2015-02-19-AP_jeb_bush_jef_130918_16x9_608.jpg

Jeb Bush

«Je sais que nous devons étendre notre présence ici … nous devons avoir une présence plus importante dans cette région, » a déclaré Bush, l’ancien gouverneur de Floride, aux journalistes dans la capitale polonaise.

« Les chiffres (de soldats) sont, je crois, de l’ordres de centaines, ce qui n’est pas de nature à envoyer un signal fort. Nous devons être plus robuste, nous avons besoin d’encourager nos alliés à investir davantage dans la sécurité.«  (Source: Reuters)

Jeb Bush est le Fils de l’ancien président des USA, George Bush senior, et le frère de l’ancien président Georges W. Busch. Comme Hillary Clinton, sa concurrente, il y a quelques mois, il est venu dans les terres conquises Européennes entamer sa campagne électorale pour les prochaines présidentielles américaines.

C’est en Pologne où se trouve sans doute la présence militaire la plus importante de l’impressionnant dispositif militaire US en Europe, que Jeb Bush a trouvé utile de renforcer la présence américaine déjà omniprésente. Les forces militaires américaines s’y sont installées dés 1990, aux lendemains immédiats de l’ouverture du mur de Berlin ainsi que le montre la carte ci-dessous. La suppression du mur de Berlin n’aurait pas pu se faire sans l’accord du dernier président de l’URSS, Mikaïl Gorbachev.

Carte de l’expansion de l’OTAN (Organisation de Alliance Atlantique Nord). Cette carte ne tient pas compte de la présence militaire officielle américaine en Ukraine en 2015, avec l’accord de l’Union Européenne.

Jeb Bush devrait annoncer sa candidature à l’investiture présidentielle américaine du parti Républicain le 15 Juin à Miami, dans l’espoir de suivre les traces de son père et son frère. 

Bush a effectué un voyage de cinq jours en Allemagne, en Pologne et en Estonie, afin de stimuler ses lettres de créance de politique étrangère en préalable à une annonce officielle attendue. 

Lorsqu’on lui demande pourquoi il a choisi ces trois pays, M. Bush déclare que la relation des États-Unis avec l’Europe est « extrêmement importante ». 

« Je pense que clarifier le message que nous sommes là pour le long terme est important. Les pays que nous avons choisis sont essentiels,  à bien des égards pour faire cette déclaration. » 

« Nous aurions pu aller en d’autres pays aussi, et faire une autre déclaration, mais je pense que ceux-ci sont vraiment important. » 

Un journaliste a interrogé Bush sur sa position concernant Vladimir Poutine. Il s’est déclaré ferme vis-à-vis du président russe Vladimir Poutine, qu’il a décrit comme « un tyran », loin des relations chaleureuses que son père avait entretenu avec lui. 

L’ancien gouverneur de Floride a déclaré que, depuis lors, Poutine avait changé.  (Source: Reuters)

Jeb Bush  n’a pas visité ces trois pays par hasard. L’Allemagne est considérée par les USA comme le premier pays vassal des USA en UE et le plus puissant. La Pologne a servi de camp de prisonniers pour les djihadistes arrêtés en Afghanistan, c’est de son territoire que son installés les missiles atomiques en direction de la Russie en dépit des accords de désarment, que les USA ont unilatéralement interrompus. Enfin l’OTAN sous commandement américain organise régulièrement de grandes manoeuvres en Estonie, à la frontière russe où la haine anti-russe est savamment orchestrée et entretenue par de prétendues menaces d’annexion, alors que l’Estonie, comme la Pologne se comportent servilement en colonies américaines.

C’est Le président George W. Bush, frère de Jeb Bush, qui est l’auteur de l’agression contre l’Irak en 2003 sous le faux prétexte que l’Irak aurait détenu des armes atomiques, prétexte appuyé par des documents entièrement faux, ainsi que cela a été révélé publiquement depuis. Cette agression américaine est la source des guerres atroces qui minent le Proche et le Moyen-Orient depuis cette date:

C’est l’histoire du voleur qui crie : « Au voleur ! » Comment pensez-vous que M. George W. Bush intitula le célèbre rapport d’accusation contre M. Saddam Hussein qu’il présenta le 12 septembre 2002 devant le Conseil de sécurité de l’ONU ? « Une décennie de mensonges et de défis » (voir document). Et qu’y affirmait-il en égrenant des « preuves » ? Un chapelet de mensonges ! L’Irak, disait-il en substance, entretient des liens étroits avec le réseau terroriste Al-Qaida et menace la sécurité des Etats-Unis parce qu’il possède des « armes de destruction massive » (ADM) – une expression terrifiante forgée par ses conseillers en communication. (…)

Au moment même où M. Bush lançait de telles accusations, il avait déjà reçu des rapports de ses services d’intelligence démontrant que tout cela était faux (2). Selon Mme Jane Harman, représentante démocrate de Californie, nous serions en présence de « la plus grande manœuvre d’intoxication de tous les temps (3»

(Source: Le Monde diplomatique)

 

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

15 commentaires

  1. Christiane says:

    Ce sont nos dirigeants qui sont les larbins de Washington; les peuples ne veulent qu’une chose :  » yankees go home « .

