Nos lecteurs ont suivi depuis longtemps l’affaire de Planned Parenthood (Planning)  aux Etats-Unis. Un scandale s’était développé car un dénommé Daleiden avait recueilli en 13 vidéos cachées les confidences de responsables de cette organisation. Ceux-ci expliquaient qu’ils vendaient des morceaux de fœtus avortés à des laboratoires. Or cette organisation est théoriquement au service de la femme (surveillance gynécologique, mammographie, contraception, avortement). Cependant 93 % de l’activité de Parenthood consiste à faire des avortements. Face à la révélation de ce macabre scandale, une quinzaine d’Etats de l’Union coupèrent alors leurs subventions aux cliniques de cette organisation. En contre-feu Obama émit une directive interdisant cette pratique en la « sanctuarisant » ; c’est-à-dire en accordant au nom des soins à la femme une protection permanente aux subventions destinées aux avortoirs.

Trump voulait que cela cesse et avait annoncé durant la campagne électorale qu’il abolirait l’avortement. Arrivé au pouvoir il était décidé à couper les subventions fédérales à cette organisation. Ayant été élu, il proposa à la présidente de Parenthood Cécile Richards -une amie intime d’Hillary Clinton-  de continuer à donner les subventions à condition que l’activité abortive cesse. Celle-ci a refusé. On comprend pourquoi.

Par ailleurs Trump avait décidé d’abolir le fameux Obamacare, le système de soins organisé par l’administration d’Obama. Il fut donc élaboré un contre-projet qui a été rejeté par le Congrès : en effet les Républicains les plus à droite votèrent contre car ils trouvaient qu’il n’était pas suffisamment radical. Or le retrait des subventions au fameux Parenthood était inclus dans ce projet. Que pouvait faire Trump ? Tout simplement détacher la question du financement des avortoirs de la question de l’Obamacare.

L’idée était simple : il suffisait d’abolir la directive Obama qui « sanctuarisait » les subventions aux cliniques faisant des avortements. De fait le Congrès a voté le 30 mars 2017 en faveur de l’abrogation de la directive Obama. Cette assemblée est à majorité républicaine opposée à l’avortement. Au Sénat la partie a été plus dure à 50/50 entre Républicains et Démocrates. Mais le vice-président des États-Unis, Mike Pence est lui-même sénateur et sa voix est prépondérante. Le texte est donc adopté. Reste au président Trump à le promulguer ; ce qui ne saurait tarder. 

En pratique les États américains peuvent tout à fait ne plus donner de subventions aux cliniques d’avortements et spécialement à Parenthood qui est de très loin le plus concerné. Mais il en est de même de l’État fédéral, en fait l’administration Trump.

Ainsi la plus grande usine de mort qu’est Parenthood va se trouver immédiatement dans une situation financière très difficile. Déjà un certain nombre d’avortoirs a fermé. Le mouvement va s’amplifier.

On imagine bien sûr les protestations des membres du Parti Démocrate et de LGBT. Peut-on reprocher à un chef d’État de respecter son programme électoral ? Bonne question à poser à Hollande. Reste que le multimilliardaire Soros va mettre la main à la poche pour soutenir Parenthood. Le Parlement Européen entend aussi aider Parenthood : les Français vont payer pour faire avorter les enfants-non nés des Américaines…

Jean-Pierre Dickès

Cet article vous a plu ? MPI est une association à but non lucratif qui offre un service de réinformation gratuit et qui ne subsiste que par la générosité de ses lecteurs. Merci de votre soutien !

65 commentaires

  1. MCF68 says:

    C’est déjà une situation que PP avait connu sous Reagan. Un financement privé avait pris le relais, je crois.

    En réalité, le Congrès a interdit le financement fédéral de l’avortement depuis 1976, excepté en cas de viol, d’inceste ou si la vie de la mère est en danger. Selon le Washington Post, le planning avait reçu 553 millions de dollars d’aide publique en 2014. Or les fonds publics (fédéraux et locaux) qui représentaient 43% du budget de l’organisation en 2015, servent à financer les autres services proposés par le Planning tels que les dépistages, la délivrance de moyens de contraception ou des check-up.

    Le point essentiel c’est que l’avortement tel que défini par la loi ne peut pas être illégal. Décision de la Cour Suprême depuis 1973.
    L’autre point essentiel est que Mr Trump n’est pas président à vie il suffira d’attendre qu’un autre président rétablisse les subventions.

    Je note, point intéressant, que la justice américaine n’a toujours rien au à reprocher à PP.

