bebe_avorteElle s’appelle Christina, et elle voulait avorter. L’entreprise criminelle Planned Parenthood lui a conseillé la pilule abortive, lui disant simplement que sa prise serait physiquement un peu difficile, sans évoquer les douleurs aiguës provoquées par l’avortement, et surtout, affirmant que le fœtus éjecté était trop petit pour être vu…

A sa 7ème semaine de gestation, Christina prend donc sa pilule et se tord de douleur. Quelques heures plus tard le produit fait son effet, et l’enfant est éjecté. Christina le voit. Et prend alors dans ses mains ce bébé, son bébé, qu’elle vient de tuer.

Elle le jure : si elle avait su que son bébé à 7 semaines était déjà un bébé, jamais elle n’aurait avorté. Mais Planned Parenthood lui a menti, comme ment toute cette industrie du crime qui tourne autour de l’avortement. Ils vous parlent d’une chose amas de cellule appelée fœtus, de liberté de la femme et du droit à disposer de son corps, mais il cachent la réalité d’un bébé blotti au sein de sa maman, de son assassinat lâche et de la destruction physique et psychique de la femme qui s’y prête.

La voici la réalité des promoteurs de l’avortement.

https://www.lifesitenews.com/pulse/she-took-the-abortion-pill-then-saw-her-7-week-old-baby

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

35 commentaires

  1. claire says:

    MOI Je suis pour l’avortement !
    Il vaut mieux tuer un foetus que d’avoir un Malheureux de plus qui naît dans ce monde pourri !!!!

    J’ai le droit de le dire plus que tout le monde puisque ma mère a essayé de m’avorter pendant 6 mois !

    Je regrette vraiement que les avortements n’étaient pas légaux a cette époque !

    Ma vie a été un vrai Calvaire .

    Arrêtez vos conneries !
    Si un enfant n’est pas voulu , il vaut mieux qu’il reste au ciel plutôt que d’être réincarné et abusé et mal traité .et tué peut être .

    Amen

    • Xavier Celtillos says:

      On ne répare pas un crime pas un autre crime, et on ne justifie pas un crime au nom d’un autre crime.
      On ne fait pas une généralité à partir de cas qui reste très minoritaires.

      L’avortement est un crime, point barre, sinon on peut tout justifier. A partir de là, toutes les autres considérations n’ont plus lieu d’être, sauf toutes les politiques et dispositifs qui peuvent aider les femmes et les familles à accueillir la vie qui est là.

    • Tchetnik says:

      Qui vous dit que l’enfant serait forcément malheureux plus tard?

      J’avais déjà raconté il y a longtemps l’histoire de cette dame d’origine Russe, née à Harbin dans les années 30 avec une moitié de cerveau. Ses parents ne voulaient pas s’en occuper justement, pour des raisons X et Y. les médecins voulaient débrancher la couveuse et un évêque (Saint Jean de Shanghai (1896-2 juillet 1966)) a refusé et a pris sur lui de l’élever dans un orphelinat qu’il avait créé (Saint Tihkon de Zadonsk). La dame a vécu l’occupation japonaise, le départ aux Philippines, la re-occupation Japonaise, l’exil en France. Aujourd’hui âgée de plus de 70 ans, malgré son handicap, elle est parfaitement lucide, et heureuse.
      Donc, argument, largement contournable.
      On peut aussi mentionner Anastasia Khabenskaya, épouse de l’acteur Konstantin Khabenski (Admiral), décédée le 3 Décembre 2008. Enceinte et atteinte d’une tumeur cérébrale, elle préféra renoncer à tout traitement et se sacrifier pour l’enfant qu’elle portait alors et lui donner naissance (Ivan le 25 Septembre 2007), plutôt que d’avorter. Elle a ainsi merveilleusement illustré la parole du Christ selon laquelle il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis.

      Donc, à moins de s’appeler Madame soleil…

    • theophile says:

      une réponse : http://zaile-delta.skyrock.com/

      ce monde pourri comme vous dites, n’est ni plus ni moins qu’un bain révélateur, donc cela veut dire que la photo a été prise avant, il y a très longtemps.

      la chaîne pour qui doit être enchaînée !

      Tant de souffrances et de désespoirs
      alors que le plan est divinement simple.

    • Claire, maintenant, le bonheur ne dépend que de vous: Pardonnez votre mère, pensez à vos fautes que Dieu pardonne si vous les confessez (à Dieu). Vous avez la vie, la liberté et un Dieu qui t’aime, qui a donné son fils unique afin que tu aies la vie éternelle; Jean 3:16

  2. MCF68 says:

    Cela fait quelques années que j’ai quitté les États Unis mais il y a quand même des points qui m’étonnent dans cette article qui laisse penser que cette femme s’est retrouvé toute seule avec sa pilule

    1-Normalement la pilule abortive ne peut être prescrite que par un professionnel de santé.

    2-Cet acte doit être effectué sous la surveillance d’un gynécologue ou d’un médecin généraliste.

    3- Elle n’est pas prescrite immédiatement mais suite à un entretien.