  2. Volodymir Bellovak says:

    Faute, hélas, d’une alliance militaire entre états européens libres face au bloc soviétique et au pacte de Varsovie, l’OTAN, bien que déjà sous commandement américain, pouvait etre un moindre mal et se justifier pendant « la guerre froide »; depuis la disparition de l’URSS, l’OTAN aurait du se dissoudre au profit d’une nouvelle et véritable alliance de défense et de sécurité européenne , ( dont les USA auraient été exclus ) afin de donner des garanties de sécurité aux nouveaux états est-européens récemment indépendants en prévoyance d’une probable instabilité régionale. Il appartenait aussi aux états européens de trouver des solutions pacifiques, politiques et diplomatiques,convenables à toutes les parties, pour régler les problèmes de tracés des frontières, des minorités ethniques, et des revendications d’autonomie pour des micro-régions n’ayant jamais constitué d’états ni de nations dans l’histoire.
    Hélas il n’en n’a rien été et on connait la suite : guerres de l’ex-Yougoslavie, maintenant en Ukraine, et ingérence de plus-en-plus forte et généralisée des USA sur le continent européen… Pauvre Europe ! Pauvres Nations !

    • Tchetnik says:

      Les guerres de Yougoslavie ont même été poussées, suscitées par l’OTAN.

      Une alliance de défense Européenne est possible et souhaitable mais doit se faire comme toute autre alliance, sur le droit des Etats, dans le respect de leur souveraineté.

    • claude says:

      Le pacte de Varsovie a été aboli en même temps que l’URSS. L’UE n’a donc rien à craindre du pacte de Varsovie qui s’est versé en grande partie dans l’Alliance atlantique.

      • claude says:

        L’UE est une fabrication américaine issue de la seconde guerre mondiale et du partage de Yalta.

        Le partage de Yalta est tombé en même temps que l’ URSS en europe de l’est, mais c’est l’Amérique qui a tout récupéré?

        Seul un nouvel ordre mondial multipolaire, tel qu’il est défendu par Poutine est acceptable et pourrait nous sortir de l’ordre mondial unipolaire mis en œuvre par les USA.

        • Volodymir Bellovak says:

          Concernant Yalta et l’UE la constatation est évidente et je ne peux qu’etre d’accord avec vous Claude. Par contre permettez moi d’etre plus dubitatif concernant la Russie de Poutine ; à mon avis nous risquons de revenir plutot à un monde bipolaire ; la Russie constitue un énorme empire eurasiatique qui n’a pas semble t-il renoncé à son expansion, et à coté duquel les états d’Europe, faute de puissance et surtout de volonté et d’unité de vue, sont pour le moment incapables de constituer une alternative* viable et crédible hélas ( *dont l’attitude vis-à-vis de la Russie ne devrait pas etre nécessairement hostile et agressive, mais à la fois ferme et intransigeante, et aussi ouverte et coopérative ).

          • claude says:

            Vous faites erreur, la Russie a perdu des territoires qu’elle possédait avant la Révolution de 1917 au moment du démembrement de l’URSS en 1990-91.

            Des territoires qui sont maintenant indépendants.

            Par exemple l’immense Kazakhstan qu’elle avait conquis aux XVIIIè et XIXè siècle. Conquête achevée en 1854, le Turkmenistan en 1854, et d’autres.

            Ce n’était d’ailleurs que des ripostes contre les invasions et les occupations musulmanes mongoles et ottomanes.

            De même la Géorgie appartenait à l’empire russe avant la révolution de 1917, Staline était géorgien.

            La Russie est le seul pays chrétien qui se soit battu contre l’expansion musulmane en Asie. Elle formait un rempart contre l’islam au sud de son territoire en europe.

            La Russie nous a longtemps servi de rempart. Mais grâce aux USA pro-arabe et pro-islam, ce n’est plus le cas.