    • Paul-Emic says:

      je me demande toujours comment on peut se vouer à la cause de l’avortement

      • MCF68 says:

        Pourquoi y être opposé ? Mais si c’est pour des convictions religieuses, je n’arriverai bien sûr à convaincre personne. Mais je peux le comprendre

        Je préfèrerai qu’il n’ y est pas d’avortements. Mais la ou je comprends moins c’est que les opposants s’oppose également à la contraception. Qui est vous en conviendrez le meilleur moyen d’éviter l’avortement. Mais curieusement les « anti » sont également opposé à la contraception. Ils parlent de chasteté ou d’abstinence. Si çà leur convient pas de souci. Mais nous avons pas tous vocation à rejoindre les rangs de l’Église

        Pour rien et contre tout semble être leur devise. Et en plus ils ne voient plus loin que le bout de leur… nez (J’ai failli dire autre chose).
        Car interdire l’avortement c’était déjà le cas dans le passé. On n’a rien empêché du tout. On à juste sacrifier quelques dizaines de milliers de femmes. L’interdire aujourd’hui, n’empêchera rien de plus.Que croyez vous que feront les françaises. Elles iront tout simplement à l’étranger. (Vols « Low Cost vous vous souvenez) Au moins elles ne seront plus sacrifiées.

        • Paul-Emic says:

          Dans le passé comme vous dites il n’y avait aucun moten de contraception fiable. L’avortement était un pis-aller pour cas désespérés. Aujourdhui les preservatifs sont fiables et la pilule efficace. Sauf cas exceptionnel ou des viols ( je vous fais cette concession) il n’y a absolument aucune raison de procéder à des avortements, d’autant plus que des peronnes sont prêtes à aller au bout du mobde adopter des enfants qu’elles ne trouvent plus ici

          • MCF68 says:

            Un des commentaires les plus intelligents que j’ai lu jusqu’à présent. Oui vous avez raison le préservatif est fiable ainsi que la pilule. C’est un peu une exception française, le fait que les avortements ne baissent pas. Contrairement aux Pays Bas par exemple. Quand on analyse les statistiques, de moins en moins de femmes ont recours à l’avortement. mais le nombre reste constant, parce que les mêmes femmes y ont recours plusieurs fois.

            Je nesias pas si vous avez lu des études sur les connaissances des jeunes sur la sexualité, mais çà fait peur.

            • Paul-Emic says:

              non je ne connais pas particulièrement les études dont vous parlez.
              Ce que vous dites sur les femmes qui avortent montre bien une chose, c’est la faillite totale du planning familial obsédé par le droit à l’avortement quand il semble, selon vos dires mêmes qu’il y a un déficit catastrophique d’information et pourquoi pas de formation.

              Au-delà de la vision religieuse du problème que beaucoup ici ont, reste la réalité : Il y a en Occident, car malheureusement nous ne sommes pas un îlot, une réelle culture de mort où l’on constate que l’avortement est un but en soi qui dépasse largement les prétextes invoqués.
              On ne peut que replacer celà dans le contexte du remplacement de population, longtemps les entrées légales ont été égales au nombre d’avortements à quelques milliers près, mais plus encore – et pour moi c’est ce qui sous-tend vraiment tout cela – il s’agit d’avilir ceux qui y consentent et celles qui le pratiquent et une population vile est bien plus facile à manipuler qu’une population honnête et fière d’autant plus que son nombre se réduit rapidement par la dénatalité dont l’avortement n’est qu’un volet.

              • MCF68 says:

                Je ne crois pas du tout à cette culture de la « mort ». Ces avortements auraient eu lieu de toute façon. C’était interdit dans le passé. Mais les femmes le faisaient quand même. A l’étranger pour les plus riches. Au fond d’une cave pour les plus pauvres. L’interdire ne changera rien. Ce n’était pas le cas avant 1974 çà ne le sert pas non plus après.

                Certaines personnes se voilent la face comme si avant 1974 tout était beau et merveilleux. Et que soudain une simple loi a provoqué une « orgie » d’avortements. Et que l’interdire rétablirait la situation.

                Ce qui est complètement faux. Mais quand vous êtes dans la conviction plus que dans la réflexion, on ne peut admettre les faits

                Je regrette que le Planning Familial ne mettre pas les mêmes moyens sur l’avortement que sur la contraception.

                A titre tout à fait personnel, et cela n’engage que moi.

                1-La suppression de délai de réflexion c’était une erreur
                2-Le passage de 10 à 12 semaines aussi
                3-La loi réprimant le délit d’entrave, une absurdité

                • Paul-Emic says:

                  1974 a industrialisé une pratique réelle mais confidentielle puis le remboursement intégral a passé la vitesse supérieure, ne pas le reconnaître c’est être, soit aveugle soit de mauvaise foi.
                  La loi en elle même était une erreur, elle ne répondait pas aux attentes des femmes au détresses mais à l’idéologie d’une partie des féministes et aux desseins plus profonds de personnes sur lesquelles je ne métendrai pas dans ce sujet.
                  Pour répondre aux attentes, il suffisait de dépénaliser l’acte et de renforcer les sanctions (du moins les maintenir parce qu’à l’époque c’était le tranchoir) contre les avortements effectués par du personnel non qualifié. L’État n’avait aucune raison d’en faire une cause nationale.

