Printemps venu, l’orgueil gay s’affiche partout ! Il faut un peu de soleil aux invertis dénudés qui s’exhibent scandaleusement dans les rues des villes occidentales où sévit l’ante-civilisation du néant, de l’athéisme et de la dépravation des mœurs.

Ante-civilisation de la GayPride qui a l’honneur de complaire à bien trop d’évêques conciliaires : en Italie, de la tête au pied, arrive le club des prélats gay-friendly ! Cette année, des veillées œcuméniques de prières contre « l’homophobie » se tiennent depuis vendredi 11 mai, de Bergame à Palerme, auxquelles participent des ecclésisastiques conciliants avec le péché contre-nature et hostiles à toutes prières de réparation des catholiques.

A l’appel des communautés de « chrétiens Lgbt », des chrétiens de toutes confessions, certaines communautés de vie consacrées et des paroisses catholiques, de Rome à Naples, Bologne, Siracuse, Florence, Milan, etc. se réuniront donc en soirée pour que « nos Églises sachent devenir toujours plus des sanctuaires d’accueil et de soutien envers les discriminés parce qu’homosexuels ou transsexuels ». Sur leur affiche d’invitation, on peut lire le verset biblique : « Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres » (St Jean 8,32) ainsi que l’invocation suivante : « Tu aimes en effet tout ce qui existe, tu n’as de répulsion envers aucune de tes œuvres ; parce que toutes sont à toi, Seigneur, qui aime la vie. » (Livre de la Sagesse, 24-26).

L’archevêque de Palerme, monsignor Corrado Lorefice, ouvrira ce bal des maudites veillées, demain soir jeudi 17 mai, par une prière composée pour l’occasion. Prière qu’il a par ailleurs demandé qu’elle soit récitée samedi et dimanche derniers durant toutes les messes célébrées dans son diocèse.

A Bergame, le diocèse a réussi à faire annuler la veillée de réparation contre la GayPride.

Ce dimanche 20 mai la veillée contre « l’homophobie » prévue en l’église Regina Pacis de Reggio Emilia sera présidée personnellement par l’évêque, Mgr Massimo Camisasca, qui explique, dans une note diffusée hier 15 mai, sa présence en se disant « sérieusement convaincu que c’est notre devoir précis d’aller à la rencontre des hommes pour leur montrer la lumière du Christ ». « Il est juste donc, écrit-il encore, que la société et les croyants demandent pardon à ceux qu’ils ont éventuellement méprisés ou mis dans un coin. Aucune attitude, même si seulement de raillerie, ne peut être tolérée. »

Le 22 juin ce sera un autre évêque, Mgr Antonio Napolioni, du diocèse de Crémone, qui conclura ce cycle de « prières œcuméniques » en faveur du vice contre-nature par une veillée intitulée : « Veillée de prière pour rappeler les victimes de l’homophobie et de toutes les discriminations ».

L’idéologie gender et les lobbies Lgbt qui veulent explicitement changer l’enseignement de l’Église catholique pour imposer la révolution arc-en-ciel, l’homosexualité et les mœurs contre-nature dans la sphère sociétale et religieuse, sont ainsi légitimés par ces évêques soumis au sexuellement correct. C’est le monde à l’envers : les non-valeurs anti-naturelles sont le bien, les valeurs naturelles le mal, les défenseurs de la loi naturelle sont à abattre, les promoteurs de la révolution sexuelle sont encensés.

L’Église conciliaire, c’est le monde orwellien en pratique, « les temps de tromperie généralisée » : en son sein la vérité c’est le mensonge et le bien c’est le mal, tout comme pour Orwell dans son roman 1984 « la guerre c’est la paix, la liberté c’est l’esclavage, l’ignorance c’est la force ».

Aussi « Dans des temps de tromperie généralisée, le seul fait de dire la vérité est un acte révolutionnaire. » (George Orwell in 1984). Révolutionnaire pour revenir, garder, sauvegarder, la vraie Vérité, la Tradition et sa saine doctrine catholique…

Francesca de Villasmundo

Vous pouvez retrouver tous les articles d'actualité religieuse de MPI, augmentés d'une revue de presse au jour le jour sur le site medias-catholique.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

28 commentaires

  1. cadoudal says:

    « Car il s’est infiltré parmi vous des individus, qui sont marqués depuis longtemps en vue de ce jugement, des impies qui tournent la grâce de notre Dieu en prétexte à la débauche, et qui renient notre seul maître et Seigneur, Jésus Christ » saint Jude

    de vrais Cauchons mitrés

  2. pamino says:

    Bien dit, Francesca.

  3. Paul-Emic says:

    l ‘Église a vécu, trahie de l’intérieur. Il faut rebâtir autre chose. Ce que nous avons sous les yeux est au moins aussi ignoble que les prêtres jureurs de la révolution

  4. JOSEPH says:

    Le F∴ Jean Guitton, ami de Paul VI — l’antipape, par excellence, du Réseau Rampolla — en bon connaisseur, ne reconnaissait-il pas que l’ « Église Catholique é(s)t(ait) morte le premier jour du Concile » ?… Raison pour laquelle les prélats qui firent le ‘Concile’ la dénommèrent ‘Église Conciliaire’, dénomination qui n’était pas de nous, faut-il le préciser ?…

    L’église conciliaire n’est pas l’Eglise catholique et tous ces évêques, prêtres et en premier lieu le soi-disant pape Bergogiio ne sont absolument pas catholiques.

