Comme souvent dans l’histoire, les bibliothèques sont épurées par les tenants des « temps nouveau » voulant « du passé faire table rase ». Suite à la tentative de putsch ratée de juillet 2016 (et Erdogan peut remercier Poutine de cela), le Président turc continue sa chasse permanente à celui qui est devenu en quelque sorte l’Emmanuel Goldstein de la Turquie : Fethullah Gülen, qui est dénoncé comme l’instigateur de toute forme d’opposition.

Lors de l’épuration ayant suivi le putsch raté, le gouvernement avait épuré les bibliothèques universitaires. Il avait notamment ordonné la destruction de 1 800 000 exemplaires de manuels divers (y compris de mathématiques) édités par des maisons liées au prédicateur ou simplement portant ses initiales. Cette première purge avait permis de recycler 13 000 tonnes de papier et cependant coûté 16 millions de dollars. Le Premier ministre adjoint et ministre de la Culture, Numan Kurtulmuş – ancien professeur associé de la faculté d’Économie de l’université d’Istanbul – a déclaré le 11 octobre 2017 devant la Grande assemblée nationale être parvenu à faire détruire 140 000 livres supplémentaires par les 1 142 bibliothèques dont il a la charge. Cette seconde purge n’a pas touché que les livres de Fethulah Gülen, ou de ses disciples, ou parlant de lui, mais aussi ceux d’auteurs contraires à la doctrine islamique de l’AKP, dont ceux du biologiste anglais Charles Darwin (1809-1882) ou traitant de sa théorie de l’évolution des espèces.

Notons que lorsque l’Egypte tomba sous le joug musulman, la bibliothèque d’Alexandrie fut incendiée par le Calife Omar, auteur de cette sentence définitive qui pourrait s’appliquer tout aussi bien aux autres régimes : « Si cers livres sont conformes au Coran, qu’on les brûle comme inutiles ; s’ils lui sont contraires, qu’on les brûle comme dangereux ». En URSS, en Chine maoïste, dans le Cambodge de Pol Pot, on assassina la mémoire du pays en détruisant œuvres d’arts et bibliothèques, se plaçant en droite ligne de leur mère à tous : la Révolution française. Le Troisième Reich élimina par le feu les œuvres de 50 auteurs, avec l’erreur de le faire publiquement, ce régime étant réputé pour ne rien cacher. On sait moins que ce sont 36.000 auteurs dont les œuvres furent extirpées des bibliothèques allemandes par l’occupant américain en 1945.

Comme disait Orwell : «Celui qui a le contrôle du passé a le contrôle du futur. Celui qui me contrôle du présent a le contrôle du passé». Dans un monde où les pantins à la solde d’Océania et ceux à la solde d’Eurasia rivalisent dans la réécriture de l’histoire et la manipulation de la mémoire, sauvegarder un livre, une idée, une œuvre susceptible d’être « vaporisée », est quelque part sauver un peu l’humanité.

Hristo XIEP

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

5 commentaires

  1. Saint-Plaix says:

    Euh… Je ne voudrais pas casser l’ambiance, mais il ne me semble pas inutile de rappeler que deux siècles avant le calife Omar, les temples d’Egypte en général, et la bibliothèque d’Alexandrie en particulier, avaient été les cibles favorites de chrétiens zélés, disciples du patriarche d’Alexandrie Cyrille devenu docteur de l’Eglise…
    Les premières relations de ces ravages largement « pré-islamiques » sont reprises par M. de Verninac Saint-Maur et Vivant Denon (Expédition d’Egypte) qui mirent en évidence l’origine chrétienne, aux premiers siècles, du martelage des pylônes des temples et de la destruction de leurs statues car considérées comme étant des idoles…
    La bibliothèque d’Alexandrie fut à la même période nettoyée de tous les textes censés propager les hérésies: manuscrits grecs, araméens, nazaréens, juifs, etc…
    Omar ne semble pas même avoir pu faire aussi bien…
    (Je sais que ce n’est pas bien de le rappeler…)

  2. Paul-Emic says:

    1984 un livre que nous devrions tous avoir sur notre table de chevet tellement il décrit bien notre époque.

  3. La réf., s. v. p., H. Dr.

  4. Pour tout ce que je peux être critique envers la Révolution Française, je ne peux pas y voir une origine à cette… pulsion humaine de réécrire l’histoire en faisant disparaître ce qui pourrait faire obstacle à une vision unifiée, dominante des esprits qui cherchent continuellement… du sens, et… du « bon » sens dans le cours du monde…
    Dans la petite bibliothèque où je suis bénévole, il est intéressant de voir tout ce nous désherbons à l’heure actuelle sous prétexte de faire place au nouveau.
    Ah… l’attrait du nouveau. C’est presque plus désolant encore que la pression des idéologies.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

19,97 % récoltés 33.610 € manquants

8390 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 33.610 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com