                  • MCF68 says:

                    Qu’est ce que vous appelé confidentiel ?
                    Comme ils étaient clandestins, impossible d’avoir de chiffre exacts
                    On estime entre 60 000 et 80 000 avortements avant la loi simplement par l’étude lié au décès. En prenant en compte celles qui heureusement ne décédait pas on arrive à 200 220 000 par an.

                    Mais quels sanctions ? Imaginez une femme enceinte voulant avorter à l’étranger, vous feriez quoi, leur interdire de se déplacer ? Ce ne serait inapplicable juridiquement parlant. Sauf bien sûr a passer dans un mode plus « dictatorial »

                    • Paul-Emic says:

                      confidentiel : dont on ne peut estimer le nombre exact et qui est pratiqué dans la clandestinité.
                      Pour ce qui suit vous ne m’avez pas bien lu, je proposais de laisser jouer l’offre et la demande et de s’assurer que les faiseuses d’anges n’officieraient plus.
                      Tout cela aurait dû rester une affaire privée

                    • Debra says:

                      Je vous lis depuis quelque temps ici.
                      J’ai une recommandation à vous faire. En 1995, Edward Behr, journaliste américain de Newsweek ayant des attaches à la France au point d’être bilingue, je crois, écrit un livre qui s’appelle « Une Amérique qui fait peur ». Ce livre n’a jamais paru en anglais, alors qu’il a été traduit dans plusieurs langues européennes. Il n’est pas prêt d’être publié en anglais, je vous le garantis. Si vous regardez sur Amaz., sites anglophones, où le livre apparaît dans le français d’origine, vous verrez ma critique d’Américaine expatriée, et la critique d’une Américaine plutôt cosmopolite (en anglais). Sur le site français, vous trouverez la critique d’un Français étant parti aux U.S. qui… confirme ce qu’écrit Behr, qui est taxé d' »excessif » et « réactionnaire » par UNE journaliste d’Expansion, une revue de capital, si mes souvenirs sont bons.
                      Le livre est sérieux, et documenté. Il confirme des échos que j’ai sur l’évolution idéologique de mon pays d’origine depuis plus de 20 ans maintenant. Il confirme mes propres observations, à travers mes contacts de plus en plus rares avec ce même pays. A bon entendeur…. salut.
                      Pour le planning (français…), je me souviens d’avoir eu une révélation le jour où j’ai regardé l’affiche publicitaire qui disait « un enfant quand je veux, si je veux », et de m’être rendu compte que c’était… du mensonge éhonté. On peut enlever le foetus du ventre d’une femme qui NE veut PAS d’enfant, mais… on ne peut pas faire venir de foetus dans le ventre d’une femme qui veut un enfant. Le raisonnement par symétrie est hasardeuse pour la pensée…

                    • MCF68 says:

                      Il n’était pas possible que cela reste une affaire privée. Pour une fois qu’un gouvernement prend une bonne décision, ne faisons pas les difficiles.

                    • MCF68 says:

                      @Debra : J’ai du mal à vous comprendre, je l’avoue. Faire venir un fœtus dans le ventre d’une femme qui veut un enfant ???? Bien sûr qu’on peut çà s’appelle être enceinte

                • Jean-Pierre Dickes says:

                  Quand on tue un enfant dans le ventre de sa mère jusqu’au jour de l’accouchement ; ou si un enfant avorté nait vivant et qu’il est ensuite tué comme le proposait H. Clinton, quand ont euthanasie des gens en douce ou qu’on tue ceux qui en ont marre de la vie.
                  Tout cela n’est il pas une oeuvre de mort ? Oui on cultive des oeuvres de mort.

                  • MCF68 says:

                    H Clinton n’ jamais dit çà. Tout comme PP n’a jamais été poursuivi par la justice. Vous laissez vos convictions l’emporter sur les faits.
                    Les polonaises qui ont manifestés contre le renforcement de l’avortement en Pologne ne cultive pas les œuvres de mort. Tout comme le jury qui a prononcé l’acquittement lors du procès de Bobigny.

