Nicolas Sarkozy et le président russe Vladimir Poutine

Moscou semble être devenue le haut lieu du tout-politique. Se faire voir avec Vladimir Poutine, le dirigeant au 90% d’opinions favorables, l’homme fort, l’homme qui fascine, c’est faire déteindre sur soi un peu de son aura. C’est sans doute ce qu’a penser Nicolas Sarkozy qui a rencontré hier, à grand renfort de propagande, le président russe. Pour l’occasion Ruth Elkrief de BFMTV s’est même rendue sur la place Rouge pour l’interroger.

Dans cette interview, Nicolas Sarkozy se fait fort à plusieurs reprises de son intervention diplomatique, comme d’un haut fait d’arme, qui en 2008 a mis fin à la guerre de Géorgie. Qu’en est-il ?

Guerre de Géorgie et diplomatie sarkoziste

L’affaire qui a opposé la Géorgie et la Russie en 2008 est la conséquence de la révolution des Roses,  manigancée par Soros pour les intérêts américains. A l’issue de la Révolution des Roses en 2003 le nouveau président de Géorgie, Saakashvili (actuel gouverneur d’Odessa en Ukraine), désirant s’imposer aux États-Unis comme leur meilleur allié dans le Caucase pour contrer l’influence de la Russie, lance une attaque contre la capitale d’Ossétie du Sud, Tschkinvali, et contre le bataillon russe investi d’une mission de la paix par l’ONU. L’armée russe réplique avec l’envoi de la 58ème armée. Démarre alors une guerre éclair de 5 jours au cours de laquelle l’Armée russe anéantit l’Armée géorgienne, pourtant équipée de matériel récent et formée par l’Armée américaine. Nicolas Sarkozy, président de la République, est alors à la présidence tournante de l’Union européenne. La Russie risque de pousser ses avantages, des bruits d’extension du conflit se répandent. Le 13 août 2008 en pleine conquête russe, les belligérants acceptent un plan négocié par la France. C’est au nom de cet acte diplomatique que Nicolas Sarkozy s’affiche comme ami de Vladimir Poutine et grand diplomate. L’intervention franco-européenne aurait permis de stopper l’avancée de l’armée russe et contraint Moscou à ne pas déborder des territoires d’Ossétie du Sud et d’Abkhazie désormais contrôlés directement par la Russie. Un scenario à l’ukrainienne avant l’heure en quelque sorte.

Par cette médiation diplomatique Nicolas Sarkozy a surtout permis aux USA de se sortir du piège géorgien dans lequel ils s’étaient eux-mêmes mis et avec eux la France directement concernée parce que sous tutelle américaine dans l’OTAN; si la guerre de Géorgie avait dégénéré, l’Armée française aurait été la première sollicitée en raison de son alliance atlantique qui la place désormais sous commandement américain. Si Nicolas Sarkozy a contribué à l’équilibre des forces en Europe, c’est davantage en sa qualité de président de l’Union qu’en sa qualité de dirigeant de la France, et surtout au bénéfice des USA. Parce qu’en ce qui concerne la France, Nicolas Sarkozy s’est surtout illustré en la ravalant au rang de supplétifs des Américains au service des intérêts pétroliers et sunnites du Golfe.

France ravalée à l’état de satellite des USA

La preuve que Sarkozy roule pour l’Amérique c’est la concordance des dates: la guerre de Géorgie a eu lieu en 2008 et c’est aussi en 2008 que revenant sur le socle de la politique étrangère du général de Gaulle, il a réintégré les forces armées françaises sous haut commandement américain dans l’Alliance atlantique, annihilant la spécificité  de la souveraineté défensive française au sein de l’Union. Cette spécificité qui avait permis encore en 2003 à Dominique de Villepin, ministre des Affaires étrangères de Jacques Chirac d’opposer le véto de la France à l’ONU à la résolution américaine d’agression de l’Irak. Tout à l’opposé, en 2011, sans mandat de l’ONU mais avec la bénédiction des USA, la France va achever la Libye. Le pays avait, il est vrai déjà été copieusement déstabilisé par un printemps arabe manigancé par les USA, selon les méthodes à la Soros du type révolutions colorées.

La guerre de Libye, une catastrophe diplomatique et humaine

En 2011 la Russie n’avait pas opposé son véto à une résolution de l’ONU d’intervention en Libye, parce qu’elle avait reçu l’assurance qu’il ne s’agissait pour l’OTAN que de voler au secours de la population de Benghazi. En réalité, la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis avaient profité de ce petit feu vert de l’ONU pour s’octroyer le droit d’intervenir en semant la guerre dans le pays en conjonction avec les groupes islamistes, déjà, jusqu’à l’abominable assassinat du président légitime du pays: Muammar Kadhafi. La Russie roulée dans la farine s’est alors juré qu’on ne l’y reprendrait plus. Et elle a prouvé en Syrie que la leçon de la Libye n’a pas été oubliée. Le discours de Vladimir Poutine lors de la clôture du forum Valdaï à Sotchi ce mois-ci, traitant avec mépris les « satellites » des USA, prouve qu’il n’a rien oublié des mensonges et hypocrisies des oligarques occidentaux. Si Vladimir Poutine s’est présenté avec 1 heure 30 de retard à son rendez-vous avec Sarkozy hier dans sa datcha à Moscou, ce n’était certainement pas un effet du hasard, même si la presse française ne s’est pas trop attardée sur l’incident.