    Et l’église conciliaire persécute et éclpse lEglise catholique.

    Lisez les textes de Louis-Hubert Rémy, homme de grande foi et exceptionnel, chers amis, et vous verrez que tout s’éclaire.

    M. Louis-Hubert Rémy est celui qui a découvert l’anneau de Sainte Jeanne d’Arc!

    http://blog.catholicapedia.net/2017/10/21/lantipape-bergoglio-ou-francois-de-lesbos/#more-5213

    http://www.a-c-r-f.com/principal.html

    https://www.youtube.com/watch?v=B6Zse6U3XeE

    • Robert says:

      Louis-Hubert Rémy, est beaucoup dans l’hypocrisie et par suite dans une malheureuse duplicité.
      Car , il va aussi de soit que les multiples sectes dont il fait la promotions n’est pas l’église sainte , une catholique apostolique fondée par NSJC.

      • Franravel says:

        Non Monsieur Robert, je m’inscris absolument en faux à ce que vous dites de Monsieur Louis Hubert Rémy. Quel intérêt d’ailleurs aurait-il à jouer en étant hypocrite ? Lui qui n’a cessé de prêcher qu’il ne fallait pas voter et ne jamais donner un quelconque assentiment à la République maçonnique. Lui qui a reçu plusieurs fois des menaces de mort par des coups de téléphone anonymes, et cela bien avant L’avènement d’intérêt dans les foyers. Lui qui a supporté des calomnies et des diffamations de la part de ses ennemis bien-sûr, mais aussi de ses anciens amis. Je puis aussi affirmer qu’une grande partie des sources référés par le site de MPI, proviennent de son énorme travail de compilation et de celui de son Épouse, brillante archiviste, décédée ces derniers mois.
        S’il était l’hypocrite que vous affirmez à la cantonade, ce serait un odieux personnage digne des Weishaupt ou des Pike. C’est insensé et invraisemblable et surtout ridicule de penser une telle chose.

        • Robert says:

          Monsieur Franravel, ne faite point semblent de ne pas comprendre !?…
          Mr Louis Hubert Rémy fait la promotion ( de façon multicarte depuis des décennies) de secte sans mission et juridiction autocéphales, mais encore le brigandage de la constitution divine de l’église !… Car bien évidement ces gens se recherche plus soit-meme dans la foi (qu’il galvaudent au passage) que de se dépouiller intérieurement de tout sentiment personnel.

          • JOSEPH says:

            Je ne connais pas personnellement Louis-Hubert Rémy et lui-même ne me connait pas.

            Ancien du centre Charlier Chrétienté Solidarié où je militais, dans les années 95/98 quand j’étais étudiant, j’avais pris conscience, je dirais de façon intuitive, que certaines de ces personnes de ce mouvement menaient un combat voués à une impasse et surtout nous empêchaient d’aborder les vrais questions, fondamentales, qui sont les vraies causes de notre déclin et du désastre de l’église. J’avais été très choqué, également, du parti pris scandaleux de ce mouvement, de façon unilatérale, contre les serbes durant la guerre de Yougoslavie. J’avais à l’époque protesté et je me souviens d’avoir rédigé une sorte de mémoire dans lequel je démontrais la scandaleuse désinformation, notamment des bombardements faussement attribués aux serbes. J’ai connu à cette occasion un certain Guillaume Peltier, qui avait été mis sur orbite par M. Antony… Dès le début, je me suis rendu compte que ce Peltier n’était qu’un petit ambitieux, bouffi d’orgueil. Et bien sûr, jamais durant toutes ces années je n’ai entendu parlé de l’immense responsabilité des juifs durant la révolution bolchevique…

            Ces gens là sont des activistes. Au mieux. Au pire, ces sont des infiltrés, des marranes (mais pas tous).

            Et j’ai découvert les écrits de Louis-Hubert Rémy. J’ai lu certains de ces livres comme « Vrais et faux principes et maitres ». « La vraie mission de Saint Jeanne d’Arc ». Et j’ai vraiment compris. Depuis la révolution française, nous avons beaucoup plus à craindre de ces faux amis (comme Bernard Antony, qui ne dénonce pas l’essentiel, mais seulement certains effets ) que des véritables révolutionnaires. Pour moi, les véritables révolutionnaires sont ces conservateurs, dont la révolution a tant besoin pour avancer.

            Oui, M. Rémy a raison. Il faut refuser tout compromis et surtout refuser de voter. Voter, quel que soit son vote, c’est donner raison à la DEMONCRATIE. Ce système est totalement satanique.

            Notre mission est de faire notre devoir d’état, de nous occuper de notre famille et de faire notre salut et celui de nos enfants, de notre épouse. SANS MOI VOUS NE POUVEZ RIEN FAIRE!!!

            Et enfin, la crise de l’église est entièrement expliquée par notre Dame de la Salette. L’Eglise sera éclipsée. Par qui? Mais par une contre-église!!! De l’aveu même de Jean Guitton (voir message plus haut!).

            Alors, je suis très reconnaissant envers M. Louis-Hubert Rémy de m’avoir éclairé et de m’avoir formé, car jusqu’à présent, je puis dire que j’étais dans l’ignorance. Je croyais savoir, mais je savais rien. Strictement rien. J’étais dans l’action, comme un écureuil dans sa cage. Que Dieu vous bénisse, M. Rémy et qu’il vous inspire encore davantage pour vos travaux.