            • claude says:

              Ceci n’empêche pas d’être pointilleux sur notre indépendance, vis-à-vis de tous, y compris de l’Allemagne qui sert de contre-maître aux américains en UE.

              Pour le moment les russes ne contrebalancent pas assez la puissance des USA pour nous laisser un espace de liberté.

              La France se portait mieux quand l’URSS contrebalançait la domination américaine.

              • Volodymir Bellovak says:

                Cher monsieur Claude permettez-moi d’etre très réservé sur certaines de vos affirmations :
                Les territoires que l’URSS a perdus dans les années 90 ont par eux-memes ( leurs populations ) voté leurs indépendances et la fédération de Russie les a alors reconnues…
                Je veux bien admettre que l’ancien empire russe ait constitué dans le passé un rempart sur les flancs sud-est de l’Europe ( et en Asie centrale ) contre l’islam. Si les USA encouragent l’islam en Europe je ne crois pas qu’ils soit « pro-arabe » dans tous les pays dits, à tort ou à raison, « arabes », mis à part, pour des bénéfices économiques, les pétro-monarchies du golfe persique et de la péninsule arabique proprement dite.
                L’ex-URSS n’a fait que récupérer et amplifier le « colonialisme » de l’empire russe des tsars; l’empire tsariste ( comme la république « française », laique, maçonnique et jacobine, avec la Bretagne, l’Asace, etc…), qui a annexé au cour de son histoire des territoires ayant déjà eu auparavant leur existence propre , a, comme en Moldavie, en Ukraine, les pays baltes ( etc…) petit-à-petit interdit l’usage de la langue indigène ( roumain, etc…) a profit du russe et a fait venir des colons dans ces territoires. L’URSS a accélérer le processus en déportant en masse des indigènes ( moldaves, baltes…) vers des régions lointaines de l’empire et les a remplacés par des colons venus d’autres régions; c’est ainsi que des pays aujourd’hui indépendants comme les pays baltes, la Moldavie, etc.,se retrouvent avec de fortes minorités ethniques russophones qui ne sont pas sans poser certains problèmes à ces états ( revendications linguistiques, etc…), problèmes réels qui n’ont pas été inventés par les USA mais que la Russie attise.
                Je vous signale que l’actuelle Russie possède toujours des territoires acquis par la force à l’issue de la seconde guerre mondiale ; c’est le cas du territoire de Kaliningrad, ex-Prusse orientale. Il n’y a aucun problème d’identité et de minorités, c’est vrai, et pour cause : les soviétiques en ont chassé tous les habitants ( allemands ) pour les remplacer par des colons russophones issus de l’empire russe ; c’était plus simple, c’est sur !
                Concernant notre indépendance ( nationale ) et notre souveraineté je vous signale que celles-ci ont disparu avec notre adhésion à l’UE ( et les traités qui ont suivi ) et à l’OTAN, toutes structures sous le controle d’organisations mondialistes et des USA. Mais par contre croire qu’il suffira de récupérer notrez souveraineté politique pour régler tous les problèmes est illusoire; à l’heure de la mondialisation et de la concurrence ( voire de la lutte ) entre géants ( USA, Chine, Inde, Russie,…) la France seule est bien impuissante et c’est bien d’un nouveau partenariat authentiquement européen, indépendant et puissant, dont nous avons besoin dés maintenant et pour l’avenir, apour la survie de notre continent et de notre civilisation

              • Volodymir Bellovak says:

                Cher monsieur Claude permettez-moi d’etre très réservé sur certaines de vos affirmations :
                Les territoires que l’URSS a perdus dans les années 90 ont par eux-memes ( leurs populations ) voté leurs indépendances et la fédération de Russie les a alors reconnues…
                Je veux bien admettre que l’ancien empire russe ait constitué dans le passé un rempart, sur les flancs sud-est de l’Europe et surtout en Asie centrale, contre l’islam. Si les USA encouragent l’islam en Europe je ne crois pas qu’ils soient « pro-arabe » dans tous les pays dits, à tort ou à raison, « arabes », mis à part, pour des bénéfices économiques, les pétro-monarchies du golfe persique et de la péninsule arabique proprement dite.
                L’ex-URSS n’a fait que récupérer et amplifier le « colonialisme » de l’empire russe des tsars; l’empire tsariste ( comme la république « française », laique, maçonnique et jacobine, avec la Bretagne, l’Asace, etc…), qui a annexé au cour de son histoire des territoires ayant déjà eu auparavant leur existence propre , a, comme en Moldavie, en Ukraine, les pays baltes ( etc…) petit-à-petit interdit l’usage de la langue indigène ( roumain, etc…) a profit du russe et a fait venir des colons dans ces territoires. L’URSS a accélérer le processus en déportant en masse des indigènes ( moldaves, baltes…) vers des régions lointaines de l’empire et les a remplacés par des colons venus d’autres régions; c’est ainsi que des pays aujourd’hui indépendants comme les pays baltes, la Moldavie, etc.,se retrouvent avec de fortes minorités ethniques russophones qui ne sont pas sans poser certains problèmes à ces états ( revendications linguistiques, etc…), problèmes réels qui n’ont pas été inventés par les USA mais que la Russie attise.
                Je vous signale que l’actuelle Russie possède toujours des territoires acquis par la force à l’issue de la seconde guerre mondiale ; c’est le cas du territoire de Kaliningrad, ex-Prusse orientale. Il n’y a aucun problème d’identité et de minorités, c’est vrai, et pour cause : les soviétiques en ont chassé tous les habitants ( allemands ) pour les remplacer par des colons russophones issus de l’empire russe ; c’était plus simple, c’est sur !
                Concernant notre indépendance nationale et notre souveraineté je vous signale que celles-ci ont disparu avec notre adhésion à l’UE ( et les traités qui ont suivi ) et à l’OTAN, toutes structures sous le controle d’organisations mondialistes et des USA. Mais par contre croire qu’il suffira de récupérer notre souveraineté politique pour régler tous les problèmes est illusoire; à l’heure de la mondialisation et de la concurrence ( voire de la lutte ) entre géants ( USA, Chine, Inde, Russie,…) la France seule est bien impuissante et c’est bien d’un nouveau partenariat authentiquement européen, indépendant et puissant, dont nous avons besoin dés maintenant et pour l’avenir, au delà d’un simple orgueil ( et égoisme ) national illusoire et dérisoire, pour la survie de notre continent et de notre civilisation !

    • claude says:

      J’oubliais, le bloc soviétique n’existe plus non plus, il a été disloqué en 1990 et 1991. Il faut se mettre à l’heure, cela fait 25 ans, une bonne génération!

      C’est l’Amérique qui a presque tout récupéré hors la Russie. Les cartes de cet article sont pourtant explicites!

  3. Vieux Jo says:

    A ceux qui parlent d’alliances, celles-ci n’existent que lors de conflits. En temps de paix, on parle de partenariats. Avec une nouvelle fois un langage inapproprié, vous avez d’ores et déjà, la forfaiture qui se met en place en prenant les peuples pour des pigeons.

  4. Volodymir Bellovak says:

    A Claude qui a écrit : »La France se portait mieux quand l’URSS contrebalançait la domination américaine »…
    J’ignorais que la France ait appartenu à l’URSS, mais il est vrai qu’elle a eu un gouvernement socialo-communiste..,cependant elle ne faisait pas partie officiellement du bloc soviétique ni du pacte de Varsovie…
    Apparemment vous faites partie des nostalgiques de l’urss; tout s’explique logiquement alors ! Cependant vous devriez constater objectivement certaines réalités en face : l’urss a disparu ( j’espèrerais définitivement mais Poutine hélas me donne des doutes…) , ses peuples l’ont fait sauter, Esthoniens, Lettons, Lithuaniens, Bélaroussiens, Ukrainiens, Moldaves, Géorgiens, Arméniens,etc…l’ont quittée volontairement, n’en sont pas nostalgiques et ne la regrettent pas ! Les Russes eux-memes dans leur majorité, malgré le regret de certains pour une « grandeur » impériale passée ( et pourtant la fédération de Russie demeure un immense empire !…), ne souhaitent pas un retour du régime soviétique communiste ! Mais en France certains crétins ignorants si ! Les pauvres, si ils savaient vraiment !…

    • claude says:

      J’ai écrit: »La France se portait mieux quand l’URSS contrebalançait la domination américaine »…

      et vous répondez étrangement: « J’ignorais que la France ait appartenu à l’URSS, »

      Mon pauvre ami, relisez la phrase. Vous auriez pu tout aussi bien m’écrire: « j’ignorais que la France ait appartenu aux USA », cela aurait autant de sens.

      Vous m’excuserez de ne pas répondre au reste de vos commentaires qui, ne sont pas plus avisés que celui-ci.

      Une discussion est intéressante quand elle est constructive.

      • Volodymir Bellovak says:

        « Une discussion est intéressante quand elle est constructive »…En effet quand on a rien à dire ou à contredire c’est pas la peine de discuter..

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com