                    • Debra says:

                      Je ne comprend pas ce que vous ne comprenez pas. On ne FAIT PAS VENIR un enfant dans le ventre d’une mère. L’Homme ne commande pas la conception d’un enfant.
                      L’enfant PEUT venir, comme il peut ne pas venir si on ne pratique pas une contraception. (C’est vrai que la médecine moderne a réussi à gommer cette réalisation dans la tête des gens. Pour beaucoup de personnes, l’absence de contraception provoque obligatoirement l’arrivée d’un enfant dans une causalité déterministe. Pourtant, il n’en est rien.) L’arrivée de l’enfant dans le ventre d’une femme n’est ni automatique, ni programmée. Il n’est pas sous le contrôle de la médecine, des parents, ou de quiconque, d’ailleurs. (Ou bien… même avec les « avancées » de la médecine moderne, un enfant qui arrive dans le ventre n’arrivera pas forcément à terme, et viable.)
                      Par contre, avorter un enfant, ce n’est pas la même chose. C’est faire disparaître un enfant à venir qui est déjà présent, en gestation, dans la mère. Un enfant qui est déjà là. Donc, je dis qu’il n’y a pas symétrie entre les deux cas de figure.
                      Le débat concerne le statut du corps de la mère dans son rapport à l’enfant à venir. Dans quelle mesure le corps de la mère lui appartient, à elle, en tant que l’hôte de l’enfant à venir ? L’enfant n’est-il que le simple « produit » de son désir à elle ? (comme d’autres « biens » de consommation qui sont indispensables à son bonheur). Dans quelle mesure l’enfant lui-même lui appartient, et quelle est sa légitimité à elle de décider de la vie et de la mort de cet enfant ? Si elle peut décider toute seule de la venue de l’enfant, cela lui donne un pouvoir considérable, qui est soustrait… à la société entière, et à ses représentants. Il s’agit d’un sacré individualisme, là.
                      De toute façon, prôner le droit des individus femmes de prendre seule cette décision est mensonger.
                      D’une manière ou d’une autre, il s’agit de l’avenir DE L’ESPECE, et des membres du corps SOCIAL aussi. Pas seulement des individus… promus tôt ou tard à la mort. Quoi qu’on fasse, on n’échappe pas à l’enjeu social, donc public, de l’avortement, à opposer à son versant… privé…

                    • Paul-Emic says:

                      Très beau texte Debra

                    • MCF68 says:

                      Je suis pas sûr que çà soit plus clair. Ce droit n’est pas mensonger. il est accordé par la loi. Le droit d’avorter – plus encore que la contraception – a mis au jour une éthique radicalement nouvelle : les droits de la femme passent avant ceux du fœtus et avant les devoirs de la mère. Entre l’humain en puissance et l’individu en acte, le XXe siècle a tranché en faveur du second.
                      La vie de tout être humain commence véritablement à sa naissance. Le jour de vos 18 ans vous ne dites pas que vous avez 18 ans plus 9 mois. Simple bon sens.

                    • Paul-Emic says:

                      en droit les animaux ont rang de meuble, pourtant la cruauté envers les animaux est passible d’une peine pénale. De même le fait qu’un foetus n’ait pas le rang légal d’être humain, ne justifie en rien son élimination au nom du bon plaisir. On est au-delà de la loi, qui comme aiment à le faire remarquer les idéologues de gauche peut toujours être modifiée.

                    • Jean-Pierre Dickes says:

                      Vous avez l’art de répondre à côté des questions. Je répète.

                      Si on découvre une anomalie parfois bénigne et curable (pieds bots, fente palatine) deux jours avant le terme, il est possible de tuer cet enfant ; je répète deux jours avant sa naissanc
                      En revanche ce même enfant s’il arrive au monde avec la même pathologie à la naissance, il est obligatoire de s’en occuper et de le soigner.
                      Deux jours avant l’accouchement ont le tue. Un jour après on le soigne.
                      Est-ce normal ?
                      Merci de me répondre par oui ou non.

                    • Olivier says:

                      « Entre l’humain en puissance et l’individu en acte, le XXe siècle a tranché en faveur du second. »

                      L’humanité est un caractère essentiel et non accidentel. La distinction entre acte et puissance ne s’y applique donc pas : un être n’est pas plus ou moins humain. Il est humain ou ne l’est pas.

                      Le XXième siècle est philosophiquement confus. Ce qui a de graves répercussions morales.

                    • MCF68 says:

                      @Paul-Emic : Pour en avoir rencontré, je ne connais aucune femme qui avorte par plaisir. Maintenant je n’extrapole pas pour en faire une généralité, mais çà me surprendrait quand même si c’était le cas. Vous avez raison. On peut changer la loi. Et l’interdire. Ce qui ne changera rien du tout. Rappelez les vols low cost.

                    • Paul-Emic says:

                      « avec plaisir » probablement pas, mais avec indifférence certainement.
                      Je ne me plaçais dans dans le cadre de lois yoyo dont l’une ferait ou déferait une autre je disais que c’est du domaine de la conscience au-delà de la loi et que celles qui affectent de ne pas s’en rendre compte, d’abord s’en rendront compte tôt ou tard et que ce sont des malheureuses.

                    • MCF68 says:

                      @Jean-Pierre Dickès
                      Docteur, on n’est plus dans le cadre de l’IVG. Mais de l’IMG. Il y a une nuance. Et elle est importante. Et en règle générale la trisomie est détectée bien avant.