          • Franravel says:

            Non Monsieur Robert, je ne fais semblant de rien, et je suis très bien placé pour parler de ce que vous accusez de sectes, car à ce moment-là, c’est tout la résistance catholique qui pour des raisons théologiques diverses refusent des accords avec Rome, de la Fraternité St Pie X au communautés multiples sédévacantistes qu’il faut remettre en cause. Il faut se résigner à l’idée qu’il n’y a plus d’autorité dans l’église et que celle-ci est éclipsée comme l’a annoncé la très Sainte Vierge à la Salette. Aujourd’hui, dans cet immense imbroglio de la Foi, on fait comme on peut pour choisir les chapelles où la messe tridentine est célébrée. Ce n’est pas faire du brigandage que d’agir ainsi, ou alors nous participons tous à ce brigandage car nous désobéissons d’une façon ou d’une autre dans le fait de résister à une hiérarchie qui existe toujours matériellement, mais vidée de sa mission, mais qu’il n’est pas en notre pouvoir de déposer parce que nous sommes dans l’église enseignée en tant que fidèles et prêtres et non enseignante en tant qu’évêques et Pape.
            Des communautés sédévacentistes, il en existe de toute sortes, et je reconnais qu’il faut être prudent pour certaines surtout lorsqu’elles sont conclavistes. Mais déjà le terme de sédévacantiste est déjà mortifère; il sert de fourre-tous à tout ce que l’on veut excommunier à tord ou à raison, et ainsi on se donne bonne conscience à n’être pas schismatique alors qu’on l’est peut-être.
            Monsieur Rémy que je connais personnellement depuis plus de 30 ans a la même démarche que moi, et ne fait la promotion de personne pas plus de l’évêque Espagnol de qui il reçoit les sacrements. Il a le jugement suffisamment sévère pour critiquer les communautés et chapelles dites sédécacantistes ou considérées comme telles qui ne fonctionneraient pas comme il faut, je peux vous le dire, et cela vous pouvez le vérifier de vous-même sur internet.

            • Robert says:

              Franravel a écrit : ( car à ce moment-là, c’est tout la résistance catholique qui pour des raisons théologiques diverses refusent des accords avec Rome, de la Fraternité St Pie X au communautés multiples sédévacantistes qu’il faut remettre en cause. )

              Ces gens-là sont bien des sectes autocéphales sans mission et juridiction,car il n’est strictement pas permis non plus d’usurper l’encensoir et le pouvoir sur les choses sacrées en l’absence de l’autorité légitime !..,il y a dans l’Eglise de Jésus–Christ un pouvoir législatif inhérent à sa constitution divine,et que ce pouvoir s’exerce aux deux for !
              Vous ne devez pas bien connaitre l’institution divine de la juridiction !?
              Mr LHR évoque l’institution divine du sacerdoce mais en se gardent d’évoquer la juridiction dont le sacerdoce est toujours soumis.

              • Franravel says:

                Lisez Église et Apostasie de Monsieur l’abbé Rioux_Les ténèbres couvrent Rome_ed Saint Agobard. Vous y trouverez particulièrement à partir de la page 205 des arguments à ces questions très complexes. J’ajoute aussi, pour raisonner comme vous, que la Fraternité court aussi le risque, et ce la fonctionne déjà comme cela, de devenir une Église autocéphale. 6

                • Robert says:

                  Encore une fois : il n’est strictement pas permis non plus d’usurper l’encensoir et le pouvoir sur les choses sacrées en l’absence de l’autorité légitime !..,il y a dans l’Eglise de Jésus–Christ un pouvoir législatif inhérent à sa constitution divine,et que ce pouvoir s’exerce aux deux for !

                  Est-ce que vous comprenez ?…
                  Monsieur Rioux a qu’elle mission et juridiction ?..
                  Ou est son éveque diocésain institué par le vicaire de Jésus-Christ avec mission et juridiction sur un diocèse , ( le successeur des Apotres légitimes ) !?

                  Considérez d’un autre côté quel est le malheur des peuples qui écoutent ces faux pasteurs qui n’ont reçu de l’Eglise ni mission ni juridiction. D’abord on ne peut les reconnaître ni les suivre comme pasteurs, sans se rendre coupable de leur schisme, sans y participer, et sans se séparer par là même de l’Eglise catholique :Car,dit saint Cyprien ( De unitat. Eccles. ) c’est en vain que celui « qui n’est pas avec son légitime évêque, se flatte d’être encore « dans le sein de l’Eglise. »

                  EXPLICATION HISTORIQUE, DOGMATIQUE ET MORALE DE TOUTE LA DOCTRINE CHRÉTIENNE ET CATHOLIQUE PAR M. L’ABBÉ DU CLOT,ANCIEN ARCHIPRÊTRE ET CURÉ DU DIOCÈSE DE GENÈVE – LOUIS LESNE, IMPRIMEUR-LIBRAIRE – 1843 – t.IV. pp.46-47

                  • cadoudal says:

                    à Robert

                    les papes formels ne sont pas tous infaillibles.et légitimes

                    plus de 44 papes ont été déclarés « anti papes »

                    et 8 ont été déclarés intrus et déposés par des Conciles

                    la liste est à compléter depuis la mort de Pie XII.