    Je regrette toujours que l’on ne développe la contraception au même niveau que l’avortement. Contraception (pas que pour les femmes d’ailleurs) qui reste quand même le meilleur moyen d’éviter des grossesses non désirées.

  3. Il faut s’informer aux bonnes sources, donc pas chez Planned Parenthood.
    Ecoutez plutôt Jérôme Lejeune, lui, il ne mentira pas. C’est pourquoi les démagos ont toujours voulu le faire taire.
    https://www.youtube.com/watch?v=OnIKsxiE_4U

  4. J’ai toujours rêvé accueillir une femme qui songe à l’avortement pour l’aider et trouver en Jésus le motif qui lui fasse mener à terme sa grossesse.
    Ermitage Pierre Faucher, Bellechasse, Québec

  5. Cécilien says:

    Bravo Pierre Faucher,
    Faut pas jouer aux hypocrites, les amis. Quand on ne veut pas d’enfants, il ne faut pas poser les gestes qui y conduisent. Une enfant de six enfants vous expliquerai cela avec une logique sans faille. Mais les adultes que nous croyons être devenus sont plus intelligents que le Créateur… LUI, IL respecte sa création et sa créature. Quand nous accomplissons les actes voulus par sa nature, LUI, Il ne se défile pas, IL crée et accepte la vie dont ses créatures on posé les gestes voulus…
    Quant a Claire, prenez garde mon enfant; regretter le don de la Vie est une grave insulte a l’AUTEUR de la vie. Car peu importe les circonstances de l’arrivée de cette vie, son don est le premier et le plus grand que puisse nous faire Notre Dieu.
    Shakespeare l’a bien exposé dans Hamlet, je crois: TO BE OR NOT TO BE, THAT IS THE QUESTION !
    Cécilien

    • ranguin says:

      Si il respecte sa création, il devrait faire disparaitre les humains !

      • Il l’a fait avec le déluge. Puis il a dit de ne plus le faire (jusqu’au jugement dernier, je suppose), car il devrait disparaitre les humains à chaque siècle. Savez que nous vivons le temps de grâce: Dieu ne punit pas mais nous laisse l’occasion et le temps de nous repentir et d’accepter son don unique: son Fils unique, qui a donné sa vie pour nous, qui l’acceptons, que nous soyons pardonnés et reconciliés avec Dieu afin de recevoir la vie éternelle. Ne le prenez pas à la légère ! Dieu a souffert pour nous ! L’amour s’est donnée !

    • MA Guillermont says:

      Feriez – vous « disparaître » vos enfants …?
      Ne tenteriez – vous pas tout pour les sauver en tant que père …?
      Certain(e)s ne manquent pas à leurs devoirs …

  6. Charles Martel says:

    L’Avortement ne doit être autorisé que dans les cas de FEMMES VIOLÉES et abusés sexuellement par des barbares et autres pervers.

    Dans tout les autres cas d’enfants non désirés mais ne résutants par d’un VIOL, la mère doit avoir la possibilité de confier son enfant à des structures d’acceuil qui sous le patronage de la Trés Sainte Vierge Marie, s’en occuperont comme il se doit.

    Au moyen âge nombres d’enfants non désirés étaient jetés aux cochons, et c’est pourquoi certains membres du clergé créerent des « trappes à enfants » afin d’éviter de tels atrocités.

    • MCF68 says:

      Une femme qui ne désire pas avorter mais qui ne peut s’occuper des on enfant pour des raisons diverses et variées peut le faire
      Exemple : accouchement sous X.
      L’avortement est une possibilité mais en aucun cas une obligation

      • Vous vous foutez de Dieu ? vous décidez ? Honte à vous!
        J’ai été veuf avec deux enfants; je donnais des cours le jour et les soirs. Dieu a pourvu aux besoins des enfants !
        Vous ne connaissez pas la prière; alors vous ne connaissez pas Dieu et vous n’êtes pas chrétien.Repentez-vous !

    • MA Guillermont says:

      Non , Charles Martel , le bébé n’est pas responsable …
      Pas d’autorisation d’avorter …

      LA VIE EST SACRÉE !

      • Charles Martel says:

        @MA Guillermont

        L’avortement me dégoûte au plus haut point, mais pas autant que le VIOL d’une femme sans défense ou abusé par toutes sortes de proxénétes. sans parler du métissage qui pourrait en résulter sachant que la grande majorité des violeurs sont des muzz.

        Si la progéniture des violeurs doit vivre selon le Principe que toute Vie est SACRÉE, alors acceptez seulement qu’elle vive le plus loin possible des femmes qui ont été abusés.