                    • MCF68 says:

                      @Olivier
                      Si justement, entre le possible et le certain nous avons choisis.

              • Debra says:

                Je crois beaucoup à la nécessité de faire des distinctions fines avec les mots. Je ne crois pas dans une culture de mort. Justement parce que par ailleurs, « nous » travaillons dur afin d’obtenir l’immortalité de l’individu.
                Par contre, je crois que nous nous trouvons à nouveau devant une culture, et une idéologie qui tuent impitoyablement ce qui est perçu comme fragile et vulnérable PARCE QUE le contact avec ce qui est fragile et vulnérable renvoie celui (ou celle…) qui ne peut admettre sa propre vulnérabilité, et fragilité, à un intolérable qu’il faut faire disparaître à tout prix.
                Non à une culture de mort, oui… à une culture de meurtre du vulnérable… en nous, d’ailleurs.

                Pour la contraception, son origine remonte à la nuit des temps. Les Egyptiens dans l’antiquité ont pratiqué la contraception, par moyens mécaniques, nous le savons. Ils avaient des préservatifs. Comme l’Homme est un animal très intelligent, la contraception sous une forme ou une autre doit remonter… au Paléolithique, probablement.

                Personnellement, j’éprouve une forme d’horreur à l’idée que les médecins, consacrés ? à préserver la vie humaine, et à soigner par bienveillance soient devant la nécessité d’assassiner des foetus viables, sur seul désir d’une femme… réduite à être une porteuse. Je ne vois pas comment une société… éclairée peut tolérer ce cas de figure. Surtout, je ne vois pas comment la société elle-même peut cautionner ces pratiques qui érige le « désir » de l’individu en.. LOI pour la société elle-même.

                • MCF68 says:

                  L’avortement aussi çà remonte à la nuit des temps. Peut être que vous ne voyez pas très bien. Mais les nombreuses femmes (et quelques hommes) qui se sont battues pour çà voient très bien.

                  • Debra says:

                    Les Grecs exposaient leurs enfants à la naissance, par exemple…
                    Mais je ne sais pas pour l’avortement.
                    Dans le temps, « on » avait une meilleure connaissance des plantes, par exemple, et on administrait des cocktails qui faisaient avorter. C’est moins « choc » que de passer sur le billard. Moins intrusif pour l’intégrité corporelle.
                    Perso, j’aimerais mieux l’idée de boire un petit cocktail que passer sur le billard avec les jambes en l’air. Mais.. je n’aime pas l’hôpital. Il me fait trop penser au laboratoire… (D’ailleurs, d’où nous est venu cette idée qu’il fallait mécaniquement extraire le foetus du corps de la femme ? DE PREFERENCE DANS UN LIEU.. STERILE ET BLANC ? Un a priori important…)
                    Quand je vous lis, il me semble que vous, comme d’autres, ignorez à quel point nous AVONS PU être intelligents par le passé, avant que la science « moderne » ne commence à réduire nos capacités…
                    Normal : ces avantages de la modernité ont bel et bien leurs inconvénients…

                    • MCF68 says:

                      Avez vous une idée de l’espérance de vie du temps des Grecs ?. Avez vous une idée de l’espérance de vie d’un nourrisson au moyen âge ?
                      Nous n’avons jamais vécu aussi vieux que grâce à la science « moderne ».
                      Intelligent dans le passé ? La seule intelligence qui s’est manifestée c’est celle de massacrer nos semblables. Alors le « bon vieux temps » très peu pour moi. Je vis dans le présent en essayant de prépare l’avenir du mieux que je peux.

                    • Paul-Emic says:

                      on voit mal le rapport entre l’espérance de vie au Moyen-age et la nécessité de tuer les enfants dans le ventre de leur mère quand la contraception devrait suffire pour 99% des cas.

                    • MCF68 says:

                      @Paul-Emic
                      C’était une remarque par rapport au commentaire de Debra. Sur la meilleure connaissance etc..
                      Pour la contraception je suis tout à fait d’accord. Mais pour le 1 % qui reste l’avortement doit rester une solution

                    • Paul-Emic says:

                      quand on sera passé à 2000 avortements thérapeutiques par an au lieu des 200 000 avortements de confort on en reparlera MFC68

                    • MCF68 says:

                      @Paul-Emic
                      C’est pour çà que je milite pour un meilleur accès à la contraception. Et une meilleure formation pour les jeunes (garçons et filles).

                    • Paul-Emic says:

                      ça fait quarante ans que certains militent soi-disant pour ça. On voit le résultat, les jeunes d’aujourd’hui connaissent certainement plus de techniques pêchées sur pornhub mais finalement beaucoup moins de choses sur le sexe que ma génération. Comme je le disais plus haut on voit surtout la faillite totale du prétendu planning familial.

                    • MCF68 says:

                      Est ce une raison pour renoncer ?

