« La Promesse », film américano-espagnol à gros budget dont la sortie est prévue fin novembre, relate le génocide des Arméniens en Turquie en 1915-1916, leur résistance désespérée au Mont Moïse et leur sauvetage héroïque par les marins français malgré les autorités françaises qui rechignent à donner leur accord.

Voici comment Georges Kevorkian, intérrogé par Le Point, relatait l’événement lors de la sortie de son livre La flotte française au secours des Arméniens (1909-1915), Marines éditions:

En 1915, des Arméniens de la région du mont Moïse, sur le golfe d’Alexandrette (aujourd’hui Iskenderun), sont acculés par les Turcs. Leur salut viendra de la mer et de la marine française. Pourquoi est-elle intervenue ?

Fin octobre 1914, l’Empire ottoman se joint aux forces allemandes et autrichiennes (Empires centraux) pour combattre le bloc des pays de l’Entente (Grande-Bretagne, France et Russie). C’est ce qu’on a appelé le « théâtre oriental » de la Grande Guerre. En septembre 1915, la 3e escadre de la flotte de combat française en Méditerranée, aux ordres de l’amiral Gabriel Darrieus (qui vient de prendre le relais de l’amiral Louis Dartige du Fournet devenant chef de l’armée navale en Méditerranée), patrouille le long des côtes de Syrie, proches du golfe d’Alexandrette et du mont Moïse (Musa Dagh). Le 10 septembre, le croiseur Guichen aperçoit des groupes d’hommes descendant de la montagne vers la plage : plusieurs milliers d’Arméniens acculés à la mer fuient la barbarie des Turcs qui les pourchassent pour les déporter (la mort leur étant promise), en application du crime « génocidaire » décidé par les autorités ottomanes. Ils brandissent un pavillon de la Croix-Rouge, des pavillons français, et (dit-on) un drap sur lequel a été dessinée la croix du Christ. La décision est prise par l’amiral Dartige du Fournet, avant de quitter son escadre : « Il faut sauver ces Arméniens chrétiens (combattants, femmes, enfants, vieillards) du joug des bachi-bouzouks, les Turcs, nos ennemis. »

Dans quelles conditions cette opération de sauvetage de grande ampleur s’est-elle déroulée ? Quel en fut le bilan ?

L’accord demandé aux autorités françaises de Paris tarde à venir, mais l’organisation du secours est bien en place et sera exécutée par l’amiral Darrieus du 11 au 13 septembre. Au total, le nombre d’Arméniens sauvés par cette opération navale s’élève, très exactement, à 4 092, dont 8 blessés, répartis comme suit : le croiseur cuirassé amiral Charner : 347, le croiseur cuirassé Desaix : 303, le croiseur de 3e classe D’Estrées : 459, le croiseur auxiliaire Foudre : 1 042, le croiseur de 1re classe Guichen : 1 941. Ces réfugiés vont être placés dans des camps situés à proximité de Port-Saïd, grâce à l’accord des autorités anglaises qui les accueillent le 14 septembre. Parmi ces réfugiés se trouvent des combattants dont certains rejoindront la légion arménienne du général français Julien Dufieux, en 1920.

Ces épisodes de l’histoire navale de la France sont peu connus. Sont-ils commémorés avec une intensité suffisante, à vos yeux ?

Ils sont connus par la plupart des Arméniens, grâce notamment au roman Les 40 jours de Musa Dagh de Franz Werfel, paru en 1934. D’autres ouvrages évoquent ces événements et les actes héroïques des marins français. Les mémoires des amiraux des escadres du Levant en font état. Ce qu’on doit retenir des écrits de ces derniers, c’est le décalage entre leurs actions de protection des chrétiens d’Orient et le recul (pour ne pas dire l’abandon) de la diplomatie française en 1922 et 1923 (désastreux traité de Lausanne). La France n’est plus dès lors « protectrice des chrétiens d’Orient ». La sortie de mon ouvrage a favorisé plusieurs commémorations. Le 5 mai 2010, un hommage a été rendu devant la tombe de l’amiral Dartige du Fournet à Saint-Chamassy (Dordogne) en présence du maire du village, du sous-préfet de la Dordogne et de descendants d’Arméniens sauvés du mont Moïse. Le 15 octobre 2010, à Toulon, une cérémonie d’hommage a été rendue à la marine française par le secrétaire d’État aux Anciens Combattants M. Hubert Falco, maire de Toulon, en présence de l’ambassadeur d’Arménie en France et d’autorités civiles et militaires, dont le préfet maritime. Une plaque est posée au musée de la Marine, près de l’Arsenal maritime.

Source le Point

Ce sera la dernière fois que la France viendra au secours des chrétiens persécutés en tant que tels. Après cette date, la France cessera d’être la nation protectrice des chrétiens, titre que la Russie revendiquait déjà en 1915 et qu’elle est seule à revendiquer de nouveau et à mériter désormais.

Cette dernière série de massacres de chrétiens en Turquie a duré du mois d’avril 1915 au mois de décembre 1916.

