suede grand remplacement

La Suède est une destination privilégiée des migrants. Cela s’explique tout simplement parce que ce pays scandinave offre la politique d’asile la plus accueillante et les programmes d’aide sociale les plus généreux de l’Union européenne.

Depuis 40 ans, la plupart des immigrants en Suède bénéficient du statut de réfugié. La Suède accueille plus de réfugiés par habitant que tout autre pays européen, et les immigrants – principalement en provenance du Moyen-Orient et d’Afrique – forment aujourd’hui environ 16 % de la population suédoise.

Les principaux partis politiques, ainsi que les médias dominants, approuvent cet état de fait. Remettre en question ce « consensus » est considéré comme xénophobe et haineux.

Tino Sanandaji, lui-même un immigrant, d’origine kurde, né en Iran et qui a immigré en Suède à l’âge de 10 ans est un économiste spécialisé dans les questions d’immigration. Le Globe and Mail de Toronto l’a interviewé la semaine passée.

« Les non-Européens s’intègrent mal », a déclaré M. Sanandaji. Quarante-huit pour cent des immigrants en âge de travailler ne travaillent pas. La Suède affiche le plus grand écart d’Europe entre le taux d’emplois des autochtones et celui des étrangers.

Malgré tous les efforts de la Suède, M. Sanandaji souligne que 42 % des chômeurs de longue durée sont des immigrants. Cinquante-huit pour cent des prestations d’aide sociale sont distribuées aux immigrants. Quarante-cinq pour cent des enfants aux notes scolaires médiocres sont des immigrants.

La majorité des personnes accusées de meurtre, de viol ou de vol sont des immigrants de première ou de deuxième génération.

Un rapport de recherche sur la criminalité des immigrés en Suède (le seul et unique disponible) réalisé en 2006 par Ann-Christine Hjelm de l’Université de Karlstads (Suède) démontre qu’en 2002, 85% des personnes condamnées à au moins deux ans de prison pour viol par le Svea hovrätt, la Cour d’appel suédoise, étaient nées à l’étranger ou étaient des immigrés de deuxième génération.

Le fantasme suédois consiste à penser qu’il suffit de mélanger les enfants d’immigrants et de réfugiés avec les enfants suédois pour qu’ils deviennent semblables à des Suédois de souche. Mais les résultats montrent que c’est faux.

Malgré les intentions utopistes des gouvernants suédois, les tensions inter-ethniques augmentent et créent même un exode des Suédois de souche. La ville de Malmö qui concentre une forte population immigrée, juste en face du pont vers le Danemark, est un désastre économique et social. La générosité de la Suède coûte une fortune alors que la croissance économique stagne.

La Suède dépense actuellement environ 3,6 milliards d’euros par année pour l’accueil de nouveaux réfugiés. Et le flux migratoire ne diminue pas.

immigration suède

La Suède accepte automatiquement tous les mineurs non accompagnés. « Nous avions l’habitude de prendre 500 mineurs non accompagnés par an », a-t-il ajouté. « Cette année, nous nous attendons à 12 000 mineurs non accompagnés. »

M. Sanandaji aborde aussi la question de la manipulation médiatique. Les journalistes considèrent que leur mission est d’abord de lutter contre le racisme, et par conséquence de cacher toutes les informations négatives concernant l’immigration. Une situation que nous connaissons bien chez nous également.

Cela n’empêche pas 58 % des Suédois de penser qu’il y a trop d’immigrés, selon des sondages récents.

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

La compagnie des ombres par Michel De Jaeghere

14,90 €
Ajouter au panier
Le passé ne meurt pas par Jean de Viguerie

19,00 €
Ajouter au panier
Une élite sataniste dirige le monde par Laurent Glauzy

23,00 €
Ajouter au panier

Cliquez ici pour voir votre panier et passer votre commande

5 commentaires

  1. Vieux Jo says:

    Immigrés, puisqu’ils sont installés. Pas de novlangue avec « immigrants ».

