Après Fillon, après Marine, c’est au tour de Bruno Le Roux, l’actuel ministre de l’Intérieur, d’être rattrapé par une probable affaire d‘emploi fictifs. Le parquet national financier a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire concernant l’emploi de ses filles comme collaboratrices parlementaires lorsqu’il était député.

C’est l’’émission Quotidien du 20 mars 2017 qui a fait éclater l’affaire. Quotidien a révélé que les filles de Bruno Le Roux auraient signé 24 CDD entre 2009 et 2016, durant la période où le ministre était député de Seine-Saint-Denis. Lors de leurs premiers contrats, elles n’étaient âgées que de 15 et 16 ans.  Le montant cumulé des contrats s’élève à 55.000 euros. Un des contrats, celui de l’aînée, attire l’attention. Daté du 10 juin au 9 septembre 2013, il correspond à la période où elle était en stage à temps plein chez Yves Rocher. 

Jean-Christophe Picard, président de l’association Anticor qui lutte contre la corruption, a affirmé sur RTL que

« comme lorsque l’on a appris l’affaire Fillon, il y a des forts soupçons d’emploi fictif puisque outre le fait que les filles étaient mineures (…) on parle d’un travail qu’elles auraient fait à distance, donc tout cela est très flou ».

Bruno Le Roux se retrouve dans le même pétrin que François Fillon il y a quelques semaines. Les amis se font rares et infidèles. Convoqué par Bernard Cazeneuve, le premier ministre, il devait le rencontrer ce matin pour s’expliquer.

Quant au secrétaire du Parti Socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, il a assuré ne pas être au courant. Mais il reste prudent : 

« La question essentielle est de savoir si elles ont travaillé« , a-t-il précisé. 

Pour Bruno Le Roux, ce n’était que des boulots d’été :

« Pas d’amalgame [avec l’affaire Fillon, ndlr], on parle d’un boulot d’été auprès d’un parlementaire. Et quand il faut faire du classement, quand il faut faire un certain nombre de tâches parlementaires, je trouve que c’est une bonne école de faire ça »,

s’est-il défendu au micro de TMC. Le problème est que selon le CV de l’aînée, elle effectuait durant l’un de ces CDD d’été à l’Assemblée Nationale, un stage en Belgique… Elle a peut-être le don d’ubiquité !

De droite ou de gauche, du centre ou des périphéries, les pratiques frauduleuses pour s’enrichir, pour le parti ou en famille, semblent être les mêmes : l’argent n’a vraiment pas d’odeur !

Francesca de Villasmundo

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

8 commentaires

  1. raslebol says:

    En fait l’alerte à la bombe du PNF hier c’était son cas ???

  2. daflon says:

    A partir du moment où il apparait clairement que l’un de la bande de politicards tape dans la caisse impunément, ce qui vient naturellement à l’esprit des autres c’est : « Pourquoi pas moi? ».
    et ensuite c’est la curée et c’est à celui qui se goinfrera le plus.
    Profitez en, c’est gratuit, ce sont les Français qui paient!

    • HUGUEL says:

      Si j’avais été un conseiller de la « droite » je les aurais fait chercher les casseroles des gauchistes. C’était la seule façon de les arrêter dans leur entreprise de démolition des candidats de droite,, droite la plus con du monde car elle semble avoir oublié les conseils de nos ainés: »La meilleure défense c’est l’attaque! ».Elle semble se réveiller mais le mal est déjà fait…;

  3. Champtocé says:

    Par principe, et aussi par l’expérience acquise avec l’âge, je ne crois pas (trop) au hasard.
    Aussi, vu le profil des propagandistes de « l’affaire » (l’émission Quotidien de… Yann Barthès) et le calendrier de sa « révélation » (le lendemain du premier débat télévisé où les 5 protagonistes adoubés par le système ont tous tiré à fleurets mouchetés sans grands dommages pour les uns ou les autres), de légitimes soupçons font fortement penser à une sordide tambouille concoctée dans les chaudrons de Matignon.
    Car en « sacrifiant » sur l’autel de la bien-pensance morale généralisée, nouvelle religion de l’époque, le ministre de l’intérieur du moment, non seulement le tortueux Hollande et son éminence grise se débarrassent d’un boulet au charisme de limaçon et au potentiel de gaffeur avéré que les deux ont toujours tenu à l’écart, mais surtout il ramène sur la scène avant du chamboule-tout populiste (pour le coup le qualificatif est là vraiment approprié) le Bourgeois de Sablé qui commençait tout juste à sentir le (plus) gros de l’orage s’éloigner.
    Si jamais comme cela semble possible sinon probable, le « relou » Leroux est reconduit vers la sortie, les perroquets ou plutôt frères-roquets des média aux ordres ne vont pas manquer de reprendre leurs aboiements coordonnés pour réclamer à nouveau la mise hors-jeu du bretteur défendant les couleurs de la droite (?) dite classique.
    Même s’il ne ménage pas ses efforts pour complaire aux castes qui n’existent pas, Fillon, cela est trop clair, ne convient en effet définitivement pas aux maîtres secrets du grand jeu, très probablement en raison de l’indépendance (très relative faut-il le préciser) qu’il s’entête à vouloir afficher en matière de politique étrangère et de conformité « sociétale ».
    Un tel coup tordu et cynique permettant de ramasser la mise par deux fois, cela ne se refuse pas en effet pour de tels maître-experts en basses oeuvres !

  4. raslebol says:

    Hier j’ai entendu dans l’émission « l’épreuve de vérité » sur Public Sénat (invitée Clémentine Autain) le journaliste Michael Szamès déclarer qu’il y aurait un « pacte de non agression à l’encontre de Mélenchon ». Il cite pour cela Julien Dray, le fait entendre alors que ce dernier s’exprimait sur RTL :

    « Ce rassemblement, pour le socialiste, devrait s’incarner par un affrontement des idées de Benoît Hamon avec celles de Jean-Luc Mélenchon. « Je ne suis pas d’accord avec le pacte de non agression à l’égard de Jean-Luc Mélenchon », a-t-il affirmé. « On le ménage, je considère qu’il faut interpeller toute la gauche ». Julien Dray n’entend pas forcément d’adopter une attitude agressive à l’égard du candidat de la France insoumise mais d’être réaliste pour que la gauche passe le premier tour de l’élection présidentielle. « Le problème, ce n’est pas de taper, c’est de mettre Jean-Luc Mélenchon devant sa responsabilité ». »

    http://www.rtl.fr/actu/politique/julien-dray-sur-rtl-jean-luc-melenchon-s-est-enferme-dans-son-sectarisme-7787738467

  5. hathoriti says:

    Et pour Macron, c’est pour quand, l’enquête ?

    • HUGUEL says:

      Jamais sans doute puisqu’il est le chouchou des merdias et de la finance internationale.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com