Après le dépouillement de l’intégralité des votes émis dans les bureaux de vote, mais avant le dépouillement des fameux votes par correspondance qui avaient modifié le vainqueur lors du premier 2e tour des élections présidentielles de mai 2016, le parti populaire autrichien (OVP) arrive en tête, mais avec seulement 31,4% des suffrages seulement (les sondages lui donnaient de 33 à 35%). En 2e position, le FPO avec 27,4% suffrages (contre 20,5% en 2013), pourrait réaliser le meilleur résultat de son histoire pour des élections législatives. Le précédent record est de 26,9% en 1999 et avait permis au FPO de former une coalition avec l’OVP, coalition qui avait duré deux mandats, jusqu’en 2007.
Toutefois, 889 193 cartes pour voter par correspondance ont été émises, ce qui pourrait à la fois perdre sa 2e place et son record au FPO. En effet, ces cartes représentent 13,9% des électeurs inscrits sur les listes électorales et le FPO, dirigé actuellement par Heinz-Christian STRACHE, 48 ans, n’a pour l’instant que 25 939 suffrages d’avance sur les sociaux démocrates (SPO, 26,7%). Ces cartes pourraient faire perdre 1 ou 2 points au FPO par rapport à ce résultat provisoire. Le SPO, quant à lui, était donné en baisse par les sondages; il est finalement stable.

Neos, un parti libéral, arrive en 4e position avec 5,0%, soit le même pourcentage qu’il y a 4 ans, lors des dernières élections législatives. Les listes de Peter Pilz, un ancien écologiste qui a quitté les verts en juillet 2017 arrive en 5e position avec 4,1%. Il a contribué largement à l’effondrement de son ancien parti: en effet, les verts passent de 12,4% à 3,3% et n’ayant pas atteint les 4%, ils n’auront plus d’élus au parlement autrichien.

Tous les autres partis sont à moins de 1%, en particulier un parti dissident du FPO, le FLO (Liste de la Libre Autriche), qui n’obtient que 0,2%. L’EUAUS, parti demandant notamment l’arrêt de l’immigration, la protection des frontières et la sortie de l’UE n’a obtenu que 500 suffrages, soit presque le même nombre qu’en 2013 (510).

Etant donné la rupture de l’alliance entre l’OVP (dirigé par Sebastian Kurz, 31 ans) et le SPO qui dirigeaient le pays dans le gouvernement sortant, la nouvelle coalition devraient en principe rassembler l’OVP et le FPO, comme de 2000 à 2007. Mais si le FPO réalisait quand même le meilleur résultat de son histoire à des élections législatives, il serait en positon de force pour obtenir, comme il le souhaite, les ministères des affaires étrangères et de l’intérieur, ainsi que l’adhésion au groupe de Visegrad (Pologne, Tchéquie, Hongrie, Slovaquie) qui s’oppose à l’immigration massive voulue par les dirigeants de l’UE, ce qui est bien sûr très important pour mettre en place une politique de restriction sévère de l’immigration. En effet, en 2016, le solde migratoire a été de + 65 388 habitants, soit à peu près le même qu’en France, alors que l’Autriche compte 7,6 fois moins d’habitants.

C’est l’enjeu majeur de la mise en place de la nouvelle coalition: empêcher le remplacement de la population autrichienne par une population majoritairement d’origine étrangère et, surtout, non catholique. En 2016, l’Autriche comptait 22% d’immigrés ou d’enfants d’immigrés contre 21% en 2015. Ce taux augmente donc actuellement d’un point par an.

Le résultat des votes par correspondance, et donc le résultat définitif pour toute l’Autriche, sera connu le lundi 16 octobre au soir.

Que Dieu protège l’Autriche et le peuple autrichien et qu’Il garde ce dernier dans la religion catholique.