  2. Rémi de Völn says:

    « Cela n’empêche pas 58 % des Suédois de penser qu’il y a trop d’immigrés, selon des sondages récents. »
    Seulement 58% ????
    Que faudra-t-il à ce peuple abruti (mais le peuple français n’est plus éveillé) pour que 80% se dresse contre cette invasion?
    Il y a vraiment des moments où l’on en viendrait à souhaiter une vraie guerre civile avec des millions de morts …

  3. jean baptiste says:

    quand on reflechie a longt terme on ce dit que les immigrés et le peuple sont les dindons de la farce ,car les peuple autochtone vont a un moment reagir et on conner la violence des européens et on final une guerre civil qui couvrira la crise financiere dans la quel et l’europe .

  4. gilgamesh says:

    Même constat dans tous les pays européens: les Européens de souche en ont assez de ces invasions et cela fait des années; stop aux invasions. Ceux qui sont là posent déjà problème et nous voyons arriver une nouvelle fournée qui est plus exigeante et agressive que jamais.
    Le projet des dirigeants ne peut qu’être criminel pour aller outre la volonté des peuples et outre la plus élémentaire raison

  5. Ecce Homo says:

    http://www.20min.ch/ro/news/vaud/story/L-agresseur-au-couteau-risque-neuf-ans-au-clou-25823544
    Lausanne
    29 septembre 2015
    L’agresseur au couteau risque neuf ans au clou
    par Christian Humbert – Le procureur a souligné mardi, dans son réquisitoire, le passé criminel très lourd du prévenu tunisien. Le verdict aura lieu vendredi.
    Quelle famille! Son frère jumeau est détenu en Tunisie pour tentative de meurtre et l’ex-requérant d’asile jugé depuis lundi par le tribunal criminel de Lausanne a déjà été condamné en Italie et en Suisse.
    Il a notamment agressé un prêtre d’une septantaine d’années qui priait dans une église de San Remo. Alors que l’homme d’église avait le dos tourné, le Tunisien, alors âgé de 19 ans en 2009, l’a frappé avec une bouteille de bière vide avant de lui casser la figure à coups de poings. A peine sorti de prison en Italie, cet homme vient en Suisse. Là, il agresse un homme au couteau en Valais. Il est condamné avec une peine de 15 mois, dont 8 mois avec sursis. Puis, une nuit de novembre 2013, il agresse quatre personnes avec un complice détenu en Italie avant d’être surpris en plein cambriolage à Lausanne.
    Que risque la victime qui s’est défendue?

    David s’est défendu. Déjà agressé dans les rues lausannoises, il était porteur de deux coups de poing américains et d’un couteau à cran d’arrêt. Cela lui vaut l’ouverture d’une procédure pénale. Il aurait été condamné automatiquement à des jours-amende s’il avait été interpellé avec ces armes lors d’un contrôle. Dans le cas présent, on pourrait tenir compte de la légitime défense (David est aussi prévenu de lésions corporelles qualifiées pour avoir blessé ses agresseurs). L’article 54 du code pénal pourrait aussi s’appliquer: cette disposition prévoit une exemption de peine si l’auteur a été directement atteint par les conséquences de son acte. Il est incontestable qu’il a été grièvement blessé. Il ne sera sans doute pas condamné, pronostique le procureur.
    Butin maigre et victime miraculée
    Le procureur Christian Buffat n’a pas manqué de rappeler ce lourd passé dans son réquisitoire au terme duquel il a requis 9 ans de réclusion et la révocation du sursis valaisan pour extorsion qualifiée et brigandage qualifié. Pour le procureur, le prévenu et son comparse sont «partis en chasse» pour un bien maigre butin: des portables et 120 francs. Et leur chasse aurait pu se terminer en assassinat. Car le visage de David a été atteint de quatre coups de couteau, tous potentiellement mortels. «C’est un miracle qu’il ne soit pas mort», a affirmé le procureur. Le magistrat a insisté sur la brutalité des actes reprochés à Abdel, la tête vers le sol tout au long du réquisitoire. Ses victimes ont subi un lourd traumatisme. La partie civile l’a rappelé, notant que le sang d’une victime était encore sur le couteau lorsque le prévenu s’en est pris à un autre passant isolé.
    La défense, elle, a invoqué «l’échec de la répression». Pour Me Charpié, une sanction ne doit pas faire obstacle à la réinsertion. «Ce n’est pas un bandit dangereux. Une peine de cinq ans est largement suffisante, a -t-il plaidé. Le jugement aura lieu vendredi.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com