Bilan succinct de la guerre de Libye menée par les forces françaises à l’instigation de Nicolas Sarkozy: les bandes islamistes « rebelles » soutenues par la France se sont dispatchées à la fin de la guerre en Syrie, en Afrique du Nord et en Afrique Noire, répandant la terreur islamiste dans de nombreux pays dans lesquelles la France a du ensuite aller les combattre. La Libye autrefois prospère et en paix a été réduite au chaos, tiraillée entre les factions islamistes. La France a définitivement trahi son rôle de protectrice des chrétiens du Moyen-Orient. La guerre de Libye a été le prélude à la guerre de Syrie et à la déferlante migratoire musulmane en Europe. Par son attitude à la remorque des USA, la France a cessé d’inspirer confiance face à la Russie qui au contraire ne laisse jamais tomber ses amis.

A peine éliminé de la Présidence, en août 2012, Nicolas Sarkozy s’était cru autorisé à regretter que la nouvelle majorité n’intervienne pas en Syrie en apportant son soutien à la prétendue « opposition modérée à Bachar-el-Assad ». Nicolas Sarkozy n’a pas changé un iota de ses positions d’alors, il reste celui qui à réduit et qui réduira la France à l’influence d’une province américaine.

Culte musulman, Qatar, islamisme, N. Sarkozy n’a rien épargné

Au lourd bilan de la diplomatie de Nicolas Sarkozy et dans le même ordre il faut ajouter la livraison des banlieues et des mosquées au capitaux et activistes qatari et la vente à l’encan de pans entiers de la France. Une politique que François Hollande poursuit avec application.

Lorsque Sarkozy appelle de Moscou les coalitions russes et américaines à s’unir contre « Daech », il rappelle également à l’instar de Fabius aujourd’hui à Vienne, l’opposition de la France à toute discution avec Bachar el Assad, et affirme son entier soutien aux prétendus islamistes modérés, qui massacrent les chrétiens par prédilection. Le terrorisme islamiste a été promu par Sarkozy comme par Hollande. Il n’est pas possible de promouvoir l’islamisme d’un côté tout-en-faisant mine de le combattre de l’autre. Sarkozy/hollande même diplomatie, même combat, même double langage!

Emilie Defresne

emiliedefresne@medias-presse.info

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

12 commentaires

  1. tirebouchon says:

    Plus je vois ce type plus j’ai envie de vomir !

  2. On se demande un peu pourquoi Poutine se donne la peine de le recevoir. Bizarre. De quoi ou de qui Sarkozy était-il le messager?

    • Il ne faut pas chercher midi à quatorze heures. En recevant Sarkozy, Poutine se fait de la pub en France et jette une pierre dans le jardin de Hollande qui s’oppose à sa politique en Syrie.

    • Messager du Nouvel Ordre Mondial, ni plus ni moins.
      Ils rêvent d’un gouvernement mondial unique qui lutterait au nom de la sécurité contre le terrorisme qu’ils ont eux-mêmes engendré pour déstabiliser les régimes qui s’opposent à eux.

  3. Vieux Jo says:

    @RH87 : bien vu, Poutine est un fin stratège, même s’il méprise Judas il le recevra pour bien marquer sa politique diplomatique.

  4. Vieux Jo says:

    Et effectivement le retard d’une heure trente n’est pas anodin psychologiquement ; déstabiliser l’assurance de celui qui se prend pour le sauveur de l’humanité, et puis tous le font de cette soi-disant droite, ils se précipitent comme des gamins pour être bien vus, leur orgueil les aveugle tellement qu’ils ne se rendent même pas compte du ridicule qu’ils provoquent. Poutine s’amuse avec eux et il a bien raison.

    • Poutine ne s’amuse pas. Il fait la politique qui est bonne pour son pays. Lorsque Sarkozy vient à Moscou, il est l’ancien chef de l’Etat français, il y a la Télé, ça fait le buzz en France. C’est comme ça que l’image de la Russie est mise en avant en Occident.

      Poutine agit pour le bien commun de son pays. Il n’agit pas contre quelqu’un, ni pour quelqu’un. Les Américains trahissent tout le monde en fonction de leurs intérêts du moment. A l’opposé la Russie est un allié fiable qui n’abandonne pas ses alliés. Ils le prouvent avec Bachar el Assad.

      Les Américains ont trahi Saddam Hussein qui avait fait pour eux la guerre contre l’Iran. Ils ont trahi tous les dictateurs d’Amérique du sud qu’ils avaient mis en place… C’est pour ça qu’aujourd’hui ils prennent peur, l’Irak vient de leur faire savoir qu’elle préfére les Russes en qui elle a confiance.

      • tirebouchon says:

        Vous parlez d’Or mais vous oubliez la France qui elle non seulement à trahis ses amis et alliés mais aussi ses propres enfants !…Et elle continue ! CQFD

        • Non, je n’oublie pas la France. Nous sommes dans le même cas que les USA. Commandés par la même bande d’oligarques apatrides qui sont en train de diluer le peuple français autochtone dans le magma musulman.

          Humainement, un seul espoir: que la Russie leur rabaisse le caquet en imposant ses vues. Mais poutine est trop démocrate, après lui rien ne prouve qu’il ne sera pas remplacé par un oligarque de la bande des banksters…

          Il y a de moins en moins de français d’origine en France, la République déteste les français catholiques et blancs. C’est ce régime qui défigure la France.

  5. Dejean Monique-Elisa Dejean says:

    Hollande et sa troupe n’aiment pas la France ni les français , leurs valeurs et leur religion, alors que N.S. nous aurait protégés de l’invasion migratoire. Que penser de l’action de BHL (Lybie que tous voulaient évincer, tous vous le savez) et surtout de SORROS qui se lave les mains des drames et futurs drames consécutifs à ces révolutions et transferts d’humains irraisonnés !!!BHL et SORROS criminels ?

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com