Source pour les résultats hors votes par correspondance: https://wahl17.bmi.gv.at/

G. Paume

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

4 commentaires

  1. Les Autrichiens sont dans le bon sens. Ils leur faut à présent éradiquer l’islam de leur beau pays.

  2. « Que Dieu protège l’Autriche et le peuple autrichien et qu’Il garde ce dernier dans la religion catholique.»
    Amen. Cela rappelle „Gott! erhalte Franz, den Kaiser, unsern guten Kaiser Franz!“, c’est-à-dire ‘Dieu ! préserve François, l’Empereur, notre bon empereur François!’, cité selon la ponctuation de l’original, comme on la trouve non seulement dans la première édition de 1797 mais déjà sur le manuscrit original – commission double de la cour impériale du Saint Empire Romain de la même année – de la mise en musique par Haydn du poème de Haschka. (N. B. en passant : le verbe est, comme on voit clairement à la ponctuation dans les deux cas, en forme impérative et non pas subjonctive optative.) Le François concerné est celui, déjà élu comme roi des Romains mais pas encore couronné comme Saint Empereur Romain, auquel la France déclara la guerre en 1792 ; en 1804 il s’est déclaré empereur héréditaire d’Autriche, et en 1806 il a abdiqué comme Saint Empereur Romain, depuis quand il n’y a pas eu d’élection. La position officielle de l’Église, réitérée par la S. R. C. et plusieurs papes du XIXe, est que le trône du Saint Empire est vacant, et c’est seulement avec les primices des ravages de Bugnini, dans sa « réforme » de la Semaine Sainte sous le moribond Pie XII, que la prière de Vendredi Saint pour l’Empereur et la mention de celui-ci dans l’Exultet de Samedi Saint ont disparu silencieusement du Missel, où ils restaient jusque-là par ordre papal spécifique en réponse à des questions soumises à plusieurs reprises à la S. R. C.
    En 1841, en vacances sur l’île (à lépoque anglaise) de Héligoland dans la Mer du Nord, le Professeur de cette nouveauté qu’étaient les lettres allemandes Heinrich Hoffmann (né en 1798 à Fallersleben dans l’électorat saint impérial mais protestant de Brunswick, mort en 1874 à Corvey) composa de nouvelles paroles sur l’air devenu à juste titre célèbre composé par Haydn sur les paroles du clerc ex-jésuite Haschka, dont l’ordre avait été dissous. Le texte substitué à celui de Haschka commence : Deutschland, Deutschland über alles (« L’Allemagne, L’Allemagne avant tout », mais il faut en préciser la signification : la plus nombreuse des trois nations composant le Saint Empire Romain devrait gagner à elle seule l’unité politique possédée avant la révolution française et ses suites par l’Empire entier, vu que les nations italienne et bourguignonne s’étaient désagrégées. Les Allemands, c’est ceux qui ont appris le nouveau haut allemand de leurs mères, donc en premier lieu les Autrichiens ; c’est à cause de cette primauté que le Deutsche Bund (1815-1866) était toujours présidé par un archiduc autrichien. « Deutschland, Deutschland über alles » ne signifiait point en 1841 ce que pensait Hitler en 1941, mais : « il faut une unification étatique de tous les locuteurs maternels de l’allemand ». Cette unification à l’exclusion de locuteurs d’autres langues, avant tout l’italien et le français, mais aussi le hongrois et plusieurs langues slaves, n’a jamais été réalisée, même pas par Hitler, car il a n’a pas repris le Tirol du Sud, l’Alto Adige, aux Italiens qui l’avaient reçu, détaché de l’Autriche, à Versailles en 1919. Le clivage religieux des théodiscophones après 1517 n’a pas été recollé en 1648 avec la fin de la Guerre de Trente Ans, et l’Autriche reste quand même catholique. Je suis persuadé que l’unité allemande (dans le bon vieux sens de ce dernier mot) n’est pas possible sans la recatholicisation des luthériens.
    ‹Bundesrepublik Deutschland› est une expression linguistiquement tout aussi illégitime que seraient « République Fédérale Allemagne » et « Federal Republic Germany ». Deutschland est plus grand que la Bundesrepublik. (Pour l’éventuel lecteur allemand : non, je ne suis pas d’extrême droite, je suis seulement un peu linguiste.) Berlin est presque en Pologne. On aurait dû laisser la capitale à Bonn, qui a été en France et qui l’est pour ainsi dire un peu encore, maintenant que beaucoup de protestants l’ont quitté pour Berlin). Saints Cassius et Florence, priez pour nous. Sainte Ursule et les onze (mille) vierges, priez pour nous.

  3. Paul-Emic says:

    c’est bien les votes par correspondance ça donne généralement de l’air au pouvoir.

  4. Réveil français Bravo aux populismes enfin aux pouvoirs bientôt dans toutes les pays de l’Europe car la république française est en danger et nos valeurs et nos entreprises et notre civilisation..

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com