éducation-sexuelle-école-mpi

Au Royaume-Uni, Jenni Murray, une présentatrice de la BBC a suscité l’effarement en plaidant pour la diffusion de films pornographiques à l’école.

Considérant qu’une partie des jeunes adolescents regardent de plus en plus tôt des images pornographiques en cachette, Jenni Murray prétend que le meilleur remède est de diffuser officiellement de la pornographie à tous les adolescents dans le cadre des cours de l’école secondaire ! Officiellement, il s’agirait d’aider les jeunes adolescents à « analyser » les images pornographiques comme ils analysent un texte de littérature.

Pour éviter que les parents ne s’inquiètent du contenu des cours d’éducation sexuelle, Jenny Murray conseille aussi de transférer le contenu de ces cours dans les cours de biologie.

Enfin, Jenny Muray souhaite également l’introduction de cours obligatoires de «genre».

Comme partout en Europe de l’Ouest, il s’agit de pervertir la jeunesse par la contrainte, en privant les parents de leur liberté d’éduquer leurs enfants en les préservant de ces folies.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

7 commentaires

  1. Et ce n’est qu’un début….demain, les TRAVAUX PRATIQUES…..?

    Il est plus que temps de reprendre la main sur ces ordures qui pervertissent notre jeunesse!

  2. Les jeunes n’ont pas besoin de l’école pour prendre des cours. C’est tellement plus drôle en direct.
    http://tempsreel.nouvelobs.com/l-histoire-du-soir/20121105.OBS8099/il-laisse-sa-webcam-allumee-et-commet-la-gaffe-de-l-annee.html

    • MA Guillermont says:

      Pourquoi faire d’un cas particulier , un cas général …?
      Non , tous les jeunes ne regardent pas des vidéos pornographiques .
      Oui , nombre de jeunes sont dégoûtés par ces images !
      Ne donnons à personne le bâton pour nous battre et progressons ensemble dans le respect des droits FONDAMENTAUX des parents .
      Ils sont les premiers à pouvoir agir au nom.de l’enfant et à faire respecter ses droits .
      Êtes-vous parent (e) ?

      • Ce n’est pas un cas particulier parmi les jeunes. Il est vrai que cela se passe aux USA, mais le net est international.
        Je ne dis pas que j’approuve ces cours, je dis que les élèves de l’école publique laïque ne sont pas si innocents que certains veulent bien le croire.
        http://etudiant.lefigaro.fr/vie-etudiante/news/detail/article/en-region-parisienne-une-lyceenne-sur-dix-a-deja-avorte-21381/
        Bien sûr, ce n’est pas à proprement parler du porno, mais les fêtes-orgies, ça existe chez les jeunes…

        • MA Guillermont says:

          Il ne s’agit pas de l’université ou autre cursus supérieur …mais de l’école , secondaire bien que je ne vois guère de différences entre les jeunes de 3ème et les classes de 2nde .
          Quant à leurs statistiques sur l’avortement , je m’interroge .
          Quant à ma question , vous n’avez pas répondu …
          Je vous rappelle que j’ai répondu à la vôtre lors d’un post récent .

        • C’est vrai qu’il y a de quoi être surpris par le peu de connaissances de ces jeunes sur la sexualité.
          En 2015, le port du préservatif n’est toujours pas systématique: 14 % des étudiants et 9% des lycéens ne se protègent jamais lors d’un rapport.
          C’est le constat que dresse l’étude menée par la Smerep et publiée ce mardi 10 novembre, en vue de la journée mondiale de lutte contre le sida, qui aura lieu le mardi 1er décembre prochain. Et le chiffre grossit lorsque l’on se concentre sur les étudiants d’Ile-de-France: un jeune Francilien sur cinq admet en effet ne jamais se protéger. Et 43% des étudiants avouent ne pas prendre les précautions nécessaires systématiquement. Seulement 57% des étudiants sondés affirment toujours se protéger lors de relations intimes.

  3. oh ! le foutage de gueule . J’espère qu’ils prévoiront les kleenex et les toilettes à proximité.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com