                    • Robert says:

                      Un anti-pape n’est pas un Pape légitime ( Formel ) , mais illégitime nuance.

                      Toutefois,un anti-pape ou Pape légitime ne change en rien la constitution divine de l’église catholique.

                  • JOSEPH says:

                    Cela est vrai dans une Eglise en ordre. Mais depuis le concile V2, ils ont changé tous les sacrements et la liturgie. Et ils ont changé, non pas pour diverses raisons, mais pour une seule raison valable: pour tout détruire. Pensez-vous un seul instant qu’une messe Paul VI (ou plutôt, car pas deux « messes » aujourd’hui se ressemblent, une soi-disant messe issue d’une messe de Paul 6) soit valide? Pense-vous que la dernière soi-disant ordination en juin dernier à Rodez, avec des danses hindous (oui, des danses hindous dans la cathédrale de Rodez!) soit valide? Allons, allons, un peu de « bon sens fidéi ».

                    Et non seulement ils ont tout détruit de l’intérieur, mais avec interdiction de pratiquer les rites antérieurs, qui existaient depuis 2 millénaires?

                    Votre objection est ultra-classique. Elle était déjà adressée à mes parents, dans les années 80, qui suivaient Mgr Lefebvre, accusé de désobéir au pape.
                    Sauf que Mgr Lefebvre a sauvé le saint Sacrifice de la messe. Que celui-ci ne pouvait pas être interdit depuis Saint Pie V.

                    Trouvez-vous cela normal, dans une Eglise en ordre?

                    Trouvez-vous normal qu’autant de « prêtres », d’évêques, de cardinaux, soient pour le mariage des sodomites?

                    Trouvez-vous normal ce torrent de boue qui déferle sur ces hommes d’église, en grand nombre impliqués dans des scandales sexuels, et scandale des scandales, sur des ENFANTS? Malheur à eux!!! Pauvres enfants!

                    Trouvez-vous normal que des gens se disant catholiques souhaitent se faire incinérer?

                    Trouvez-vous normal que Rome ne dise plus, comme elle a dit depuis 2 millénaires: « je suis la boussole, je suis la seule à vous montrer le chemin du Ciel, suivez-moi ou vous périrez tous ». C’est le fameux « hors de l’église, point de salut ».

                    Trouvez-vous normal que Rome dise de suivre sa conscience? Notre conscience na t’elle pas été altérée par le péché originel?

                    Trouvez-vous normal de constater que les rares églises encore « ouvertes » le dimanche soient quasiment vides, que des personnes âgées?

                    Trouvez-vous normal que ce Bergoglio soit aussi vulgaire? Pas un mot sur les chrétiens persécutés. Que de la compassion pour les PIRES ennemis de l’Eglise! Pour les pires dépravés!

                    La Sainte Vierge nous a prévenu à La Salette. L’Eglise sera éclipsée et Rome perdra la Foi. Les prêtres seront un cloaque d’impuretés.

                    • Robert says:

                      ( Cela est vrai dans une Eglise en ordre.)

                      L’église est d’institution divine est toujours en ordre !..

                      P.Auguste-Alexis GOUPIL,S.J. L’ÉGLISE,Institution,Constitution-Pouvoir.Première Partie. Chapitre.II. L’Église –Troisième Partie.1934. p.126 a écrit :

                      3) La Raison Théologique :

                      L’Église,société d’institution divine immédiate,doit demeurer jusqu’à la fin telle que le Christ l’a fondée,c’est-à-dire avec la forme monarchique.Donc il est nécessaire que Pierre ait à perpétuité des successeurs dans sa primauté.L’unité et l’indéfectibilité de l’Église fournissent encore un preuve,ces deux propriétés essentielles et perpétuelles ont pour fondement la primauté de Pierre,donc cette primauté est elle-même perpétuelle.

                      encore une fois : il n’est strictement pas permis non plus d’usurper l’encensoir et le pouvoir sur les choses sacrées en l’absence de l’autorité légitime !..,il y a dans l’Eglise de Jésus–Christ un pouvoir législatif inhérent à sa constitution divine,et que ce pouvoir s’exerce aux deux for !…

                  • Franravel says:

