De 1330 à 1550, des immigrés sont venus s’installer dans le Royaume d’Angleterre, en provenance de nombreux pays d’Europe. Comme quoi, les mouvements de populations ont toujours existés. Cependant, ils étaient marginaux, le pays ayant envoyé le plus d’immigrés en Angleterre sur une période de 220 ans en a fourni… 4509 !

La provenance de ces nouveaux arrivants est multiple et se divise en 6 « strates ».

La première est les pays ayant fourni entre 1110 et 4509 immigrés : il s’agit, on s’en serait douté, de l’Irlande et de l’Ecosse, mais également des provinces françaises occupées pendant la guerre de Cent ans, de la Lorraine, de la Flandre, du Brabant et du Saint-Empire Romain Germanique.

La seconde correspond à ceux en ayant fourni entre 273 et 1109 : l’Islande, la Bretagne, la Hollande, Gênes, le Royaume de Sicile, la Sardaigne.

La troisième regroupe ceux entre 68 et 272 : Ponthieu, Guyenne, Venise, Lombardie, Toscane et Chypre.

La quatrième, entre 17 et 67 : le Pays de Galles, la Frise, la Thuringe, les états Teutoniques, Byzance, le Portugal, Grenade

La cinquième entre 5 et 66 : Castille, Aragon, Poitou, Anjou, Touraine, Bourgogne, Savoie, Etats du Pape, Romagne, Pologne, Danemark, Suède, Norvège,

La dernière entre 1 et 4 : Navarre, Majorque, Dauphiné, Provence,  Autriche, Bavière, Mecklembourg, Poméranie, Courlande, Morée, Crète, Maine, Berry, Bourbonnais.

Au total, pas plus de 10.000 personnes ont franchie le Channel pour devenir des Anglais. Gageons que la plupart étaient des artisans venus exporter leurs savoir faire, surtout pour ceux en provenance d’Italie et des Pays-Bas.  Notons l’absence d’immigrés auvergnats, à la grande joie de Londres, car comme dit Brice Hortefeux : « un Auvergnat ça va,  beaucoup ça pose problème ». Il faut dire qu’à l’époque, l’AS Montferrand n’existait pas, donc aucune raison d’aller en Angleterre. Pas de Pakistanais non plus, les fillettes qui vivaient alors à Rotherham pouvaient alors vivre tranquilles. Pas d’attentats à Manchester, pas de Coupe d’Europe non plus, on n’a rien sans rien…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

9 commentaires

  1. Paul-Emic says:

    Je vous sens un peu caustique … 🙂

  2. daflon says:

    Toujours bien documenté. On sent comme une certaine nostalgie de ces temps disparus.

  3. pamino says:

    « […] du Saint-Empire Romain Germanique. »
    Cessez de singer les Allemands avec ce tropisme que les Prussiens, passés maîtres dans l’art du mensonge historique à leur avantage, leur ont inculquée du temps de leur brève hégémonie (1871-1947) et que l’on entend ad nauseam à la radio allemande chaque fois où il est question du Saint Empire Romain (tout court).
    Il y a trois nations dans le Saint Empire Romain : l’allemande, l’italienne et la bourguignonne. Pendant un demi-siècle au Moyen Âge on a fait l’expérience de médiatiser l’Empire à grande échelle en mettant à la tête de chaque nation, dans chaque cas comme archichancelier de l’Empire, un des trois archevêques et princes Électeurs Spirituels : celui de Mayence pour la nation allemande, celui de Cologne pour l’italienne et celui de Trêves pour la bourguignonne ; mais cela a dérangé le système complexe de statut médiat (dépendance d’un prince qui lui-même dépendait de l’Empereur) et immédiat (dépendance directe de l’Empereur, p. ex. entre autres la ville de Cologne) et on a vite laissé tomber le système sans bruit, mais évidemment en laissant les trois archichanceliers de l’Empire en place comme tels. Donc il n’y avait plus aprés ces cinquante ans le Saint Empire Romain de nation bourguignonne, le Saint Empire Romain de nation italienne et le Saint Empire Romain de nation allemand, mais juste le Saint Empire Romain composée avant, pendant et après l’innovation de Bourguignons, Italiens et Allemands. (Remarquez que vos Lorraine, Flandre et Brabant faisaient tous partie du Saint Empire Romain.)
    Une loi (anonyme !) du Parlement Perpétuel du Saint Empire Romain sis à Ratisbonne de 1803 supprime les deux Électorats Spirituels de Cologne et de Trêves et transfère le pouvoir spirituel de celui de Mayence, y compris les offices d’Électeur Spirituel et Primat d’Allemagne, à l’évêque de Ratisbonne en perpétuité. Puisque le cardinal Müller n’est plus évêque de Ratisbonne, c’est son modeste successeur Mgr Voderholzer qui est l’actuel chef de l’Église en Allemagne (donc pas le gros de Freising et Munich) et qui avec les héritiers légaux des Électeurs Temporels est en mesure d’élire, après uns longue sédisvacance (depuis 1806), le prochain roi des Romains, sur quoi c’est Mgr Voderholzer seul qui la couronnera comme Empereur. J’espère que l’élu aura le prénom François, mais pas pour la raison à laquelle vous pensez. Gott erhalte —, je veux dire : que Dieu préserve l’Empereur ! Et les prières pour lui les Vendredi et Samedi Saints se trouvent toujours dans le Missel de toujours.

    • Merci, cher ami, voilà qui est à faire connaître et que je reporterai dans divers documents publiés. Je collectionne ce genre de rectificatifs, qui sont toujours un plaisir.
      Et pourquoi pas un dictionnaire des expressions abusives ?

  4. Xiep says:

    Moi j’ai appris dans mon lycée (d’état, je vous l’accorde), que le Saint-Empire a été le nom de l’Allemagne jusqu’en 1806. Après, on peut débattre sur la pertinence de la dénomination dans un article idoine.

  5. La calotte says:

    J’ignore d’où vous tirer ces chiffres mais l’université d’York en trouve 65 000 pour la même période…

    Basé sur des écrits, ce qui donne déjà un minima!

  6. Quand même un souci: « La dernière entre 1 et 4 : Navarre, Majorque, Dauphiné, Provence, Autriche, Bavière, Mecklembourg, Poméranie, Courlande, Morée, Crète, Maine, Berry, Bourbonnais. »
    Comment 14 régions ont-elles pu fournir entre 1 et 4 immigrés ? Elles ont envoyé des morceaux assemblés sur place ?

    • La calotte says:

      Tout simplement parce que l’ensemble est faux!

  7. Hage says:

    Sur wikipedia, on trouve la note suivante:
    « L’ajout des mots « Nationis Teutonicae » ou « Deutscher Nation » a été officialisé lors de la Diète de Cologne de 1512, mais a disparu de l’usage officiel et fut presque abandonné dès le XVIIIe siècle (H. Weisert, Der Reichstitel bis 1806, dans : Archiv fur Diplomatik, 1994, tome XL, pp. 441–513). »

    De plus, le comté de Flandre (en gros, les actuelles provinces belges de Flandre occidentale et de Flandre orientale, les Flandres zélandaise et française, plus la partie de la province d’Anvers située à l’ouest de l’Escaut) était à l’origine (jusqu’au traité de Madrid, 1526) vassal du roi de France, et non du Saint-Empire, contrairement au reste de la Belgique.

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com