Mais en avril 1909 déjà les Arméniens avaient été la proie des Jeunes Turcs. Ils avaient alors déjà été secourus par la Marine française. A cette occasion les autorités françaises avaient été moins timorées, elles avaient décidé d’envoyer plusieurs navires au secours des Arméniens de Cilicie sauvagement persécutés par les Turcs:

Georges Kevorkian : Les Jeunes-Turcs au pouvoir depuis 1908 ont promulgué une Constitution qui introduit des réformes de progrès et une orientation plus tolérante des rapports entre les différentes communautés de l’Empire ottoman, notamment entre les Arméniens chrétiens et les Turcs musulmans. Les Arméniens adhèrent à ce programme. Mais parmi ces Jeunes-Turcs, les nationalistes les plus radicaux rejettent les « infidèles ». Les Arméniens sont accusés de menées autonomistes en Cilicie. À la mi-avril 1909, des heurts entre les communautés déclenchent des représailles de la part des Turcs. Tous les chrétiens sont visés. Les puissances occidentales sont averties de massacres dont sont principalement victimes les Arméniens ; elles craignent pour leurs ressortissants et leurs représentants consulaires. Du côté français, on craint aussi pour la vie des jésuites et des soeurs de Saint-Joseph-de-Lyon. Une force navale de plusieurs pays est alors dépêchée.

À quelles opérations ces navires français seront-ils affectés et en quoi aideront-elles les Arméniens ?

Le contre-amiral Louis Pivet, commandant l’escadre légère de Méditerranée à bord du croiseur cuirassé Jules Ferry, reçoit l’ordre d’appareiller pour cette région. Outre le Jules Ferry, son escadre, comprenant le cuirassé d’escadre Vérité ainsi que les croiseurs cuirassés Victor Hugo et Jules Michelet, se met en route pour arriver en bordure du golfe d’Alexandrette le 23 avril 1909. Les marins français constatent que tout le quartier arménien d’Adana est en feu ; il en est de même des habitations chrétiennes des localités proches. Les réfugiés chrétiens sont protégés avec le concours d’unités navales européennes (croiseur anglais Diana, croiseur italien Piemonte, croiseur allemand Hambourg…). Le 27 avril, le paquebot français Niger, réquisitionné, embarque 2 200 chrétiens (en majorité des Arméniens) de la baie de Bazit. Le Jules Ferry embarque, le même jour, 1 450 réfugiés, dont deux tiers de femmes et d’enfants. Quant au Jules Michelet, il protège par sa présence des chrétiens réfugiés en bordure de mer, en baie de Kessab. Le calme revenu, après concertation avec les autorités ottomanes, les réfugiés rescapés reviennent dans leurs quartiers dévastés ; cependant, certains quitteront pour toujours le pays. Source le Point

Georges Kevorkian, d’origine arménienne, ne parle pas dans cette interview des persécutions des Assyro-chaldéens de Turquie, qui ont eu lieu en même temps que celles qui visaient les Arméniens. L’ordre d’éliminer physiquement les chrétiens les concernait pourtant tous indistinctement, même si les Arméniens étaient plus nombreux. La député Valérie Boyer avait déposé en 2015, un projet de loi pour faire reconnaître ce génocide moins connu, peut-être parce qu’il en restait moins de survivants pour témoigner. Un autre film qui évoque ce génocide, également paru récemment, le lieutenant ottoman, fait allusion au massacre des Assyriens. Mais ce dernier film que j’ai vu, est beaucoup plus compréhensif avec ces massacres génocidaires qu’il étouffe autant que possible. Inutile de se déplacer!

Ne manquez pas, par contre, d’aller voir La Promesse qui sortira fin novembre dans les salles de cinéma. Malgré quelques petites concessions au politiquement correct, ce film à grand spectacle que j’ai vu, reste fidèle à la vérité historique en rendant hommage (ce qui est rare) à un épisode glorieux, mais souvent ignoré, de l’Histoire de la Marine française.

SYNOPSIS

1914,  la Grande Guerre menace d’éclater tandis que s’effondre le puissant Empire Ottoman. À Constantinople, Michael, jeune étudiant en médecine arménien et Chris, reporter photographe américain, se disputent les faveurs de la belle Ana. Tandis que l’Empire s’en prend violemment aux minorités ethniques sur son territoire, ils doivent unir leurs forces pour tenir une seule promesse : survivre et témoigner.
Avec l’actrice canadienne Charlotte Le Bon, l’acteur américain Oscar Isaac, et l’acteur britannique Christian Bale dans les rôles principaux.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

2 commentaires

  1. Retenez bien le titre de cet excellent film qui dure plus de deux heures et qui montre des aspects inconnus de la brutalité ottomane, trop souvent passée sous silence. Dans ce film on mesure l’horreur réelle de cette extermination systématique. Et pour une fois, même si ce n’est pas le sujet du film, les Français ont des raisons d’être fiers.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com