« Je ne prends pas de café, je prends du thé  mon cher, et mes toasts ne sont grillés que d’un côté ».  C’est par cette phrase que le chanteur britannique  Gordon Matthew Thomas Sumner, plus connu sous le nom de scène de Sting commence sa chanson Englishman in New York, montrant toute la différence entre l’ancienne métropole et son ancienne colonie.

L’anglais diffère de l’américain, certains mots sont différents dans les deux langues. Le savoir permet d’éviter des déconvenues, comme ce commando allemand des Brandebourg en 1944… Revêtus d’uniformes de l’US Army, roulant dans une jeep de l’US Army, mâchant des chewing-gums de l’US Army, ils se sont fait bêtement arrêter en voulant faire le plein de la voiture alors qu’ils étaient à l’arrière des lignes américaines pour – dit-on – assassiner Eisenhower. A la pompe, ils ont demandé petrol. Enorme erreur. C’est en anglais britannique que l’on demande petrol, un vrai soldat américain aurait demandé gasoline.

Il en est de même pour de multiples objets de la vie courante : on vit dans un flat à Londres, mais dans un apartment à New York. La boîte de conserve se dit tin  chez les Anglais, can  chez les Américains (d’où le nom en anglais de Rantanplan : Rintincan)… Voici un petit tableau récapitulatif des américanismes dans la vie quotidienne :

FRANCAIS ANGLAIS AMERICAIN
APPARTEMENT FLAT APARTMENT
TAXI TAXI CAB
BOITE DE CONSERVE TIN CAN
BISCUIT BISCUIT COOKIE
MAÏS MAIZE CORN
COUCHE POUR BEBE NAPPY DIAPER
GOMME RUBBER ERASER
AUTOMNE AUTUMN FALL
ROBINET TAP FAUCET
ESSENCE PETROL GASOLINE
AUTOROUTE MOTORWAY HIGHWAY
CAPOT BONNET HOOD
COURRIER POST MAIL
FILM FILM MOVIE
PYJAMAS PYJAMAS PAJAMAS
BASKETS (chaussures) TRAINERS SNEAKERS
FOOTBALL FOOTBALL SOCCER
CUISINIERE COOKER STOVE
COFFRE DE VOITURE BOOT TRUNK
VACANCES HOLIDAY VACATION
GILET WAISTCOAT VEST
BONBON SWEET CANDY
CHIPS CRISPS CHIPS
GARDE-ROBE WARDROBE CLOSET
RIDEAUX CURTAINS DRAPES
SALOPETTE DUNGAREES OVERALLS
ASCENSEUR LIFT ELEVATOR
LAMPE TORCHE TORCH FLASHLIGHT
FRITES CHIPS FRIES
ORDURES RUBBISH GARBAGE
GELEE JELLY JELLO
PLAQUE D’IMMATRICULATION NUMBER PLATE LICENSE PLATE
FILE D’ATTENTE QUEUE LINE
PANTALON TROUSERS PANTS
RUBAN ADHESIF SELLOTAPE SCOTCH TAPE
METRO UNDERGROUND SUBWAY
PNEU TYRE TIRE
CAMION LORRY TRUCK
ESSUIE-GLACES WINDSCREEN WIPER WINDSCHIELD WIPER
JARDIN GARDEN YARD
FERMETURE-ECLAIR ZIP ZIPPER

Rappelons qu’il existe des différences notables également entre le français et le québécois. Evitez de dire à un Québécois que vous avez une photo de vos gosses, il va vous prendre pour DSK ! En effet, en québécois, « gosses » signifie les testicules. Pour parler de vos enfants, dites « mes flots ».  Si vous voulez éviter de rejouer la scène des Brandebourgs en 1944 en vous faisant passer pour des soldats canadiens, à la station-service, ne demandez pas de l’essence mais du gaz. Si vous dite à Montréal que vous mettez une jaquette pour la soirée et que vous voyez le local éclater de rire, ne vous en formalisez pas : dans son pays, jacket désigne la robe de chambre.  On ne dit pas un pneu, mais un robeur (pluriel : robeux) et on gare sa voiture (son char en qubécois) dans un stationnement. Quant au film La Grande Vadrouille, qui n’est pas sorti au Canada, le titre aurait du être changé car en québécois, cela signifie… la grande serpillère. Quant aux sacs, c’est l’inverse de l’Europe : au Québec, les hommes ont des « sacs » et les femmes des « sacoches ».  De même, quand vous voyez une québécoise proposer de la liqueur à ses enfants, inutile d’appeler la DDASS : c’est le mot local pour désigner les sodas. Au Canada, le classeur désigne le meuble où on les range, le classeur en lui-même s’appelant cartable…

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

Achetez vos livres sur MPI
Vous faites travailler ainsi des libraires français et soutenez MPI
PORT à 1 cts A PARTIR DE 64 € D'ACHAT !

Retrouvez votre librairie sur livres-et-idees.com
avec plus de 10.000 références !

2 commentaires

  1. Walker Fiamma Corsa says:

    Ils cosent mal le Frensse les anglophages 🙂

    PS : dommage qu’ il n’ y est plus la case à cocher pour recevoir les réponses !

  2. pamino says:

    « L’anglais diffère de l’américain » est une petitio principii. Dit-on « Le français diffère du québecois » ? Vous mélangez des choux et des carottes. Si vous demandez à un Américain quelle langue il parle, d’abord la question l’étonnera, et puis, étant poli, il répondra, un peu confus, « l’anglais », un peu étonné que vous sembliez ne pas le savoir.

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com