                    • Paul-Emic says:

                      43 ans que multiplient 200 000 avortements font 8 600 000 morts, bien plus que n’importe laquelle des guerres, comparable aux épidémies de peste noire du XIV ème XV ème siècles. S’il y a quelqu’un qui a quelque chose à prouver ce ne sont pas les opposants à l’avortement, c’est le planning. Il a démontré qu’il était – au mieux – composé d’incompétents criminels et qu’il doit passer la main.

                    • MCF68 says:

                      Pourquoi compter seulement à partir de la loi Veil ? Des avortements il y en avait avant. Et leur nombre était loin d’être négligeable. Comme celui des malheureuses qui décédaient faute de conditions sanitaires suffisantes. Vous pensez qu ces femmes avaient mérité leur sort ?
                      Si il n’y avait pas eu la loi Veil combien d’autres y seraient restées ? Partisan d’un certain « Tuez les toutes Dieu reconnaîtra les siennes ?
                      Alors si avoir sauver ces femmes c’est être en faillite alors c’est une faillite que j’assume bien volontiers. passer la main et à qui ? A des cliniques à l’étranger ?

                    • MCF68 says:

                      @Paul-Emic. Même pas puisque l’avortement aurait eu lieu de toute façon. De plus la population française n’a cesser d’augmenter.

                    • Paul-Emic says:

                      la population n’augmente que grâce à l’immigration, le Françaises ont préféré prendre des vacances et se faire épiler le maillot plutôt que de faire des enfants et elles vont, nous avec, payer le prix fort, très fort. Encore un bienfait de l’avortement soit dit en passant.

                  • Paul-Emic says:

                    Vous n’avez sauvé personne, je doute qu’il y ait jamais eu 200 000 mortes par an du fait de l’avortement. clandestin

                    • MCF68 says:

                      Je n’ai pas dit çà. 200 000 correspond au chiffres des avortements avant 1974. A l’heure actuelle dans le monde c’est 47 000 femmes qui meurent d’un avortement clandestin. Heureusement à l’heure actuelle en France nous sommes très loin de ces chiffres (0 certainement mais je n’en suis pas sûr)
                      Pour la période avant 1974 très difficile à savoir bien sûr. je crois me souvenir d’avoir avoir lu un taux de 1 pour 1000. Sans certitude j’en conviens.

                    • Vercin says:

                      Le nombre probable des avortements avant la loi Veil se situe entre 55 000 et
                      90 000 .
                      Henri Leridon aurait trouvé 55 250 avortements annuels pour la France en 1970 .
                      De plus il est officiel que la contraception mène à l’avortement .

                    • Jean-Pierre Dickes says:

                      Paul Emic .MCF est un idéologue. Il est bien sûr tombé dans l’idéologie de l’époque qui pour arriver a ses fins a raconté n’importe quoi ; des chiffres purement inventés. Par définition les avortements étaient clandestins et interdits. Personne ne peut donner de chiffres sans être un menteur. C’est comme les fumeurs de pétards. La pesse et les médias qui sont anticatholiques et maçonniques a bien sûr repris des chiffres fantaisistes qu’avec naïveté les parlementaires ont repris.Quant au nombre de décès liés à l’avortement il n’y avait guère de statistiques fiables. Les seuls repères étaient les certificats de décès. On répugnait à inscrire des mentions comme « avortement criminel » comme cela s’appelait à l’époque. Le mention devait être dans le style « infection post puerpérale », « fausse couche ».
                      Une femme qui fait une fausse couche spontanée peut tout à fait faire une infection. Qui peut dire vraiment si par hasard il s’agissait d’un avortement clandestin ? Sans doute MCF.
                      A cette époque la presse était aussi pourrie que maintenant. Tout vient de l’AFP ou Reuters qui est en Angleterre. Or Hollande a nommé à la tête de l’AFP international un socialiste qui filtre les nouvelles qui sont filtrées par l’AFP France, qui sont filtrées par les directeurs de journaux qui sont filtrées par les directeurs d’agence et enfin par les journalistes. C’est un responsable de l’AFP qui m’ expliqué cela.Les Français naïfs ou anticléricaux en arrivent à tenir comme vrai des choses complètement fausses. Quant aux sondages c’est pareil. Dans son avant dernier bouquin Philippe de Villiers qui se présentait aux présidentielles a fait faire un sondage ; à l’époque Pasqua faisait faire le même sondage par la même agence. Les résultats étaient complètement différents. On l’a vu avec les primaires avec Juppé et en Amérique avec Trump.

                    • Paul-Emic says:

                      L’avortement institutionnalisé nous enseigne plusieurs choses sur nous et notre époque, en particulier comment il est facile de manipuler l’homme à l’aide de ses instincts les plus vils comme la soif de jouissance facile et la lâcheté. C’est donc un excellent marqueur de l’avenir de notre société, à rapprocher de la vague de pédophilie . Qui tue ses enfants disparait .