                    Mais en conscience de Foi, il n’est pas question d’usurpation. Mgr Lefebvre disait même que les évêques du concile Vatican II, en imposant des principes nouveaux étrangers comme les déclarations « Dignitatis humanae, « Lumen gentium » et « Nostra aetate » sont sortis de l’église et tiennent une position au moins matériellement schismatique et hérétique. D’ailleurs, et si vous ne le savez peut-être pas, il existe au mois 2 pouvoirs distincts dans l’église et même selon certains catéchisme 3: le pouvoir de juridiction, le pouvoir sacerdotal et le pouvoir d’enseigner.Selon la thêse de « Cassiassiacum » du Père Guérard des Lauriers, le pouvoir d’enseigner est fusionné avec le pouvoir sacerdotal qui est de communiquer les sacrements. Dans des conditions difficiles comme les situations de persécutions physiques et politiques, comme c’était le cas dans les pays communistes, Pie XII avait donné l’autorisation de sacrer sans mandat romain pour que les sacrements continuent toujours à être communiqués. C’était la Foi et la nécessité qui exigeaient de passer au dessus de la juridiction normale. Et Monsieur Joseph a très bien démontré tout à l’heure que ce que nous vivons est complètement anormal, et nous sommes aussi dans une situation identique de nécessité avec la différence qu’elle est généralisée au monde entier.
                    Nous disposons de tous les éléments pour penser que le siège apostolique est occupé par un usurpateur qui forcément serait un anti-pape, mais la juridiction demeurant, celle-ci nous interdit, même si le candale est énorme, d’avoir recours à la déposition parce que, comme je le disais tout à l’heure, nous sommes l’église enseignée et non enseignante. Et c’est cela qui rend compte de la parole de Notre seigneur Jésus-Christ que les portes de l’enfer ne prévaudront pas contre l’église. D’ailleurs les sédévacantistes conclavistes, c’est à dire ceux qui voulaient réunir un nouveau conclave, ont cherché à élire un pape avec des évêques sacrés de la lignée Thuc; ils se sont heurtés à des échecs sans précédents. C’est un signe du ciel, que cette crise que nous traversons demeure un immense mystère, et qu’il faut bien se garder de juger au for interne (pas au for externe) ceux qui font un choix donné pour tenir dans la Foi.
                    Donc, exceptionnellement, la juridiction et le sacerdoce peuvent être séparés sans qu’il y ait usurpation, et cela, Mgr Lefebvre l’avait très bien compris.
                    L’église a connu des périodes semblables dans l’histoire avec Saint Athanase d’Alexandrie ainsi que le schisme d’Avignon. Dans ce dernier, il n’a jamais été tranché lequel était le vrai pape. L’église les a donc considérés comme occupant matériellement le siège de Pierre, et ces papes n’étaient pas hérétiques.

                    • Robert says:

                      ( du Père Guérard des Lauriers, le pouvoir d’enseigner est fusionné avec le pouvoir sacerdotal qui est de communiquer les sacrements )

                      ( Missio et Sessio ). Ce ne sont pas deux choses différentes , ce sont deux rapports différends d’une même chose. On n’a pas la mission et la juridiction , soit qu’on manque du titre qui les confères , soit qu’on n’ait pas de sujets sur qui elles se déployant.

                      É. Jombart, S.J., Manuel de Droit Canon, p.401 a écrit:

                      TITRE. XX , LA PRÉDICATION DE LA PAROLE DE DIEU.

                      3°- ( Quomodo praedicabunt nisi mittantur ? ) écrivait St Paul.
                      Le Concile de Trente a rappelé la nécessité d’une mission canonique,pour annoncer la parole de Dieu.Cette mission est attachée à certains offices ( p.ex,de curé ) ou est accordé personnellement (C.1328 ).Pour le catéchisme une intervention de l’évêque n’est pas toujours requise,la désignation par le curé suffit ( C.1333 ).

                      Il résulte de tout ce que nous venons de dire, que l’opinion de ceux qui ont prétendu que la juridiction était inhérente à l’ordination, est fausse et véritablement hérétique. Jugez de là, M. F. quelle est, d’un côté, l’énormité du crime de ceux qui se font de l’ordination même qui les consacre à l’Eglise, un titre d’indépendance de l’Eglise, d’usurpation sur l’Eglise, de rébellion contre l’Eglise; qui s’arrogent auprès des peuples le titre de pasteurs, tandis que l’Eglise ne voit dans eux que des loups ravissants; qui osent se dire envoyés de Jésus-Christ pour bénir les peuples et les absoudre, tandis que leurs bénédictions se tournent en malédictions, et que leurs absolutions ne sont que sacrilège et damnation. Ecoutons là-dessus saint Ignace martyr : « Celui-là, dit cet « illustre disciple de l’apôtre saint Jean (Ep. ad Smyr. Nº 8 et 9, « ad Phil. n° 7.) ne fait que servir le démon, qui prétend servir « l’Eglise à l’insu de l’Eglise. » Voilà donc à quoi aboutit le caractère d’un intrus : à servir le démon par un abus affreux du sacerdoce, lorsqu’il a la témérité d’en remplir les fonctions sans la mission, sans l’approbation de l’Eglise.

                      EXPLICATION HISTORIQUE, DOGMATIQUE ET MORALE DE TOUTE LA DOCTRINE CHRÉTIENNE ET CATHOLIQUE PAR M. L’ABBÉ DU CLOT,ANCIEN ARCHIPRÊTRE ET CURÉ DU DIOCÈSE DE GENÈVE – LOUIS LESNE, IMPRIMEUR-LIBRAIRE – 1843 – t.IV. p.46

                • Robert says:

                  P.Auguste-Alexis GOUPIL,S.J. L’ÉGLISE,Institution,Constitution-Pouvoir.Première Partie. Chapitre.II. NOTES DE L’ÉGLISE , L’APOSTOLICITÉ.1934.p.49 a écrit :

                  Pasteur Légitimes et Succession Formelle :

                  On appelle pasteur légitimes ceux qui validement ordonnés ( pouvoir d’ordre,inamissible) reçoivent de l’autorité compétente mission et juridiction ( pouvoir d’enseigner et de gouverner,amissible),de telle sorte qu’ils forment toujours une même personne morale avec leurs prédécesseurs et enfin avec les Apôtres même envoyés par le Christ.

