école-suède-mpi

On dit que les écoles des pays nordiques sont particulièrement performantes. A la pointe de la technologie et surtout des nouvelles idées éducatives. Pourtant, il semblerait ques les écoles suédoises ne sont pas en aussi bonne forme que l’on a bien longtemps voulu nous le dire. La réalité n’est pas aussi dorée que l’on a bien voulu nous le faire croire. Les petits Suédois ne seraient pas si épanouis que cela à l’école. D’après une mère d’élève, interrogée par l’AFP, l’école ne tiendrait pas compte du fait que les enfants progressent de façon différente. Voulant tout niveler, l’école suédoise freine les meilleurs éléments sans pour autant permettre aux élèves ayant un niveau plus faible de progresser. Le nivellement par le bas a semble-t-il ses limites.

Ce malaise explique, en partie, le boom des écoles privés financés par l’Etat. Dans le privé, les effectifs ont progressé six fois plus vite que dans les écoles municipales entre 2011 et 2013. Si la mauvaise réputation du public a aidé à remplir les écoles privés, une mesure, lancé par l’Etat il y a 24 ans, y a également largement contribué. Il s’agit de la création d’une bourse que les parents peuvent utiliser pour financer l’établissement qu’ils souhaitent.

Si la mesure est intéressante, elle n’a cependant pas permis, en Suède de remonter le niveau des petits élèves, au contraire, dans des matières comme la lecture, les mathématiques et le calcul. Serait-il possible que la pédagogie prônée là-bas ne soit pas aussi bonne qu’on a longtemps bien voulu le dire ? Il faut dire que celle-ci semble pour le moins utopiste, du moins ce qu’en donne à voir une interview de Marianne Molander Beyer, maitre de conférences à l’université de Göteborg : « Le rôle principal de l’enseignant est d’aider l’élève à fortifier son «  estime de soi  ».

Autre problème pointé du doigt : le manque de professeurs qualifiés – de moins en moins d’étudiants désirent s’engager dans cette voie – et donc l’obligation de mettre des enseignants non qualifiés à certains postes. On pense immanquablement à ces apprentis enseignants français recrutés avec une moyenne au plancher, faute de meilleurs éléments.

Roxane Dulac

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

Mots clefs , ,

3 commentaires

  1. Pingback: Ecole : le mauvais exemple de la Suède - Les Observateurs

  2. Cette article est démesuré par rapport à la réalité, nous manquons de professeurs, certes, beaucoup part en retraite ce qui engendre ce manque, mais jamais poser de problèmes performantes dans nos écoles.

    Bon courage dans vos problème de rythme scolaire …

    Une Maman a örebro Suède

  3. Monsieur T says:

    La Suède est un mauvais exemple, c’est un pays de dégénérés en phase terminale, un futur département somalien d’outre-mer, peuplé d’autochtones lgbt et de tous les arriérés agressifs de la corne de l’Afrique et de réfugiés irakiens tout aussi dérangés.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com