                    • MCF68 says:

                      @Vercin : C’est un chiffre. Il y en a d’autres. Mais cela montre clairement que

                      1- Il y avait des avortements avant la loi Veil
                      2- Le chiffre était loin d’être négligeable.
                      3- La mortalité des femmes était plus élevée avant la loi Veil qu’après.

                    • Paul-Emic says:

                      et la mortalité des enfants bien plus élevée après qu’avant

                    • MCF68 says:

                      @Jean Pierre Dickès
                      Simple réalité des chiffres que vous ne voulez pas voir docteur. Heureusement d’autres que vous ont vus plus clairs. Et se sont mobilisés pour faire changer la loi. Et sauver ces femmes. Le bien finit toujours pas triompher. Et pas seulement en France.

                    • MCF68 says:

                      Vous pensez qu’il n’y avait pas d’acte de pédophilie avant 1974 ? Curieux raccourci. Au moins les femmes n’ont plus eu à craindre pour leur vie. Et qui sauve une vie sauve l’humanité toute entière. Au nom de toutes ces femmes merci madame Veil.

                    • Paul-Emic says:

                      votre mauvaise foi me ferait presque rire, personne n’a dit qu’il n’y avait pas de pédophilie avant 74 mais c’était la guillotine au bout du chemin donc peu de récidivistes quand on les attrapait.
                      Personne ne peut nier que ce vice criminel est en pleine progression assurés qu’ils sont d’une quasi impunité pour autant qu’ils fassent partie des « bons » milieux. De toute façon le débat ne porte pas là-dessus c’était une illustration parmi d’autres j’aurais pu tout aussi bien citer autre chose mais ce crime illustre bien le propos.

                    • MCF68 says:

                      C’est sûr qu’elle a bien du faire peur à Patrick Henry la guillotine. Je ne suis pas sûr qu’il soir en pleine progression. Est ce que ce n’est pas plutôt l’information qui circulant plus vite et peut être plus librement nous faits connaître des faits qui seraient restés cachés.

                    • Paul-Emic says:

                      il y serait passé il n’aurait pas encombré les prisons depuis 30 ou 40 ans, mais je ne crois pas qu’il ait commis le moindre acte de pédophilie, il l’a tué pour ne pas être dénoncé de son enlèvement puisqu’ils se connaissaient.

                    • MCF68 says:

                      Il faudrait dire çà aux membres catholiques du jury qui ont refusé la peine de mort.

                    • Paul-Emic says:

                      car vous savez vous qui était quoi ? Dans ces années là l’abolition de la peine de mort était nettement portée par les francs mac et les membres d’une certaine communauté dont leur figure emblématique fut ensuite ministre et en fit adopter l’abolition . Ne vous aventurez pas sur un terrain que vous ne maitrisez pas.

                    • Vercin says:

                      @MCF68
                      Faux sur 2 points…
                      – Affirmatif pour le premier mais en proportion sans commune mesure avec l’actualité de notre époque (largement inférieure )
                      – Le nombre était à minima 4 fois inférieur à l’estimation actuelle , …!
                      – La mortalité des femmes est totale -ment surestimée .
                      Le rapport a été mal – fait , basé sur des chiffres extraits des statistiques de décès de L’INSEE de la seule année 1963 .
                      La méthode est nulle il aurait fallu prendre les chiffres de plusieurs années …
                      Or sur les 332 décès d’origine obstétricale:
                      – toxémie gravidique
                      – hémorragie gravidique
                      – gestation ectopique
                      – autre maladies et accidents grossesse
                      – hémorragie de l’accouchement et de l’état puerpéral
                      – etc…
                      pour l’année , il n’y en avaient que 56 liés à des avortements spontanés et provoqués confondus .
                      Le rapport de L’INED calcule son chiffre d’avortements à partir des décès « d’origine obstétricale » à partir de l’année 1963 comme si tous les décès (332)étaient dûs à l’avortement et leur applique un taux de 1 décès pour 1000 avortements (de quel type ? ) …!
                      Leur base de calcul est sans valeur aucune , les taux d’incertitudes par contre sont plus qu’évidents !!!

