour leurs dirigeants ».
    Montrer sa volonté d’enfermer d’authentiques nationalistes me laisse perplexe quand à votre présence au FN. Je pense que vous auriez plutôt votre place chez les antifas qui sont en harmonie avec votre pensée. C’est vrai qu’on peut porter à votre crédit que le FN représente de moins en moins (ainsi que le dit fort justement Patricia), les patriotes français. Le FN est, pour le moins, démobilisateur. Mes amis, et moi même, l’avons quitté et depuis, nous observons à distance sans agir, ce qui est préjudiciable à la France, nous en sommes conscients, mais ne voulons pas être instrumentalisés par des gens qui travaillent contre l’intérêt des Français. Apres tout, c’est bien la majorité des Français qui a voté pour le PS et avant pour l’UMP, qu’ils en subissent les conséquences. S’ils ont la volonté de se battre, je serais à leurs côtés, si ce n’est pas le cas, je partirai dans un pays de ma connaissance où le peuple n’est pas lâche pour m’engager à ses côtés contre l’islam et les traîtres dont vous semblez faire partie.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com