                  • en repassant says:

                    Cette discussion savante me semble surréaliste, un peu à la manière des discussions théologiques alors que mehmet II allait prendre Constantinople.

                    les distinctions juridiques faites ne semblent pas sortir directement de la révélation, et si l’église possède un droit surnaturel propre, en revanche les distinctions constituant la théorie de ce droit, sont au plus ecclésiastiques et non divines.

                    entre les rédacteurs même illustres du droit canon et Moïse, il n’y a pas à tergiverser, prétendre qu’un prêtre qui n’accepte pas de trahir le Deutéronome, en raliant les lubies d’évêques et de cardinaux quant à l’homosexualisme, serait en dehors de l’Eglise est une absurdité. absurdité également de s’en tenir à un droit qui ne vaut que lorsque les juges et les légistes qui dictent et disent le droit ne sont pas suspects et même souvent plus que suspect de trahir la révélation.

                    il ne faut pas sortir de l’Eglise, et donc se calfeutrer simplement dans des petits groupes fermés, mais bien rester aussi proches de tout ce qui n’est pas ouvertement perverti. tout ce qui est catholique reste catholique, et donc en premier lieu les églises où l’on peut raisonnablement conclure à la présence réelle, ou à la droiture de fidèles.

                    la légitimité n’est pas une question à traiter de manière procédurale, surtout lorsque l’on traite de la loi de l’Eglise, car l’église est surnaturelle, c’est assez dire que ce qui la concerne relève avant tout des précautions que l’on doit prendre lorsque l’on se décide à traiter des choses relevant de la vie divine elle-même. l’autorité de Dieu n’est pas l’autorité de l’homme, et encore moins celle des potentats de ce monde de ténèbres. un évêques qui n’enseigne pas la vrai doctrine, qui scandalise par ses propos ou ses attitudes équivoques, lui le garant de la morale et de la doctrine, de fait ne gouverne pas justement et équitablement. est-ce à dire que son autorité est nulle ? oui, sans doute autant que et pas plus qu’il est indigne de sa charge par ses actes.

                    que valent les sacrements ? son ordination etc ? il peut y avoir doute sérieux, mais qu’en conclure, sinon que Dieu n’est pas un code juridique ecclésiastique et positif, mais la source et le principe de la grâce surnaturelle et que cette dernière n’est pas obligée de passer par le prêtres ou les canaux habituel des sacrements pour leur suppléer.

                    l’église en France est atomisée, réduite souvent en nano-particules, les questions sont, comment rester catholique, fonder une famille, avoir un environnement catholique, aller à la messe qui est le lieu même de l’Eglise et pas une option, ce genre de considération est comme proposer le code justinien en guise de préparation à la confession alors que le prêtre met déjà son étole

                    c’est donc doublement inadéquat. le scandale est fantastique, les âmes se pervertissent à chaque secondes. nous sommes en danger de mort spirituelle imminente.

                    ce constat devrait aider à voir ce qui est accessoire et ce qui ne l’est pas.

                    c’est église qui à les promesse de la vie éternelle, la papauté n’a de sens que dans le contexte plus vaste de l’infaillibilité de l’Eglise, dont pierre et une des sécurités, quant à la doctrine, la morale et leur magistère. il y a eu des périodes de temps ou il n’y avait pas de papes, et ce n’est pas pour autant que l’Eglise, militante, souffrante ou triomphante a cessé d’exister ! la doctrine existe encore, les conciles ont parlé, les saints ont vécus, et les hérésiarques, les hérétiques et les faux frères ont été condamnés et jetés dehors. tout cela est inscrit dans l’histoire de l’Eglise qui n’est pas simplement une affaire de saint siège et de spécialistes de droit.

                    si un évêque a de la marmelade à proposer en guise de moeurs et de doctrine, il n’a pas pour autant autorité pour remettre en cause le principe d’identité et le principe de non contradiction. ce qui était enseigné comme intangible hier, dans une langue soucieuse de précision et d’exactitude, ne dépend pas de son autorité, il y a plus grand que l’autorité pontificale ou conciliaire, il y a l’intelligibilité, les principes de la raison et il y a l’infaillibilité de l’église non entendu comme l’accord synchronique des évêques à un instant T, mais dans toutes ses dimensions et diachronie et dans l’éternité. il y a donc le droit canon et puis il y a aussi Moïse que le Christ n’est pas venu abolir, mais accomplir, comme il le dit lui-même.

                    ce que saint Paul condamne, nul pape ou prétendu tel, nul concile, nul saint paul lui-même, n’a le droit de le dire juste et bon et celui qui parle ainsi est hors de l’église et du salut.

                    nous cherchons à rester chrétiens, catholiques et ceux qui trafiquent de leur autorité, de leur science sont vitandus pour nous non en droit, mais dans les faits.

                    cela n’interdit en rien de lire les novateurs, de lire les évêques et de savoir ce qu’ils font et ne font pas, mais l’obéissance n’est pas une quatrième et suprême vertu théologale,et l’humilité seule donne la surnaturelle prudence. l’église est un mystère et si de telles perturbations sont possibles, c’est n’est pas qu’elle a disparu, c’est que l’on doit en comprendre davantage sur elle sans en venir à tout réduire à des arguties juridiques dont les âmes n’ont nul profit pour l’instant.

                    .

                    • Robert says:

                      Vous pérorez une hérésie matériel pour le moins.Car la juridiction est d’institution divine tout comme le sacerdoce pat J-C , mais encore le sacerdoce est toujours subordonné a la juridiction !.. Il y a dans l’église deux hiérarchie , l’ordre et Juridiction quoique distincte connexe elle forme la hiérarchie sacrée légitime , pouvoir de sanctifier et de gouverner la multitude .