                    • MCF68 says:

                      @Vercin : 50 000 reste un chiffre considérable. Il n’y a pas que l’INED.
                      http://www.persee.fr/doc/pop_0032-4663_1981_num_36_2_17182
                      Des femmes décédaient lors d’avortements clandestins Et Oui la loi Veil en permettant de le faire dans des conditions médiales décentes a sauvé la vie de ces femmes. Telle est la vérité. Et elle ne peut être contestée

                    • MCF68 says:

                      Manifestement la maîtrise n’est pas de votre coté. Un jury décide seul. Inutile de les insulter en laissant croire qu’ils ont pu être manipulés. Même si Mr Badinter a pu être un avocat de talent.

                      http://www.liberation.fr/tribune/2000/06/09/proces-henry-la-croix-contre-la-veuve_329375

                    • Paul-Emic says:

                      vous fantasmez mon cher, d’abord un jury français ne décide pas seul, il est « guidé » par les trois juges pendant le délibéré, d’autre part c’est vous qui avez déclaré qu’ils avaient pris leur verdict du fait de leur religion.
                      Vous ne pouvez être que socialiste avec une telle mauvaise foi

                    • MCF68 says:

                      Hélas le droit ne m’a jamais trop fait fantasmer. Le jury juge en son âme et conscience.
                      Dans le système judiciaire de l’époque, il fallait huit voix sur douze.Et seuls sept membres du jury ont voté sa condamnation à mort.

                  • MCF68 says:

                    On nous promet du malheur depuis plus de 40 ans…Çà commence à faire long. avec le temps la surprise s’émousse.
                    La population a augmentée parce que après leurs vacances et l’épilation du maillot les françaises ont continuer à avoir des enfants.

                    • Mad-Max says:

                      La blague tend à s’épuiser et votre verge à s’essouffler …

                    • MCF68 says:

                      Il vaut mieux une petite nerveuse qu’une grosse fatiguée.

                    • Paul-Emic says:

                      Les Française métropolitaines ne font plus d’enfant. Le taux de renouvellement de la population française d’origine française n’est pas supérieure à celle de nos voisins c’est çà dire de l’ordre de 1,3 à 1,4 c’est à dire que la population blanche de ce pays va disparaitre. En deça de 1,3 c’est irrattrapable . Tout cela est masqué à dessein par une politique forcenée de naturalisation et une immigration non moins forcenée. J’ignore quel âge vous avez mais si vous n’avez pas dépassé la quarantaine et que vous vivez jusqu’à vos 80 ans vous le verrez de vos yeux.

                    • MCF68 says:

                      Disons 47 ans cette année. En 2015 pour la France métropolitaine le total des naissances est de 760 421. 70 % de ces naissances avaient les 2 parents français. 15 % 1 conjoint français + 1 conjoint étranger.
                      Et donc 15 % pour les 2 parents étrangers. il vaudra que je vive plus de 80 ans si ljeveux vois un changement. Si changement il y a.

  2. Gauvin says:

    Rappelons que Cronos mangeait ses propres enfants ;

    « En 310, vaincus et assiégés par les Grecs de Sicile, Carthage souffrait de manque d’eau. Les prêtres, pour se faire pardonner leurs péchés par Baal, organisèrent un holocauste, ces sacrifices de grande ampleur (tel est le sens premier du mot) qu’on appelle aussi, dans un vieux terme hébreu passé en langue punique, des Moloch. Selon Diodore, 500 enfants de la noblesse furent exécutés de la plus atroce des façons. Un immense Baal trônait sur la place centrale de la cité. Il était creux, et l’on entretenait à l’intérieur un immense brasier. Les bras de la statue, articulés, emportaient les enfants, encapuchonnés de noir, dans la gorge béante où ils étaient précipités vivants, sous les yeux d’une foule que Diodore de Sicile décrit ivre de joie démente et de folie meurtrière. Selon lui, des hommes et des femmes, rendus fous par la foule surchauffés, se poignardaient mutuellement, se précipitaient dans le bûcher. Baal dut être content : un orage s’abattit sur la ville, noyant la démence collective sous les trombes d’eau et remplissant les citernes. »

    http://www.heresie.com/baal.htm

    • pamino says:

      « un holocauste, ces sacrifices de grande ampleur (tel est le sens premier du mot) »
      Puisque vous puisez dans Diodore, je suis surpris que vous ne sembliez pas savoir que le sens premier du mot est ‘entièrement brûlé’. La plus grande ampleur d’une ὁλοκαύ[σ]τωσις – on trouve les deux formes, et en plus ὁλοκαυστισμός, pour le sacrifice lui-même, le substantif ὁλοκαύτωμα[ sic] désignant la victime et l’adjectif ὁλόκαυ[σ]τος la condition de celle-ci à la fin de le cérémonie – par rapport au sacrifice normal réside dans le fait que dans la pratique normale on offrît les meilleurs parties de la victime d’abord aux dieux, puis aux prêtres, et le reste aux circonstants, tandis que dans une holocaustèse / holocau[s]tose / un holocaustisme on brûlait tout en offrande propitiatoire aux dieux.

Médias-Presse-Info est une association à but non lucratif.

MPI a besoin de votre aide !

Notre besoin s’élève à 42.000 € pour 2018

btn_donateCC_LG

27,10 % récoltés 30.618 € manquants

11382 € récoltés / 42.000 € nécessaires

Il nous reste cependant 30.618 € à trouver !

btn_donateCC_LG

Merci de votre généreux soutien !

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com