Donald Trump continue de faire grincer les dents de toute la bien-pensance internationale et interlope.

Cette fois, c’est le lobby LGBTQI qui suffoque.  Car l’administration du président américain Donald Trump a annoncé le mercredi 22 février qu’elle mettait fin à un dispositif fédéral instauré par l’administration Obama pour garantir aux étudiants transgenres soit de pouvoir entrer dans les toilettes et les vestiaires du sexe auxquels ils s’identifient, indépendamment de leur sexe biologique, soit de disposer de toilettes et de vestiaires réservés dans les établissements scolaires.

Les nouveaux ministres de la Justice et de l’Education ont publié mercredi soir un communiqué indiquant qu’ils « retiraient les recommandations faites au titre de l’article IX [antidiscrimination] en 2015 et 2016 », sur l’accès à des installations non mixtes, comme des vestiaires ou des toilettes par exemple. Il revient donc de nouveau aux Etats fédérés et aux districts scolaires de trancher dans ce qui avait été surnommé « la bataille des toilettes ».

En mars 2016, Pat McCrory, alors gouverneur de Caroline du Nord, agissant selon ce qui jusqu’il y a peu encore était considéré comme simplement logique, avait refusé de se plier aux revendications LGBT, estimant que l’utilisation des toilettes publiques doit se faire en fonction du sexe biologique de chaque individu.

Le lobby LGBT s’était mobilisé contre le gouverneur, rapidement soutenu par des artistes ainsi que par de nombreuses multinationales.

La bataille était rapidement devenue un enjeu politique national. Le président Barack Obama s’était placé du côté des homosexuels et transgenres, imposant des mesures fédérales dites « antidiscriminatoires » permettant aux écoliers et étudiants de se rendre dans les toilettes et les vestiaires du genre de leur choix. Il suffisait qu’un garçon dise momentanément s’identifier au sexe féminin pour pouvoir entrer dans les toilettes ou les vestiaires des filles…

De l’autre côté, les défenseurs de la famille et de l’ordre naturel, droite chrétienne en tête, dénonçaient la folie des mesures imposées par Barack Obama. 

Durant la campagne électorale, Donald Trump avait clairement indiqué qu’il souhaitait laisser les Etats fédérés trancher, donnant ainsi l’avantage aux conservateurs, majoritaires dans bon nombre d’entre eux. Il a tenu parole.

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

2 commentaires

  1. Champtocé says:

    J’aime bien le refrain de cette ancienne chanson de Polnareff, longtemps critiqué, à mon sens à tort, pour son ambiguïté affichée et qui colle finalement assez bien au tempérament franc et direct de ce très cher Donald et à sa façon virile de traiter les problèmes à la mode hussarde :

    Je suis un homme
    Je suis un homme
    Quoi de plus naturel en somme
    Au lit mon style correspond bien
    A mon état civil
    Je suis un homme
    Je suis un homme
    Comme on en voit dans les muséums
    Un Jules, un vrai
    Un boute-en-train, toujours prêt, toujours gai.

    Et puis imaginer les dames Touraine, Rossignol, Belkacem, Cosse, Meadel et consorts trépigner de rage et écumer de furie à l’annonce de ce genre de décisions salutaires a vraiment de quoi m’enchanter (je ne pense pas être le seul…).

  2. patrick says:

    BRAVO TRUMP…

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com