      • MA Guillermont says:

        Dans un cas , comme dans l’autre , le viol est un crime , l’avortement est un crime !
        Et dans tous les cas le bébé est l’innocente victime …
        L’addition de deux maux ne produit pas un bien
        Le bébé n’a pas à payer le crime de son père .
        Nous avons le devoir de ne pas obéir à une demande qui n’est pas conforme aux lois de la vie .
        Nous n’avons pas à être complices d’un mal qui donne à vivre une culpabilité permanente …
        Il n’est pas toujours possible de réparer réellement les dégâts que cet acte de violence sexuelle (immonde) a entraîné .
        C’est une limite qu’il est nécessaire d’assumer pour aider la victime à se remettre en route vers la vie et inspirer les actes intérieurs pour réparer ce qui a été abîmé .
        Il est indispensable d’être accompagnée par des personnes formées pour restaurer la psyché et prendre une distance intérieure .
        Si une mère ne désire pas le bébé qu’elle va mettre au monde , l’adoption et non l’avortement est l’alternative humaine qui affirme la vie .

        • Que vous considériez l’avortement comme un crime est une chose. Que la loi le considère autrement en est une autre. Mais force doit rester à la loi.

          • MA Guillermont says:

            La loi actuelle de l’homme est la loi « du plaisir du moi  »
            Quand je vois ma petite fille de 6 ans née d’une jeune fille , Ma fille mère a 17 ans , je remercie chaque jour Notre Seigneur d’avoir protégé sa vie car même les proches avaient déjà prononcé la sentence …
            Le papa , la maman , le petit frère et la petite soeur qui ont suivi sont tous épanouis , beaux et très éveillés …
            Une famille de France comme toutes celles qui aiment avec le coeur et qui prend chaque jour avec sérénité …

            • Je suis heureux d’apprendre qu’elle a pu assumer d’être enceinte aussi jeune.
              La liberté de choisir est aussi importante.
              l’IVG n’est, pas pensée comme un droit, mais comme une concession faite au nom de la protection de la santé des femmes qui sont prêtes à aller interrompre leur grossesse dans de mauvaises conditions sanitaires risquant parfois leur vie

              • MA Guillermont says:

                La vie est un cadeau MDC 68 …
                L’enfant est un don du Ciel …
                Bien à vous

              • @ « l’IVG n’est, pas pensée comme un droit, mais une concession faite au nom de la protection de la santé des femmes qui sont prêtes à aller interrompre leur grossesse dans de mauvaises conditions sanitaires risquant parfois leur vie »

                Vous croyez vraiment à ce que vous dites, MCF68 ?
                En vérité, je vous pensais moins naïf. Mais vous êtes loin d’être le seul à le croire, alors…

                • Je parlai d’un point de vue juridique.
                  Bien que la loi Veil (1974) ait incontestablement constitué une grande victoire pour l’émancipation des femmes, le ton de la loi reste dissuasif : l’article premier de la loi énonce en effet l’obligation de respecter l’être humain « dès le commencement de la vie ». Ainsi, et alors que la pénalisation de l’avortements’était toujours faite au nom de la protection de la démographie du pays, l’argument fondé sur la protection de la vie du fœtus apparaît dans le droit positif. Soulignons pourtant le fait que, malgré de fortes hésitations, le droit à la vie n’a pas été constitutionnalisé.

  7. Jaisson says:

    Jean Paul II a dit devant l’Académie Pontificale des Sciences en 1998: « Le génome de l’homme trouve sa dignité anthropologique dans l’âme spirituelle qui vivifie et imprègne le génome. » Donc la première cellule au bout d’une quinzaine d’heures après la conception. Nous somme tout entier dans ce premier génome, dans notre dimension microscopique!!!

    • MCF68 says:

      Je ne me rappelle pas des différents textes des lois. Mais je crois que juridiquement il est considérer comme une exception au principe du respect de la vie.

  8. authier says:

    Le problème soulevé par l’Eglise depuis toujours est de savoir à quel moment l’enfant conçu est doté d’une âme.
    La réponse à cette question est-elle définitivement réglée? Saint Augustin et Saint Ignace n’était pas d’accord …. l’un pensait que l’âme était donnée dès le premier jour de la conception, l’autre pensait que cela se produisait vers six semaines. L’Eglise attendait la réponse de la science pour se prononcer. La science l’a-t-elle donné?

    • N’étant pas biologiste je ne pourrai que vous donner un avis personnel.
      La science n’a pas pu donner de réponse pour le moment. Le consensus serait que pour la vie humaine en tant qu’individu débute a partir du moment ou l’enfant est viable in-utéros c’est a dire qu’il soit possible par césarienne puis par couveuse de mener le développement de cet individu a terme.
      Avant cette « individuation » ne pouvant être séparé de sa mère il ne fait encore qu’un avec elle. il n’est pas vivant par lui-même, il n’a pas acquis sa propre autonomie.

      En définitive, je dirai qu’une approche historique, théologique, biologique et médicale de la notion de début d’une vie humaine, à la fois démontre l’impossibilité de parvenir à une réponse unique et acceptée par tous et suggère, malgré cette incertitude, la singularité dès son début du processus qui peut aboutir à la naissance au monde d’une personne.

    • jaisson says:

      Oui, elle l’a donnée comme j’ai dit par la bouche de JP II en 1998 devant l’académie Pontificale des Sciences qui ne l’a jamais contredit

  9. psennier says:

    Un article qui permet de voir la fasse obscure (mais médicale) de l’avortement, intéressant.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com