                    • en repassant says:

                      Monsieur le modérateur, pourriez vous ne plus publier mon commentaire précédent, je n’y tiens plus car rédigé tard dans la nuit, il forme un tel placard et mériterait à lui seul bien des développements, qu’il sort du cadre d’un commentaire tout en manquant de certaines précisions. Merci de votre compréhension.

                    • en repassant says:

                      Monsieur Robert, je souhaite résolument le retrait de mon commentaire ( et donc de celui-ci également), mais puisque vous m’avez répondu, je vous dirais en attendant que cela se fasse, que si en ordonnant à Pierre de paître ses brebis le Seigneur a bien institué autorité et donc juridiction lorsqu’on transpose cet ordre surnaturellement charitable dans la mentalité gréco-romaine, il n’a fondé ni une armée, ni une féodalité, ou un code de procédure pour autant, toutes ces choses étant des images, des analogies possibles de ce qui existe dans la vie divine que lui seul tourné vers le saint du père, pouvait nous faire connaître. analogie n’est pas identité, et il existe toujours un hiatus entre les deux. l’autorité en question n’est pas une autorité dont le modèle se trouve dans le monde, la théorie du droit construite sur cette autorité n’est donc ni infaillible, ni inviolable, n’étant au mieux que de foi ecclésiastique, quant à son origine et sa force.

                      à moins d’admettre tout et son contraire comme le font paradoxalement ceux qui s’imaginent être catholiques lorsqu’ils suivent les novateurs en matière non d’expression de la foi ou des moeurs, mais de foi, de magistère même ou de moeurs, il est évident que si l’on s’en tient à appliquer méticuleusement le droit tel que compris et réformé à présent, ce qui compte c’est la procéduralité ou ce qui revient au même quant à la vérité, à la réalité jugée, la subjectivité, c’est l’idéalisme absolu juridique.

                      c’est que l’on oublie que Dieu est législateur en Moïse et en Jésus-Christ, et que cette loi divine, qui n’est pas soucieuse de distinguer licéité et validité, regarde Dieu comme créateur et ordonnateur et relève donc d’un ordre principiel. Lorsque Dieu dit que l’homosexualité est abominable devant lui, ce n’est pas simplement une figure de style, et lorsque saint paul le rappelle il ne donne pas dans le commentaire midrachique à prendre au deuxième degré, puisque cette mode rabbinique dans son hypertrophie exégétique est postérieure dans le talmudisme et qu’il s’adresse sciemment à des gentils, lui apôtre du Maître qui dit « que votre oui soit oui ! et votre non soit non ! ».

                      l’obéissance n’est pas une quatrième et suprême vertu théologale, c’est évident lorsque l’on vous demande le contraire de ce que la révélation enseigne, et que l’on n’est pas Dieu s’adressant à abraham sur le mont Moriah. les législateurs du droit, les évêques ne sont pas les apôtres, mais leurs successeurs, leur autorité ne rivalise en rien avec celle de la révélation apostolique dont ils sont non les créateurs, ou la source jaillissante toujours continuée mais l’un des niveaux de garantie relative. ce qui prime c’est l’infaillibilité de l’église et l’église n’est pas simplement une organisation ecclesiastique avec des sujets de droits à l’instar de rome, d’athènes ou même de l’empire byzantin.

                      l’obeissance relève de l’humilité et elle n’en est que l’un des pédagogues. il serait fou de croire que Dieu ordonne tout et son contraire au grés des générations, des exégèses contradictoires et des coutumes juridiques, or tel n’est pas le cas, puisque Dieu n’a pas parlé d’abord grec ou latin, mais hébreu et araméen et que dans cette optique au mieux les concepts juridiques eux même relèvent de l’adaptation par « inculturation ». inculturation de quoi, de la bonne nouvelle que Dieu règne, que la nature ne contient aucun poison de mort – et que donc le coeur humain peut connaitre le juste et l’injuste quant à l’homo-sexualisme – que l’hadès ne règne pas sur la terre puisqu’en Jésus-Christ, la justice est immortelle.
                      le péché contre-nature reste comme l’enseigne saint thomas d’aquin une offense supérieure faites à Dieu, puisque plus que le viol, l’adultère ou l’inceste eux mêmes il implique une perversion de l’ordre crée et ordonné par Dieu pour réaliser la nature humaine.

                      au lieu de vouloir catholiciser la dite théorie du genre, il faudrait que ces gens se soucient des gens qui eux sont réellement intersexués, non pour en faire le bouclier d’une cause qui appelle la vindicte divine, mais pour leur donner de ne pas être ostracisé de toute humanité.

                      il y a bien peu d’amour réel dans ces postures morales auto proclamée « friendly », ce n’est qu’en respectant l’ordre naturel que l’on pourra respecter ceux qui n’ont pas vocation à le détruire, mais démontrent la primauté de la personne sur ses attributs.

                      il n’y a rien ou presque sur cette question des troubles génétiques ou physique du sexe dans le droit ecclésiastique, le mariage, les ordres leurs sont interdits, avec en plus l’obligation de faire connaître leur trouble à des gens qui n’ont ni la connaissance ni la maturité pour faire la différence entre l’homosexualité en tant que telle et ces problèmes. et tout cela dans une église où l’homosexualité des ecclésiastiques est un péché criant. ce n’est pas en dialectisant marxistement les troubles sexuels profonds que mettra la charité au premier rang de cette affaire.

                      il est bien facile de parler de croix, lorsqu’on ne la porte pas soi-même, il serait bon de ne plus tolérer le péché contre-nature et enfin de se soucier du désordre que le péché répand dans la nature. non pour en incriminer d’office et juridiquement les victimes, mais pour distinguer le désordre et ses victimes.

                      on ne fait pas d’action pastorale avec le droit de l’église, on permet la justice ou sinon on la congédie en confisquant la vérité et la charité au profit d’un évolutionnisme qui prétend être juste parce qu’il serait permissif et bonasse.

                      ps le sacerdoce en tant que tel, n’est pas substantiellement subordonné à la juridiction, on est prêtre ou pas, on a le caractère sacré de l’ordination ou pas et ce dernier est indélébile. ce n’est pas une collation de grade. s’il y a une hiérarchie elle est sacerdotale, quant à l’existence d’un ordre entre entre juridiction et sacerdoce, c’est à l’évêque qu’il revient ou non d’autoriser ou non l’usage d’un sacerdoce lié au sien, sauf que lorsque la nécessité impérieuse se présente, le prêtre peut et doit suppléer pour le salut des âmes au manquement gravissimes de celui qui devrait agir et ne le fait pas. c’est tout l’argumentaire de la FSSPX, et il n’est pas très contestable, au vue du recul fantastique de la foi et des mœurs chrétiennes depuis que certains nous parlent d’aggiornamento de manière forcenée, et de « l’esprit du concile » avec ses milliers de prêtres et de religieux défroquées ses églises vides, son marxisme rampant etc.

                    • Robert says:

                      ( ps le sacerdoce en tant que tel, n’est pas substantiellement subordonné à la juridiction, on est prêtre ou pas, on a le caractère sacré de l’ordination ou pas et ce dernier est indélébile. )

                      Un prêtre catholique doit avoir une ordination valide et Licite , A défaut de licéité de l’ordination ( sacerdoce ),cela est une sacerdoce sauvage , illicite, frauduleux …. ( schismatique ) , c’est la cas de l’ensemble des « prêtres » dit de la traditions,sacerdoce sauvage , illicite ….toutefois la validité du sacerdoce n’est pas remis en causse.

                      Concile de Trente, Session XXIII a écrit: Can. 7. Si quelqu’un dit … que ceux qui ne sont ni ordonnés ni envoyés par la puissance ecclésiastique et canonique, mais qui viennent d’ailleurs, sont pourtant de légitimes ministres de la Parole de Dieu et des Sacrements : Qu’il soit Anathème

                      la loi divine au quelle St. Paul fait référence (Et comment seront-ils prédicateurs, s’ils ne sont pas envoyés? Rom. X, 15) est une loi négative …

                      R. Naz, Dict. de Droit Canonique, t. I, col. 684. a écrit:

                      Le pouvoir proprement ecclésiastique des apôtres se compose de trois pouvoirs distincts :

                      1) la Juridiction. 2) le Magistère. 3) et l’Ordre .
                      Quoique distincts, les pouvoirs Apostoliques sont liés : des trois, le pouvoir de Juridiction est le premier,les deux autres sont placés sous son obédience .

                      Rev. P. Chas. Augustine, O.S.B., D.D., A COMMENTARY ON THE NEW CODE OF CANON LAW, t. VI, p.342, Herder 1921 a écrit:MISSIO CANONICA

                      Can. 1328

                      Il n’est permis à personne de prêcher le Parole divine à moins d’avoir reçu la missio canonica de son légitime supérieur. Cela est une exigeance de la loi divine ainsi que de la loi humaine, car ces dernières supposent clairement que la prédication est un attribut de la juridiction laquelle doit être obtenue de par l’autorité légitime.

                      Conclusion ; le sacerdoce catholique est toujours soumis a la juridiction de qui de droit dans la hiérarchie sacrée légitime apostolique et non un motif d’indépendance vis-a-vis de la juridiction de qui de droit , sinon cela est schismatique pour le moins , c’est l’ordre hiérarchique voulu et instoré par Jésus-Christ jusqu’a la fin du monde .

  5. Cadoudal says:

    bientôt , un char épiscopal nommé « Cauchon » à la Gay Pride

  6. Cadoudal says:

    Dingoglio viendra bénir la Gay Pride et promettre l’ enfer aux homophobes.

    • toto says:

      Oui, chez Dingoglio et ses dingos, l’enfer devient soudainement une réalité quand il s’agit d’y mettre les opposants aux homo-hérétiques et autres véritables catholiques. Autrement, l’enfer pour les coupables de péché mortel, cela n’existe pas pour ces gens là.
      Entrevue (fictive) de Dingoglio avec BHL:
      BHL: « Monsieur Dingoglio, l’enfer existe-t-il? »
      D: » Je penche pour sa non-existence et s’il existe, il est vide » (magistère paulinesque, jeanpaulinesque, dingloglionesque)
      BHL « Et où mettez-vous les antisémites, les pélagiens, les homophobes, les anti-Dingoglio, les climatosceptiques, les identitaires, les pro-vie, les , les et les…catholiques »
      D, devenant tout rouge: « En ENFER! »

  7. Cherchez sur Internet: Témoignage de conversion de Bella Dodd. Mais lissez-le en entier. SVP

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com